La langue française

Ulster

Sommaire

  • Définitions du mot ulster
  • Étymologie de « ulster »
  • Phonétique de « ulster »
  • Citations contenant le mot « ulster »
  • Images d'illustration du mot « ulster »
  • Traductions du mot « ulster »
  • Synonymes de « ulster »

Définitions du mot « ulster »

Trésor de la Langue Française informatisé

ULSTER, subst. masc.

Vx. ,,Pardessus d'hiver très long et ressemblant à une robe de chambre`` (Leloir 1961). Ils étaient trois, vêtus d'ulsters garnis de martre (Cros, Coffret santal, 1873, p. 116).Rouletabille entrait dans ma chambre. Il était vêtu d'un complet à carreaux en drap anglais, avait un ulster sur le bras, une casquette sur la tête et un sac à la main (G. Leroux, Myst. ch. jaune, 1907, p. 123).
P. métaph. Là-bas, l'Hiver tousse et grelotte En son ulster de neige ouaté (Laforgue, Poés., 1887, p. 205).
REM.
Ulster-coat, subst. masc.Pardessus. Son squelette disparaissait des talons à l'occiput sous un « ulster-coat » à grands carreaux, et dans sa main il serrait la poignée d'un sac de voyage en cuir verni (Verne, 500 millions, 1879, p. 8).
Prononc.: [œlstε:ʀ], [yls-]. Littré, Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930 [y-]. Mart. Comment. prononce 1913, p. 126, note [y], en progrès par rapport à [œ], ds ulster, tilbury, humour, nurse, voire trust. Étymol. et Hist. 1873 (Cros, loc. cit.). Mot angl. (att. en 1878 ds NED), d'abord empl. dans les expr. Ulster coat ou overcoat, formées de Ulster, alors province d'Irlande, de (over)coat « par-dessus », noms donnés à une mode de manteau d'hiver introduite en Grande-Bretagne en 1867 par J. G. M'Gee et Co de Belfast (Rey-Gagnon Anglic. 1981). Ulster coat est att. en fr. (1879, Verne, loc. cit.). Bbg. Bonn. 1920, p. 163.

Wiktionnaire

Nom commun

ulster \yl.stɛʁ\ masculin

  1. (Habillement) Pardessus en forme de robe de chambre dont la mode est venue d’Angleterre vers 1872.
    • Aux jeunes gens empaquetés de nos jours dans les ulsters à la mode, il montrait son par-dessus serré à la taille. — (Journal des Débats, 6 mars 1877)
    • Les Hollandais, s’ils vivaient de nos jours, ne tireraient certainement leurs tableaux que de la vie moderne, et ne s’arrêteraient pas pour si peu à la forme d’un raglan ou d’un ulster. — (Émile Bergerat, Journal Officiel 17 avril 1877, page 2918, 2e colonne)
    • Il était vêtu d’un complet à carreaux, en drap anglais, avait un ulster sur le bras, une casquette sur la tête et un sac à la main. — (Gaston Leroux, Le Mystère de la chambre jaune, Pierre Lafitte, Paris, 1907)
    • Dickson et Tom firent un coussin de leurs ulsters, ce qui leur permit de ne pas redouter les féroces fragments de verre pendant leur escalade. — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Etoiles de la mort, 1933)
    • “Larmandie a eu l’ulster qu’il méritait, commente Jeanne Proust avec son humour typique – on ne lui fait pas même l’honneur de citer son nom dans les vaincus.” Ulster désigne un long pardessus. Autrement dit : il s’est pris une veste, et de taille ! — (Évelyne Bloch-Dano, Une jeunesse de Marcel Proust, Stock, Paris, 2017)


Nom commun

ulster \ʌl.stə\

  1. Ulster (pardessus).
  • Then the Bi-Coloured-Python-Rock-Snake scuffled down from the bank and said, 'My young friend, if you do not now, immediately and instantly, pull as hard as ever you can, it is my opinion that your acquaintance in the large-pattern leather ulster' (and by this he meant the Crocodile) 'will jerk you into yonder limpid stream before you can say Jack Robinson.' — (Rudyard Kipling, L'Enfant d'éléphant, des Histoires comme ça, 1902)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ULSTER (ul-stèr) s. m.
  • Pardessus en forme de robe de chambre dont la mode nous est venue d'Angleterre vers 1872. Aux jeunes gens empaquetés de nos jours dans les ulsters à la mode, il montrait son par-dessus serré à la taille, Journ. des Débats, 6 mars 1877. Les Hollandais, s'ils vivaient de nos jours, ne tireraient certainement leurs tableaux que de la vie moderne, et ne s'arrêteraient pas pour si peu à la forme d'un raglan ou d'un ulster, E. Bergerat, Journ. offic. 17 avril 1877, p. 2918, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ULSTER, (Géog. mod.) en latin Ultonia & Ulidia, par les Irlandois Cui-Guilly, c’est-à-dire province de Guilly ; les Gallois disent Ultw, & les Anglois Ulster, province d’Irlande, bornée au nord par l’Océan septentrional ; au midi, par la province de Leinster ; au levant, par le canal de S. George ; & au couchant, par l’Océan occidental ; de sorte qu’elle est environnée de trois côtés par la mer. Sa longueur est d’environ 116 milles, sa largeur d’environ 100 milles, & son circuit, en comptant tous les tours & retours, d’environ 460 milles.

