Santoline : définition de santoline


Santoline : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SANTOLINE, subst. fém.

BOT. Plante dicotylédone, de la famille des Composées, à fleurs jaunes, très aromatique, cultivée surtout pour ses propriétés vermifuges. Assez commune sur (...) les rochers de la Région Méditerranéenne, de l'Espagne à la Dalmatie, la Santoline est souvent cultivée en bordures et en haies, et par suite naturalisée, dans l'Ouest et le Centre de la France (P. Fournier, Le Livre des plantes médicinales et vénéneuses de France, t. 3, 1948, p. 377).
Prononc. et Orth.: [sɑ ̃tɔlin]. Ac. 1762: santoline; 1798: santoline ou semencine; dep. 1835: santoline. Lar. Lang. fr.: santoline, santolina. Étymol. et Hist. 1572 (J. Des Moulins, Comm. de Matth., p. 399 ds Gdf. Compl.). Altér. de santonicque (1552, Rabelais, Tiers Livre, chap. 50, éd. M. A. Screech, p. 334), centonique (déb. xives., Antidotaire Nicolas, 74, éd. P. Dorveaux, p. 32), du lat. santonica (herba) « absinthe » (déjà chez Columelle; v. aussi André Bot. et OLD), propr. « herbe des Saintongeais », santonicus signifiant « saintongeais; de Saintes ». Voir FEW t. 11, p. 188.

Santoline : définition du Wiktionnaire

Nom commun

santoline \sɑ̃.tɔ.lin\ féminin

  1. (Botanique) Plante composées, très odorantes et très amères, cultivée surtout pour ses propriétés vermifuges.
    • Outre qu’elle est fort décorative, la santoline sert à lutter contre les maladies et les prédateurs pour lesquels elle est toxique. — (Pierrette Nardo, Purins & macérations, 2013)
    1. Synonyme de santoline petit cyprès.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Santoline : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SANTOLINE. n. f.
T. de Botanique. Genre de Composées, très odorantes et très amères.

Santoline : définition du Littré (1872-1877)

SANTOLINE (san-to-li-n') s. f.
  • 1Genre de plantes très odorantes et très amères de la famille des composées. Le type en est la santoline, santolina chamaecyparissus, L. dite aussi petit cyprès, garde-robe, aurone femelle, sanguenie et sanguenite.
  • 2Il se dit, à tort, pour santonine 1.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Santoline : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SANTOLINE, (Botan.) voyez Garde-robe. Tournefort compte quatorze especes de ce genre de plante, dont on peut voir les caracteres au mot Garde-robe ; c’est le nom vulgaire de la santoline ; les Anglois l’appellent female southernwood.

La plus commune espece est la santolina foliis terestibus I. R. H. 460. C’est une plante qui pousse comme un petit arbrisseau à la hauteur d’environ deux piés, des verges grêles, couvertes d’un léger duvet blanc. Ses feuilles sont crenélées, blanchâtres ; ses rameaux ont chacun au sommet une fleur, qui est un bouquet de plusieurs fleurons jaunes, ramassés en boules, évasés en étoile, portés sur un embryon, séparés les uns des autres par des feuilles pliées en gouttiere, & soutenus par un calice écailleux : lorsque la fleur est passée, chaque embryon devient une graine un peu longue, rayée & de couleur obscure ; toute la plante a une odeur forte, assez agréable, & un goût âcre tirant sur l’amer. On la cultive dans les jardins. (D. J.)

Santoline, (Mat. méd.) petit cyprès, garde-robe, aurone femelle ; on fait rarement usage de cette plante en médecine ; c’est pourtant un très-puissant fébrifuge capable de chasser les vers & les autres insectes par la seule odeur. C’est à cause de cette derniere propriété qu’on met ses feuilles parmi les étoffes de laine pour les préserver des teignes ; & c’est cet usage qui lui a fait donner le nom de garde-robe.

On convient d’ailleurs assez généralement que la santoline possede les mêmes vertus que l’aurone mâle. Voyez Aurone. (b)

Santoline, (Hist. des drog. exot.) poudre qu’on nomme encore poudre aux vers, barbotine & sémentine : on l’appelle dans les boutiques santolina, sementina, semen contra vermes. C’est une poudre grossiere, composée de petites têtes oblongues, écailleuses, d’un verd jaunâtre ; d’un goût désagréable, amer, mêlé d’acrimonie, d’une odeur aromatique, dégoûtante, & qui cause des nausées. Cette poudre nous parvient avec de petites feuilles, de petits rejettons, ou de petites branches cannelées.

