Satan : définition de satan


Satan : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SATAN, subst. masc.

[Gén. avec une majuscule]
I.
A. − [P. réf. à Zach. (3, 1-5) et au Livre de Job (1, 6-12; 2, 1-10) où Satan désigne la fonction d'accusateur de l'homme, assurée par l'un des anges] Des myriades de fils de Dieu (...) entourent l'Éternel (...). Un d'eux (...) est un dénigreur, qui amuse parfois l'Éternel par ses saillies; c'est le Satan, le critique de la création (Renan,Hist. peuple Isr., t. 4, 1892, p. 164).
B. − [P. réf. au prince des démons, à l'esprit du Mal nommé Satan]
1. [P. réf. à cet être surnaturel]
a) Démon, diable. Je repousse de toute ma raison cet épouvantail insensé de peines éternelles, d'enfers pleins de flammes, de diables encornés et de Satans maudits à toujours (Du Camp,Mém. suic., 1853, p. 236).Deux superbes Satans et une Diablesse, non moins extraordinaire, ont, la nuit dernière, monté l'escalier mystérieux par où l'Enfer donne assaut à la faiblesse de l'homme qui dort (Baudel.,Poèmes prose, 1867, p. 99).
[À propos d'une pers.] Incarnation du diable. Est-ce qu'on ne pouvait pas laisser le parlement tranquille? Qu'est-ce que cela fait qu'une pauvre fille s'abrite sous les arcs-boutants de Notre-Dame à côté des nids d'hirondelle? − Il y a des satans dans le monde, répondit l'archidiacre (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p. 446).Si j'échoue, ce sera vous, femme, qui m'aurez ôté de ma force par votre seul désir. Retirez-vous, allez-vous-en, vous êtes Satan! Je vous battrai pour faire sortir le mauvais ange de votre corps (Zola,Conquête Plassans, 1874, p. 1176).
P. métaph. Touvereyn passa tranquille devant l'équipe de satans [des ouvriers verriers s'activant devant le four] en sueur dont les rires l'encourageaient (Hamp,Champagne, 1909, p. 103).
b) Représentation de Satan dans les arts plastiques, la littérature. Le Satan de Milton, de Dante. Quelques seigneurs, ainsi qu'ils en ont l'habitude, Regardant derrière eux d'un regard inquiet, Virent que le Satan de pierre souriait (Hugo,Légende, t. 2, 1859, p. 503).Le meurtre (...) va devenir aimable. Il suffit de comparer le Lucifer des imagiers du moyen âge au Satan romantique. Un adolescent « jeune, triste et charmant » (Vigny) remplace la bête cornue. « Beau d'une beauté qui ignore la terre » (Lermontov), solitaire et puissant, douloureux et méprisant, il opprime avec négligence (Camus,Homme rév., 1951, p. 69).
c) [Pour évoquer l'Enfer, ou les manifestations du diable, des démons] Demain sans doute un percutant M'enverra faire la causette Aux petits soupers de Satan (Maurois,Sil. Bramble, 1918, p. 41).Et, comme aussi bien, chez Satan, Je ne suis pas pressé de cuire, Je te réponds: Attends, attends (Ponchon,Muse cabaret, 1920, p. 302).
Loc. adj. De Satan. Synon. de infernal, satanique, du diable (fam.).[Les deux femmes se battaient.] Les enfans criaient de leur côté; tout cela faisait une musique de Satan (Vidal, Delmart,Caserne, 1833, p. 309).V. pharisien ex. 2.
Expr. Synagogue de Satan. V. synagogue A.
d) En interj. ou loc. interj. Satan de sort! Christ et Satan! cria le capitaine. Voilà une parole qui s'attaque rarement à l'oreille d'un Châteaupers! tu n'oserais pas la répéter (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p. 336).− Le temps nous presse, mon oncle (...). Sir Williams bondit sur son siège. − Par Satan! s'écria-t-il, tu as grandement raison, mon neveu (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 3, 1859, p. 221).
2. [P. réf. aux caractères attribués à Satan]
a) Personne qui évoque Satan ou un démon
Personne qui évoque Satan ou un démon par son apparence physique. Figurez-vous un vieux Satan, père d'un ange, et se rafraîchissant à ce divin contact, vous aurez une idée de Peyrade et de sa fille (Balzac,Splend. et mis., 1844, p. 150).
[À propos d'un animal] Vous ne pensiez pas qu'un chat mangeât des fraises? Mais je sais bien, pour l'avoir vu tant de fois, que ce Satan noir, Babou, interminable et sinueux comme une anguille, choisissait en gourmet, dans le potager de MmePomié, les plus mûres des « caprons blancs » (Colette,Mais. Cl., 1922, p. 84).
Personne qui évoque Satan ou un démon par des pouvoirs qui semblent surnaturels; p. ext., par son comportement hors du commun, singulier. Ainsi la Littérature en période de Terreur accueille-t-elle volontiers, si elle ne va pas jusqu'à les appeler − comme les sports semblent parfois encourager les champions difformes, coureurs cagneux, cyclistes poitrinaires − des poètes fous et des logiciens absurdes, de petits ou grands Satans de l'encrier (Paulhan,Fleurs Tarbes, 1941, p. 162).
Personne qui évoque Satan ou un démon par sa perversité, son penchant pour le mal, le vice. Croyez-vous que Lovelace existe? Il y a cinq cents dandys par génération qui sont, à eux tous, ce Satan moderne (Balzac, Œuvres div., t. 3, 1846, p. 648).Ce rire [des enfants] n'est pas tout à fait exempt d'ambition, ainsi qu'il convient à des bouts d'hommes, c'est-à-dire à des Satans en herbe (Baudel.,Curios. esthét., 1855, p. 174).
[Avec sens atténué]
Ce/mon satan de + n. propre.Mon satan de Robert a fait mieux depuis (Druon,Poisons couronne, 1956, p. 88).
[En appellatif, avec parfois valeur affective] Paul n'avait que trois ans. − Vilain petit satan! Méchant enfant! Le voir m'exaspère! Va-t-en! Va-t-en! je te battrais! Il est insupportable (Hugo,Légende, t. 5, 1877, p. 1145).On s'est appelé: mon chérubin! ou mon petit Satan! et toutes les cochonneries sublunaires, aussi bien que les sottises les plus triomphales, ont été pratiquées sous d'arbitraires invocations qui déshonoraient à la fois le ciel et l'enfer (Bloy,Femme pauvre, 1897, p. 102).
Rare, au fém. Méchante femme, explosa Gaston! Bougresse! Satane! Ah! j'te va claquer à gifles... si... si tu redis ça de maman! (La Varende,Centaure de Dieu, 1938, p. 26).
b) [Chez les Musulmans intégristes, pour qualifier des états ennemis, p. réf. au pouvoir corrupteur de Satan] Le Djihad islamique [groupe partisan de la « Révolution islamique »] espère bien mettre à genoux le petit Satan français comme il l'a fait au grand Satan américain (Le Nouvel Observateur, 14-20 mars 1986, p. 40, col. 1).
P. ext. [Pour qualifier un adversaire] Il aura fallu quinze jours à Chirac pour comprendre. Comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un monôme manipulé par de grands Satans roses. Mais bel et bien d'une révolte des jeunes (L'Événement du jeudi, 11-17 déc. 1986, p. 10, col. 1).
II. − BOT. Bolet de Satan ou, en appos., bolet Satan. Bolet à chapeau blanchâtre, à chair bleuissant à la cassure, à tubes rouges et pied veiné de rouge. D'autres champignons sont seulement indigestes, mais non mortels; tels sont divers Bolets, dont le Bolet Satan (Plantefol,Bot. et biol. végét., t. 2, 1931, p. 165).La peau de son crâne, sous l'afflux du sang, prenait la teinte sombre du bolet satan (H. Bazin,Bur. mariages, 1951, p. 183).V. bolet ex. 2.
REM. 1.
Satanille, subst. masc.Petit démon. V. démoncule rem. s.v. démon ex.
2.
Satanocratique, adj.Qui a rapport au pouvoir exercé par Satan. [Une erreur] consiste à faire du monde et de la cité terrestre purement et simplement le règne de Satan, le domaine seulement du diable (...). C'est ce qu'on pourrait appeler une conception satanocratique du monde et de la cité politique (Maritain,Human. intégr., 1936, p. 113).
Prononc. et Orth.: [satɑ ̃]. Ac. 1694: sathan; dep. 1718: -tan. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. Satanas « Satan, l'esprit du mal » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 489: lo Satanas); ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 1268: l'anme de lui en portet Sathanas); ca 1125 Sathan (Grant mal fist Adam, éd. W. Suchier, 1: le Sathan); mil. xiies. (Jeu Adam, éd. W. Noomen, 1356: a Satan); 2. ca 1130 Satenas fig. « personne méchante » (Gormont et Isembart, éd. A. Bayot, 507: le Satenas); ca 1175 satan (Chronique Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 17267: un satan). Empr. au lat. chrét.Satan (A.T.), Satanas (N.T.) « Satan, l'esprit du mal », gr. Σ α τ α ̃ ν (A.T.), Σ α τ α ν α ̃ ς (N.T.), empr. à l'hébr. biblique śāṭān « adversaire, accusateur; Satan ». Bbg. Greimas (A.-J.). Nouv. dat. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 307.

Satan : définition du Wiktionnaire

Nom commun

satan \sa.tɑ̃\ masculin

  1. Variante orthographique de Satan (nom commun).

Nom commun

satan \Prononciation ?\ masculin

  1. Ennemi, adversaire.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Satan : définition du Littré (1872-1877)

SATAN (sa-tan) s. m.
  • 1Nom que l'Écriture donne ordinairement au chef des anges rebelles, devenu l'esprit du mal. Or il arriva un jour que les enfants de Dieu vinrent se présenter devant l'Éternel, et que Satan aussi entra parmi eux ; l'Éternel dit à Satan : D'où viens-tu ? et Satan répondit à l'Éternel, en disant : Je viens de courir çà et là par la terre, et de m'y promener, Bible, Job, I, 6 et 7. La conversion de Satan seul et de ses anges est la seule qu'il est défendu d'espérer, Massillon, Confér. Zèle contre les vices. Le mot Satan, qui est dans Job, n'était point connu des Juifs… ils n'apprirent ce nom que dans la Chaldée, Voltaire, Pol. et lég. Traité sur la tolér. extrême tolérance.

    Terme de dévotion. Le royaume de Satan, le monde où nous sommes.

    Les sujets de Satan, les habitants de l'enfer. Un jour Satan, monarque des enfers, Faisait passer ses sujets en revue, La Fontaine, Belph.

    Les fils de Satan, les pervers.

    Un fils de Satan, un enfant de Satan, un homme méchant. Quiconque vous a dit que j'avais soupçonné ce Galier d'être le fils du plus aimable seigneur de l'Europe [le duc de Richelieu], est un enfant de Satan, Voltaire, Lett. Richelieu, 22 janv 1768. Osez-vous bien, fils de Satan ? Nous osons, dit le capitan, Hugo, Orient. Ch. du pirate.

    Familièrement. Un orgueil de Satan, orgueil extrême.

    On dit de même : orgueilleux comme Satan.

    Satan est aussi un type de méchanceté. Et je ne pense pas que Satan en personne Puisse être si méchant qu'une telle friponne, Molière, Éc. des mar. III, 10.

  • 2Espèce de singe.

HISTORIQUE

XIe s. L'anme de lui enportet Sathanas, Ch. de Rol. XCIV.

XIIe s. Porquei… la toudreiz [ravirez] à un innocent Por doner la à un Sathan ? Benoit de Sainte-Maure, 15089.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SATAN. - ÉTYM. Ajoutez : Satan ne signifie pas précisément ennemi ; il signifie opposant, accusateur. C'est en cette qualité que, dans le livre de Job, il participe aux conseils de Dieu, car la conception de Satan, en cette qualité du moins, appartient aux antiques idées d'Israël ; mais après l'exil de Babylone, par l'influence de la théologie zoroastrienne, les Juifs donnèrent de plus en plus à leur Satan le caractère du génie du mal ou Ahriman.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Satan : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SATAN, (Critique sacrée.) mot hébreu, qui signifie adversaire, ennemi, persécuteur, accusateur ; d’où vient que vous devenez aujourd’hui mes adversaires satan mihi, II. Rois, xix. 22. Il n’y a plus d’ennemi qui s’oppose à moi : non est in me satan ullus, III. Rois, xv. 14. Le I. des Macchabées parlant d’un commandant de la forteresse bâtie vis-à-vis le temple de Jérusalem, dit qu’il étoit comme un méchant diable à Israël εἰς διάβολον πονηρὸν τοῦ Israël, parce qu’il étoit l’accusateur des Israélites qui alloient au temple. Jesus-Christ dit à S. Pierre : retirez-vous de moi, satan, Matt. xvj. 23. c’est-à-dire, éloignez-vous de moi, mon ennemi, vous seriez propre à me faire pécher, si la chose étoit possible. Ceux qui suivent les ténebres de l’idolâtrie sont dits être sous la puissance de satan, dans les actes des Apôtres, ch. xxvj. 18. Les profondeurs de satan, dans l’Apocalypse ij. 24. sont les opinions des Nicolaïtes, qu’ils enveloppoient sous une mystérieuse profondeur. Eusebe remarque dans son histoire ecclésiastique, liv. III. ch. ix. que leur hérésie subsista fort peu de tems. S. Paul livre l’incestueux de Corinthe à satan, I. Cor. v. 5. cela veut dire que les fideles doivent le regarder comme un pécheur criminel, avec lequel il ne faut point avoir de commerce. Enfin, les opérations de satan, II. Thessal. ij. ix. sont de faux prodiges employés par des imposteurs pour nous tromper, pour nous abuser, pour nous jetter dans le péché, dans l’idolâtrie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « satan »

Étymologie de satan - Littré

Provenç. Sathanas, Sadhanas ; espagn. Satanas ; portug. Satanaz ; ital. Satan, Satanasso ; du lat. Satan, Satanas ; grec, Σατανᾶς, de l'hébreu Satan, qui signifie ennemi.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de satan - Wiktionnaire

Du grec ancien Σατάν, Satán, de l’hébreu ancien שטן, Śāṭān.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « satan »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
satan satɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « satan »

  • Des cris stridents et des hurlements de loups suivis d'un son de cloche. Voilà ce qu'ont entendu le week-end dernier des habitants de Séderon, dans le sud-Drôme. Certains ont pensé à un rituel satanique. France Bleu, Drôme : des habitants croient entendre un rituel satanique dans leur église
  • Avec les soins prodigués à son insu par le culte satanique, Rosemary finit par mettre au monde l'Antéchrist...Et bien qu'elle se soit armé d'un couteau pour le tuer, son instinct maternel finit par prendre le dessus. Après tout, Satan ou pas, il reste son fils... AlloCiné, Ces films où les méchants gagnent à la fin - Actus Ciné - AlloCiné
  • Il se peut que cette insistance renouvelée sur la figure de Satan traduise en fait une volonté de reconquête des esprits, tentés récemment, et en particulier aux États-Unis – c’est le second phénomène frappant de notre époque –, par de multiples sectes et doctrines ésotériques construites autour de pratiques satanistes.    France Culture, Le diable existe-t-il ?
  • Le satanique ennemi de la véritable histoire : la manie du jugement. De Marc Bloch

Traductions du mot « satan »

Langue Traduction
Corse satanassu
Basque satan
Japonais サタン
Russe сатана
Portugais satanás
Arabe الشيطان
Chinois 撒但
Allemand satan
Italien satana
Espagnol satán
Anglais satan
Source : Google Translate API

Synonymes de « satan »

Source : synonymes de satan sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires