La langue française

Transfigurateur, transfiguratrice

Définitions du mot « transfigurateur, transfiguratrice »

Trésor de la Langue Française informatisé

TRANSFIGURATEUR, -TRICE, adj. et subst.

I. − Adj. Qui transfigure, qui est capable de transfigurer. Clarté, vision transfiguratrice. La caste des artistes est au monde la plus isolée avec celle des amants, et presque pour les mêmes raisons (...), vaste aspiration vers la solitude, possession de secrets transfigurateurs (Thibaudet, Réflex. litt., 1936, p. 70).
Empl. subst. Et, pendant qu'il [le satyre] chantait toutes ces strophes tristes, Le grand souffle vivant, ce transfigurateur, Lui mettait sous les pieds la céleste hauteur (Hugo, Légende, t. 2, 1859, p. 608).Le Verseau est le grand transfigurateur de l'âme humaine (Divin.1964, p. 205).
II. − Subst. masc., JEUX, vx. Kaléidoscope. Les objets réunis à l'extrémité du tube présentent, à l'aide du mouvement de rotation imprimé à l'instrument, les combinaisons agréables et variées qui ont fait un moment la vogue du transfigurateur (D'Allemagne, Hist. jouets, 1902, p. 286).
Prononc.: [tʀ ɑ ̃sfigyʀatœ:ʀ], fém. [-tʀis]. Étymol. et Hist. a) 1819 subst. « kaléidoscope » et « ce qui rend différent » (Boiste); b) 1866 vision transfiguratrice (Hugo, Travaill. mer, p. 79). Dér. de transfigurer*; suff. -at-eur2*; cf. lat. chrét. transfigurator « celui qui transforme, altère (p. ex. la vérité) » (iies., v. Blaise Lat. chrét.).

Wiktionnaire

Nom commun

transfiguratrice \tʁɑ̃s.fi.ɡy.ʁa.tʁis\ féminin

  1. Féminin singulier de transfigurateur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « transfigurateur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
transfigurateur trɑ̃sfigyratœr

Citations contenant le mot « transfigurateur »

