La langue française

Salpêtre

Définitions du mot « salpêtre »

Trésor de la Langue Française informatisé

SALPÊTRE, subst. masc.

A. − Nitrate de potassium se présentant sous la forme de petits cristaux blanchâtres présents principalement sur les murs humides, certaines roches, certains sols, et que l'on utilise comme oxydant (dans les explosifs notamment), comme engrais ou comme conservateur de produits alimentaires. Synon. (sel de) nitre*.Un chimiste, en mêlant le salpêtre à une matière inflammable, trouva le secret de cette poudre, qui a produit une révolution inattendue dans l'art de la guerre (Condorcet, Esq. tabl. hist., 1794, p. 112).En bas, sous l'escalier, il ouvrit la cave, une vieille cave bien sèche, les murs couverts de salpêtre brillant comme le cristal (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 16).
P. anal.
Salpêtre du Chili, du Pérou, des mers du Sud. Nitrate de sodium naturel. La mousse et le salpêtre des mers rongeoient la surface du bronze antique (Chateaubr., Natchez, 1826, p. 229).Donne-t-il l'odeur aux sauges, Parce qu'il sait faire un trou Pour mêler le grès des Vosges Au salpêtre du Pérou? (Hugo, Chans. rues et bois, 1865p. 250).
Salpêtre de conversion. ,,Nitrate de potassium obtenu par double décomposition entre le chlorure de potassium et le salpêtre du Chili`` (Duval 1959).
Salpêtre terreux. ,,Nitrate de calcium`` (Duval 1959).
B. − P. méton. Poudre de chasse, de guerre, fabriquée autrefois avec du salpêtre. Un musulman se lève, il court, il est armé. Le turban du soldat sur son mousquet s'incline, L'étincelle jaillit, le salpêtre a fumé (Delavigne, Messéniennes, 1824, p. 66).
P. métaph. Le salpêtre révolutionnaire était dans l'air; la France de Juillet avait donné le signal et fait explosion (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 10, 1865, p. 131).Momoro, le 15 ventôse, conduisant une députation de sa section qui portait sur des brancards de grands pains de salpêtre, rappela aux représentants que la section possédait « un salpêtre moral dont la source est inépuisable et dont les explosions ont déjà si souvent servi la cause de la liberté et de l'égalité » (A. Soboul, Les Sans-culottes parisiens en l'an II, 1958, p. 395).
P. anal., vieilli. Personne pleine de vivacité, de fougue. Louason a dit (...) aux autres, quand j'ai eu fermé la porte sur moi: « C'est un salpêtre! » Ce mot avec beaucoup d'expression. Je ne pouvais pas finir la journée par une plus belle sortie (Stendhal, Journal, 1805, p. 27).Eugène (...) est tout feu, tout ambition (...). Je n'ai jamais connu de salpêtre pareil: il tient de sa mère (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 346).
Prononc. et Orth.: [salpεtʀ ̭]. Ac. 1694, 1718: salpestre; dep. 1740: -pêtre. Étymol. et Hist. 1. 1338 salpetre « nom usuel du nitrate de potassium » (Reçu de G. du Moulin, Cab. des tit., B.N. ds Gdf. Compl.); 1858 salpêtre du Chili (Chesn. t. 2); 1870 salpêtre terreux (Littré); 1959 salpêtre de conversion (Duval); 2. 1667 « poudre à canon » (Boileau, Sat., VIII ds Littré); 3. 1677 « vivacité du tempérament » (Montfleury, Crispin gentilh., II, sc. 3 ds Brunot t. 4, 1, p. 583); 1694 être tout salpestre (Ac.). Empr. au lat. médiév.salpetrae littéral. « sel de pierre ». Fréq. abs. littér.: 94.
DÉR. 1.
Salpêtreux, -euse, adj.Qui contient du salpêtre, qui est recouvert de salpêtre. (Dict. xixeet xxes.). Terre salpêtreuse; murs salpêtreux. [salpεtʀø], [-pe-], fém. [-ø:z]. 1resattest. 1563 terres salpestreuses « qui contiennent du salpêtre » (Palissy, Recepte, p. 24), 1823 mur salpetreux « couvert de salpêtre » (Boiste); de salpêtre, suff. -eux.
2.
Salpêtrisation, subst. fém.Formation de salpêtre. La salpêtrisation de l'exposition en plein air (Goncourt, Journal, 1870, p. 640). [salpεtʀizasjɔ ̃], [-pe-]. 1reattest. 1845 (Besch. Suppl.); dér. sav. de salpêtre, suff. -iser* et -(a)tion*.
BBG.Forchheimer (P.). The etymology of « salpeter ». Mod. Lang. Notes 1952, t. 67, pp. 103-106. − Spitzer (L.). Sur l'étymol. de salpêtre. Mod. Lang. Notes 1952, pp. 358-359.

Wiktionnaire

Nom commun

salpêtre \sal.pɛtʁ\ masculin

  1. (Chimie) Nitrate de potassium, substance qui se forme naturellement sur les vieux murs, les plâtras, etc.
    • Plus tard, quelques puissances cherchèrent à faire admettre comme objet de contrebande, les matières que l’industrie pouvait transformer en moyens de défense, telles que le salpêtre, le soufre, le fer, le plomb. — (Anonyme, Droit maritime. De la Neutralité, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Le coton ainsi préparé est traité par une solution de salpêtre et d’acide sulfurique à la température de 85°. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • L’ampoule […] se balançait poussiéreuse, au bout de son fil, sous la voûte basse où le salpêtre faisait des croûtes. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (Minéralogie) Nom traditionnel pour le nitre, espèce minérale naturelle identique au nitrate de potassium.
  3. (Figuré) (Vieilli) Vivacité du tempérament.
    • Ce salpêtre étonnant, cette jeunesse ravivée et pleine de mots enthousiastes, de lyrisme fou, de respects perdus, la ravirent. — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, histoire d’une fille, 1877)
    • "un enfant qui est un vrai salpêtre", soit un enfant intenable selon le Larousse du XXe siècle
  4. (Géologie) Salpêtre du Chili, nom technique de la roche argileuse nitratée nommée caliche des côtes septentrionales arides du Chili, mais aussi de ses sels nitratés extraits autrefois par lixiviation. Cette matière première saline, très employée de 1830 jusqu'aux années 1930, était principalement à base de nitronatrite, nitratine ou nitrate de sodium (au mieux 20 à 40 % en masse). L'emploi du mot salpêtre, impropre pour un minéralogiste ou un chimiste, semble être influencé par l'industrie chimique triomphante, car la nitronatrite pouvait servir outre la fabrication d'acide nitrique et de ses dérivés, à l'obtention de nitre par réaction aqueuse avec la sylvine ou chlorure de potassium. L'expression nitrates du Chili est synonyme.

Forme de verbe

salpêtre \sal.pɛtʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de salpêtrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de salpêtrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de salpêtrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de salpêtrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de salpêtrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

SALPÊTRE (sal-pê-tr') s. m.
  • 1Nom vulgaire du nitre ou azotate de potasse, dit parfois salpêtre de l'Inde, qu'on tire souvent des plâtras des étables, des vieilles murailles, des vieilles démolitions. Je ne m'étonne pas que les Chinois aient inventé la poudre quinze cents ans avant nous ; leur terre est pleine d'un salpêtre excellent, et nous ne savons encore que gratter des caves, Voltaire, Lett. d'Alembert, 5 nov. 1775. On a vu la France entière, avertie par cette réunion d'hommes éclairés de l'immense quantité de salpêtre que la nature avait déposée dans son sein, convertie en ateliers de salpêtriers, Fourcroy, Conn. chim. t. I, p. XX.

    La culture du salpêtre, les procédés à l'aide desquels on en provoque la formation. Lorsqu'on se livrera à la culture du salpêtre, Instruct. sur la fabr. du salpêtre, 1820, p. 9.

    Salpêtre de houssage, voy. NITRE.

  • 2 Par extension et poétiquement, poudre à canon. C'était peu que sa main [de l'homme], conduite par l'enfer, Eût pétri le salpêtre, eût aiguisé le fer, Boileau, Sat. VIII. Dans ces globes d'airain le salpêtre enflammé Vole avec la prison qui le tient enfermé, Voltaire, Henr. IV.

    Familièrement. Faire péter le salpêtre, faire beaucoup de décharges de canons, de fusils, de pétards, en signe de réjouissance.

