La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « solastalgie »

Solastalgie

Définitions de « solastalgie »

Wiktionnaire

Nom commun - français

solastalgie \so.las.tal.ʒi\ féminin

  1. (Psychologie) Forme de détresse psychique ou existentielle causée par les changements perçus dans l’environnement du sujet.
    • J’ai découvert la collapsologie et le mot “solastalgie”, ce sentiment d’être en deuil du monde qu’on imaginait pour nos enfants. Je n’étais plus seule, je pouvais identifier mes émotions. — (Audrey Garric et Pascale Krémer, Eco-anxiété, dépression verte ou « solastalgie » : les Français gagnés par l’angoisse climatique, Le Monde. Mis en ligne le 21 juin 2019)
    • L’heure ne pouvait pas encore être vraiment à la « solastalgie » : habiter la vie ordinaire n’était pas encore faire l’expérience d’un sol qui de partout se dérobe du fait d'une dévastation de plus en plus patente de la Terre.— (Jean-Claude Pinson, Pastoral: De la poésie comme écologie, 2020)
    • Dans le cas de la solastalgie, l’individu éprouve un mal du pays inversé, un « exil sans départ » pour reprendre l’expression du philosophe Baptiste Morizot. Le mal du pays, c’est le pays que l’on quitte, la solastalgie, c’est le pays qui nous quitte. — (Alice Desbiolles, L’éco-anxiété, Fayard, 2020, ISBN 978-2-213-71720-3)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « solastalgie »

(2003) Néologisme inventé par le philosophe australien Glenn Albrecht, avec un premier article publié sur ce sujet en 2005, construit avec le latin sōlācium (confort) et le grec algia (douleur).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « solastalgie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
solastalgie sɔlastalʒi

Citations contenant le mot « solastalgie »

  • Face aux «mégafeux» qui ravagent la Californie, certains habitants ressentent une sorte de mal-être et d'impuissance, causée par la dégradation de leur lieu de vie. Un mot a été créé au début des années 2000 par un philosophe australien, Glenn Albrecht, pour décrire ce sentiment : la «solastalgie». CNEWS, Qu'est-ce que la «solastalgie», mise en lumière par les incendies en Californie ? | CNEWS
  • La solastalgie est une forme de nostalgie propre au changement induit par le réchauffement du climat. Quand les éco-anxieux s'inquiètent du futur, les solastalgiques, eux, sont tournés vers le passé et regrettent la perte irrémédiable de l'environnement naturel qu'ils ont connu. Ce néologisme est proposé par Glenn Albrecht, un philosophe australien, en 2003. Futura, L'éco-anxiété a aussi des aspects positifs
  • La "solastalgie" renvoie précisément à la douleur de perdre son habitat, son refuge, son lieu de réconfort. LExpress.fr, Changement climatique : la solastalgie, ce mal du siècle sans exil possible - L'Express
  • Face à l’urgence climatique, de plus en plus de Françaises et de Français développent — sans même parfois être de fervents écologistes adeptes du zéro déchet et de l’économie circulaire — une solastalgie, aussi connue sous le terme d’écoanxiété. Face aux vagues de mauvaises nouvelles scientifiques qui déferlent sur le monde, le phénomène prend la forme d’un malaise diffus mais constant, sorte de culpabilité avec laquelle il faut désormais vivre au quotidien. Journal du Geek, Écoanxiété : pourquoi le dérèglement climatique nous fait aussi peur ?
