La langue française

Valvule

Sommaire

  • Définitions du mot valvule
  • Étymologie de « valvule »
  • Phonétique de « valvule »
  • Citations contenant le mot « valvule »
  • Traductions du mot « valvule »
  • Synonymes de « valvule »

Définitions du mot « valvule »

Trésor de la Langue Française informatisé

VALVULE, subst. fém.

A. − ANAT. ,,Repli membraneux qui, dans les vaisseaux et conduits, de l'organisme, dirige les liquides et les matières dans un sens donné, et les empêche de refluer en amont`` (GDEL). La valvule du colon empêche les matières de remonter des gros intestins dans les petits (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 168).C'est ainsi que les valvules des veines ont des usages mécaniques qui mirent Harvey sur les traces de la découverte de la circulation du sang (Cl. Bernard, Introd. ét. méd. exp., 1865, p. 170).
Valvules conniventes*. Valvule mitrale*.
B. − BOT. Petite valve. Quelle déperdition dans le pollen des fleurs! À peine un millionième passe dans la valvule fécondante et vit (Renan, Dialog. philos., 1876, p. 71).
REM.
Valvuloplastie, subst. fém.V. -plastie B 4.
Prononc. et Orth.: [valvyl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1575 valvules du cœur (Paré, Œuvres, II, 13, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 1, p. 192); b) 1805 mécan. « soupape » (Lunier, Dict. des sc. et des arts); 1842 « espèce de robinet à vanne » (Ac. Compl.); 2. a) 1669 « gousse de légumineuse » (Widerhold Fr.-all.); b) 1763-65 bot. « petite valve » (Rousseau, Fragments d'un dict. bot. ds Brunot t. 6, p. 618). Empr. au lat. sc.valvula, dimin. de valva (valve* 1 a). Au xixes. le mot entre dans la terminol. de la mécan. (1 b). Le lat. class. ne connaît valvula (empl. au plur.) qu'au sens de « gousse », d'où 2 a. Dans la 2emoit. du xviiies., valvule a été introd. par J.-J. Rousseau dans la terminol. de la bot. comme dimin. de valve*. Fréq. abs. littér.: 219. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 056, b) 23; xxes.: a) 14, b) 8.
DÉR. 1.
Valvulaire, adj.,anat. Qui est relatif aux valvules et, en partic., aux valvules du cœur (Dict. xixeet xxes.). [valvylε:ʀ]. 1resattest. a) ca 1732 « qui présente des valvules » (Mém. de Trévoux ds Trév. 1732), b) 1865 « qui a la forme de valvule, qui en remplit les usages » (Littré-Robin), c) 1882 « qui se rapporte aux valvules » (Cadet de Gassicourt, Mal. enf., t. 2, p. 4); de valvule, suff. -aire*.
2.
Valvulite, subst. fém.,pathol. Inflammation d'une valvule cardiaque. Dans toute lésion orificielle, insuffisance ou sténose, il y a une valvulite plus ou moins active et envahissante, et plus ou moins tolérée (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 191). [valvylit]. 1reattest. 1830 (Encyclop. méthod. Méd.); de valvule, suff. -ite*.

Wiktionnaire

Nom commun

valvule \val.vyl\ féminin

  1. (Anatomie) Membrane qui, dans les vaisseaux ou autres conduits du corps de l’homme et de l’animal, dirige les liquides dans un certain sens et les empêche de refluer.
    • Les valvules du cœur.
    • Il y a plusieurs valvules dans cette veine.
  2. (Vieilli) Soupape.
  3. (Botanique) (Vieilli) Panneau de capsule multivalvée.
  4. (Botanique) (Vieilli) Paillette à la place de pétale.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VALVULE (val-vu-l') s. f.
  • 1 Terme de botanique. Petite valve. La corolle du blé est divisée en deux valvules unies, enflées et creusées en courbe, Bernardin de Saint-Pierre, Harm. liv. I, tabl. gén.
  • 2 Terme d'anatomie. Tout repli qui, dans les vaisseaux et conduits du corps, empêche les liquides ou autres matières de refluer, ou qui a pour fonction principale de ralentir ou de modifier le cours des liquides sur le trajet desquels il se trouve. Certaines petites portes ou valvules que les anatomistes ont remarquées le long de nos veines, Descartes, l'Hom. Deux portes sont au cœur ; chacune a sa valvule, La Fontaine, Quinquina, I. Il [Ruysch] avait dit que la résistance qu'il sentait en soufflant les vaisseaux lymphatiques d'un certain sens, lui faisait croire qu'il s'y trouvait des valvules, qu'il n'avait pourtant point encore vues, Fontenelle, Ruysch. Il n'y a pas une seule veine qui n'ait ses valvules, ses écluses, pour ouvrir au sang des passages, Voltaire, Jenni, 8. La connaissance des valvules dans les veines prépara la découverte de la circulation du sang, Sennebier, Art d'observ. t. I, p. 126.

    Valvule bicuspide, la valvule auriculo-ventriculaire gauche.

    Valvule tricuspide ou mitrale, la valvule auriculo-ventriculaire droite

    Valvule iléo-caecale ou de Bauhin, la valvule qui sépare l'iléon et le caecum.

HISTORIQUE

XVIe s. Après ces ventricules, faut considerer les orifices et valvules d'iceux, Paré, II, 13.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VALVULE, s. f. (Méchan.) est la même chose que soupape. Voyez Soupape. Ce mot vient du mot latin valvæ, porte à deux battans, parce que les valvules s’ouvrent & se ferment à-peu-près comme ces sortes de portes.

Valvule, (Physiologie.) petite membrane attachée à la paroi intérieure des veines, pour faciliter le cours du sang vers le cœur, & empêcher son retour vers les extrémités.

La structure des valvules est une méchanique fort considérable entre les organes qui servent à la distribution des humeurs. Exposons cette méchanique.

Les valvules font le même office à l’égard des humeurs contenues dans le corps des animaux, que font dans les machines hydrauliques, les soupapes, ou les autres machines équipollentes à des soupapes, que l’on emploie pour laisser couler l’eau d’un sens, & lui fermer le passage, en l’empêchant de retourner d’où elle est venue. Or comme on se sert de trois sortes de soupapes, il y a aussi de trois sortes de valvules qui empêchent que les humeurs qu’elles ont laissé passer dans les canaux ne puissent retourner.

Les trois especes de soupapes sont la soupape à clapet, la soupape en cône & la soupape en maniere de porte à deux battans. La soupape à clapet est une lame plate & quarrée, qui étant attachée par un de ses côtés, peut, étant abattue & appliquée sur un trou, le boucher ou le déboucher lorsqu’elle est levée.

L’espece de valvule qui a rapport à ce clapet, est la moins ordinaire ; on en trouve à l’embouchure des ureteres dans la vessie, ou la tunique interne de la vessie couvre le trou par où l’uretere, après s’être coule entre les deux membranes dont la vessie est composée, fait passer l’urine dans la capacité de la vessie ; car cette membrane que l’urine leve pour entrer, est rabattue par la même urine, qui la colle contre les bords du trou après qu’elle est passée.

On a trouvé une pareille valvule dans la vésicule du foie d’un bœuf au milieu de la partie de son fond, ou elle est attachée au foie. Cette valvule étoit une membrane qui couvroit un trou faisant l’embouchure d’un rameau de la bile, qui ayant plusieurs racines répandues dans tout le foie, apportoit cette humeur dans la vésicule.

La seconde espece de soupape qui est en cône, agit d’une autre maniere ; car la partie faite en cône laisse passer l’eau qui vient du côté de la pointe du cône, parce qu’elle est poussée par l’eau & levée, en sorte qu’elle ouvre en partie le trou rond du cercle, qu’elle fermoit entierement lorsqu’elle étoit abaissée ; mais elle empêche que l’eau ne retourne, parce que venant vers la base du cône, sa pesanteur fait rentrer le cône dans le trou du cercle qu’elle bouche fort exactement, n’y ayant rien qui bouche si bien un trou, qu’un cône ou foret.