    Fig. et familièrement. Ce n'est que salpêtre, que du salpêtre, il est pétri de salpêtre, se dit d'une personne, d'un enfant extrêmement vif. Pontchartrain, qui était tout salpêtre, Saint-Simon, 171, 28. Mme de Levi avait infiniment d'esprit et beaucoup de piété solide, avec cela une vivacité de salpêtre, Saint-Simon, 523, 318. La personne est sanguine ? - Oui, très sanguine ; c'est un salpêtre, Picard, Collatéral, I, II.

  • 3Salpêtre du Chili, azotate de soude.

    Salpêtre terreux, azotate de chaux qui est en efflorescences salines sur les murs humides.

  • 4Sédiment provenant de plâtras et gravois de démolitions qui ont été lessivés pour en extraire le salpêtre, et qui sert comme mortier pour sceller les pavés.

HISTORIQUE

XVe s. …Fut le doyen des tisserands [à Gand] accusé de trahison …on alla en sa maison ; si trouva-t-on la poudre de salpetre toute nouvelle, Froissart, II, II, 121.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SALPÊTRE, s. m. (Chimie.) voyez l’article Nitre. Le salpêtre est un sel moyen dont on tire par l’analyse un alkali fixe assez semblable au sel gemme, & un acide volatil qui en fait la principale partie, & d’où naissent les propriétés qui le distinguent d’un autre sel.

Ces propriétés sont de se crystalliser en aiguilles, d’exciter un sentiment de fraîcheur sur la langue, & de se décomposer par le contact d’un phlogistique allumé, auquel son acide s’unit & se dissipe avec bruit.

Ce sel se forme sur la superficie de la terre, dans les caves, celliers, écuries, & autres lieux couverts imprégnés de substances végétales & animales, & où l’air a accès. Les vieux murs formés de matieres qui ont éprouvé l’action du feu, comme le plâtre & la chaux, en contiennent aussi beaucoup.

L’air, suivant le célebre M. Hellot, est l’agent principal qui forme ce sel, non qu’il en contienne en soi, mais comme développant par une sorte de fermentation qu’il excite dans ces matieres, les principes prochains du nitre qui y sont renfermés ; de même dans le suc des raisins ce n’est point l’air qui y dépose le spiritueux inflammable, mais il le développe & le fait en quelque façon éclore par la fermentation ; & aucun art n’auroit pû l’en tirer sans son entremise.

On peut augmenter la quantité du salpêtre que les terres produisent naturellement, en les abreuvant d’eaux provenant de la putréfaction d’animaux & de plantes ; mais il faut que ces terres soient à couvert, pour les garantir de la pluie, qui dissoudroit & entraîneroit le salpêtre à mesure qu’il se formeroit, & que le lieu soit frais, pour le condenser & lui faire prendre corps. Par la même raison les terres exposées à la pluie ne donnent aucun salpêtre : on n’y trouve en les lessivant & après l’évaporation, qu’une matiere grasse & un peu de sel approchant du sel gemme.

Il faut aussi remuer souvent les terres à la pelle, pour donner lieu à l’air de les pénétrer, & d’y développer les principes nitreux ; plus elles seront remuées, plus elles produiront de salpêtre : dans celles qui ne le sont point, il ne s’en forme qu’à la superficie. On commence au bout de deux mois à y trouver du salpêtre, & elles en acquierent toujours jusqu’à ce qu’elles en soient entierement rassasiées.

L’auteur de cet article vient de découvrir que le sel commun avoit aussi la propriété de produire du salpêtre : que son acide devenoit nitreux, & qu’il en acquéroit toutes les qualités par l’entremise de l’air, étant mêlé avec de la terre.

Pour s’en assurer par l’expérience, il a pris de la terre de jardin & en a fait cinq tas égaux dans un lieu couvert.

Le premier a été exactement lessivé à froid, & on n’y a ajouté aucune autre matiere qu’un peu d’eau pure dont on l’a arrosé lorsque la terre a paru trop desséchée.

Le second a été laissé tel qu’il étoit sortant du jardin ; on l’a seulement arrosé de tems en tems d’un peu d’eau pure comme le premier.

Le troisieme a été différentes fois humecté d’urine.

Le quatrieme a été humecté par égale portion d’urine & d’eau, dans laquelle on avoit fait dissoudre du sel commun jusqu’à saturation.

Et le cinquieme a été seulement humecté d’eau salée.

On a remué ces terres à la pelle trois fois la semaine pendant six mois ; & au bout de ce tems les ayant lessivées, elles ont donné du salpêtre dans les proportions ci-après ; savoir,

Le premier tas 1.
Le deuxieme, 2.
Le troisieme, 3.
Le quatrieme, 6.
Et le cinquieme, 4.