  • Inquiétude omniprésente liée à l’environnement et au dérèglement climatique pouvant mener dans les cas les plus graves, à des épisodes dépressifs, l’éco-anxiété, ou solastalgie, touche de plus en plus les jeunes. Pour preuve, selon une récente étude de la revue The Lancet, près d’un jeune sur deux de 16 à 25 ans, déclare souffrir d'éco-anxiété.  RFI, [Carte d'électeur] L'éco-anxiété, ce mal lié au réchauffement climatique qui ronge les jeunes - Reportage France
  • En 2003, un néologisme a fait son apparition sous la plume du philosophe de l’environnement Glenn Albrecht. La solastalgie est un concept destiné à traduire au présent la tristesse face au défi que représente l’avenir. RTBF, La Solastalgie, du mythique âge d’or grec à l’éco-anxiété - rtbf.be
  • Il est courant, mais j’en observe deux autres chez mes patients. Certains sont ainsi dans une forme de burn out écologique. Ils sont très investis sur les questions environnementales, militent dans des associations, mais au bout d’un moment ils n’ont plus de ressources. Ils connaissent une fatigue émotionnelle, psychique et intellectuelle telle qu’ils vivent une forme de dépression, avec un grand sentiment d’impuissance. Comme dans un burn out, ils n’arrivent plus à faire les choses, tout leur coûte de l’énergie. J’ai aussi des patients qui ressentent de la solastalgie. Ces personnes ont toujours eu l’impression que le monde marchait un peu sur la tête. Mais jusqu’à maintenant, elles n’avaient pas mis de mot sur leur ressenti. Et puis d’un coup la lumière s’allume : c’est de la solastalgie. À la différence des autres, ces personnes ont déjà traversé les grandes émotions que l’on retrouve dans la courbe du deuil. Ce n’est pas forcément conscient mais elles ont pu composter leurs émotions et sont dans une forme d’acceptation. , Eco-anxiété et solastalgie, comment s’en sortir ? | Psychologies.com
  • C'est justement pour une meilleure prise en charge des patients que la thérapeute Charline Schmerber, spécialiste de la solastalgie –une détresse profonde causée par la conscience que son environnement est dégradé voire détruit–, s'est décidée à se former. «Je recevais de plus en plus de patients qui venaient me voir à cause d'éco-anxiété ou de solastalgie, alors en 2019, je me suis spécialisée, raconte-t-elle. Depuis, les trois quarts de mes patients viennent pour ce genre de troubles. Il est urgent de créer des espaces pour accueillir et écouter les personnes qui ressentent des craintes liées au bouleversement climatique.» Slate.fr, Éco-anxieux cherche thérapeute désespérément | Slate.fr
  • La solastalgie est partout dans le livre. Souvent les gens s’arrêtent à la définition donnée par Albrecht dans ses premiers articles. La nostalgie, définie en 1688 par le médecin Johannes Hofer, c’est le mal du pays, le désir de revenir chez soi. La solastalgie, c’est l’inverse : ce qu’éprouve une personne lorsque, restant dans son pays, elle a l’impression que celui-ci disparaît. Mais dans son livre, « Les Émotions de la Terre », Albrecht va beaucoup plus loin et déploie tout un vocabulaire des émotions soulevées par les destructions écologiques [« tierratrauma », « topoaversion », « terrafurie », N.D.L.R.]. Cette profusion me paraît intéressante. L'Obs, « On m’a dit que j’avais trop de personnages lambda » : Antoine Desjardins, prix du roman d’écologie 2022
  • Des psychologues ou des psychothérapeutes tendent également à se spécialiser sur les questions d’éco-anxiété ou de solastalgie10Voir plus loin pour une définition.. Aux États-Unis, la Climate Psychology Alliance(CPA) a été créée au tournant des années 2010-2020. Elle est à l’origine de la psychologie liée au climat (Climate Psychology). C’est également le cas en France de psychothérapeutes, tels que Charline Schmerber, spécialisée dans l’éco-anxiété, la solastalgie, ou ce qu’elle appelle la « collapsalgie / effondralgie », ou Pierre-Éric Sutter, psychologue du travail, psychothérapeute, qui intervient aussi sur ces sujets. Au passage, ce dernier est aussi co-fondateur de l’Observatoire des vécus du collapse-Obveco. Fondation Jean-Jaurès, Eco-anxiété : analyse d'une angoisse contemporaine - Fondation Jean-Jaurès
  • L’éco-anxiété ou encore solastalgie désigne avant tout une sensibilité aux désordres environnementaux qui peut nous faire ressentir de la peur, de la tristesse, de l’inquiétude voire de la culpabilité. Etre éco-anxieux ou solastalgique signifie que l’on ressent des émotions et que l’on se pose de nombreuses interrogations face désordres environnementaux et à leurs conséquences sur les populations, par exemple après une catastrophe naturelle. Youmatter, Mieux comprendre l'éco-anxiété, ce mal-être face aux bouleversements environnementaux
  • Plusieurs termes existent pour définir cette angoisse. L’éco-anxiété désigne ce que les gens ressentent lorsqu’ils se sentent constamment rappelés aux problèmes associés au changement climatique. L’éco-paralysie renvoie au sentiment lié au fait de ne pas être capable de faire des choses concrètes pour atténuer les risques liés au changement climatique. La solastalgie est définie comme “l’état d’impuissance et de détresse profonde causé par le bouleversement d’un écosystème”, selon les termes de Glenn Albretch, philosophe de l’environnement et professeur au Département d’études environnementales de l’Université de Murdoch, en Australie, qui a inventé ce mot. Le Huffington Post, Angoisse climatique, éco-anxiété: souffrez-vous de solastalgie? | Le Huffington Post LIFE
  • Partager la publication "Écoanxiété, solastalgie, psycoterratie… De quelle éco-émotion souffrez-vous ?" WE DEMAIN, Écoanxiété, solastalgie, psycoterratie… De quelle éco-émotion souffrez-vous ? - WE DEMAIN
  • Marie souffre d'éco-anxiété, une détresse prospective liée à l'avenir, parfois également appelée solastalgie, un néologisme inventé par un philosophe australien au début des années 2000. "Si les deux notions sont similaires, elles n'ont cependant pas la même temporalité", nous explique Charline Schmerber, praticienne en psychothérapie qui a mené une enquête sur le sujet. "La solastalgie est plus rétrospective et liée à un constat de perte." BFMTV, "Un mal-être constant": ils souffrent d'éco-anxiété, le mal du changement climatique
  • Comme l’explique le quotidien de la côte Ouest, la “solastalgie” est un mot-valise composé des termes “solace” (“réconfort”, en anglais), “nostalgie” et “désolation”. Courrier international, La “solastalgie”, ou le désespoir induit par la crise écologique
  • Le philosophe de l’environnement australien Glenn Albrecht, 65 ans, a inventé le concept de “solastalgie” pour décrire l’état dépressif qui gagne de plus en plus d’habitants touchés par la crise écologique. Il va plus loin dans son nouveau livre, Les émotions de la Terre. Les Inrocks, Comment guérir de la “solastalgie”, cette dépression causée par la crise écologique ? - Les Inrocks
  • Êtes-vous angoissé à cause du réchauffement climatique ? Avez-vous du mal à dormir en pensant au sort des ours polaires ? Hésitez-vous à faire des enfants pour préserver la planète ? Si oui, vous souffrez peut-être d’éco-anxiété ou de solastalgie. France 24, Éco-anxiété et solastalgie, les angoisses liées au réchauffement climatique
  • La solastalgie, ou le nouveau mal du siècle ? La Croix, La solastalgie, ou le nouveau mal du siècle ?
  • Le terme de solastalgie, qui désigne une forme de détresse psychique ou existentielle causée par les changements environnementaux, a été inventé en 2003 par le philosophe australien de l’environnement Glenn Albrecht. Le chercheur a étudié l’impact de l’activité minière sur les habitants d’une vallée en Australie. La pollution et la destruction de leur environnement a engendré une grande détresse et une nostalgie du territoire perdu. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Déprimé par la crise climatique ? Voici comment soigner l’éco-anxiété
  • Avoir mal à sa planète porte un nom : la solastalgie ou éco-anxiété. De plus en plus de psychologues sont consultés pour cette pathologie. Elle s'explique par une prise de conscience de la dégradation de l'environnement. Cette nouvelle affecte alors la santé psychique des personnes touchées.  Europe 1, La solastalgie : une nouvelle pathologie causée par les changements environnementaux
  • Le terme de "solastalgie" n'est pourtant pas tout neuf : formulé en 2003 par le philosophe Glenn Albrecht de l'Université de Newscastle, en Australie, il combine trois éléments : l'origine latine de "solari" (le réconfort), la notion de "désolation" (sentiment d'abandon et de solitude) et du Grec "algie" qui fait référence à la douleur, à la souffrance et la maladie. , La solastagie ou écoanxiété, concept du moment
  • La solastalgie, ou éco-anxiété, est une forme de souffrance psychique et existentielle causées par les changements climatiques, environnementaux et bio-diverses. Social Mag, L’éco-anxiété chez les jeunes : un phénomène en extension - Social Mag