Cette province a de grands lacs, d’épaisses forêts, un terroir fertile en grains & en pâturages, & des rivieres profondes & poissonneuses, sur-tout en saumons.

La contrée d’Ulster étoit anciennement partagée entre les Erdini qui occupoient Fermanagh & les environs ; les Venicnii qui avoient une partie du comté de Dunnagal, les Robognii qui possédoient Londonderry, Antrim & partie de Tyronne, les Volentii qui demeuroient autour d’Armaph, les Darni qui habitoient aux environs de Down & les parties occidentales.

Tir-Owen soumit tout ce pays aux Anglois, qui le divisent actuellement en dix comtés : cinq de ces comtés, savoir Louth, Down, Antrim, Londonderry & Dunnagal confinent à la mer ; les cinq autres, savoir Tyronne, Armagh, Fermanagh, Monaghan & Cavan sont dans les terres. Londonderry est regardée pour être la capitale.

Ulster donne le titre de comte au frere ou à un des fils des rois d’Angleterre, qui est d’ailleurs créé duc d’Yorck. Il y a dans cette province un archevêché, six évêchés, dix villes qui ont des marchés publics, quatorze autres de commerce, trente-quatre villes ou bourgs qui députent au parlement d’Irlande, deux cens quarante paroisses, & plusieurs châteaux qui servent à la défense du pays.

Toute la province d’Ulster étant tombée à la couronne sous le regne de Jacques I. par un acte de prescription contre les rebelles, on établit une compagnie à Londres pour former de nouvelles colonies dans cette contrée. La propriété des terres fut divisée en portions médiocres, dont la plus grande ne contenoit pas plus de deux mille acres. On y fit passer des tenanciers d’Angleterre & d’Ecosse. Les Irlandois furent éloignés de tous les lieux capables de défense, & cantonnés dans les pays plats. On leur enseigna l’agriculture & les arts. On pourvut à leur sûreté dans des habitations fixes. On imposa des punitions pour le pillage & le vol. Ainsi de la plus sauvage & la plus désordonnée des provinces de l’Irlande, l’Ulster devint bientôt celle où le regne des lois & d’une heureuse culture parut le mieux établi.

Jacques I. ne souffrit plus dans ce pays-là & dans toute l’étendue de l’île d’autre autorité que celle de la loi, qui garantissoit à l’avenir le peuple du pays de toute tyrannie. La valeur des droits que les nobles exigeoient auparavant de leurs vassaux fut fixée, & toute autre exaction arbitraire défendue sous les plus rigoureuses peines.

Telles furent les mesures par lesquelles Jacques I. introduisit l’humanité & la justice dans une nation qui n’étoit jamais sortie jusqu’alors de la plus profonde barbarie, & de la plus odieuse férocité. Nobles soins ! fort supérieurs à la vaine & criminelle gloire de conquérans, mais qui demandent des siecles d’attention & de persévérance pour conduire de si beaux commencemens à leur pleine maturité. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ulster »

Du nom de la province d’Ulster.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

La province d'Ulster, en Irlande. Mais pourquoi a-t-elle donné son nom à ce vêtement ? est-ce l'étoffe ou la forme qui en vient ? Gâteuse (voy. ce mot au Supplément) est un autre nom de ce vilain par-dessus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ulster »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ulster ylste

Citations contenant le mot « ulster »

  • Raoul faut pas se faire un ulster pour ça ! www.lamontagne.fr, L'ASM ne pouvait espérer mieux en Ulster - Clermont-Ferrand (63000)

Images d'illustration du mot « ulster »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ulster »

Langue Traduction
Anglais ulster
Espagnol ulster
Italien ulster
Allemand ulster
Chinois 阿尔斯特
Arabe الستر
Portugais ulster
Russe пальто свободного покроя
Japonais アルスター
Basque ulster
Corse ulster
Source : Google Translate API

Synonymes de « ulster »

Source : synonymes de ulster sur lebonsynonyme.fr
Partager