La langue française

Tympanite

Définitions du mot « tympanite »

Trésor de la Langue Française informatisé

TYMPANITE1, subst. fém.

PATHOL. Distension de l'abdomen, provoquée par la présence excessive de gaz ou d'air dans les intestins ou dans la cavité péritonéale. Synon. météorisme, tympanisme (v. ce mot A).La tympanite est un amas de vents, d'air raréfié, ordinairement dans la cavité des intestins, et principalement dans les gros, qui distend tellement le ventre, que le malade a de la peine à respirer (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 247).Une vieille tante de son mari, affligée d'une tympanite,maladie où l'on p... perpétuellement (Goncourt, Journal, 1881, p. 125).
Prononc. et Orth.: [tε ̃panit]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. xves. timpanides « gonflement de l'abdomen » (Corbichon, Propr. des choses, VII, 51, B. N. 22533, fo123a ds Gdf. Compl.); 1759 tympanite (Rich.). Empr. au b. lat.tympanites « tympanite, enflure du ventre », d'apr. le gr. τ υ μ π α ν ι ́ τ η ς « malade atteint d'hydropisie », la maladie s'appelant τ υ μ π α ν ι ́ α ς « hydropisie où le ventre est tendu comme un tambour », de τ υ ́ μ π α ν ο ν « tambour ».

TYMPANITE2, subst. fém.

PATHOL. Inflammation de la membrane ou de la caisse du tympan. Synon. otite.Le matin, un peu de fièvre (...). Tympanite, par suite des fenêtres ouvertes (Michelet, Journal, 1860, p. 515).
Prononc. et Orth.: [tε ̃panit]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1845-46 tympanite auditive « otite de l'oreille moyenne » (Besch.). Dér. de tympan*; suff. -ite*.

Trésor de la Langue Française informatisé

TYMPANITE1, subst. fém.

PATHOL. Distension de l'abdomen, provoquée par la présence excessive de gaz ou d'air dans les intestins ou dans la cavité péritonéale. Synon. météorisme, tympanisme (v. ce mot A).La tympanite est un amas de vents, d'air raréfié, ordinairement dans la cavité des intestins, et principalement dans les gros, qui distend tellement le ventre, que le malade a de la peine à respirer (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 247).Une vieille tante de son mari, affligée d'une tympanite,maladie où l'on p... perpétuellement (Goncourt, Journal, 1881, p. 125).
Prononc. et Orth.: [tε ̃panit]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. xves. timpanides « gonflement de l'abdomen » (Corbichon, Propr. des choses, VII, 51, B. N. 22533, fo123a ds Gdf. Compl.); 1759 tympanite (Rich.). Empr. au b. lat.tympanites « tympanite, enflure du ventre », d'apr. le gr. τ υ μ π α ν ι ́ τ η ς « malade atteint d'hydropisie », la maladie s'appelant τ υ μ π α ν ι ́ α ς « hydropisie où le ventre est tendu comme un tambour », de τ υ ́ μ π α ν ο ν « tambour ».

TYMPANITE2, subst. fém.

PATHOL. Inflammation de la membrane ou de la caisse du tympan. Synon. otite.Le matin, un peu de fièvre (...). Tympanite, par suite des fenêtres ouvertes (Michelet, Journal, 1860, p. 515).
Prononc. et Orth.: [tε ̃panit]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1845-46 tympanite auditive « otite de l'oreille moyenne » (Besch.). Dér. de tympan*; suff. -ite*.

Wiktionnaire

Nom commun

tympanite \tɛ̃.pa.nit\ féminin

  1. (Nosologie) Gonflement de l’abdomen, causé par l’accumulation des gaz dans le tube digestif.
  2. (Nosologie) Inflammation de la cavité tympanique.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TYMPANITE (tin-pa-ni-t') s. f.
  • 1 Terme de médecine. Gonflement de l'abdomen produit par le développement de gaz dans le tube digestif.

    Tympanite péritonéale, dégagement de gaz dans le péritoine avec ou sans perforation de l'intestin.

  • 2En vétérinaire, formation et accumulation de gaz dans le tube digestif, plus particulièrement dans le rumen des bêtes bovine et ovine, dite aussi indigestion gazeuze.