  • Parce que nous n’avons pas le choix ! Vous serez d’accord avec moi, la vie est préférable à la mort, il y a une sorte de binarité que même un enfant de maternelle peut comprendre. Mais c’est aussi que nous n’avons d’émotions négatives que parce que nous avons en nous l’opposé : vous ne pouvez ressentir de la solastalgie que parce que vous éprouvez de l’attachement et de l’amour pour un endroit, un paysage. Toutes les émotions négatives, la solastalgie, l’anxiété, la crainte, tous ces sentiments apocalyptiques sont légitimes. Mais si on les laisse nous submerger, nous serons paralysés, et nous ne ferons rien, ce qui n’est pas acceptable. , Usbek & Rica - « Ne nous laissons pas envahir par l’anxiété face à la crise climatique »
  • De rares gouttes d’eau peinent à sortir d’un robinet rouillé. On entend tousser, l’air est enfumé, ça respire mal. L’eau est rare et on en vient à se battre pour une précieuse bouteille. En deux minutes, le court-métrage « Solastalgie », propose une vision très dystopique de l’avenir. Quelques images qui semblent sortir de l’univers de « Soleil vert », un fameux... SudOuest.fr, Agen : Morgane Magnier, devant et derrière la caméra
  • La solastalgie, nostalgie et solitude La Croix, La solastalgie, nostalgie et solitude
  • Ouf. Il fallait l'écrire tout ça tout ça. Mais il faut se relire et faire plus court. Solastalgie euhhh c'est un néologisme peu compris par tous. L'Obs, Entre nostalgie, solastalgie et revival médiévaliste, la mode masculine fait marche arrière
  • L’écoanxieté, comme la solastalgie, met des mots sur une souffrance réelle, celle de la sidération impuissante devant la catastrophe écologique. Pourtant, notre chroniqueuse exprime une grande méfiance à l’encontre de ce concept, qui déminerait la charge de révolte collective pour défendre notre destin. Reporterre, le quotidien de l'écologie, L’écoanxiété nous détourne de l’action collective
  • Le monde n’est pas seulement notre contenant, mais notre maison commune avec tout le reste du vivant. Aussi, sa dévastation actuelle est une tragédie qui blesse l’intime, dont le concept de solastalgie peine à décrire l’ampleur. Reporterre, le quotidien de l'écologie, La dévastation du monde, une blessure intime
  • ÉCO-ANXIÉTÉ - Je suis atteinte de solastalgie. La première fois que j’ai entendu ce mot, c’était dans une émission de France Culture. J’étais en voiture et la question du jour était ”êtes-vous atteint de solastalgie?”. Le Huffington Post, Je suis atteinte de solastalgie et je déteste l’être humain de me faire subir ça - BLOG | Le Huffington Post LIFE
  • Les altérations physiques de la vallée sapaient le réconfort qu’elle procurait jusqu’alors aux habitants. Albrecht a appelé le sentiment qu’ils décrivaient solastalgia (« solastalgie », concept souvent traduit en français par «éco-anxiété»). Il la définit comme la douleur de perdre le réconfort (solace, en anglais) d’un foyer. National Geographic, Journée de la terre 2070 : un monde perdu | National Geographic
  • Et ce mot, c’est « solastalgie ». Avec ce concept – et de nombreux autres –, le philosophe transdisciplinaire australien Glenn Albrecht invite à prendre conscience de la manière dont les émotions humaines interagissent avec l’état des écosystèmes terrestres, le réchauffement climatique ou les pandémies. Philosophie magazine, Glenn Albrecht : “Nous avions besoin d’un mot pour nommer nos émotions quand le monde où nous habitons s’effondre” | Philosophie magazine
  • Cette déprime, cette souffrance intérieure liée à la destruction des paysages a désormais un nom : la « solastalgie » (d'autres préfèrent parler d'« éco-anxiété », mais l'expression est moins jolie). Une sorte de nostalgie de la beauté disparue de notre planète. C'est l'un des concepts les plus évoqués en écologie aujourd'hui et qui pourrait bien faire avancer les choses. Le terme a été inventé par le philosophe australien Glenn Albrecht en 2003, dont le livre majeur, « Les Émotions de la Terre », vient de paraître en France. Il s'est appuyé sur l'expérience des habitants de la Hunter Valley en Australie. Ceux-ci vivaient dans un endroit champêtre et magnifique, un petit coin de paradis, jusqu'à ce que de gigantesques mines à ciel ouvert soient creusées, créant un enfer industriel : pollution terrible, laideur rédhibitoire, bruit effroyable. Résultat, un profond sentiment de tristesse, d'abattement – avec parfois des affections