La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « usine à trolls »

Usine à trolls

Variantes Singulier Pluriel
Féminin usine à trolls usines à trolls

Définitions de « usine à trolls »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

usine à trolls \y.zi.n‿a tʁɔl\ féminin

  1. (Internet) Organisme chargé de produire un trollage à grande échelle.
    • si cette affaire d’usine a trolls est avérée. elle traduit seulement ce que tout le monde sait, à savoir qu’il existe dans de nombreux pays des équipes de trolls payé pour faire passer un message politique. — (Célia Mascré, L’usine à trolls du Kremlin condamnée par la justice russe sur geopolis.francetvinfo.fr, 18 août 2015)
    • Les campagnes sur internet et les réseaux sociaux seraient, selon des documents obtenus et diffusés par le Dossier Centr de Mikhaïl Khodorkovski, orchestrées par l’Internet Research Agency liée à l’homme d’affaires russe Evgueni Prigozhin. Il dirigerait une « usine à trolls » à Saint-Pétersbourg à l’origine de campagnes d’e-influence à travers le monde via des faux profils sur les réseaux sociaux et des bots. — (Poline Tchoubar, « La nouvelle stratégie russe en Afrique subsaharienne : nouveaux moyens et nouveaux acteurs », Fondation pour la recherche stratégique, 11 octobre 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « usine à trolls »

 composé de usine et de troll
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « usine à trolls »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
usine à trolls yzin a trɔl

Citations contenant le mot « usine à trolls »

  • «C'était réellement une opération du gouvernement (nicaraguayen). L'usine à trolls était constituée par plusieurs groupes qui étaient administrés par de multiples entités gouvernementales», a déclaré à l'AFP le responsable mondial de la sécurité de Meta contre les opérations d'influence, Ben Nimmo. , Nicaragua : Facebook élimine une « usine à trolls » du gouvernement, à une semaine de la présidentielle
  • D'abord ce serait bien qu'un journaliste diplômé de l'université écrive en français et ne répète tout au long de cet articles "usine à trolls" par ci, "usine à trolls" par là... Usine de désinformation, agents, fausses nouvelles, déstabilisation, désinformation pourraient être employés plus judicieusement sur le sujet. Dans quel monde vivons nous si le résultat d'élections nationales dans les grands pays démocratiques occidentaux, concernant des dizaine de millions d'électeurs de tous bords, pouvaient être "réellement" modifié par ces entreprises ?! Prend-t-on l'électeur occidental du XXI° siècle pour un benêt illettré et inculte ? En niant toute implication, mine de rien, M Nexon parle tout de même de Griveaux dont tous les malheurs viennent d'un russe... Mais BJ s'est passé la corde au cou tout seul. Et même si la belle Alexandra, était un agent russe, il n'en reste pas moins que les faits sont avérés et même reconnus. On ne peut donc le qualifier de mensonge (fakenews) et les "trolls" ne seraient que des lanceurs d'alerte nous mettant en garde contre un politicien peu fiable et fragile. Enfin, je souris de voir ces politiques s'offusquer des "russes", quand les états-uniens écoutaient sans vergogne les communications de nos dirigeants ! Il est évident (au moins pour moi) que dans cette espèce de guerre froide permanente, chacun essaye de circonvenir et déstabiliser l'autre en fonction de ses intérêts. Et tous le moyens sont bons. Et tous le font... Une démarche qui se répand, et qui a aussi trouvé son point d'orgue en France avec l'affaire Fillon. Je doute qu'il soit le fait d'une "usine à trolls" russes, mais il y a un bien un "groupe" français qui a été à l'origine de cette entreprise bien documentée et menée. En fait, les politiques aimeraient bien nous faire avaler cette théorie de "l'usine à fausse nouvelles", qui arriverait à justifier leurs défaites (comme l'a fait H. CLinton... ), et les déboires scandaleux de leurs paires. Le Point, Russie : l'« usine de trolls » tourne à plein régime - Le Point
  • L’exemple le plus connu “d'usine à trolls” est celui de l’Internet Research Agency (IRA) mis en lumière en 2015 par une enquête du New York Times. Basée à Saint-Pétersbourg, l’agence employait des centaines de jeunes afin d'inonder réseaux sociaux, forums et journaux en ligne de messages à la gloire de la politique de Vladimir Poutine à l'aide de faux comptes. Selon un témoignage d’une ancienne employée de cette fabrique à trolls, l’objectif était de publier au moins 100 commentaires et 4 articles par jour. Impossible de relier ces usines à trolls au Kremlin, mais certaines pistes laissent peu de doutes sur l'implication de Moscou.  Challenges, La guerre de la désinformation de la Russie sur les réseaux sociaux - Challenges
  • « Moscou prépare une campagne d’information massive visant les médias et les hommes politiques étrangers. Son usine à trolls pourrait envoyer des spams contenant des informations erronées sur l’Ukraine », a-t-il ajouté. Bénin Actu, M. Kuleba accuse la Russie de préparer une "campagne de désinformation massive" pour affecter la fourniture d'armes. - Bénin Actu

Images d'illustration du mot « usine à trolls »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Usine à trolls

Retour au sommaire ➦

Partager