HISTORIQUE

XVIe s. Quelquefois les visceres, comme ventricule et intestins, en sont remplis [d'air], comme en tympanites, Paré, V, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TYMPANITE, s. f. (Médec.) c’est ainsi que l’on appelle une maladie où le bas-ventre est considérablement enflé & résonne comme un ballon, lorsqu’on le frape ; on l’appelle aussi hydropisie seche, mais fort mal-à-propos, car cette hydropisie est sans eau ; s’il est permis de parler ainsi ; c’est ce que confirme l’ouverture des cadavres en qui on ne trouve pas une seule goutte d’eau dans la cavité du bas-ventre, ni dans le canal intestinal : bien des gens attribuent cette affection à la tension spasmodique du genre nerveux dans cette cavité, à l’accumulation du suc nerveux dans les nerfs de ses visceres qui distendant les membranes, y fait amasser l’air dans certains endroits, & l’empêche de circuler par les étranglemens qu’il cause dans certains endroits du canal ; mais cette idée est bien systématique, l’esprit animal y joue un trop grand rôle, pour qu’on la croie. Nous ne nions cependant pas que les spasmes convulsifs des nerfs ne concourent à cette maladie, & il est vraissemblable qu’elle dépend de la tension de ses parties, soit par l’obstruction du foie & de la rate qui retient le sang dans le bas-ventre, soit par les crispations des nerfs qui causent des étranglemens dans différens points du canal intestinal : mais la tension seule ne suffit pas ; l’air y entre pour quelque chose, le résonnement, le bruit que rend la cavité du bas ventre quand on le frape, sont des preuves palpables de ce que nous avançons.

L’air fera différentes explosions, il sera produit par les humeurs qui sont en stagnation dans les vaisseaux obstrués, il s’échappera des alimens, il distendra les parois de l’estomac, il roulera dans le canal intestinal, par l’étroitesse que produit dans les différens replis du canal la constriction ou la tension des membranes. Ainsi l’air s’amassant de plus en plus distendra les cavités, & augmentera la capacité du bas-ventre, jusqu’à lui donner une élevation énorme. Les cadavres morts de cette maladie ont les cavités remplies d’air, les vaisseaux obstrués chargés d’un sang noirâtre.

Cette maladie arrive dans tous les âges, elle est commune aux femmes après l’acouchement ; elle attaque les jeunes gens, les vieillards, les convalescens & sur-tout les hypochondriaques, tous ceux qui mangent beaucoup & qui digerent peu, sur tout après de grandes évacuations, comme il arrive aux femmes en couches, & aux convalescens, tous ceux en qui les resserremens convulsifs des visceres retiennent l’air exprimé des alimens dans les cavités des intestins, ce qui arrive aux gens vaporeux, à ceux que l’application continuelle de l’esprit & le chagrin empêchent de digérer comme il faut.

Pour peu que l’on considere encore la situation des malades à qui la tympanite survient ; on verra qu’elle est la suite de beaucoup de maladies aiguës & chroniques, elle succede aux vieilles obstructions du mesentere, elle accompagne le carreau ou l’état skirrheux du mesentere dans les enfans qui sont à la mamelle, elle suit les devoymens opiniâtres, les dissenteries ulcéreuses, elle est l’effet de l’affection hipochondriaque invétérée, elle finit les maladies de consomption ; il est notoire que dans ces malades les humeurs sont en dissolution, les solides à demi putréfiés, & l’air échappé des molecules des uns & des autres occupe les cavités.

Les signes de cette maladie, sont les suivans : il survient une tension dans la région des lombes & une constipation opiniâtre, ensuite de laquelle le bas ventre est considérablement distendu, le malade est sujet aux rapports, le pouls est inégal, l’appetit languissant & la soif excessive ; l’on sent dans les hypochondres & dans la région du nombril, une douleur poignante, mordicante, & une tension accompagnée de chaleur, on ne peut demeurer couché sur les côtés & la tumeur ne diminue point, lorsqu’on est couché sur le dos.

La tympanite fait une maladie dangereuse ; elle est absolument incurable, lorsqu’elle accompagne ou qu’elle suit l’hydropisie, à cause que la distention violente des intestins & des muscles épigastriques, en comprimant les veines retarde la circulation du sang, produit la constipation, supprime la transpiration ; la tympanite simple, lorsqu’elle est invétérée, & qu’on n’a pas soin d’y remédier sur le champ, dégenere dans les femmes & dans les enfans en une maladie chronique opiniâtre dont la mort est toujours la suite.

Le traitement s’exécute en employant les remedes cardiaques & stomachiques de même que les amers de tous genres ; après avoir fait précéder la saignée & les autres évacuans préliminaires, on peut employer les remedes aromatiques.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tympanite »

Du latin tympanites.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. timpanistre ; ital. timpanite ; du latin tympanites ; grec, τυμπανίστης, de τύμπανον, tambour.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tympanite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tympanite timpanit

Traductions du mot « tympanite »

Langue Traduction
Anglais tympanitis
Espagnol timpanitis
Italien timpanite
Allemand tympanitis
Chinois 鼓膜炎
Arabe التهاب الطبلة
Portugais timpanite
Russe тимпанит
Japonais 中耳炎
Basque tympanitis
Corse timpanite
Source : Google Translate API

Tympanite

Retour au sommaire ➦

Partager