physiques et psychologiques – s'est emparé des locaux. Pour décrire les dégâts causés chez ses concitoyens, Albrecht a créé le terme de « solastalgie », qui renvoie à « la douleur d'avoir perdu un lieu auquel on était attaché ». Un concept qui connaît aujourd'hui un fort succès, adopté par maints penseurs et militants écologiques – à commencer par Naomi Klein dans « Plan B pour la planète : le New Deal vert » (éd. Actes Sud) — et désormais étudié à l'université, des thèses de 3e cycle lui étant même consacrées. « L'intérêt de la solastalgie, c'est qu'elle aborde l'impact concret de la destruction de la nature sur les gens, explique Alexandre Lacroix, directeur de la rédaction de “Philosophie Magazine” et auteur de “Devant la beauté de la nature“ (Allary Éditions). Comment, par exemple, la pollution visuelle ou sonore peut avoir des conséquences sur le psychisme de l'être humain. Trop souvent, le discours écologique est un peu abstrait et froid : on cite des rapports chiffrés, des niveaux de CO 2, on évoque l'empreinte carbone… Pas toujours facile de se le représenter. Alors que si vous parlez à quelqu'un de ce bout de champ qu'il aimait et qui a été bétonné ou transformé en décharge, tout de suite, il comprendra… La solastalgie permet de renouer un lien plus simple, plus émotif aux paysages. » Mettre en avant la dimension esthétique du désastre écologique, voilà qui trouve écho chez de nombreuses personnes. C'est d'ailleurs en s'appuyant sur les sentiments solastalgiques que les Verts allemands ont pu connaître des succès électoraux. Tant qu'ils parlaient du réchauffement climatique mondial, leur discours restait trop théorique. Mais quand ils ont commencé à évoquer la douleur de voir la Forêt-Noire abîmée par la pollution, beaucoup plus d'électeurs ont adhéré à leurs vues. , Eco anxiété, angoisse climatique... la solution pour sauver la planète ? - Elle
  • Canicules, inondations, feux de forêt, … Face à l'explosion des catastrophes climatiques, l'éco-anxiété, ou angoisse liée à la crise écologique, frappe toujours plus de personnes. Pour certains psychologues, cette souffrance prend aussi le nom de solastalgie. C’est un mal dont souffre Mattia Geonget, un adolescent de 15 ans. Il vit à Clermont-Ferrand où il est élève de première au lycée Jeanne d’Arc. Chez lui, les premiers symptômes ont commencé très tôt, alors qu’il n’avait que 9 ans : « J’ai fait de l’éco-anxiété sur différentes périodes de ma vie, avec des manières de s’exprimer très différentes et des intensités multiples. Ca a commencé quand j’avais 9 ans. On dirait une histoire inventée pour avoir quelque chose à raconter mais c’est vraiment ce qui s’est passé. J’ai une famille très portée sur l’écologie, mais c’était plus un mode de vie, ce n’était pas un principe ». France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, TEMOIGNAGE. Souffrant d’éco-anxiété, Mattia confie : « Mon angoisse est née du constat qu’on va droit dans le mur »
  • Alors que le formidable groupe Catastrophe dévoile aujourd'hui deux nouveaux clips, "Encore" et "Solastalgie", ils nous ont ouvert leurs carnets et nous ont parlé de leur rapport à ces recueils d'inspiration. Magic RPM, Catastrophe présente les clips d’Encore et Solastalgie
  • Quels impacts notez-vous sur la santé ?Des études montrent que les pics de chaleur ou de pollution prolongés peuvent entraîner une dégradation de la santé mentale, de l'agressivité. On parle aussi de "solastalgie", ce sentiment de perte d'une terre dans laquelle on a grandi, de ses ressources, d'un lien d'appartenance. Tout cela peut provoquer une fatigue généralisée, profonde et pesante. Madame Figaro, Entre peur et tristesse, l'éco-anxiété, une nouvelle forme de dépression
  • L’éco-anxiété, ou aussi solastalgie, est un terme apparu dans les années 2000, dans les articles du professeur australien Glenn Albrecht, solastalgie venant du latin solacium (consolation), et du grec algia (relatif à la douleur).« Policiers, médecins, cadres (…) adolescents, parents, grand-parents. La solastalgie touche tous les âges, et toutes les franges de la société », indique la médecin Alice Desbiolles. Et la presse « joue un rôle dans l’imprégnation (de ces questions environnementales) dans la société », estime Alice Desbiolles, ce qui « renforce l’inquiétude » de la population. Noémie, par exemple, ne peut pas « s’empêcher de s’informer sur le réchauffement climatique ». TV5MONDE, Climat : l’éco-anxiété va-t-elle gagner la planète ?
