La langue française

Suiffeux

Sommaire

  • Définitions du mot suiffeux
  • Étymologie de « suiffeux »
  • Phonétique de « suiffeux »
  • Citations contenant le mot « suiffeux »
  • Traductions du mot « suiffeux »

Définitions du mot suiffeux

Trésor de la Langue Française informatisé

Suif(f)eux, -euse,(Suifeux, Suiffeux) adj.a) Qui est de la nature du suif. Des concombres vert poli et des tomates luisantes séparaient dans la vitrine les tranches suiffeuses de selle de mouton et les coupes de bœuf rouges sur une dentelle de persil (Hamp, Champagne, 1909, p. 213).b) P. anal., fam., péj. α) [En parlant d'une pers., d'une partie du corps] Qui est très gras. Il (...) finit par se renseigner à un Frère des Écoles chrétiennes qu'il croisa dans un escalier et dont lui inspira confiance la large figure suiffeuse (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 187).Mais il survient juste alors toute une armée de cramoisis, une masse compacte, râlante, suifeuse, dégoulinante des quatorze quartiers d'alentour (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 379).Empl. subst. Personne très grasse, obèse. Chaque fois qu'elle voyait une partie commencée, elle s'élançait avec fureur, culbutait la planche, saisissait le jeu, le rapportait dans le café et déclarait que c'était assez de nourrir ce gros suiffeux à ne rien faire (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Toine, 1885, p. 181). β) [En parlant d'une chose] Graisseux, taché de graisse. Nous avons trouvé notre matelas plus sordide que jamais (...). « Il est suiffeux, ai-je commencé. − Nauséeux », a continué Porchon (Genevoix, Boue, 1921, p. 46). [sɥifø], fém. [-ø:z]. 1resattest. a) adj. α) 1842 « de la nature du suif » (Mozin-Peschier), β) 1893 « très gras » (Courteline, loc. cit.), b) subst. 1885 « homme gras » (Maupass., loc. cit.); de suif, suff. -eux*.

Suif(f)eux, -euse,(Suifeux, Suiffeux) adj.a) Qui est de la nature du suif. Des concombres vert poli et des tomates luisantes séparaient dans la vitrine les tranches suiffeuses de selle de mouton et les coupes de bœuf rouges sur une dentelle de persil (Hamp, Champagne, 1909, p. 213).b) P. anal., fam., péj. α) [En parlant d'une pers., d'une partie du corps] Qui est très gras. Il (...) finit par se renseigner à un Frère des Écoles chrétiennes qu'il croisa dans un escalier et dont lui inspira confiance la large figure suiffeuse (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 187).Mais il survient juste alors toute une armée de cramoisis, une masse compacte, râlante, suifeuse, dégoulinante des quatorze quartiers d'alentour (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 379).Empl. subst. Personne très grasse, obèse. Chaque fois qu'elle voyait une partie commencée, elle s'élançait avec fureur, culbutait la planche, saisissait le jeu, le rapportait dans le café et déclarait que c'était assez de nourrir ce gros suiffeux à ne rien faire (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Toine, 1885, p. 181). β) [En parlant d'une chose] Graisseux, taché de graisse. Nous avons trouvé notre matelas plus sordide que jamais (...). « Il est suiffeux, ai-je commencé. − Nauséeux », a continué Porchon (Genevoix, Boue, 1921, p. 46). [sɥifø], fém. [-ø:z]. 1resattest. a) adj. α) 1842 « de la nature du suif » (Mozin-Peschier), β) 1893 « très gras » (Courteline, loc. cit.), b) subst. 1885 « homme gras » (Maupass., loc. cit.); de suif, suff. -eux*.

Wiktionnaire

Adjectif

suiffeux \sɥi.fø\

  1. Ayant le caractère du suif.
    • Une consistance suiffeuse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

SUIFFEUX (sui-feû, feû-z') adj.
  • Qui est de la nature du suif.

    Terme. d'anatomie pathologique. Il se dit du contenu de certains kystes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « suiffeux »

(Siècle à préciser) Dérivé de suif avec le suffixe -eux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « suiffeux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suiffeux sµifø

Citations contenant le mot « suiffeux »

  • « Lord of War » est une comédie noire, très noire, avec un aspect documentaire : tout y est vrai, ou presque. Andrew Niccol, scénariste de « The Truman Show », réalisateur de « Bienvenue à Gattaca » et de « Simone », est un polémiste décapant : il aime renverser les genres. Ici, son trafiquant n’est pas une ordure ou un dealer suiffeux. C’est un commerçant new-yorkais, drôle, terrifiant, amoral : c’est le DJ de la planète guns. Le film est drôle, terrifiant, moral : c’est la comédie humaine, version dum-dum. L'Obs, « Lord of War », portrait d’un trafiquant sans scrupules
  •  Brigitte Bardot tragédienne ? A l'époque, l'idée même faisait ricaner. Et pourtant. .. Notre BB nationale, dans le rôle de cette jeune femme aux mœurs libres (nous sommes dans une époque ultra-coincée, "mœurs libres" signifie "salope"), est absolument incroyable. Tout se déroule dans l'enceinte d'un tribunal, en une succession de flash-back au cours desquels Dominique Marceau, le personnage central, raconte son existence oisive, ses amours de passage, ses amitiés dans le milieu étudiant, ses rêves. Le meurtre commis par la jeune femme, dans un mouvement de colère dû à la dépression, lui vaut d'être face à une cour d'assises, présidée par un Louis Seigner absolument impérial, à la fois autoritaire, suiffeux, méprisable. TéléObs, Ne ratez pas : "La Vérité"
  • Jean-François Richet ("Ma 6-T va crack-er", "l'Instinct de mort") force le trait : la violence est ultra-présente, le Paris de l'époque (beaux décors de Dévi Tirouvanziam) est bâti sur l'injustice de classe, et les hommes politiques sont des saloperies (le pire, c'est Fouché, ministre de la Police, homme sans foi ni loi : joué par Fabrice Luchini, il est carrément suiffeux). Pour le reste, carton plein : c'est un récit d'aventures, dans la bonne tradition du héros-qui-se-venge, avec des bouffées de tendresse. Vidocq tombe amoureux d'une petite Annette, est séduit par la baronne de Giverny (Olga Kurylenko), une belle intrigante dont on ne saura jamais vraiment ce qu'elle veut. Sans doute la reverra-t-on dans "l'Empereur de Paris, le retour", que la fin du film laisse prévoir. L'Obs, "L'Empereur de Paris", "The Happy Prince", "le Retour de Mary Poppins"... Les films à voir (ou pas) cette semaine
  • Preuve qu’on était mûrs pour la cinquième colonne, le nain des Carpates, le suiffeux de Solférino et consort... AgoraVox, Petit manuel pour survivre au décès de Jacques Chirac - AgoraVox le média citoyen
  • C'est en voyant "Sous le signe de Rome", médiocre péplum de Guido Brignone (scénario paresseux de Sergio Leone) que Fellini repéra l'actrice qui jouait Zénobie, épouse d'Odenath, mère de Wahballat, reine de Syrie, d'Arabie et d'Egypte, courtisée (dans le film) par l'immensément fade Jacques Sernas et détestée par le suiffeux Folco Lulli. Juste avant, Anita Ekberg avait tourné nanar sur nanar, sans démériter : "Deux nigauds chez Vénus", "la Légende de l'épée magique", "les Échappés du néant", "A Paris tous les deux" et "le Ballet du désir", rien que du kitsch ou du ridicule, avec une belle constance. C'est que sa carrière ne l'intéressait pas : Anita Ekberg n'avait qu'une seule pensée : les hommes. Et les hommes n'avaient qu'un seul but : la conquérir. Ce qui, apparemment, était possible, à condition d'être grand, beau, de préférence riche (mais pas forcément) et viril. TéléObs, Anita Ekberg : La tigresse

Traductions du mot « suiffeux »

Langue Traduction
Anglais tallowy
Espagnol seboso
Italien tallowy
Allemand talg
Chinois 牛油
Arabe مودك
Portugais sebo
Russe сальный
Japonais タロウ
Basque tallowy
Corse putente
Source : Google Translate API
Partager