L’espece de valvule qui répond à cette sorte de soupape est appellée sigmoïde, parce que le bord de la membrane qui la compose represente un C, qui est un sigma des anciens caracteres grecs. Cette membrane, qui est comme un sac ou capuchon, fait un cône, lorsqu’étant remplie elle est dilatée ; car la moitié du bord de cette membrane étant attachée à la tunique de la veine, il arrive nécessairement que lorsque le sang monte dans la veine, il pousse la partie détachée, & la collant contre la tunique de la veine, il se fait passage ; au contraire, lorsque le sang vient à descendre, il sépare la partie détachée d’avec la tunique de la veine contre laquelle elle étoit collée, & emplissant le fac, l’arrondit, & lui donne la figure conique dont la base emplit toute la rondeur du conduit de la veine, de même que la base du cône de la soupape remplit la rondeur du cercle qui la soutient.

Il se trouve dans quelques poissons, comme dans la raie, que ces valvules, au-lieu d’être des sacs composés de membranes, sont des chairs solides qui doivent apparemment en se gonflant & en se rétrécissant, faire l’effet que la valvale sigmoïde sait en s’emplissant & en se vuidant de sang. Et il faut supposer que ces chairs ont des pores ouverts vers le côté où le sang doit couler, & qu’ils sont fermés vers celui d’où il vient ; en sorte que lorsque le sang fait effort pour passer, il comprime ces chairs, & en exprime le sang ; & lorsqu’il fait effort pour retourner, il les remplit, & les faisant gonfler, il bouche le passage, y ayant apparence que ces valvules charnues ne sont effectivement autre chose qu’un amas d’une infinité de petits sacs remplis de sang.

Ces valvules sigmoïdes se trouvent presque dans tous les vaisseaux ; il y en a dans les veines & dans les canaux lymphatiques, pour empêcher le retour des humeurs que ces vaisseaux contiennent, & pour aider au cours qu’elles doivent avoir : car les humeurs ne pouvant retourner lorsqu’elles ont passé au-dessus des valvules, la moindre compression que les veines ou vaisseaux lymphatiques souffrent par le mouvement de la respiration & des muscles de tout le corps, leur fait pousser le sang & la lymphe vers les endroits où les valvules leur donnent le passage libre.

Cela se fait par la même raison qui fait monter un épi de blé le long du bras, quand il est mis entre le bras & la manche de la chemise la queue en haut, & les barbes de l’épi en en-bas, quoique la structure de cette machine soit différente de celle des valvules ; car l’épi monte lorsqu’on remue le bras, parce qu’il ne peut aller en en-bas, & qu’il va aisément en en-haut, attendu que rien ne l’en empêche, & que le mouvement du bras agissant sur l’épi, l’oblige à ne pas demeurer en une place.

Il y a aussi de ces valvules dans le cœur ; savoir trois qui ferment l’aorte à la sortie du ventricule gauche, & empêchent que le sang n’y rentre ; & trois qui de la même maniere forment la veine artérieuse, & qui empêchent que le sang, qui pour passer dans le poumon est sorti du cœur, n’y rentre. Les gros rameaux de veines ont ordinairement deux valvules vis-à-vis l’une de l’autre, & les petits n’en ont qu’une : quand les valvules doubles sont enflées par le sang qui les emplit, elles ont la figure d’un demi-cône, & celle du tiers d’un cône quand elles sont triples.

La troisieme espece de soupape n’a point encore le nom, mais M. Perrault a cru qu’il lui en étoit dû un à cause qu’elle agit de même que les soupapes. Ces soupapes de la troisieme espece sont ordinairement sans comparaison plus grandes que les autres, qui ne passent guere quatre ou cinq pouces de diametre, au-lieu que celles-là ont jusqu’à deux ou trois toises ; on s’en sert pour les écluses. Ce sont deux battans de porte que l’eau ferme en les poussant & en les faisant approcher l’un de l’autre ; & elles demeurent en cet état, tant à cause qu’elles sont retenues par des chaînes, que parce qu’elles se soutiennent d’elles-mêmes, étant appuyées l’une contre l’autre, & faisant un angle opposé au cours de l’eau.

Il y a dans le cœur des valvules qui agissent par une même raison : on les appelle tricuspides ou tricuspidales, parce qu’elles ont trois pointes étant de forme triangulaire : car quoique ces petites portes du cœur ne soient pas quarrées, elles font néanmoins le même effet que les portes des écluses qui le sont en ce que s’approchant & se joignant par leurs côtés elles ferment le passage au sang, & l’empêchent de sortir des ventricules du cœur, quand il y est entré par la veine cave ou par l’artere veineuse. Et de même que les valvules tricuspides se touchent par deux côtés étant attachées au cœur par le troisieme, les portes des écluses se touchent aussi par un côté, & touchent au fond de l’écluse par un autre, le troisieme étant attaché à la muraille.

Or parce que ces valvules ne sont pas d’une matiere ferme, comme les portes qui résistent à l’impulsion de l’eau lorsqu’elles sont jointes l’une contre l’autre, la nature leur a donné un autre moyen de résister à l’impulsion du sang, & cela se fait par un grand nombre de ligamens, qui sont comme autant de petites cordes attachées aux deux bords de chaque valvule, de même que les portes des écluses sont retenues par des chaînes : car ces ligamens empêchent que lorsque le sang a fait approcher les membranes qui sont le corps de la valvule, elles ne soient pas poussées plus avant ; si cela arrivoit, elles ne pourroient empêcher le sang de passer & de retourner d’où il est venu.

Il y a de cette espece de valvules dans le cœur à l’extrémité des vaisseaux qui apportent le sang dans chaque ventricule, savoir la veine cave, qui le rapporte de tout le corps dans le ventricule droit, & l’artere veineuse qui est proprement une veine qui rapporte dans le ventricule gauche le sang que la veine artérieuse a répandu dans le poumon. La veine cave a trois de ces valvules ; mais l’artere veineuse n’en a a que deux, parce qu’elle ne rapporte pas tant de sang dans le ventricule gauche, que la veine cave en rapporte dans le droit ; une partie du sang que la veine cave rapporte dans le cœur, & que la veine artérieuse distribue dans le poumon, étant consumée pour nourriture de cette partie, qui en dissipe beaucoup.

Toutes ces valvules, tant les sigmoïdes, que les tricuspidales, se trouvent dans le cœur de presque tous les animaux terrestres qui sont un peu grands : dans les oiseaux elles sont autrement, & les anfractuosités des ventricules sont aussi différentes ; les ventricules même ne sont pas en même nombre ; ceux d’entre les poissons qui ne respirent point, n’ont qu’un ventricule dans le cœur ; mais ce ventricule a deux sacs, qui sont comme ses oreilles : dans l’un de ses sacs, que j’appelle l’oreille droite, la veine cave porte le sang par deux troncs : de l’autre sac, qui est comme l’oreille gauche, l’aorte sort faisant un seul tronc. Les valvules sont dans le cœur à l’entrée de chaque sac ; elles sont sigmoïdes, deux à chaque entrée. Celles qui empêchent que le sang ne retourne dans la veine cave sont mieux fermées, & doivent avoir plus de force pour le retenir, que celles qui l’empêchent de retourner de l’aorte dans le cœur.

Jacques Sylvius, le grand admirateur de Galien, & l’ennemi juré de Vesale, a le premier découvert les valvules qui sont à l’orifice de la veine azigos, de la jugulaire, de la brachiale, de la crurale, & du tronc de la veine cave qui part du foie. Il les nomma épiphises membraneuses ; Fabricius ab Aquapendente revendique à tort l’honneur de cette découverte ; il n’a que celui d’en avoir donné une plus exacte description, & de leur avoir imposé le nom de valvules, qu’elles retiennent encore aujourd’hui ; nom qui leur convient en effet, tant par rapport à leurs usages, qu’à l’égard de leur structure. Eustachius apperçut le premier la valvule placée à l’orifice de la veine coronaire dans le cœur. Il prétend encore avoir découvert la valvule que quelques auteurs appellent valvula nobilis, placée dans la veine cave, tout proche de l’oreillette droite du cœur. Cependant Jacques Sylvius paroît avoir remarqué cette valvule avant Eustachi ; mais ce dernier l’a bien mieux décrite. (D. J.)

Valvules du cœur, (Anatom.) especes de soupapes qui sont aux orifices des ventricules du cœur.

Ces valvules ou soupapes sont de deux sortes ; les unes permettent au sang d’entrer dans le cœur, & l’empéchent d’en sortir par le même chemin ; les autres le laissent sortir du cœur, & s’opposent à son retour. Celles de la premiere espece terminent les oreillettes, & celles de la seconde occupent les embouchures des grosses arteres. On a donné à celles-ci le nom de valvules semi-lunaires ou valvules sigmoïdes, & aux autres celui de triglochines ou tricuspides ou mitrales.

Les valvules triglochines ou tricuspides du ventricule droit sont attachées à l’orifice auriculaire du ventricule, & s’avancent dans la même cavité de ce ventricule. Elles sont comme trois languettes fort polies du côté qui regarde l’embouchure de l’oreillette, garnies de plusieurs expansions membraneuses & tendineuses du côté de la cavité ou surface interne du ventricule, & elles sont comme découpées ou dentelées par leurs bords. Les valvules de l’orifice auriculaire du ventricule gauche sont de même forme & structure ; mais il n’y en a que deux, & on les a nommées valvules mitrales à cause de quelque ressemblance à une mitre qu’elles représentent assez grossierement.

Ces cinq valvules sont très-minces, & elles sont attachées par plusieurs cordes tendineuses aux colonnes charnues des ventricules. Les cordages de chaque valvule sont attachées à deux colonnes. Il y a entre ces valvules d’autres petites de la même figure. On peut aussi appeller toutes ces valvules tricuspides en général valvules auriculaires ou valvules veineuses du cœur.

Les valvules semi-lunaires ou valvules sigmoïdes sont au nombre de six, trois à chaque ventricule, & à l’embouchure des grosses arteres. Le nom de valvules artérielles leur convient assez. Elles sont faites à-peu-près comme des paniers de pigeon. Leurs concavités regardent la paroi ou concavité de l’artere, & leurs convexités s’approchent mutuellement. En examinant ces valvules avec le microscope, on trouve des fibres charnues dans la duplicature des membranes dont elles sont composées.

Elles sont vraiment semi-lunaires, c’est-à-dire en forme de croissant, par les attaches de leurs fonds ; mais elles ne le sont pas par leurs bords flottans ; car ces bords représentent chacun deux petits croissans, dont deux extrémités se rencontrent au milieu du bord, & y forment une espece de petit mamelon. Winslow. (D. J.)

Valvules des intestins ; « dans le jejunum & l’ileum, la tunique interne ayant plus d’étendue que l’externe, est fort ridée. On a cru que les plis tachés qu’elle forme, faisoient en quelque maniere la fonction des valvules ; c’est pourquoi ils ont été nommés valvules conniventes, en latin valvulæ conniventes ».

Valvules des vaisseaux lactés ; « les vaisseaux lactés qui s’ouvrent dans les intestins, reçoivent la partie du chyle qui est préparée & fluide, & paroissent par intervalles comme s’ils étoient liés & serrés. Quand on les comprime, ils ne laissent pas refluer la liqueur vers les intestins, quoiqu’elle soit aisément poussée vers les glandes : ce qui montre qu’il y a des valvules dans les vaisseaux lactés, mais qui sont trop petites pour être visibles. » Id. ibid. p. 56.

Valvule du colon, le colon a une grande valvule pour empêcher les excrémens de rentrer dans l’ileon ; il a aussi plusieurs autres valvules pour retarder la descente des matieres. Voyez Colon & Excrément.

Constantin Varole, boulonois, médecin du pape Grégoire XIII. & qui mourut en 1570, fut le premier qui observa les valvules du colon. Bart. Eustachi, natif de San-Severino en Italie, découvrit vers ce même tems la valvule qui est à l’orifice de la veine coronaire, & cette valvule remarquable qui est à l’orifice du tronc inférieur de la veine cave, près de l’oreillette droite du cœur. Il est vrai qu’il ne la prit pas pour une valvule, mais seulement pour une membrane.

Lancisi, médecin du pape Clément XI. & qui a publié le premier les œuvres d’Eustachi, croit que l’usage de cette valvule est d’empêcher le sang de la veine cave supérieure de frapper avec trop de violence contre celui de l’inférieure. M. Winslow qui a examiné cela avec beaucoup de soin, est à-peu-près de même sentiment. Mém. de l’acad. des Sciences.

Mais comme cette valvule diminue peu-à-peu dans les enfans, de même que le trou ovale, & qu’à la fin elle disparoit entierement dans les adultes, il semble qu’elle a quelque autre usage qui regarde principalement la circulation du sang dans le fœtus.

En effet, par le moyen de cette valvule, M. Winslow concilie les deux systèmes opposés de la circulation du sang dans le fœtus, qui sont expliqués dans l’article Circulation. Voyez Circulation du sang, & Fœtus.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « valvule »

Lat. valvula, dimin. de valva, valve.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin valvula.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « valvule »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
valvule valvyl

Citations contenant le mot « valvule »

  • Le rapport de recherche sur le marché mondial de l’implantation de la valve aortique transcathéter (TAVI) a prédit une croissance futuriste puissante du marché de l’implantation de la valve aortique transcathéter (TAVI) et la fusion de plusieurs informations statistiques sur l’industrie respective. En outre, le rapport sur le marché mondial de l’implantation de valvules aortiques Transcatheter (TAVI) est considéré comme une découverte complète d’informations importantes liées au marché international. Instant Interview, Transcatheter Aortic Valve Implantation (TAVI) Market Size 2020-26:, Boston Scientific, Direct Flow Medical, Edwards Lifesciences Corporation – Instant Interview
  • Ce sont des modèles informatiques de valvules cardiaques aortiques de remplacement. Les modèles montrent des tissus biologiques intégrés dans les valves à des épaisseurs de 100%, 75%, 50% et 25%. Vous pouvez voir des battements dans les tissus plus minces en bas. Crédit: Ming-Chen Hsu. Actualités Santé, Les ingénieurs trouvent que des tissus plus minces dans les valves cardiaques de remplacement créent un flutter problématique - Actualités Santé
  • Une valvule iléo-caecale défectueuse est en outre souvent en cause. Ce "clapet" évite normalement la remontée des éléments présents dans le côlon. S’il ne joue plus son rôle de barrière, le microbiote du gros intestin se répand dans l’intestin grêle où il commet des dégâts. Une thyroïde paresseuse, une infection parasitaire, uns insuffisance du pancréas ou une maladie de Crohn peuvent aussi faire le lit du SIBO. Marie Claire, SIBO : Tout savoir sur la colonisation bactérienne chronique de l'intestin grêle - Marie Claire
  • Le prolapsus de la valve mitrale est un dysfonctionnement fréquent qui touche environ 12 personnes sur 1000 dans le monde. Cette anomalie consiste en ce que les valvules, qui servent de clapet à la valve anti-retour située entre l’oreillette gauche et le ventricule gauche (valve mitrale), ne se referment pas de façon harmonieuse. A la place, elles se gonflent vers le haut, dans l’oreillette gauche (prolapsus ou ballonisation). Il s’agit d’une anomalie cardiaque courante (1, é% de la population générale) et, dans de nombreux cas, elle ne provoque aucun symptôme et ne nécessitait jusqu’ici pas de traitement www.pourquoidocteur.fr, Prolapsus de la valve mitrale: une anomalie cardiaque fréquente et pas si bénigne
  • Quatre valvules permettent au sang de se déplacer dans le bon sens. Deux des valvules cardiaques séparent les oreillettes droite et gauche des ventricules droit et gauche. Les deux autres valvules séparent le ventricule droit de l'artère pulmonaire et le ventricule gauche de l'aorte. rts.ch, Le fonctionnement du cœur - rts.ch - Le coeur

Traductions du mot « valvule »

Langue Traduction
Anglais valve
Espagnol válvula
Italien valvola
Allemand ventil
Chinois
Arabe صمام
Portugais válvula
Russe клапан
Japonais バルブ
Basque balbula
Corse valvula
Source : Google Translate API

Synonymes de « valvule »

Source : synonymes de valvule sur lebonsynonyme.fr
Partager