  • Cette «solastalgie» est, selon Matthew Hoffman, un danger existentiel, celui d'une nouvelle forme de déni climatique. Pour le commun des mortels baignant quotidiennement dans ce visqueux torrent de nouvelles noires, penser que le mal est de toute façon déjà fait, baisser les bras, perdre le sens de l'urgence, se laisser aller à l'inaction est l'unique horizon. korii., Climat: pourquoi il faut encore garder espoir | korii.
  • (ETX Daily Up) - Sauriez-vous donner les définitions exactes des termes "slow fashion", "wish-recycling" "solastalgie" ou "morbique" ? Pour guider ses utilisateurs dans la jungle des nouveaux mots associés à l'écologie, l'application Babbel lance un glossaire "vert" qui répertorie et décrypte une vingtaine de termes.  ladepeche.fr, "Ungardening", "wish-recycling" : Connaissez-vous les nouveaux mots écolo ? - ladepeche.fr
  • What is Left of Reality? (WILOR) est une installation interactive qui explore une nouvelle forme de souffrance, psychique et existentielle causée par les changements environnementaux : l’«éco-anxiété» ou Solastalgie. WILOR utilise des capteurs kinects et des projections vidéo dans un espace immersif, permettant d’interagir sur un univers en nuage de points, à la découverte de témoignages de femmes et d’hommes confrontés au délitement du monde qui nous entoure. , What Is Left of Reality de Pierre Zandrowicz, Ferdinand Dervieux (2021) - Unifrance
  • Le phénomène de solastalgie proposé par le philosophe australien Glenn Albrecht se résume depuis 2003 par le sentiment de profonde détresse que nous pouvons ressentir face au spectacle imposé de la dégradation de la nature et la prise de conscience de l’irréversibilité de nos actes. Cette sensation accablante pousse à divers symptômes : tristesse, anxiété, insomnie, anorexie, voire dépression. C’est en 2019, dans la revue Critiques, que le philosophe français Baptiste Morizot étend le concept pour décrire notre condition face au changement climatique, décrivant le phénomène comme « un mal du pays sans exil ». Nous sommes aujourd’hui dépossédés de notre environnement qui se transforme beaucoup plus vite que nous-mêmes, ne nous laissant pas le temps d’appréhender sa mutation, son instabilité alors même que nous sommes tous en recherche d’un cocon qui se traduit par un attachement de plus en plus fort au foyer. Marketing Professionnel e-magazine, Un bien grand mot, Delphine Jouenne - Marketing Professionnel e-magazine
  • Jouant avec les dimensions de l’objet, bien plus petit que la norme, cet élément récurrent escorte avec lui toute la symbolique de l’habitat. Devenu dissonant, le refuge confortable n’assure plus vraiment sa fonction élémentaire : celle d’un intérieur conçu pour nous protéger des épreuves de l’extérieur. Traversés par une certaine solastalgie (ce sentiment de tristesse et d’impuissance face à la dégradation de l’environnement, du climat et de la biodiversité), les portraits d’acrylique de Mika se parent de mélancolie. Couché au sol ou la silhouette recourbée, l’air pensif, égaré ou abattu, chacun des personnages tient dans sa main une baguette de bois couronnée d’un fragile petit nichoir. SudOuest.fr, À Bordeaux, le street artist Mika expose sa mélancolie autour de l’habitat
  • Éco-anxiété, burn-out écologique, solastalgie… La liste des maux qui touchent les écologistes est longue. Comment rester écolo sans devenir dépressif ? Entretien avec Laure Nouahlat, auteure de l’ouvrage du même nom, qui nous raconte son expérience et nous livre ses conseils. WE DEMAIN, Laure Nouahlat : "Les éco-anxieux sont en très bonne santé" - WE DEMAIN
  • On l’appelle éco-anxiété, solastalgie ou dépression verte… Une angoisse liée aux changements climatiques, qui touche de plus en plus de personnes, surtout chez les jeunes. Entre sentiment de colère, de désespoir, de culpabilité et de prochaine fin du monde, Geneviève, Salomé et Christian, tous trois éco-anxieux, témoignent de leur difficile quotidien. , Ils souffrent d’éco-anxiété, la détresse due au réchauffement climatique | Psychologies.com
  • Au travers des 130 pages de la revue «Post», qui est parue le 27 janvier, nous souhaitons dresser un état de la recherche, alimenter les questionnements et donner à lire un imaginaire de ce que pourrait être la ville post-carbone. Avec une dimension pédagogique, accessible, « Post » s’adresse à un large public. D’ailleurs, la revue commence par un glossaire dans lequel nous expliquons des notions comme la densité, le post-carbone, la solastalgie (1) ou la séquestration du CO2. lemoniteur.fr, «Plus qu’architectes, nous devons être désarchitectes», Raphaël Ménard
  • Des scientifiques, premiers témoins des catastrophes environnementales en cours, souffrent d'une forte détresse climatique, la « solastalgie ». La revue Nature rapporte le témoignage de plusieurs d'entre eux, en état de choc après le blanchissement de la Grande barrière de corail. Les Echos, Réchauffement climatique : ces scientifiques atteints de dépression | Les Echos
  • Quelle différence entre éco-anxiété et solastalgie ? midilibre.fr, Montpellier : Charline Schmerber, psychothérapeute, accompagne les victimes de l’éco-anxiété - midilibre.fr
  • La perspective des étés de plus en plus chauds vous fait tourner la tête par avance? Vous n’arrivez plus à contempler un paysage de nature sans penser au brasier qui menace les canopées verdoyantes? Vous êtes pris.e d’accès subits de solastalgie (sentiment de perte de refuge connu)? Peut-être souffrez-vous d’éco-anxiété, l’angoisse liée au changement climatique. Slate.fr, Réparer le futur: lutter contre l’éco-anxiété en participant au Festival des idées Paris | Slate.fr
  • « En voyant la Mer de Glace pratiquement inexistante, ce que j’ai ressenti, c’est de la solastalgie, un stress pré-traumatique, » explique le physicien Etienne Klein, passionné d’alpinisme, de retour de randonnée à Chamonix. La photo qu’il a postée sur le réseau social Twitter montre comment la mer de glace est devenue par endroits une mer de pierre. « J’ai posté cette photo et j’ai vu qu’elle avait un succès incroyable, comme si les gens découvraient ce phénomène ! C’est bizarre que cette prise de conscience (NDLR : sur le réchauffement climatique) soit si lente » s’afflige le scientifique. leparisien.fr, VIDÉO. Mer de Glace : «Le blanc fait place au gris, c’est une mer de pierres» - Le Parisien
  • L’éco-anxiété, ou solastalgie, est un mal de plus en plus répandu dans nos sociétés confrontées au réchauffement climatique et aux dérèglements et conséquences qu’il implique. Pour mieux comprendre ce mal, vous pouvez lire ce témoignage d’une jeune fille éco-anxieuse. POSITIVR, Éco-anxiété : une retraite pour retrouver la sérénité
  • C’est l’arche narrative du film. J’avais imaginé chaque protagoniste comme des émotions. Richard Heinberg [fondateur du Post Carbon Institute, expert de l’épuisement des ressources pétrolières] pour la tristesse, Saleemul Huq [expert sur l’adaptation et conseiller en négociation au sein du Giec] pour la saine colère. Jean-Marc Jancovici [ingénieur et conférencier sur l’énergie et le climat] représente la claque dans la tête, la lucidité, ce n’est pas une émotion mais un premier stade. Et Susanne Moser [experte de la montée des eaux et spécialiste de la résilience et de la communication sur le climat au sein du GIEC] est à la fois dans l’intime et dans le politique, elle fait une synthèse assez géniale. Elle raconte les étapes par lesquelles on passe en tant que société et en tant qu’individu avec une simplification des différentes étapes du deuil. Un conflit interne qui passe à travers différentes émotions, avec des retours en arrière, et par moments des déclics qui posent de nouvelles questions. Et ce conflit interne, peu à peu, se politise. On peut passer par la solastalgie, et s’en défaire. C’est plus large que cette émotion. Le besoin de donner un droit de cité à l’émotion sur un sujet souvent traité de manière cartésienne, c’est le parti pris du film. , « Ce qui est un effondrement pour nous, c’est le quotidien de millions de gens sur Terre », pointe Emmanuel Cappellin
  • J’ai créé ce mot pour décrire l’émotion que ressentent les gens lorsqu’un environnement auquel ils se sentent intimement liés subit l’assaut de forces sur lesquelles ils n’ont aucun contrôle. La solastalgie est une sorte de mal du pays, mais ressenti alors qu’on est encore chez soi. C’est l’expérience existentielle d’un changement négatif de son environnement. Des Inuits, qui perdent leur monde, aux Australiens, qui se sont retrouvés impuissants devant les feux de broussailles dans le bush, toutes les populations du monde l’éprouvent. Le Temps, Glenn Albrecht: «La pandémie est une leçon que nous devons accepter» - Le Temps
  • «Éco-anxiété», «solastalgie» : deux nouveaux mots pour dire un nouveau mal. Ils définissent un sentiment mêlant bouleversement et désespoir face au dérèglement climatique, avec de fortes répercussions sur la santé mentale. Ils se définissent tant comme une réaction à l'expérience personnelle de la dégradation de son propre environnement, que comme un cocktail d'angoisse et de colère face à la prise de conscience des effets du dérèglement climatique à l'échelle planétaire, et du peu d'actions mises en œuvre par les responsables politiques pour le contrer. LEFIGARO, «Pour sauver la planète, faites des enfants !»
  • Vaccinodrome, identité, hybride, mérite, woke, abstention, bamboche, solastalgie*, décroissance, passeport, nucléaire, nuance... Ces mots ont fait l’actualité de cette année 2021. Delphine Jouenne analyse ces termes afin de leur redonner du sens et apprécier leur complexité. LEFIGARO, «Woke», «identité»... Ces mots qui ont marqué l’année 2021
  • ILS VONT FAIRE 2020 – Le philosophe australien a inventé la « solastalgie », ce sentiment de détresse qui nous saisit face à la destruction de la nature. Dans « Earth Emotions », qui sortira en France en février, il invente les concepts pour qu’advienne un nouveau monde, où l’homme vivra en symbiose avec la nature, se réjouit le spécialiste de la collapsologie. L'Obs, Glenn Albrecht, par Pablo Servigne : « Un explorateur sur un nouveau continent »
  • Pourtant, au pays merveilleux de la jeunesse volontaire, engagée et dynamique, se cache un mal très répandu et difficilement identifié : une sorte de traumatisme écologique. Les idées de solastalgie, ou d’éco-anxiété, se propagent de plus en plus, mais celles-ci sont applicables à la société entière, sans distinction d’âge. Il s’agirait d’une sorte de dépression, ou de forte déprime, qui face à la catastrophe écologique ferait perdre tous leurs moyens aux individus, à une intensité différente en fonction de chacun·e. Mais chez les enfants et les jeunes, cette prise de conscience s’avère bien plus brutale, s’apparentant à une forme de traumatisme, qui change la vie drastiquement. Libération, Traumatisme écologique : le nouveau mal du siècle ? – Libération

Solastalgie

Retour au sommaire ➦

Partager