Ces expériences, qui prouvent une sorte de conversion du sel commun en salpêtre, font présumer que ces sels pourroient bien être les mêmes dans leur principe, & qu’ils ne different entr’eux que par une plus grande quantité d’acide volatil qu’une fermentation plus parfaite fournit au salpêtre.

Deux observations paroissent encore appuyer cette conjecture ; la premiere est que le salpêtre se rapproche du sel commun à mesure qu’on le dépouille de son acide, & qu’il devient semblable à ce sel lorsqu’il en est presqu’entierement dépouillé, & qu’au contraire le sel commun se nitrifie à mesure que la fermentation lui fournit cet esprit acide.

La seconde est qu’il ne se forme jamais de salpétre sans sel commun, même dans la terre qui auroit été exactement lessivée & dépouillée de l’un & de l’autre de ces sels. Ces faits rendent assez probable l’opinion que le sel commun n’est qu’un nitre imparfait.

Peut-être pourroit-on tirer parti de cette découverte, en établissant des halles ou angards, pour y former du salpêtre avec les matieres & par les moyens qui viennent d’être indiqués : il couteroit peu d’en faire l’expérience dans un seul angard ; & en calculant d’après les épreuves que l’on y feroit, on verroit quel seroit l’objet du produit du salpêtre, & de l’économie des frais de formation.

Si la chose se trouvoit praticable, & qu’en multipliant les angards on pût se procurer à moins de frais la quantité de salpêtre que l’on voudroit, il en résulteroit encore les avantages ci-après.

1°. De ne plus tirer de salpêtre de l’étranger.

2°. Que les paysans ne seroient plus exposés à voir tous les lieux bas de leurs maisons bouleversés par les salpétriers, ou à leur donner de l’argent pour en être exemptés, sous prétexte que les terres ne sont pas bonnes.

3°. Que les terres salpétreuses étant un excellent engrais, les paysans s’en serviroient très-utilement pour fertiliser leurs champs, s’ils en connoissoient la propriété, & s’ils savoient que de nouvelles terres mises à la place de celles-ci, auroient acquis au bout de deux ans pour les caves & celliers, & d’une année pour les étables & écuries, assez de nitre pour tenir lieu du meilleur fumier : mais ils ne le soupçonnent pas ; & si la chose avoit lieu, il faudroit les en instruire, les seigneurs décimateurs y seroient intéressés.

Le salpêtre se tire des terres par le moyen d’une lessive à froid ; pour faciliter l’écoulement des eaux, & empêcher que la terre ne bouche le trou du cuvier, on place dedans au-devant du trou, une piece de fond de tonneau en travers, & on remplit l’intervalle avec de petites pierres ou menus platras ; on y met des cendres à-peu-près la sixieme partie de sa hauteur, en même tems qu’elles servent à dégraisser le salpêtre, elles fournissent à la partie acide l’alkali fixe dont elle pourroit manquer ; il n’en faut cependant pas trop mettre, une plus grande quantité l’absorberoit ; on acheve de remplir le cuvier de terres salpétreuses, ou de platras broyés & passés à la claie. Lorsque c’est de la terre, elle doit auparavant avoir été bien ameublie, & il faut la mettre très-légèrement dans le cuvier ; car pour peu qu’elle fût pressée, l’eau ne passeroit point, ou ne passeroit que très-lentement. On la couvre de paille pour empêcher que l’eau ne la comprime lorsqu’on la verse dessus ; on y coule peu-à-peu la quantité d’eau nécessaire pour dissoudre le salpêtre, & pour rendre cette eau plus chargée de nitre, on la passe sur un second cuvier à mesure qu’elle s’écoule du premier, de même du second sur un troisieme, & du troisieme sur un quatrieme. Elle est alors chargée de salpêtre autant qu’elle le peut être si les terres sont bonnes. De ce quatrieme cuvier on la porte dans une chaudiere sur le feu, où on la fait bouillir en l’écumant avec soin, jusqu’à ce qu’elle ait pris assez de consistance pour se congeler lorsqu’on en laisse tomber une goutte sur une assiete ; alors on la transvase dans un vaisseau appellé rapuroir, on l’y laisse une demi-heure pour qu’elle y dépose ses impuretés. Du rapuroir, & avant qu’elle soit refroidie, on la verse dans des bassins où le salpêtre se forme en crystaux dès qu’il est froid. On met égoutter les bassins le cinquieme jour, & l’eau qui en sort appellée eau-mere, est portée avec les écumes sur les terres destinées à être lessivées, qu’elles bonifient ; ce salpêtre est appellé de la premiere cuite.

Cette cuite produit toujours une certaine quantité de sel commun, qui se forme au fond de la chaudiere, & que l’on en retire avec une écumoire avant de mettre la cuite dans le rapuroir.

Il est à remarquer que le sel commun lorsqu’il se trouve en grande quantité, comme dans la premiere cuite, se forme toujours avant le salpêtre ; & que lorsqu’il se trouve en petite quantité, comme dans la deuxieme & dans la troisieme cuite, c’est le salpêtre qui se forme le premier, & le sel commun reste dissous dans l’eau mere de ces cuites ; ou alors il se formeroit le premier si on cuisoit cette eau mere, attendu qu’il y seroit en grande quantité, à proportion de l’eau & du salpêtre. S’il arrivoit que le sel commun se formât constamment le premier, il y auroit à dire qu’il faut une plus grande quantité d’eau pour le tenir en dissolution, que pour y tenir le salpêtre, par la raison que le sel commun ne se dissout pas en plus grande quantité dans l’eau bouillante que dans l’eau froide, tandis que l’eau froide rassasiée de salpêtre, peut en dissoudre deux fois plus en la faisant chauffer. Mais pourquoi cette cause ayant son effet en grand, ne l’a-t-elle pas en petit ? Seroit-ce que la petite quantité de sel commun étant répandue dans une grande quantité de salpètre, les parties de sel s’y trouvent trop éloignées & trop embarrassées dans celles du salpêtre pour se réunir & se crystalliser ?

On purifie le salpêtre en le faisant fondre dans de l’eau & le faisant bouillir jusqu’à ce qu’il se forme une pellicule dessus ; un peu d’alun que l’on y jette pendant qu’il bout, tant à la premiere cuite qu’aux deux autres, y forme beaucoup d’écume que l’on ôte : c’est le meilleur procédé pour le dégraisser & le purifier. On y emploie aussi la colle-forte, mais avec moins d’effet. La pellicule étant formée, on le verse dans des bassins où il se crystallise presqu’aussitôt : on le met égoutter le troisieme jour, & l’eau qui en sort est jettée sur les terres.

La troisieme cuite, ou seconde purification, se fait de même.

Avant que de décharger les cuviers pour y mettre de nouvelle terre, on y repasse de l’eau pure pour achever d’en enlever le salpêtre, & cette eau qu’on appelle le lavage, est employée pour le lessivage suivant qu’elle fortifie.

Les terres salpétreuses donnent communément un gros de salpêtre par livre de terre, & les meilleures un gros & demi.

Les vaisseaux dans lesquels on forme & on purifie le salpêtre, doivent être plutôt profonds que larges ; il s’en dissipe beaucoup en bouillant, & l’on a remarqué que ce déchet se fait en raison de la surface de l’eau.

En raffinant le salpêtre on se propose d’en avoir un des plus purs, ou qui ait le moins qu’il est possible de substances étrangeres.

Le salpêtre brut, ou de la premiere cuite, tel qu’il sort des plâtres, contient quatre substances différentes, du salpêtre, du sel marin, une eau mere & une matiere grasse.

De ces trois sels il n’y a que le salpêtre qui soit inflammable, & conséquemment il est aussi le seul qui soit propre à faire la poudre à canon.

Le sel, ou sel marin, n’étant point susceptible d’inflammation, ne peut contribuer à celle de la poudre ; au contraire il lui est très-préjudiciable, non seulement parce qu’il diminue la quantité du salpêtre dans la poudre, mais sur-tout parce qu’il attire l’humidité de l’air, & rend par-là la poudre humide & lui fait perdre son activité.

L’eau mere est une liqueur qui reste à la fin de tous les différens travaux de l’affinage du salpêtre, & qui ne se congele, ou ne se crystallise point, comme font le salpêtre & le sel. Cette eau contient en solution un vrai sel moyen, tels que sont le salpêtre & le sel. Ce sel de l’eau mere est formé par l’union des esprits ou acides du salpêtre, & du sel unis à une terre calcaire, ou telle que la craie. Elle peut être desséchée par des ébullitions suivies ; mais aussitôt qu’elle est exposée au contact de l’air, elle en attire l’humidité, & se résout entierement. La poudre fabriquée avec un salpêtre qui contient de cette eau mere, devient humide très-facilement, ce qui est un défaut essentiel.

La matiere grasse qui se trouve avec le salpêtre, quoique combustible, ne peut contribuer à l’inflammation du salpêtre : les huiles ou graisses ne l’enflamment point ; il faut pour y parvenir que les charbons des végétaux soient parfaitement brûlés & privés d’huile. Cette matiere grasse restant unie au salpêtre, l’empêche de s’égoutter & de se sécher, & le rend propre à reprendre de l’humidité.

Si le salpêtre brut ou d’une premiere cuite, à la quantité de 3600 livres, est dissous dans de l’eau, cuit & clarifié par la colle, & mis en crystallisation ou congelation, le salpêtre qu’on obtiendra par cet affinage s’appellera salpêtre de deux cuites.

Ce salpêtre d’une deuxieme cuite, dissous de nouveau dans de l’eau, cuit, & clarifié à la colle, & mis à crystalliser, donnera un nouveau salpêtre qu’on appellera salpêtre de la troisieme cuite : tel que les ordonnances le demandent pour la fabrication de la poudre à canon ; ce salpêtre fera à la quantité de 1988 livres, & l’on employera six heures ou environ à faire ces deux cuites.

Si les liqueurs restantes de ces différens travaux, & que les ouvriers appellent eaux, sont mises ensemble à cuire, clarifiées à la colle, & après avoir été congelées, si elles sont égouttées, elles donneront un salpêtre, brut ou de la premiere cuite. Ce salpêtre de nouveau raffiné en donnera d’une seconde cuite. Enfin ce nitre de deux cuites pareillement affiné, fournira 392 livres d’un salpêtre de trois cuites.

A chaque cuite de ce deuxieme affinage, on aura en même tems que le salpêtre, 427 livres de sel qui se crystallisera au fond des chaudieres. Les eaux étant bouillantes, le sel marin a la propriété de se congeler au fond des vaisseaux qui servent à l’évaporation ou cuite ; au lieu que le salpêtre pour se congeler demande le refroidissement : l’art a donc profité des différentes propriétés de ces sels pour les partager.

Les eaux qui proviennent du dernier affinage donneront par la cuite, la clarification & la congelation un nitre brut, qui raffiné encore deux fois, de même que dans les deux raffinages précédens, rendra un salpêtre de trois cuites, pesant 81 livres.

Si l’on cuit & congele encore toutes les eaux restantes des derniers affinages, elles donneront un pain de salpêtre brut de 67 livres. On pourroit poursuivre le raffinage de ce salpêtre jusqu’à zero.

La quantité de sel provenu de ces derniers affinages sera de 177 livres ; & les écumes seront du poids de 171 livres.

La premiere observation que nous ayons à faire sur la fabrication du salpêtre par ces moyens, c’est qu’il sera bien préparé & fabriqué, les congelations en seront parfaites, les crystaux bien formés & très gros, & donneront par conséquent des pains durs & solides, ce qui fera qu’ils s’égoutteront parfaitement, & ne conserveront presque rien des eaux. Ce salpêtre ainsi fabriqué, pourra se garder long-tems, & sera peu susceptible des impressions de l’air.

Parmi plusieurs moyens que la Chimie fournit pour connoitre la quantité du sel marin contenue dans le salpêtre, il faut préférer la crystallisation qui est la voie la plus simple, la plus facile & la plus vraie.

Toutes les expériences sur les salpêtres de différens affinages, se réduisent à les raffiner de nouveau en petit, pour en séparer le sel & l’eau mere, de même qu’on fait dans les travaux en grand.

Si vous faites dissoudre une quantité donnée de salpêtre dans l’eau, cuire ou évaporer, & mettre ensuite dans un lieu frais pour s’y congeler ; la liqueur restante, ou la solution de salpêtre de nouveau évaporée, & de-là mise à congeler, & que vous répétiez ainsi la crystallisation jusqu’à neuf fois, le salpêtre crystallisant de la sorte peu-à-peu, & en petite quantité chaque fois, le sel se dégagera mieux d’avec lui, & ne paroîtra que dans les dernieres crystallisations suivant qu’il est plus ou moins abondant ; car s’il y en a très-peu, il ne paroîtra avec l’eau mere qu’à la derniere crystallisation. Tel est le moyen que l’on emploie en Chimie pour avoir un salpêtre absolument pur.

