La langue française

Souverainiste

Sommaire

  • Définitions du mot souverainiste
  • Étymologie de « souverainiste »
  • Phonétique de « souverainiste »
  • Citations contenant le mot « souverainiste »
  • Traductions du mot « souverainiste »
  • Synonymes de « souverainiste »

Définitions du mot « souverainiste »

Wiktionnaire

Nom commun

souverainiste \su.vʁɛ.nist\ masculin et féminin identiques

  1. (Canada) Partisan du souverainisme en tant qu'option politique selon laquelle le Québec devrait quitter la fédération canadienne.
    • Depuis des décennies, les souverainistes se plaignaient de la concentration de la presse entre des mains fédéralistes. — (Le Devoir, 3 octobre 2006)
    • En comparaison, le président de l’Union des artistes, Pierre Curzi, qui a annoncé la semaine dernière qu’il briguerait l'investiture du Parti québécois dans Bordua, bénéficie d’un terreau plus fertile pour un souverainiste. — (Le Devoir, 26 septembre 2006)
  2. (Europe) Partisan du souverainisme en tant qu’option politique basée sur la défense de la souveraineté de chaque pays, par opposition aux doctrines prônant une plus grande intégration européenne.
    • Je respecte les souverainistes, mais je ne respecte pas les défenseurs du non qui se prétendent pro-européens. — (Michel Rocard, Le Monde, 22 septembre 2004)
    • Son discours est pour l’heure celui d’un souverainiste, mais de gauche. — (L'Express, 30 août 2001)
    • Il est intéressant de noter au bénéfice de nos modernes souverainistes que des romantiques comme Mazzini, Michelet, Lamartine ou Hugo ne voyaient aucune contradiction entre nationalité et européanité. — (Élie Barnavi, « L'Europe comme utopie », dans Marianne (magazine), 13 août 2011, p. 81)

Adjectif

souverainiste \su.vʁɛ.nist\ masculin et féminin identiques

  1. (Canada) Qui se rapporte au souverainisme en tant qu'option politique selon laquelle le Québec devrait quitter la fédération canadienne.
    • Avec un gain en sièges historique, le Bloc québécois, la formation souverainiste, a certes bénéficié de l'indignation de l'opinion de la Belle Province, choquée par le scandale des « commandites » et du discrédit qui pèse sur le nouveau gouvernement provincial du libéral Jean Charest, incapable de mener à bien les réformes nécessaires. — (L'Express, 5 juillet 2004)
    • « Mais il y a d'autres moyens de faire de la politique », a-t-il mentionné, s'engageant à militer au sein du Parti québécois lors de la prochaine campagne électorale et dans le camp souverainiste lors d'un éventuel référendum. — (Le Devoir, 12 octobre 2006)
  2. (Europe) Qui se rapporte au souverainisme en tant qu'option politique basée sur la défense de la souveraineté de chaque pays, par opposition aux doctrines prônant une plus grande intégration européenne.
    • Ceux qui croient voter pour plus d'Europe en votant non ne feront qu'être l'appoint en voix du vote souverainiste et, par voie de conséquence, de placer l'Europe sous la dépendance de Georges Bush. — (La Presse de la Manche, 28 mai 2005)
    • « La maison devra se reconstruire autour de ses trois pôles souverainiste, libéral-conservateur et centriste, mais l'alternance se fera sur des valeurs nationales pour un changement radical », prédit le député Nicolas Dupont-Aignan, ancien secrétaire national aux fédérations du RPR et futur responsable de l'organisation du RPF. — (L'Express, 17 juin 1999)

Note d’usage : Le mot souverainiste est apparu au Canada au début des années 1970, délogeant le mot indépendantiste, jugé trop radical. Le mot indépendantiste est resté dans le paysage linguistique, quoique prenant moins de place que souverainiste, toujours pour la même raison. Le mot séparatiste est presque uniquement utilisé par les acteurs fédéraux ou, dans une moindre mesure, par les fédéralistes québécois, avec une nette connotation de mépris.

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « souverainiste »

 Dérivé de souverain avec le suffixe -iste.
Apparu d'abord au Québec (1974)[1] pour qualifier les partisans d'une sécession du Québec par rapport au Canada. Il aurait été introduit en France par William Abitbol, qui écrivait les discours de Charles Pasqua, dans le cadre de la campagne contre le traité de Maastricht[2]. → voir souverainisme
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « souverainiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
souverainiste suvœrɛ̃ist

Citations contenant le mot « souverainiste »

  • Suite : et pourquoi pas regarder du côté du rassemblement des souverainistes initié par Onfray et ses contributeurs de tous horizons à la revue "Front populaire" ; au regard des contributeurs et de la qualité des interventions (pour l'instant - voir dans le temps), cela me semblerait peut être plus cohérent et plus apte à rassembler, voire à exister au delà des 3 à 4 %....... Valeurs actuelles, Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan main dans la main pour promouvoir un rassemblement des souverainistes | Valeurs actuelles
  • On évoque souvent l'idée que ces consommateurs sont eux-mêmes des employés nationaux et qu'ils devraient logiquement s'opposer à une mondialisation qui nivelle leurs salaires. Mais si la concurrence internationale est réduite à cause des restrictions douanières, moins de biens seront présents sur le marché domestique et leur prix sera plus élevé (ce qu'admettent d'ailleurs eux-mêmes les souverainistes). Les salaires réels des travailleurs nationaux, c'est-à-dire leur pouvoir d'achat, diminuera alors. Où sera alors le bénéfice des employés? Non seulement la création de richesse sera globalement plus faible, mais une partie de la contribution des employés à sa formation ira dans les poches de producteurs capitalistes refusant le match de la concurrence. Est-ce cela « l'intérêt national »? La Tribune, L'intérêt général n'est pas l'intérêt national : pour en finir avec le souverainisme
  • Tu étais souverainiste ou fédéraliste. Pas d’entre-deux.  Le Journal de Montréal, Les déraisonnables | Le Journal de Montréal
  • Notre situation a ceci de dramatique qu’au moment où les faits donnent raison aux souverainistes, ces derniers demeurent plus divisés que jamais. A l’inverse, les tenants de la continuité et des intérêts acquis, thuriféraires de la liberté de circulation des hommes, des capitaux et des marchandises, ont tort sur tout mais parviennent toujours à s’unir autour d’une figure de référence. En clair, alors qu’il existe un bloc mondialiste agile et discipliné, le bloc souverainiste peine à se rassembler et à se structurer. Et il reste déjà peu de temps avant que ne se rejoue le scénario catastrophe de 2017, à savoir un duel de second tour perdu d’avance pour les souverainistes. Dès lors, que faire ? AgoraVox, Vers un gouvernement souverainiste : approche méthodologique - AgoraVox le média citoyen
  • Cette vision des choses correspond à une partie de la réalité, assurément. Le combat souverainiste tel qu’il a été relancé au début des années 1960 et qui a mené à la tenue de deux référendums en 1980 et en 1995 a échoué. Les Québécois ne sont plus en attente d’un troisième référendum qui viendrait enfin trancher par un «Oui» la question de l’indépendance. Ils ont plutôt l’impression que la question s’est réglée en ne se réglant pas, qu’elle s’est dissipée sans qu’on s’en rende vraiment compte, alors qu’un nouveau monde surgissait, traversé par de nouvelles préoccupations.  Le Journal de Montréal, Lutter pour la souveraineté quand tout le monde s’en fout | JDM
  • Chronique. Peut-on redonner un sens positif à l’internationalisme ? Oui, mais à condition de tourner le dos à l’idéologie du libre-échange absolu qui a jusqu’ici guidé la mondialisation, et d’adopter un nouveau modèle de développement fondé sur des principes explicites de justice économique et climatique. Ce modèle doit être internationaliste dans ses objectifs ultimes mais souverainiste dans ses modalités pratiques, au sens où chaque pays, chaque communauté politique doit pouvoir fixer des conditions à la poursuite des échanges avec le reste du monde, sans attendre l’accord unanime de ses partenaires. La tâche ne sera pas simple, et ce souverainisme à vocation universaliste ne sera pas toujours facile à distinguer du souverainisme de type nationaliste. Il est d’autant plus urgent de préciser les différences. Le Monde.fr, Thomas Piketty : « Pour reconstruire l’internationalisme, il faut tourner le dos à l’idéologie du libre-échange absolu »
  • On ne saurait non plus détacher l’immigration massive d’une réflexion plus large sur la question nationale. Et un souverainiste qui ne veut pas baisser significativement les seuils est un souverainiste qui accepte les seuils libéraux imposés depuis 2003 – et on conviendra, je l’espère, que les libéraux ne les ont pas déterminés de manière «apolitique».  Le Journal de Montréal, Sylvain Gaudreault et l’immigration | JDM

Traductions du mot « souverainiste »

Langue Traduction
Anglais sovereignist
Espagnol soberano
Italien sovranista
Allemand souveränist
Chinois 主权主义者
Arabe صاحب السيادة
Portugais soberano
Russe sovereignist
Japonais 主権者
Basque soberanistan
Corse sovranistu
Source : Google Translate API

Synonymes de « souverainiste »

Source : synonymes de souverainiste sur lebonsynonyme.fr
Partager