La langue française

Urodèle

Sommaire

  • Définitions du mot urodèle
  • Étymologie de « urodèle »
  • Phonétique de « urodèle »
  • Citations contenant le mot « urodèle »
  • Traductions du mot « urodèle »

Définitions du mot urodèle

Wiktionnaire

Nom commun

urodèle \y.ʁo.dɛl\ masculin

  1. (Zoologie) Animal du taxon des urodèles, amphibiens marchant avec quatre pattes, gardant une queue à l’état adulte et regroupant entre autres les salamandres et les tritons.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

URODÈLE (u-ro-dè-l') adj.
  • Terme de zoologie. Qui a une queue bien apparente.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « urodèle »

Du grec ancien οὐρά, ourá (« queue ») et de δῆλος, dễlos (« visible »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Οὐρὰ, queue, et δῆλος, apparent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « urodèle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
urodèle yrɔdɛl

Citations contenant le mot « urodèle »

  • La journée, cet urodèle se niche dans le bois mort. Il est donc probable qu'autrefois les anciens, en voyant l'animal s'échapper des bûches jetées dans le foyer, aient cru qu'il vivait là. L'autre explication est biologique. Science-et-vie.com, La salamandre survit-elle vraiment au feu ? - Science & Vie
  • Journaliste à l’Agence France Presse, Jean Raphaëlli a eu l’opportunité de se rendre dans de nombreuses régions du monde : « mon métier m’a permis de voyager dans le monde entier et ainsi de connaître une grande partie des espèces in situ et est aussi d’entrer en contact avec les spécialistes des urodèles un peu partout dans le monde ». , La science des salamandres s'écrit à Plumelec | La Gazette du Centre Morbihan
  • Menacé d'extinction dans la nature, l'urodèle abonde dans les laboratoires, où les chercheurs s'intéressent de très près à sa faculté de réparer des parties endommagées de son corps, membres ou organes (cerveau compris !) et « ses implications potentielles en médecine régénérative et sur la fertilité ». Amphibien qui finit bien  ? L'avenir le dira. Le Point, Ce que les Pokémon doivent à l'axolotl - Le Point
  • C’est le genre de pépère qui impose le respect. Et d’une, pour sa longévité. L’euprocte a chatouillé les pattes géantes des derniers dinosaures et leur a survécu. De la taille d’un lézard, l’espèce de cet amphibien à bouille ronde, corps sombre et vif comme l’onde affiche 65 millions d’années au compteur ! Et de deux, pour son extraordinaire capacité à se régénérer. On lui coupe un doigt de pied ? Il repousse. Un œil ? Idem. Et même une partie du cerveau ! On vous enjoint fermement, toutefois, à ne pas jouer les Docteur Folamour et laisser cette petite bestiole protégée vivre sa vie tranquillou dans les cours d’eau. Dans les cours d’eau audois dont elle raffole. C’est là la troisième raison de s’intéresser à cet urodèle localisé dans trois zones de la planète : la chaîne pyrénéenne, la Corse et la Sardaigne. ladepeche.fr, Carcassonne. L'amphibien fabuleux - ladepeche.fr
  • Restait à savoir jusqu’où allait l’installation de l’algue chez le vertébré : Ryan Kerney et ses collègues révèlent qu’elle ne se contente pas d’être sur l’œuf mais qu’elle est présente dans les cellules de l’embryon. Les chercheurs ont notamment utilisé la microscopie à fluorescence pour détecter la chlorophylle des algues dans les cellules embryonnaires de l’urodèle. Il s’agit donc d’un cas d’endosymbiose (du grec endon, en dedans). L’endosymbiose est un phénomène crucial pour l’évolution : c’est ainsi que nos cellules sont aujourd’hui équipées de leur centrale énergétique, les mitochondries. Ou que les plantes possèdent les plastes qui leur permettent de vivre de la photosynthèse. Ces organites seraient les descendants d’une bactérie absorbée il y a très longtemps par une cellule eucaryote (cellule possédant un noyau contenant l’ADN, comme les nôtres). Sciences et Avenir, L'étroite association d'une algue et d'une salamandre - Sciences et Avenir
  • Le triton marbré, rare en Midi-Pyrénées, est l'hôte des mares en bon état de conservation. Il représente un enjeu écologique fort (cliché Cambrony-Ecosphère). L'animal de la famille des salamandres peu être de grande taille. Les femelles peuvent mesurer jusqu'à 16 cm. Cet urodèle est facilement reconnaissable car il possède des marbrures qui vont du jaune au vert. La destruction des habitats de reproduction est aujourd'hui la plus grande menace touchant le triton. ladepeche.fr, Le triton marbré - ladepeche.fr
  • Si elle ne rencontre pas de voiture, une salamandre tachetée peut vivre 20 à 25 ans. C’est un amphibien urodèle, c’est-à-dire que son têtard garde sa queue quand il sort de l’eau, contrairement aux anoures comme les grenouilles et les crapauds. Le Telegramme, Le Télégramme - Vannes - Carte postale de la biodiversité. Des p’tites bêtes peu ordinaires : la salamandre tachetée (7/8)
  • Encore un flash sur les amphibiens avec cette photo réalisée au début du printemps à Tarcenay. Le triton alpestre (ichthyosaura alpestris) parce qu’on peut le rencontrer en altitude (jusqu’à 3000 m) est un urodèle de la famille des salamandridae. On le reconnaît à son ventre orange et à son corps brun verdâtre. En période nuptiale le mâle arbore une couleur bleu grisé avec une partie des flancs, les pattes et une ligne sur le dos de couleur blanche argentée tachetée de noir. Le mâle mesure entre 8 et 9 cm et la femelle entre 10 et 12 cm. Les membres sont courts et la queue est latéralement comprimée. On trouve le triton alpestre dans la plupart des points d’eau stagnante ou très faible débit (mares, étangs, ornières forestières et parfois abreuvoir à bétail). Il passe aussi une grande partie de sa vie sur terre et se nourrit d’invertébrés cloportes, petites limaces, mais aussi œufs d’autres amphibiens. Après avoir quitté sa cachette hivernale (cavité souterraine ou sous des tas de bois), il rejoint un point d’eau pour se reproduire et muer en perdant sa peau rugueuse et terne. Outre ses couleurs éclatantes pour attirer la femelle, le mâle ondule de la queue pour envoyer des phéromones attractives. Comme hypnotisée celle-ci suit docilement le mâle. Ce dernier éjecte alors un spermatophore (petit sac contenant les spermatozoïdes) qui se colle au niveau du cloaque de la femelle. Elle pond ensuite un à un ses œufs dans la végétation aquatique. Ils sont transparents, mesurent environ 2 mm et sont collés contre une feuille à l’abri de prédateurs. Au bout de quinze jours, suivant la température de l’eau, l’enveloppe de l’embryon se désagrège pour devenir une larve passant par divers stades d’évolution en immersion dans des points d’eau peu profonds et ensoleillés. Progressivement les pattes apparaissent. Le têtard ressemble à l’adulte et peut sortir de l’eau. Il pourra espérer vivre une vingtaine d’années. , Edition Besançon | Les tritons alpestres de Tarcenay

Traductions du mot « urodèle »

Langue Traduction
Anglais urodel
Espagnol urodel
Italien urodelo
Allemand urodel
Chinois 乌德尔
Arabe أورودل
Portugais urodel
Russe urodel
Japonais ウロデル
Basque urodel
Corse urodel
Source : Google Translate API
Partager