  • Flavio Boltro est un transfigurateur. Compagnon de route de Michel Petrucciani, Stefano Di Battista ou encore d’Eric Legnini, il s’approprie avec éminence chaque note qui émane de sa trompette. C’est dans cet esprit de liberté inconditionnelle, marqué d’une forte empreinte de Jazz Modal et de Rock, qu’il forme le Trio BBB, avec Mauro Battisti à la contrebasse et Mattia Barbieri à la batterie. Ils présentent leur album « Spinning » : un triangle des B qui tourne bel et bien rond ! , Flavio Boltro BBB Trio présente “Spinning” au Duc des Lombards | Italieaparis.net
  • Or, le major du concours en propose une audacieuse relecture. Celui que l’on tenait, naïvement jusqu’à présent, pour le génial paraphraseur de la (pseudo) culture bourgeoise, ironique satiriste de l’emphase, devient ici « transfigurateur » de « l’épopée populaire ». Et le brillant candidat ne saisit rien de l’ironique « impétuosité déployée par l’énergie populaire » ni de « ses flots vertigineux » et « fleuve refoulé ». Dans la copie, le « rythme est enlevé et énergique » comme en atteste la cruciale « ponctuation exclamative ».  Une connaissance (minimale) de Flaubert aurait pourtant suffi pour qualifier cette prose ridiculement emphatique de bovaryste. Causeur, Le niveau monte… aussi à Sciences Po! - Causeur
  • Hiba s’est modelé son esthétique atypique, sa stylistique caractéristique, sa technique spécifique. Ses créations ne se mesurent pas à la quantité des peintures qu’elle a produites depuis la prime enfance, elles se jaugent à la qualité de ses innovations picturales, dans une poétique visuelle assimilatrice de la nouvelle perception numérique de l’être et de l’étant, dans une sémiotique transfiguratrice des motifs classiques. Ainsi, le cheval devient une dentelure, saturée d’arabesques, qui procure à ses contours réalistes une étonnante expression vivante. Ainsi, une ruelle traditionnelle se transforme en tapisserie où l’arborescence ornementale suggère en latence l’effervescence urbaine qui la colore, l’affluence humaine qui l’anime, les réjouissances rituelles qui l’enfièvrent. Le décor explose en fête promise. Le miracle se produit quand les signes symboliques se métamorphosent en sensations communicatives. Atlasinfo, L’art alchimique de Hiba Khamlichi - Atlasinfo
  • Lire le livre de la nature. Apprendre à regarder la création. Comprendre l’interdépendance entre l’humain et son environnement. C’est tout cela que nous appelons une spiritualité écologique. Pourtant, il faut aller encore plus loin et dire le nom de « Dieu » lorsque nous parlons du créé. Car selon la tradition théologique de l’Église orthodoxe, il ne peut y avoir de spiritualité en dehors de l’action transfiguratrice de l’Esprit Saint. La nature est inséparable du don gratuit de la création par lequel Dieu nous rend responsables de sa préservation et de sa sauvegarde. Le don de la nature est l’expression aimante d’une beauté harmonieuse par laquelle la marque du divin ne saurait être épuisée. La Croix, Pour une spiritualité écologique, le message du Patriarche Bartholomée
  • 23. Le rite du mariage comprend de nombreuses demandes pour avoir des enfants, y compris la prière du psalmiste que le couple nouvellement marié vivra pour voir les « enfants de leurs enfants ». Certains des enfants qui enrichissent le nouveau foyer créé par le mariage peuvent être le fruit de l’union sexuelle du couple, tandis que d’autres peuvent être adoptés et d’autres encore peuvent être placés ; mais tous sont également les bienvenus au sein du sanctuaire familial et du corps de l’Église. La parentalité est un symbole par excellence de la puissance transfiguratrice de l’amour, ainsi que de l’amour de Dieu pour ses créatures. La bénédiction des enfants entraîne la vocation de la famille dans son ensemble à créer une sorte de communauté, un microcosme emblématique d’une création rachetée, et donc aussi un lieu d’hospitalité pour ceux qui ne font pas partie de son entourage immédiat. Si le véritable amour est toujours fécond, cette fécondité ne s’exprime pas seulement à travers les enfants. Elle peut également se manifester par les dons divers de l’Esprit : l’hospitalité, le service et les efforts communs de toutes sortes. Pourtant, rien de tout cela n’est aisé à réaliser. Les enfants sont une bénédiction glorieuse, mais dans le monde déchu, chaque bénédiction est altérée par la malédiction d’Adam et Ève. La parentalité est également une œuvre ascétique, non seulement parce que les parents doivent sacrifier leurs propres intérêts pour ceux de leurs enfants (ce qui peut être une grande joie en soi), mais parce que les parents doivent également endurer les souffrances, les peurs et les tristesses de leurs enfants, ou reconnaître parfois leurs propres échecs dans l’éducation de leurs enfants. Parfois, comme la Mère de Dieu elle-même, les parents doivent supporter la perte d’un fils ou d’une fille, douleur plus grande que toute autre, que la vie peut apporter et qui transperce l’âme comme par une épée (Lc 2, 32). Idéalement, bien sûr, les deux parents seront présents tout au long de l’éducation de leurs enfants ; mais parfois, à la suite d’un décès, d’un divorce ou d’autres malheurs, cette tâche incombe à un seul parent. Dans ces circonstances, l’Église a la responsabilité particulière, en tant que famille du corps du Christ, d’apporter son réconfort et son soutien – matériel, émotionnel et spirituel. De plus, l’Église devrait étendre le don sacramentel du baptême à tous les enfants, quelle que soit la manière dont ils ont été conçus ou adoptés. La Croix, III. Le cours de la vie humaine
  • Zombi Child se réfère moins en effet à la créature hollywoodienne fantasmatique devenue putrescente machine de mort qu’au substrat haïtien qui lui a donné naissance : soit une personne condamnée à la mort sociale, empoisonnée, enterrée puis exhumée pour devenir, sous l’effet de la drogue et de la sujétion, un marginal sous contrôle, un esclave pour dire le mot. Sans doute l’histoire de l’esclavagisme, et son refoulement, nourrit-elle l’une et l’autre de ces productions. Il y aurait toutefois, du moins au cinéma, une manière américaine et une manière française, non moins politiques l’une que l’autre, de s’y référer. La première, transfiguratrice et horrifique. La seconde, à la fois plus poétique et plus proche de la source originelle. Le Monde.fr, Festival de Cannes 2019 : « Zombi Child », un Paris-Haïti, destination vaudou
  • Franz Schubert (1797-1828) : Du « Naïf » et du « Sentimental ». Lorsque Goethe s’interroge sur la fréquente précocité qu’il relève parmi les musiciens, il conclut que la musique est quelque chose d’inné et d’intérieur à nous qui ne demande pas à être nourrie ni informée par la vie. En 1813, au sortir de ses études, Schubert (1797-1828) est reconnu par son maître Salieri comme un génie qui sait déjà tout faire. Dès son plus jeune âge, il oriente son œuvre vers deux grands thèmes : le « Voyageur » et la « Mort » consolatrice, transfiguratrice et libératrice. Ce compositeur nous propose un univers sonore qui s’inscrit dans l’ordre du retour et non celui du devenir. Tout concours à développer un temps musical alliant la “permanence” à la “variation”. En voulant éterniser l’instant, Schubert nous propose une musique qui est le résultat d’une parfaite symbiose entre les concepts schillériens de la poésie « naïve » – née de l’instinct – et de la poésie « sentimentale » – résultant de la pensée organisée. Comme tout artiste qui limite la part de l’intellect dans son œuvre sous peine de lui ôter toute vie, il atteint le troisième stade de connaissance – le «supra intellectuel» – là où la pensée résonne et se résout dans le sensible. Ce mode de connaissance imprécis et ineffable traduit les pensées intérieures qui agitent l’artiste tout en lui permettant de s’en affranchir.  Unidivers, Franz Schubert (1797-1828) : du naïf au sentimental Médiathèque Violette Leduc ex Bibliothèque Faidherbe Paris samedi 8 février 2020
  • Haïti ne changera pas si nous n’élevons pas notre conscience afin de mettre notre poids dans la balance transfiguratrice de notre société. La position de spectateurs qu’adoptent la majorité d’entre nous est inadmissible. Au point où nous en sommes, même le rôle de simple acteur est irrecevable. Nous devons tous et toutes contribuer à réécrire le scénario de notre avenir. Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - Bonne année 2020 : Changeons de mentalité pour forcer le changement du système !
  • C’est en effet par la photographie et exclusivement par elle que Man Ray, artiste polymorphe et touche-à-tout, fut reconnu de son vivant. Quelles qu’aient pu être les ambitions de cet homme né à Philadelphie en 1890, ce n’est pas la peinture qu’il révérait qui le fit entrer dans l’histoire de l’art, mais ses beaux clichés. Non pas ceux d’un artiste en quête de formes et réalités nouvelles que la photographie, ce nouveau médium, aurait permis d’exprimer, mais ceux d’un photographe de mode. Peut-on imaginer sujet plus léger? Plus soumis aux contraintes triviales de l’économie, de la vulgarisation, et donc aux antipodes de la vocation transfiguratrice Le Figaro.fr, Man Ray, au-delà des clichés

Traductions du mot « transfigurateur »

Langue Traduction
Anglais transfigurator
Espagnol transfigurador
Italien transfigurator
Allemand transfigurator
Chinois 变形者
Arabe تبدل
Portugais transfigurador
Russe transfigurator
Japonais 変容者
Basque transfigurator
Corse trasfiguratore
Source : Google Translate API

Synonymes de « transfigurateur »

Source : synonymes de transfigurateur sur lebonsynonyme.fr

Transfigurateur

Retour au sommaire ➦

Partager