La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « tisserand »

Tisserand

Variantes Singulier Pluriel
Masculin tisserand tisserands

Définitions de « tisserand »

Trésor de la Langue Française informatisé

TISSERAND, -ANDE, subst.

A. −
1. Ouvrier, ouvrière qui fabrique les toiles et les étoffes au métier à tisser traditionnel. Navette de tisserand; quartier des tisserands; syndic, confrérie, corporation, communauté de tisserands. L'étage principal contenait les métiers des tisserands de draps et d'étoffes de serge (...) quatre mille métiers de trente à quarante ouvriers chacun (Michelet, Journal, 1840, p. 334).Le travail de la soie est à peu près exclusivement réservé aux femmes, lesquelles, en plusieurs casjustement les fileuses de soie, comme les tisserandes et quelques autressont constituées en « métiers », tout comme les hommes (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 141).
P. métaph. Ses feux [du soleil] sont les tisserands des éléments; ils les assemblent et les séparent; ils en sont à la fois la navette et les ciseaux (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 144).
En compos. ou en appos. Compagnon tisserand. Ces lutins domestiques (...) apprirent aux maîtres tisserands le secret des belles couleurs (Devigne, Légend. de Fr., 1942, p. 15).Avant la concentration manufacturière, le paysan-tisserand cauchois connut la renommée (Le Nouvel Observateur, 25 oct. 1976, p. 69, col. 2).
2. Mod. Artisan, créateur d'œuvres tissées dont il assure lui-même le dessin et la réalisation. (Dict. xxes.).
B. − Subst. masc., spéc.
1. ENTOMOL. Araignée qui produit en automne les filaments appelés fils de la Vierge. (Dict. xixes.).
2. ORNITH. Famille d'oiseaux de l'ordre des Sylvains qui comprend les tisserins, les loriots (d'apr. Privat-Foc. 1870).
Prononc. et Orth.: [tisʀ ɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:d]. Att. ds Ac. dep. 1694 (au masc.). Étymol. et Hist. 1. a) 1224 toisserans masc. plur. (Lett. de Pierre, abbé de S.-Denis et Mahieu, sire de Montmorency, A.N. K 830, pièce 1 ds Fagniez t. 1, p. 138); 1239 tisseranz (S. Loup, A. Aube ds Gdf. Compl.); b) ca 1260 tesseirande fém. (Etienne Boileau, Livre des métiers, éd. G. B. Depping, p. 99); 2. 1832 « famille d'oiseaux sylvains » (Raymond). Dér. de tistre anc. forme de tisser* à l'aide de l'anc. suff. germ. -enc (v. FEW t. 13, 1, p. 294); cf. également tissier « ouvrier qui tisse » (xiies.-1771 Trév.) et le prov. teissandier (dep. 1279), v. FEW, loc. cit., p. 291. Fréq. abs. littér.: 160.
DÉR.
Tisseranderie, subst. fém.Profession de tisserand et, p. ext., vendeur, négociant d'ouvrages fabriqués par les tisserands. C'était là, à l'entour de ces halles (...) que se massaient les artisans et les marchands, groupés par affinités corporatives (...) la tannerie; la draperie; la foulerie et la tisseranderie (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 13). [tisʀ ɑ ̃dʀi]. Att. ds Ac. dep. 1798. 1resattest. ca 1260 mestier de toissaranderie (Etienne Boileau, Livre des métiers, éd. Lespinasse et Bonnardot, p. 96), 1346 tiesseranderie (A. N. JJ 72, fo177 rods Gdf. Compl.); de tisserand, suff. -erie*.
BBG.George (K. E. M.). Les Désignations du tisserand ds le dom. gallo-rom. Tübingen, 1979, passim. − Quem. DDL t. 5.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

tisserand \tis.ʁɑ̃\ masculin

  1. (Entomologie) Tétranyque[1] (Tetranychus urticae, Koch 1836), acarien qui produit en automne les fils de la Vierge[2].
    • Le tétranyque tisserand est appelé par Geoffroy tisserand d’automne, et fait partie du genre acare.
  2. (Entomologie) Le lamie tisserand (Lamia textor, Linné 1758), gros coléoptère xylophage, de la famille des Cérambycidés.
  3. (Ornithologie) Improprement, le tisserin (genres Anaplectes, Pachyphantes ou Ploceus).
  4. (Ichtyologie) Le requin tisserand (Carcharhinus brevipinna, Müller & Henle 1839).