Quoiqu’elle soit d’usage, son origine nous est inconnue. On doute si c’est une graine, ou une capsule séminale ; ou des germes de feuilles & de fleurs. On ignore quelle est la plante qui la porte, si c’est la zédoaire ou l’absynthe, ou une espece d’aurone, ou le petit cyprès ; on est incertain si elle vient dans la Palestine, dans l’Egypte, dans la Perse, ou seulement dans le royaume de Boutan, à l’extrémité des Indes orientales. Rauwolf, qui a parcouru les pays orientaux, dit que c’est une espece d’absynthe, que les Arabes appellent schelia, qui croît auprès de Bethléem, & qui est semblable à notre absynthe ; mais les feuilles que l’on trouve parmi cette graine, sont toutes différentes de celle de notre absynthe. De plus, il n’est pas vraissemblable que Prosper Alpin & Weslingius, qui ont recherché avec tant de soin les plantes d’Egypte, & qui ont demeuré l’un & l’autre quelques années dans ce pays, n’en eussent fait aucune mention ; eux qui savoient mieux que personne qu’on étoit fort curieux en Europe de connoître l’origine de cette graine, auroient-ils oubliés de nous l’apprendre ?

P. Herman croit que c’est une espece d’aurone qui se trouve dans la Perse, & dans quelques pays de l’Orient ; il prétend que ce ne sont pas tant de vraies graines, que des enveloppes écailleuses de graines qui ne sont pas encore parfaites ; Tavernier confirme le sentiment de ce savant botaniste, car il raconte que la santoline croît dans le royaume de Boutan, situé sur le bord septentrional du Mogol, d’où l’on nous apporte aussi le musc & la rhubarbe avec cette graine. Il ajoute qu’elle croît encore dans la Caramanie, province septentrionale de la Perse, mais en si petite quantité qu’à peine suffit-elle pour l’usage des habitans du lieu ; enfin, il raconte que cette graine est emportée par le vent : les peuples du pays, ajoute-t-il, se sont mis dans la tête que cette graine se corrompt lorsqu’on la touche avec les doigts, de sorte que pour en avoir, ils portent des gants à leurs mains ; dans les prairies où cette plante abonde, sa graine étant mûre, ils agitent leurs vans de tous côtés pour en attraper les sommités qui en sont remplies, & qui s’en détachent par l’agitation de l’air. Il ne faut pas faire beaucoup de fond sur ce récit d’un voyageur qui ne parle que par oui-dire ; car aucun européen n’a pénétré dans ces contrées reculées de la Perse.

Au reste, l’ignorance où l’on est du pays natal de cette graine, n’empêche point que l’on ne l’emploie quelquefois contre les lombrics ; elle est utile dans cette maladie quand on la donne avec l’aquila alba, ou quelqu’autre préparation de mercure ; mais c’est qu’alors la vertu du remede dépend du mercure bien plus que de la santoline : aussi les bons médecins ne connoissent point de meilleurs vermifuges que les préparations mercurielles. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « santoline »

Étymologie de santoline - Wiktionnaire

Du latin santonica herba (« herbe saintongeaise, herbe de Saintes »)[1]. L’étymologie « herbe sainte », à cause des propriétés médicinales de la plante, est à rejeter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « santoline »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
santoline sɑ̃tɔlin play_arrow

Citations contenant le mot « santoline »

  • La valériane, la lavande, la plante boussole (qui ressemble à des marguerites jaunes), les asters, les iris, le thym, les plantes sauvages, la campanule, la santoline, les œillets, les plantes à bulbe en général… Du côté des arbustes on citera, entre autres, l’amélanchier, le cytise, l’armoise. Et pour les arbres, le mimosa, l’érable, le saule, les conifères… Le Soir, 6 solutions pour arroser moins son jardin et ses jardinières - Le Soir
  • Laurent BOURGEOIS de la pépinière AROM'ANTIQUE nous présente la santoline et nous conseille sur sa culture. auJardin.info, La santoline
  • En plus, dans le monde Arabe et à des endroits en Europe, la santoline est considérée une plante médicinale. On lui utilise l’huile en raison de ses propriétés antispasmodiques, vermifuges et emménagogues et sa fleur en tisane en tant que stimulant. Des idées de l'intérieur, du jardin, de l'ameublement et de la décoration., Santolina chamaecyparissus - plantation, entretien, propriétés
  • La santoline se trouve souvent en bord de mer car elle apprécie les expositions ensoleillées, mais elle se développe également très généreusement dans les zones rocheuses des régions méditerranéennes. Sa rusticité lui permet de supporter des petites gelées jusqu'à -5°C. Binette & Jardin, Santoline (Santolina chamaecyparissus) : fleur, plantation, taille, entretien
  • Il n'y a pas un persil, une menthe, un romarin ou une verveine. Il en existe des dizaines de variétés. Et que dire de l'agastache ou de la santoline. Direction Parnans, dans la Drôme, pour découvrir les senteurs, propriétés et goûts étonnants des herbes aromatiques cultivées chez Arom'antique. France Bleu, A Parnans, la pépinière Arom'antique propose 500 variétés de plantes aromatiques rares

Traductions du mot « santoline »

Langue Traduction
Corse santolina
Basque santolina
Japonais サントリーナ
Russe santolina
Portugais santolina
Arabe سانتولينا
Chinois 桑托利纳
Allemand santolina
Italien santolina
Espagnol santolina
Anglais santolina
Source : Google Translate API

Synonymes de « santoline »

Source : synonymes de santoline sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires