La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « tormentille »

Tormentille

Variantes Singulier Pluriel
Féminin tormentille tormentilles

Définitions de « tormentille »

Trésor de la Langue Française informatisé

TORMENTILLE, subst. fém.

BOT. Plante herbacée vivace de la famille des Rosacées, variété de potentille, commune dans les bois et les prés, caractérisée par une tige ramifiée, par des feuilles sessiles, digitées et dentées, par de petites fleurs jaunes, solitaires, à l'aisselle des feuilles, et dont le rhizome, contenant du tanin et une matière colorante rouge, est utilisé comme astringent. On pourra rendre les lavemens légèrement astringens avec la décoction de racine de tormentille (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 385(0)).
Prononc. et Orth.: [tɔ ʀmɑ ̃tij]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1314 (Chirurgie Henri de Mondeville, éd. A. Bos, no1799). Empr. au lat. médiév.tormentilla «id.» 1250 ds Latham, dér. dimin. de tormentum (v. tourment), à cause des propriétés curatives de cette plante; cf. l'a. m. fr. tormentine «id.» ca 1270 (Et. G. Paris, 266 d'apr. FEW t. 13, 2, p. 44a) − 1530, Palsgr., p. 284: tourmentine, et le lat. tormina «mal de ventre».

Wiktionnaire

Nom commun - français

tormentille \tɔʁ.mɑ̃.tij\ féminin

  1. (Botanique) Plante de la famille des rosacées, qui croît dans les bois et dans les lieux ombragés, et dont la racine est astringente.
    • La Tormentille est commune dans toute la France, jusqu’au sommet des Alpes. — (Albert Goris, ‎J. Demilly, La culture des plantes médicinales, 1919)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TORMENTILLE (tor-man-ti-ll', ll mouillées) s. f.
  • Plante de la famille des rosacées, dont la racine est astringente, tormentilla erecta, L.

HISTORIQUE

XIVe s. En France est esprouvée communement [contre les venins] racine de tourmentille, H. de Mondeville, f° 83 verso.

XVIe s. Tourmentille, ainsi ditte de ce qu'elle appaise le tourment des dents ; en latin on l'appelle septifolium, à cause du nombre de ses fueilles, De Serres, 620.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TORMENTILLE, s. f. tormentilla, (Hist. nat. Botan.) genre de plante à fleur en rose, composée de quatre pétales disposés en rond ; le calice de cette fleur est d’une seule feuille & profondément découpé, il a la forme d’un bassin ; le pistil sort de ce calice, & devient dans la suite un fruit presque rond, qui renferme beaucoup de semences réunies en une sorte de tête, & enveloppées par le calice. Ajoutez aux caracteres de ce genre que les feuilles excedent le nombre de trois, & qu’elles tiennent à l’extrémité du pédicule. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Tournefort nomme pour la premiere des cinq especes de ce genre de plante la tormentille sauvage, tormentilla sylvestris, I. R. H. 298. Elle pousse en terre une racine vive ou tubercule, de la grosseur du doigt ou plus, quelquefois raboteux, tantôt droit, tantôt oblique, de couleur obscure en-dehors, rougeâtre en-dedans, garni de fibres, & d’un goût astringent ; ses tiges sont grêles, foibles, velues, rougeâtres, longues d’environ un pié, ordinairement courbées & couchées par terre, entourées par intervalle de feuilles semblables à celles de la quinte-feuille, velues, rangées d’ordinaire au nombre de sept sur une queue. Ses fleurs sont composées chacune de quatre pétales jaunes, disposées en rose, soutenues par un calice fait en bassin découpé en huit parties, quatre grandes & quatre petites, placées alternativement avec seize étamines dans le milieu. Lorsque ces fleurs sont tombées, il leur succede des fruits sphéroïdes qui contiennent plusieurs semences menues, oblongues. Cette plante croît presque par-tout, aux lieux sablonneux, humides, herbeux, dans les bois & dans les pâturages maigres : elle fleurit en Mai, Juin & Juillet. Sa racine est astringente.

