La langue française

Taurobole

Sommaire

  • Définitions du mot taurobole
  • Étymologie de « taurobole »
  • Phonétique de « taurobole »
  • Traductions du mot « taurobole »

Définitions du mot « taurobole »

Trésor de la Langue Française informatisé

TAUROBOLE, subst. masc.

RELIG. ANC.
A. − Sacrifice expiatoire, purificatoire et initiatique dans lequel un expiateur (prêtre ou fidèle) se faisait arroser du sang d'un taureau immolé. Il n'y a rien de plus connu dans l'antiquité que les tauroboles (...) qui tenaient au culte oriental de Mithra (...) Le sang coulait en forme de pluie sur le pénitent, qui le recevait sur toutes les parties de son corps (J. de Maistre, Œuvres compl., t. 5, Éclairciss. sur sacrif., 1924 [1821], p. 276).Le taurobole était une expiation, une sorte de baptême de sang, que l'on renouvelait tous les vingt ans (Stendhal, Mém. touriste, t. 1, 1838, p. 193).
B. − P. méton. Autel sur lequel était pratiqué ce sacrifice. Infra taurobolique ex. de Montherlant.
Prononc. et Orth.: [tɔ ʀ ɔbɔl], [toʀo-]. V. taureau. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1677 taurobolium (Journal des Savants, p. 171); 1721 (Trév.: Taurobole. Nom d'un sacrifice ancien). Empr. au b. lat. des inscriptionstaurobolium, -ii « id. », du gr. τ α υ ρ ο β ο ́ λ ι ο ν « id. », dér. de τ α υ ρ ο β ο ́ λ ο ς « qui immole un taureau », comp. de τ α υ ̃ ρ ο ς « taureau » et β α ́ λ λ ω « frapper ». Fréq. abs. littér.: 13. Bbg. Quem. DDL t. 20.
DÉR.
Taurobolique, adj.,relig. anc. Qui a rapport au taurobole. Couteau, inscription, sacrifice taurobolique. L'autel de Lyon est le plus beau monument de ce genre (...) Cet autel a trois faces: la principale présente une tête de taureau (...) La seconde face a un crâne de bélier; la troisième l'épée taurobolique, faite comme celle de Persée (Stendhal, Mém. touriste, t. 1, 1838, p. 193).Autel taurobolique. Synon. de taurobole (supra B).(...) savez-vous que, sur l'autel taurobolique de Tain, une inscription porte que ce taurobole fut commencé le 21 avril?C'était le jour de l'initiation aux mystères de Mithra (Montherl.,Bestiaires,1926,p. 575).− [tɔ ʀ ɔbɔlik], [toʀo-]. V. taureau. - 1reattest. 1823 (ds Mém. de la Sté royale des antiquaires de Fr., t. 5, p. 87: inscription taurobolique); de taurobole*; suff. -ique*.

Wiktionnaire

Nom commun

taurobole \tɔ.ʁɔ.bɔl\ masculin

  1. (Antiquité) Sacrifice expiatoire d’un taureau en l’honneur de Cybèle ou de Mithra.
  2. Autel sur lequel ces sacrifices étaient faits.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAUROBOLE. n. m.
T. d'Antiquité. Sacrifice expiatoire d'un taureau en l'honneur de Cybèle ou de Mithra. Il se dit aussi des Autels sur lesquels ces sacrifices étaient faits.

Littré (1872-1877)

TAUROBOLE (to-ro-bo-l') s. m.
  • 1 Terme d'antiquité. Sacrifice d'expiation, fort commun aux troisième et quatrième siècles de l'ère chrétienne ; on égorgeait un taureau sur une grande pierre un peu creusée et percée de plusieurs trous ; sous cette pierre était une fosse, dans laquelle le sujet de l'expiation recevait sur son corps et sur son visage le sang de l'animal.
  • 2Autel que les prêtres faisaient élever pour perpétuer un service solennel, presque toujours en l'honneur de Cybèle.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TAUROBOLE, s. m. (sacrifice des Payens.) taurobolium, mot composé de ταῦρος, taureau, & de βολὴ effusion ; effusion du sang d’un taureau. Espece de sacrifice expiatoire & purificatoire du paganisme, dont on ne trouve point de trace avant le regne d’Antonin, & dont l’usage paroît avoir cessé sous les empereurs Honorius & Théodose le jeune ; mais comme c’est une des plus bizarres & des plus singulieres cérémonies du paganisme, je crois qu’on ne sera pas fâché de la connoître. Prudence qui pouvoit l’avoir vue, nous la décrit assez au long.

On creusoit une fosse assez profonde, où celui pour qui se devoit faire la cérémonie, descendoit avec des bandelettes sacrées à la tête, avec une couronne, enfin avec tout un équipage mystérieux. On mettoit sur la fosse un couvercle de bois percé de quantité de trous. On amenoit sur ce couvercle un taureau couronné de fleurs, & ayant les cornes & le front orné de petites lames d’or. On l’égorgeoit avec un couteau sacré ; son sang couloit par un trou dans la fosse, & celui qui y étoit le recevoit avec beaucoup de respect. Il y présentoit son front, ses joues, ses bras, ses épaules, enfin toutes les parties de son corps, & tâchoit à n’en point laisser tomber une goutte ailleurs que sur lui. Ensuite il sortoit de-là hideux à voir, tout souillé de ce sang, ses cheveux, sa barbe, ses habits tout dégouttans ; mais aussi il étoit purgé de tous ses crimes, & régénéré pour l’éternité ; car il paroît positivement par les inscriptions, que ce sacrifice étoit pour ceux qui le recevoient, une régénération mystique & éternelle. Il falloit le renouveller tous les vingt ans, autrement il perdoit cette force qui s’étendoit dans tous les siecles à venir.

Les femmes recevoient cette régénération aussi bien que les hommes ; on y associoit qui l’on vouloit ; & ce qui est encore plus remarquable, des villes entieres la recevoient par députés. Quelquefois on faisoit ce sacrifice pour le salut des empereurs. Les provinces envoyoient un homme se barbouiller en leur nom, de sang de taureau, pour obtenir à l’empereur une longue & heureuse vie. Tout cela est clair par les inscriptions.

Les tauroboles avoient principalement lieu pour la consécration du grand-prêtre, & des autres prêtres de Cybele. On trouva en 1705, sur la montagne de Fourvieres à Lyon, une inscription d’un taurobole, qui fut célébré sous Antonin le pieux, l’an 160 de J. C. Elle nous apprend qu’il se fit par ordre de la mere des dieux Idéenne, pour la santé de l’empereur & de ses enfans, & pour l’état de la colonie lyonnoise. Voyez là-dessus les mém. de l’acad. des Inscript. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « taurobole »

Du latin taurobolium, dérivé du grec ancien ταυροϐόλος, taurobolos.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ταυροϐόλιον, de ταῦρος, taureau, et βάλλειν, jeter, sacrifier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « taurobole »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
taurobole tɔrɔbɔl

Traductions du mot « taurobole »

Langue Traduction
Anglais taurobole
Espagnol taurobole
Italien taurobole
Allemand taurobole
Chinois 牛磺酸
Arabe taurobole
Portugais taurobol
Russe taurobole
Japonais タウロボレ
Basque taurobole
Corse taurobole
Source : Google Translate API
Partager