La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « sémite »

Sémite

Définitions de « sémite »

Trésor de la Langue Française informatisé

SÉMITE, subst. et adj.

I. − Subst., gén. au masc. plur. Celui qui appartient au groupe ethnique et linguistique dont Sem est considéré comme l'ancêtre. Les sémites primitifs; les sémites nomades; les anciens sémites; une tribu de sémites. C'est uniquement sur des données historiques et linguistiques que se fonde Moïse pour déterminer les groupements ethniques qui descendent de Sem, de Cham et de Japhet: les Sémites, pasteurs nomades, les Chamites sédentaires et les fils de Japhet, ancêtres des races caucasiques (Hist. sc., 1957, p. 1436).Les Sémites de l'Ouest, appelés ainsi pour les distinguer de leurs congénères orientaux, Babyloniens et Assyriens, représentent (...) divers peuples ou groupes de peuples, établis au Proche Orient plusieurs millénaires avant l'ère chrétienne (Mythol.1981).
Empl. adj. Les Juifs primitifs étaient un peuple sémite (Haddon, Races hum., trad. par A. Van Gennep, 1930, p. 44).
En partic., gén. avec une connotation péj. Juif. Le prix de haute tartuferie me paraît revenir sans conteste à ceux qui, dans la presse et dans la Chambre, déclament contre le péril clérical et la dictature militaire, tout en donnant libre carrière à ces puissances contre le méprisable sémite avec qui l'aryanisme aristocratique n'a rien à faire (Clemenceau, Iniquité, 1899, p. 261).
Empl. adj. Suivaient les hommes politiques dans les loges des muses gouvernementales et sémites (Lorrain, Phocas, 1901, p. 256).
II. − Adj. Qui est relatif, qui est propre aux sémites. Synon. sémitique A.Type sémite. Un des types anthropologiques décrits par les auteurs du xixes. Le type sémite est l'un des plus répandus (...). Les anciens Assyriens, Syriens, Phéniciens et Carthaginois et les modernes Arabes et Juifs sont rangés sous ce chef (P. Topinard, L'Anthropol., 1895, p. 477).Le chef des Bororo, race nomade de pasteurs, au type sémite fortement accusé, nous a accompagnés de Léré jusqu'à Biparé (Gide, Retour Tchad, 1928, p. 956).
En partic. Qui est relatif, qui est propre aux Juifs. [Disraëli] pensait que des déluges de pensée ecclésiastique submergent périodiquement les esprits et que ces orages ont peu d'importance parce que les eaux, en se retirant, permettent toujours d'apercevoir la même arche, immobile au sommet du mont. Cette arche, c'est la révélation sémite et chrétienne, la Bible complétée par les Évangiles (Maurois, Disraëli, 1927, p. 240).Les Juifs sont désormais tolérés, non seulement parce qu'ils sont bons banquiers et bons géographes, mais parce qu'il y a entre le nouvel esprit puritain et l'esprit sémite de curieuses analogies (Morand, Londres, 1933, p. 266).
Péj. Il y avait autour de la table, côté des hommes, tout autant de profils sémites qu'un soir de réception de MmeBuloz (Lorrain, Sens. et souv., 1895, p. 30).
REM. 1.
Chamite ou(k)hamite,(hamite, khamite) subst., gén. au masc. plur.Celui qui appartient aux populations d'Afrique orientale, Éthiopiens, Lybiens entre autres, dont Cham est considéré comme l'ancêtre. Les pays du sud (Mésopotamie, Syrie et Arabie) avaient primitivement une population variée de dolichocéphales, les uns à peau claire comme les Méditerranéens et les Sémites, les autres à peau foncée comme les Hamites (Haddon, Races hum., trad. par A. Van Gennep, 1930, p. 162).Supra de Hist. sc.
2.
Chamitique ou(k)hamitique,(hamitique, khamitique) adj.Qui est relatif, qui est propre aux Chamites. V. mélange ex. 3.
Prononc. et Orth.: [semit]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1845 adj. et subst. ethnol. (Besch.); 2. a) 1884 subst., abusivement « juif » (Péladan, Vice supr., p. 104); 1893 adj. (Goncourt, Journal, p. 396: une cervelle sémite); 1895 profil sémite (Lorrain, loc. cit.); 1895 type sémite (P. Topinard, loc. cit.); b) 1938 (Pie XI, Déclaration à un groupe de pèlerins de la Radio catholique belge, 6 sept., rapportée ds La Docum. cath., t. 39, 1938, col. 1460: Il n'est pas possible aux chrétiens de participer à l'antisémitisme [...] Nous sommes spirituellement des sémites). Dér., au moyen du suff. -ite*, de Sem, lat. Sem, gr. Σ η ́ μ, hébr. Shēm (un des trois fils de Noé, avec Cham et Japhet, Gen. 5, 32; 9, 26-27; 10, 21-31; cf. chamitique et japhétique) à qui la tradition attribue l'origine des peuples sémitiques. Fréq. abs. littér.: 55.

Wiktionnaire

Nom commun - français

sémite \se.mit\ masculin et féminin identiques

  1. Variante de Sémite.
    • Et Philibert, le jeune, tendre, zézéyant et crapuleux Philibert, au gentil profil de petit sémite, le Joas d’Athalie, doué d’une frimousse qui faisait se pâmer les filles. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 125-126)

Adjectif - français

sémite \se.mit\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à l'origine ethnique dont on fait remonter l’origine à Sem.
    • Le type sémite.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SÉMITE. n. des deux genres
. Celui, celle qui appartient à la race dont on fait remonter l'origine à Sem. Un sémite. Adjectivement, Le type sémite.

Littré (1872-1877)

SÉMITE (sé-mi-t') s. m.
  • Nom de peuples asiatiques ou africains qu'on rattache, d'après la Bible, à Sem, comme à leur auteur. Les Sémites comprennent les peuples qui parlèrent ou qui parlent babylonien, chaldéen, phénicien, hébreu, samaritain, syriaque, arabe et éthiopien.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « sémite »

De Sem, fils de Noé, avec le suffixe -ite.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sémite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sémite semit

Citations contenant le mot « sémite »

  • Sens interdit (ancien) : discrimination et hostilité qui devraient s’appliquer à tout peuple sémite parlant une langue sémitique mais désignant une forme de racisme visant spécifiquement les Juifs AgoraVox, Dernière mise à jour du glossaire bilingue novlangue-français - AgoraVox le média citoyen
  • Voilà plusieurs semaines que les actes et les paroles antisémites envahissent l'espace public. «Sioniste», «juif», «sémite»: ces mots ont un sens précis et leur utilisation nous rappelle leur poids dans l'Histoire. Le Figaro revient sur leur définition parfois détournée. Le Figaro.fr, «Antisémitisme», «sionisme»... le sens et le poids des mots
  • • D’abord celui des langues sémites. Si elles occupent aujourd’hui l’essentiel de cet immense territoire, cette situation est récente puisqu’il date de l’expansion des Arabes musulmans auparavant cantonnés dans la péninsule arabique et le Proche-Orient. , Langues afro-asiatiques - Une extraordinaire postérité - Herodote.net
  • En février, un homme partisan de thèses racistes et antisémites a abattu neuf personnes d'origine étrangère à Hanau en Allemagne. Challenges, Attaque d'une synagogue allemande : pas de remords de son auteur, un extrémiste - Challenges
  • Juif, sémite, sioniste: voici un glossaire de trois termes parfois mal employés. The Times of Israël, Glossaire : juif, sémite et sioniste | The Times of Israël
  • Commençons par les problèmes de définition. Depuis longtemps déjà, je ressens un malaise non seulement face à la récente formule en vogue : « civilisation judéo-chrétienne », mais aussi face à l’utilisation traditionnelle du vocable : « antisémitisme ». Ce terme, comme l’on sait, a été inventé dans la seconde moitié du 19ème siècle par Wilhelm Marr, nationaliste-populiste allemand qui détestait les juifs. Conformément à l’esprit de cette époque, les utilisateurs de ce terme tenaient pour présupposé de base l’existence d’une hiérarchie des races dans laquelle l’homme blanc européen se situe au sommet, tandis que la race sémite occupe un rang inférieur. L’un des fondateurs de la « science de la race » fut, comme l’on sait, le français Arthur Gobineau. Club de Mediapart, Des sémites, des antisémites, des sionistes et des antisionistes | Le Club de Mediapart
  • Attali veut donc redéfinir le mot antisémitisme. Ce mot signifie pour tout le monde, à commencer par l’Académie Française, la haine des juifs. Attali se prétend plus malin que tous, en s’appuyant sans doute sur l’étymologie du mot et le fait que « sémite » ne désigne pas seulement les Juifs, mais toute une série de peuples du moyen orient et de l’Afrique orientale, parmi lesquels figurent les Arabes (notons au passage la confusion entre Arabes et musulmans de la part de Jacques Attali). Et il prétend donc imposer une nouvelle définition de ce mot. Le choix des mots, Jacques Attali redéfinit le mot « antisémitisme » | Le choix des mots
  • L’IHRA affirmait alors que, loin d’être une banale question de sémantique, un « anti-sémitisme » pourvu d’un trait d’union donne du crédit aux théories raciales nazies, selon lesquelles l’humanité est divisée en sous-catégories supérieures et inférieures. En outre, selon les universitaires, un trait d’union dilue et dénature la signification du terme en laissant entendre que d’autres groupes que les Juifs sont inclus dans les « sémites » que l’on détesterait. The Times of Israël, "Anti-sémitisme" : le trait de la désunion ? | The Times of Israël

Traductions du mot « sémite »

Langue Traduction
Anglais semite
Espagnol semita
Italien semitico
Allemand semit
Chinois 赛米特
Arabe سامي
Portugais semita
Russe семит
Japonais セミテ
Basque semite
Corse semite
Source : Google Translate API

Synonymes de « sémite »

Source : synonymes de sémite sur lebonsynonyme.fr

Sémite

Retour au sommaire ➦

Partager