La langue française

Tire-fond, tirefond

Sommaire

  • Définitions du mot tire-fond, tirefond
  • Étymologie de « tire-fond »
  • Phonétique de « tire-fond »
  • Citations contenant le mot « tire-fond »
  • Images d'illustration du mot « tire-fond »
  • Traductions du mot « tire-fond »
  • Synonymes de « tire-fond »

Définitions du mot tire-fond, tirefond

Trésor de la Langue Française informatisé

TIRE-FOND, TIREFOND, subst. masc.

A. −
1. Vis dont la tête est un anneau et que l'on fixe dans un plafond, sur une solive, afin de supporter un appareil d'éclairage, un dais ou un ciel de lit. (Dict. xixeet xxes.).
2. ,,Anneau de fer qui se termine en vis et qui sert aux tonneliers pour élever la dernière douve du fond d'un tonneau, afin de la faire entrer dans la rainure`` (Ac. 1878, 1935).
3. CHIRURGIE
a) ,,Instrument analogue à un tire-bouchon, utilisé pour attirer ou soulever un os dans lequel il se visse`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b) Partie du tire-balle qui servait à extraire les projectiles des plaies causées par une arme à feu. (Ds Littré, Guérin 1892, DG).
B. − Grosse vis à bois employée notamment dans les travaux de charpente et pour fixer les rails de chemin de fer sur leurs traverses. On perce des avant-trous à l'endroit des tirefonds, et on les visse au moyen d'une clé (A. Leclerc, Télégr. et téléph., 1924, p. 304).
Prononc. et Orth.: [tiʀfɔ ̃]. Ac. 1694: tirefond; dep. 1718: tire-fond. Prop. du Conseil sup. de la lang. fr. ds Doc. admin. du J.O., 6 déc. 1990, p. 18, col. 1: tirefond. Plur. des tire-fond (Littré, Lar. Lang. fr.), des tire-fonds (Rob. 1990), des tirefonds. Étymol. et Hist. 1. 1470 « anneau de fer terminé en vis dont se servent les cavaliers pour attacher leurs chevaux à un arbre » (Arch. Nord, B 3539, fo44 rods IGLF); 2. 1549 « vis emmanchée à un anneau de fer dont se sert le tonnelier pour ajuster la dernière douve au fond d'un tonneau » (Est.); 3. 1876 ch. de fer (Lar. 19e). Comp. de tire, forme du verbe tirer* (sens B) et de fond*. Tirafons est att. en a. gasc. dès 1442 (Havard) et en prov. dès 1405 (d'apr. Pt Rob. 1980 et Rob. 1985).

TIRE-FOND, TIREFOND, subst. masc.

A. −
1. Vis dont la tête est un anneau et que l'on fixe dans un plafond, sur une solive, afin de supporter un appareil d'éclairage, un dais ou un ciel de lit. (Dict. xixeet xxes.).
2. ,,Anneau de fer qui se termine en vis et qui sert aux tonneliers pour élever la dernière douve du fond d'un tonneau, afin de la faire entrer dans la rainure`` (Ac. 1878, 1935).
3. CHIRURGIE
a) ,,Instrument analogue à un tire-bouchon, utilisé pour attirer ou soulever un os dans lequel il se visse`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b) Partie du tire-balle qui servait à extraire les projectiles des plaies causées par une arme à feu. (Ds Littré, Guérin 1892, DG).
B. − Grosse vis à bois employée notamment dans les travaux de charpente et pour fixer les rails de chemin de fer sur leurs traverses. On perce des avant-trous à l'endroit des tirefonds, et on les visse au moyen d'une clé (A. Leclerc, Télégr. et téléph., 1924, p. 304).
Prononc. et Orth.: [tiʀfɔ ̃]. Ac. 1694: tirefond; dep. 1718: tire-fond. Prop. du Conseil sup. de la lang. fr. ds Doc. admin. du J.O., 6 déc. 1990, p. 18, col. 1: tirefond. Plur. des tire-fond (Littré, Lar. Lang. fr.), des tire-fonds (Rob. 1990), des tirefonds. Étymol. et Hist. 1. 1470 « anneau de fer terminé en vis dont se servent les cavaliers pour attacher leurs chevaux à un arbre » (Arch. Nord, B 3539, fo44 rods IGLF); 2. 1549 « vis emmanchée à un anneau de fer dont se sert le tonnelier pour ajuster la dernière douve au fond d'un tonneau » (Est.); 3. 1876 ch. de fer (Lar. 19e). Comp. de tire, forme du verbe tirer* (sens B) et de fond*. Tirafons est att. en a. gasc. dès 1442 (Havard) et en prov. dès 1405 (d'apr. Pt Rob. 1980 et Rob. 1985).

Wiktionnaire

Nom commun

tire-fond \tiʁ.fɔ̃\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. Anneau de fer qui se termine en vis et qui sert aux tonneliers pour élever la dernière douve du fond d’un tonneau, afin de la faire entrer dans la rainure.
  2. Anneau du même genre qui sert à suspendre un lustre, un ciel de lit au plafond d’une pièce.
  3. (Chemins de fer) Grosse vis à bois qui sert à fixer un rail à une traverse.
  4. Vis à bois que l’on visse à l’aide d’une clé.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TIRE-FOND. n. m.
Anneau de fer qui se termine en vis et qui sert aux tonneliers pour élever la dernière douve du fond d'un tonneau, afin de la faire entrer dans la rainure. Des tire-fond. Il se dit aussi d'un Anneau du même genre qui sert à suspendre un lustre, un ciel de lit au plafond d'une pièce. En termes de Chemins de fer, il se dit d'une Grosse vis à bois qui sert à fixer un rail à une traverse.

Littré (1872-1877)

TIRE-FOND (ti-re-fon) s. m.
  • 1Anneau de fer terminé en vis qui sert aux tonneliers pour placer la dernière douve du fond d'un tonneau.
  • 2Anneau pour suspendre un lustre, un ciel de lit à un plafond.
  • 3Instrument de chirurgie destiné à pénétrer dans les corps étrangers qu'il faut extraire, et à se fixer dans leur substance assez fortement pour les amener au dehors.
  • 4Partie du tire-balle qui sert à extraire les balles.

    Instrument employé pour retirer des projectiles creux les fusées qu'on ne peut retirer avec le tire-fusée.

  • 5Coquille univalve.

    Au plur. Des tire-fond.

HISTORIQUE

XVIe s. Les premiers petars que nous eusmes estoient ainsi faits, les uns pour pendre à l'estrier avec le tire-fonds, les autres à la fourchette en contrepoussant, D'Aubigné, Hist. II, 349. Faudra appliquer un tirefons, et tirer l'os en haut, ainsi que font les tonneliers quand ils veulent retirer une douve du dedans au dehors, Paré, VIII, 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TIRE-FOND, s. m. instrument de Chirurgie, dont quelques personnes se servent pour enlever la piece d’os sciée par le trépan, lorsqu’elle ne tient plus guere. Cet instrument (Voyez fig. 10, Pl. XVI.) qui a environ trois pouces, peut être divisé en trois parties. Le milieu est une tige d’acier de quatorze lignes de long, ornée de certaines façons qui dépendent de l’habileté du coutelier. La partie supérieure est un anneau qui sert de manche à l’instrument. La partie inférieure est une double vis de figure pyramidale, appellée par les ouvriers meche ; elle a neuf lignes de longueur, & sa base peut avoir quatre lignes de diametre. Lorsqu’on veut se servir de cet instrument, il faut, dès qu’on a jugé à propos d’ôter la pyramide de la couronne, introduire la meche dans le trou formé par le perforatif ; on tient avec le pouce & le doigt indice de la main droite l’anneau qui sert de manche au tire-fond ; ensuite le pouce & l’indice de la main gauche appuyés du côté du trou, on tourne doucement jusqu’à ce qu’on sente que la mêche tienne avec fermeté ; on retire le tire fond en détournant, & on acheve de scier l’os avec la couronne jusqu’à ce qu’il vacille ; on introduit alors la vis du tire-fond avec les mêmes mesures que nous venons de prescrire, dans l’écrou qu’elle s’est formé dans l’os ; par ce moyen on ne risque pas d’enfoncer la piece d’os sur la dure mere ; on l’enleve au contraire perpendiculairement, en donnant de petites secousses pour rompre les fibres osseuses qui la tiennent encore attachée.

On peut convenir avec les partisans de cet instrument, qu’il n’est point dangereux, lorsqu’on sait bien s’en servir ; mais il est inutile, si la piece d’os qu’on se propose d’enlever, étoit trop adhérente, le tirefond emporteroit la table externe, comme je l’ai vu arriver plusieurs fois, ce qui rend la suite de l’opération plus difficile ; & si l’on ne fait usage du tire-fond que lorsque la piece d’os ne tient presque plus, on peut se dispenser de cet instrument ; car avec une feuille de mirrhe le manche d’un scalpel ou l’extrémité d’une spatule qui a la figure d’un élevatoire, on enleve très-facilement la piece sciée par la couronne du trépan. (Y)

Tire-fond, espece d’outil de fer en forme de vis, qui sert aux Tablettiers & aux Ebénistes dans la fabrication de leurs ouvrages. Voyez Ebéniste & la fig. Pl. de Marquetterie.

Tire-fond, (outil de Guainier.) c’est un anneau de fer où il y a une petite queue de la longueur d’un pouce, dont le bas est fait en vis ; cela sert aux Guainiers pour tirer les moules dedans leurs ouvrages, en introduisant la vis dans le trou du moule, & en tirant par l’anneau. Voyez la Pl. du Guainier.

Tirefond, s. m. (Soierie.) vis assez longue à la tête de laquelle on a pratiqué un anneau assez large, pour recevoir le bâton de semple.

Tirefond, instrument de Tonnelier, il est de fer ; il consiste en une tige de fer terminée par en-haut par un anneau de fer assez large, & est fait en forme de vis par en-bas. Les Tonneliers s’en servent pour tirer le fond d’une futaille dont les douves se sont enfoncées après être sorties de la rainure du jable.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tire-fond »

Du verbe tirer et du substantif fond.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tire-fond »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tire-fond tirœfɔ̃

Citations contenant le mot « tire-fond »

  • Je note cependant en fin de texte "s'assurer que le perçage soit égal au diamètre du tire-fond" ! Bricoleur Pro, Un tirefond, qu'est-ce que c'est, quelle utilisation ?

Images d'illustration du mot « tire-fond »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tire-fond »

Langue Traduction
Anglais lag screw
Espagnol tornillo de retraso
Italien vite senza fine
Allemand zugschraube
Chinois 螺丝
Arabe المسمار تأخر
Portugais parafuso de retardo
Russe запорный винт
Japonais ラグスクリュー
Basque torlojua
Corse viti di lag
Source : Google Translate API

Synonymes de « tire-fond »

Source : synonymes de tire-fond sur lebonsynonyme.fr
Partager