La tormentille des Alpes, tormentilla alpina major, differe de la précedente en ce que sa racine est plus grosse, mieux nourrie, plus rouge & plus remplie de vertu. On nous envoie cette racine seche, on doit la choisir récente, nourrie, grosse, nette, entiere, mondée de ses filamens, compacte, bien séchée, de couleur brune en-dehors, rougeâtre en-dedans, d’un goût astringent. (D. J.)

Tormentille, (Mat. méd.) ce n’est que la racine de cette plante qui est d’usage en Médecine. Quoique cette plante croisse dans toutes les provinces du royaume, on ne se sert presque cependant que d’une racine de tormentille qu’on nous envoie seche des Alpes, & qu’on doit choisir récente, bien sechée, compacte, de couleur brune en-dehors, rougeâtre en-dedans, d’un goût styptique.

Cette racine est une des substances végétales, douées de la vertu astringente vulnéraire, qu’on emploie le plus communément dans l’usage intérieur. On la fait entrer à la dose de demi-once jusqu’à une once par pintes de liqueur dans les tisanes astringentes, qu’on prescrit dans certains cours-de-ventre opiniâtres, dans les hémorrhagies, les fleurs blanches, les flux séreux qui suivent quelquefois les gonorrhées virulentes, &c. on la fait entrer aussi en substances à la dose d’un demi-gros ou d’un gros dans les opiates astringentes destinées aux mêmes maladies, où on la donne seule dans un excipient convenable pour remplir les mêmes indications, & même contre les flux dyssentériques, selon quelques auteurs. L’extrait de tormentille à la dose d’un gros ou de deux possede aussi à peu-près les mêmes vertus, quoique les extraits des substances végétales astringentes souffrent une altération considérable dans la préparation, qu’il s’en sépare une matiere terreuse qui contribue vraissemblablement à leur vertu, comme il a été dit de certaines écorces à l’article Extrait, Chimie, Pharmacie, &c. Voyez cet article.

La racine de tormentille réduite en poudre s’emploie aussi quelquefois extérieurement dans le traitement des plaies & des ulceres, sur lesquels on la répand pour les dessécher ; mais cette pratique est peu reçue. La décoction des racines de tormentille tenue dans la bouche, passe pour soulager très-efficacement la douleur des dents.

Cette racine entre dans le diascordium, la poudre astringente, les pilules astringentes, & la décoction astringente de la pharmacopée de Paris, dans l’huile de scorpion composée, dans l’emplâtre styptique, &c. son extrait entre dans la thériaque céleste. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tormentille »

Tourment ; provenç. tormentilla ; esp. tormentila ; ital. tormentilla.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tormentille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tormentille tɔrmɑ̃tj

Citations contenant le mot « tormentille »

  • Contre-indications : la tormentille peut réduire l'absorption du fer et provoquer une constipation. Pleinevie.fr, Mal de ventre, gastro-entérite : soigner ses maux avec la phyt... - Pleine vie
  • Parmi les potentilles sauvages, trois sont considérées comme officinales : la tormentille (Potentilla tormentilla) appelée aussi " herbe de la Sainte-Catherine " ou " Herbe au diable ", la potentille rampante (Potentilla reptans) ou " Patte de pigeon " et l'ansérine (Potentilla anserina) parfois nommée " patte d'oie ", ou " Herbe à cochons ". La racine de ces plantes possède des vertus astringentes qui l'on fait utiliser contre les dysenteries et les hémorragies. auJardin.info, Potentille arbustive, Potentilla fruticosa : planter, cultiver, multiplier

Traductions du mot « tormentille »

Langue Traduction
Anglais tormentil
Espagnol tormentil
Italien tormentil
Allemand quälend
Chinois 托曼蒂尔
Arabe عذاب
Portugais tormentil
Russe калгана
Japonais トルメンティル
Basque tormentil
Corse tormentil
Source : Google Translate API

Synonymes de « tormentille »

Source : synonymes de tormentille sur lebonsynonyme.fr

Tormentille

Retour au sommaire ➦

Partager