Nom commun 1 - français

tisserand \tis.ʁɑ̃\ masculin (pour une femme, on dit : tisserande)

  1. (Tissage) Ouvrier ou artisan qui tisse de la toile.
    • Ses deux garçons étaient tisserands, et dans ce vieux nid on entendait grincer les métiers et siffler les navettes du matin au soir. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Les maisons de tuffeau aux toits d’ardoise datent pour la plupart des XVe et XVIe siècles, et évoquent la riche cité d’artisans et de tisserands qu’était Crissay à la Renaissance. — (Alexandre Marion & Thibault Prugne, À la rencontre des plus beaux villages de France, 2011, p. 40)
    • Souviens-toi avec reconnaissance que l'Univers est un mystérieur tisserand qui entrelace tous les êtres... — (Jean Proulx, Grandir en humanité, Fides, 2018, p. 146)
  2. (Spécialement) Ouvrier qui fait des étoffes de laine ou de soie, canut.
      • Tisserand en drap, tisserand en soie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TISSERAND. n. m.
Ouvrier qui tisse de la toile. La navette d'un tisserand. Le métier d'un tisserand. Il se dit aussi des Ouvriers qui font des étoffes de laine ou de soie. Tisserand en drap, tisserand en soie.

Littré (1872-1877)

TISSERAND (ti-se-ran) s. m.
  • 1Ouvrier qui fait de la toile. Tisserand en basin. Nous ignorons qui a inventé la navette ; le premier tisserand, le premier maçon, le premier forgeron ont été sans doute de grands génies, Voltaire, Dict. phil. Antiquité. Aujourd'hui les tisserands travaillent, assis, sur une chaîne tendue horizontalement, et ils se servent d'un peigne perpendiculaire pour serrer le tissu ; au contraire, les premiers tisserands, c'est-à-dire ceux dont il est fait mention dans les plus anciens écrivains, travaillaient debout, sur une chaîne tendue perpendiculairement avec des poids, et ils frappaient sur la trame, pour serrer les tissus, avec une forte règle de bois horizontale, Mongez, Mém. hist et litt. anc. t. IV, p. 241.

    Fig. Vous n'ignorez pas, monsieur Bourdillon [pseudonyme de Voltaire lui-même], qu'un roi est comme un tisserand continuellement occupé à regarder les fils de sa toile qui se cassent, Voltaire, Lett. au roi de Pologne Poniatowski, 6 déc. 1767.

    Ouvrier qui fait des étoffes de laine ou de soie.

    Tisserand en drap ou tisserand drapant.

  • 2Nom spécifique du tétranyque tisserand (arachnides trachéennes), appelé par Geoffroy tisserand d'automne, et qui a fait partie du genre acare, LEGOARANT.

HISTORIQUE

XIIIe s. Peintres sont de trop grant valeur ; Il n'est tisserent ne laveur, Ne gent de teinturerie Qui ne leur doivent faire honneur, Dit des peintres. Nus ne puet [peut] estre toissarrans de lange à Paris, s'il n'achate le mestier du roi, Liv. des mét. 113.

XVe s. Le comte de Flandre s'en vint à Ypre, et là fit il decoller meschans gens tels que… tisserands qui avoient mis à mort ses chevaliers, Froissart, II, II, 63.

XVIe s. Quatrieme rang, qui sont les mestiers d'entre les mediocres et petits : tisserant en draps, ou drapier drappant, tisserant en toille, Édit, avril 1597.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TISSERAND. Ajoutez :
3 Au féminin, tisserande. La femme M…, tisserande, deux mois de prison (tribunal correct. de Lisieux), Gaz. des Trib. 23 août 1873, p. 812, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TISSERAND, s. m. terme générique, ce nom est commun à plusieurs ouvriers travaillans de la navette, tels que sont ceux qui font les draps, les tiretaines, & quelqu’autres étoffes de laine, qui sont appellés tisserans-drapans, tisseurs ou tissiers : ceux qui fabriquent les futaines se nomment tisserands-futainiers ; & ceux qui manufacturent les basins sont appellés tisserands en basins. Pour ce qui est des autres artisans qui se servent de la navette, soit pour fabriquer des étoffes d’or, d’argent, de soie, & d’autres étoffes mélangées pour faire des tissus & rubans ; ils ne sont point nommés Tisserands : les premiers sont appellés marchands, maîtres, ouvriers en draps d’or, d’argent, de soie, & autres étoffes mélangées, ou simplement ouvriers de la grande navette ; & les autres maîtres tissutiers-rubaniers ; ou bien ouvriers de la petite navette. (D. J.)

Tisserand, s. m. (Lainage.) ouvrier qui travaille de la navette dans les manufactures de lainage, & qui fait sur le métier, de la toile, des draps, des ratines, des serges, & autres étoffes de laines ; c’est-à-dire toutes ces étoffes telles qu’elles sont, avant d’avoir été au foulon & d’avoir reçu aucun apprêt. Savary. (D. J.)

Tisserand, s. m. (Toilerie.) artisan dont la profession est de faire de la toile sur le métier avec la navette : en quelques lieux on le nomme toilier, telier ou tissier. En Artois & en Picardie, son nom est musquinier. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tisserand »

Provenç. teisseran ; ital. tesserandolo ; de l'anc. franç. tessier, avec le suffixe and, ant, qui répond au suffixe anc. haut-allem. ing, inc, exprimant un métier (on trouve aussi écrit teisserenc, qui existe en outre comme nom propre). L'ancien tessier se retrouve dans les noms propres et dans les patois : Berry, tessier, texer, tissier. Le wallon dit tehen, qui répond à l'ancien teissant : XIIe s. Trenchede est ensement, cum de teissant, la meie vie, Liber psalm. p. 233.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) De l’ancien français tissier (« tisserand ») avec la finale germanique -anc[1] avec un ‹ d › non-étymologique comme dans allemand et normand ; → voir tisserin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tisserand »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tisserand tisrɑ̃

Citations contenant le mot « tisserand »

  • Visite de l’exposition permanente du musée du tisserand du samedi 19 septembre au dimanche 20 septembre à Musée du tisserand dauphinois Unidivers, Visite de l’exposition permanente du musée du tisserand Musée du tisserand dauphinois La Bâtie-Montgascon samedi 19 septembre 2020
  • À Poul-Fetan, vers 1850, pour leurs besoins quotidiens, les paysans avaient recours aux artisans pour leurs habits. Les responsables du site touristique ont donc choisi d’installer une chaumière, mettant à l’honneur le tisserand et le tailleur. , Quistinic. À Poul-Fetan, des métiers d’autrefois à l’honneur - Pontivy.maville.com
  • «Arkila» est un mot peulh qui signifie en français moustiquaire et « kerka »  est le nom du tissu. Aujourd’hui, ce noble tissage peulh n’existe pratiquement que dans les souvenirs d’un groupe restreint de personnes. Le kerka est une étoffe multicolore confectionnée par les tisserands. Il mesure 7 mètres de long et environ 4 mètres de large. Selon Abadi Afel Djiga, tisserand à Médina Coura, non loin de la Maison de la presse, les couleurs qui le composent sont le noir, le blanc, le vert, le jaune, le rouge, l’orange et le bleu. Il est utilisé par les peulh pour orner l’intérieur des chambres et sert aussi de tapis ou de rideau. , Tissu « arkila kerka » : De grande valeur, mais menacé de disparition - Bamada.net

Images d'illustration du mot « tisserand »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tisserand »

Langue Traduction
Anglais weaver
Espagnol tejedor
Italien tessitore
Allemand weber
Chinois 织工
Arabe ويفر
Portugais tecelão
Russe ткач
Japonais 織工
Basque weaver
Corse tejedor
Source : Google Translate API

Synonymes de « tisserand »

Source : synonymes de tisserand sur lebonsynonyme.fr

Tisserand

Retour au sommaire ➦

Partager