Le salpêtre de trois cuites du premier affinage, dissous à une quantité comme dans l’eau, & crystallisé neuf fois, ne donnera dans la derniere crystallisation qu’un vestige de sel, c’est-à-dire à-peine quelques grains sensibles, avec un peu plus d’eau mere que ne le fait d’ordinaire le salpêtre qu’on vend à l’arsenal, où il y a souvent des cuites qui ne donnent aucun vestige d’eau mere.

Si le salpêtre de trois cuites du deuxieme affinage est traité de même que celui du premier, le sel paroîtra à la derniere ou neuvieme crystalisation, en quantité un peu moindre que dans le salpêtre du premier affinage ; ce ne sera, pour ainsi dire, qu’une trace de sel, l’eau mere sera à-peine sensible.

Le salpêtre de trois cuites du troisieme affinage, crystallisé comme les autres, le sel ne paroîtra qu’à la derniere crystallisation, à-peu-près en même quantité que celui du salpêtre du premier affinage ; il n’y aura presque pas d’eau mere.

L’eau mere à la quantité de 7 livres, 5 onces, donnera à la faveur de l’évaporation, une demi-on ce de salpêtre, & presque 6 onces de sel ; le reste de la liqueur sera ce qu’on appelle l’eau mere, qui ne crystallise point.

Le tems employé pour les trois affinages sera de 4 jours & demi, & 25 minutes.

Le salpêtre de ces trois raffinages sera aussi parfait qu’il le puisse être, & l’on aura consommé 2638 liv. de bois : employé 3600 liv. d’eau, 9 liv. 10 onces de colle : travaillé 108 heures 25 minutes, ou 4 jours 12 heures 25 minutes : & obtenu 2461 liv. de salpêtre raffiné : de salpêtre brut, provenu des cuites d’eau, 67 livres : d’eaux meres restées des opérations, 28 liv. 8 onces : de sel produit net, 604 liv. enfin des écumes, 171 liv.

Le salpêtre doit être de la troisieme cuite pour être employé à la composition de la poudre, & à celle des feux d’artifice ; pour ce dernier usage on le pile dans un mortier, ou on le broie sur une table de bois dur avec une molette, & on le passe au tamis de soie ; plus il est fin & sec, & plus il a d’effet ; il est par lui-même incombustible, & lorsqu’il s’enflame & fuse, c’est à l’occasion de la matiere à laquelle il touche, comme lorsqu’il est mis sur une planche ou sur des charbons, l’air subtil qu’il contient, se dévelopant par l’action du feu, exalte les parties sulfureuses que ces matieres contiennent, dont il pénetre les pores ; elles se changent en flamme & emportent avec elles les parties du salpêtre que leur action a divisées ; si au contraire il est mis sur quelque chose d’incombustible & dénuée de ce soufre, comme sur une pelle ou sur une tuile rougie au feu, il fond simplement sans s’enflammer & se reduit en liqueur, il prend corps en refroidissant & forme un sel plus dur & plus solide qu’il n’étoit auparavant, & qui est également propre aux mêmes usages, étant ce qu’on appelle salpêtre en roche, il se rafine même par cette fusion, on en prépare en quelques endroits pour faire de la poudre de chasse en le faisant fondre au feu & sans eau ; on jette un peu de soufre dessus pendant qu’il est en fusion pour achever de le dégraisser, le soufre brûle avec ce qui peut y être resté de graisse, sans allumer le salpêtre ; cette opération ne pourroit se réiterer sans l’affoiblir, attendu que n’y ayant plus rien d’onctueux, les esprits auroient plus de facilité à s’en dégager, & qu’il s’en évaporeroit beaucoup.

Salpêtre, à la Monnoie ; on appelle affiner au salpêtre l’affinage de l’argent qui se fait avec ce sel ou nitre ; l’affinage de l’argent par le salpêtre se fait ainsi. On se sert d’un fourneau à vent ; on y met un creuset, on le charge d’environ 40 marcs de matiere d’argent, puis on le couvre, & on charge le fourneau de charbon. Quand la matiere est en bain, on jette deux ou trois onces de plomb dans le creuset, on brasse bien la matiere en bain, voyez Brassoir, puis on retire le creuset du feu ; on verse ensuite cette matiere par inclination dans un bacquet plein d’eau commune, pour la réduire en grenaille. Après lui avoir donné trois feux, on laisse refroidir le creuset sans y toucher, on le retire, enfin on le casse, & on y trouve un culot dont le fond est d’argent fin, & le dessus de crasse de salpêtre avec l’alliage de l’argent.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « salpêtre »

(Siècle à préciser) Du latin sal (« sel ») petrae (« de pierre »), littéralement « sel de pierre ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. salpetra, du lat. sal, sel, et petra, pierre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « salpêtre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
salpêtre salpɛtr

Citations contenant le mot « salpêtre »

  • Le salpêtre est un sel minéral, le nitrate de potassium. Le nitrate de potassium est utilisé dans les matériaux de construction qui, au contact de l’air et l’humidité ambiante, va former un dépôt sur les murs qu’il constitue. Info-mag-annonce.com, Salpêtre sur les murs : définition, causes et conséquences
  • Le salpêtre et ses difficultés LaProvence.com, Économie | Le salpêtre et ses difficultés | La Provence
  • Pour la chapelle de La Roche-Guyon, Constant Delaperche conçoit trois bas-reliefs rendant hommage à des saints locaux (saint Nicaise, sainte Claire et saint Pience) et un quatrième consacré à l’épisode de la présentation de la Vierge au Temple. Fixés à même le mur, les différents éléments en terre cuite ont souffert des infiltrations de salpêtre qui en avaient fortement altéré l’aspect et ont donc fait l’objet d’une importante opération de restauration visant à dessaler les pièces. C’est à l’occasion de leur dépose que sont apparues sous les sculptures différentes peintures préparatoires exécutées par Constant Delaperche afin de compléter le décor en attendant que l’ensemble des reliefs soit finalisé. Il s’agit d’une des rares traces laissées par Constant Delaperche en tant que peintre. Une autre de ses connues œuvres, le portrait de François-Joseph Noël, ministre plénipotentiaire (c’est-à-dire ambassadeur) et homme politique important de la Révolution française, est exposée au musée de Versailles. L’exposition virtuelle reprenant la présentation au musée des beaux-arts d’Orléans explique, en outre, que « le piquetage des surfaces pour favoriser l’accroche du plâtre de scellement n’a épargné qu’un seul personnage, ce qui le rend aujourd’hui d’autant plus précieux ». Connaissance des Arts, Polémique autour du recouvrement d'une peinture murale de Delaperche découverte il y a quatre ans | Connaissance des Arts
  • Le salpêtre est un sel minéral qui apparaît au niveau des murs sous forme de couche blanchâtre particulièrement inesthétique. Il colonise surtout la partie basse des murs intérieurs d’une maison qui est victime d’un problème d’humidité. C’est le nitrate de potassium servant à fabriquer les matériaux de construction qui se transforme en ce disgracieux dépôt blanchâtre lorsqu’il est en contact avec de l’oxygène et de l’humidité. Bricoleur Pro, Le salpêtre sur les murs : comment le traiter ? Intervention et tarifs !
  • Remontées capillaires, présence d’humidité au sol, de salpêtre supposant l’installation d’un drain façade nord et, à l’intérieur, un piquetage des joints ciment des dalles granit, la dépose des lambris pour percement de ventilation. Le Telegramme, Mauvaise surprise : l’état de l’église briacine est préoccupant - Saint-Briac-sur-Mer - Le Télégramme
  • Les travaux, amorcés par la précédente majorité, ont été complétés de la reprise complète des sols (fini la moquette), d’un traitement du salpêtre et de travaux complémentaires sur le toit au-dessus de l’accueil. SudOuest.fr, Saintes : la médiathèque François-Mitterrand a rouvert ce mardi
  • « Le salpêtre qui se forme sur les murs humides de certains logements vétustes est-il dangereux pour la santé de leurs occupants ? » C. C., Saint-Hippolyte (25) , Le Mag : De Vous à Nous. Santé : le salpêtre, symptôme d’humidité excessive
  • Le lobby de la charcuterie perdrait-il ses nerfs ? Son premier représentant, la Fédération des industriels charcutiers traiteurs (FICT), adressait le 7 octobre dernier une mise en demeure à l’application française Yuka, accusée de porter un « préjudice considérable » à ses adhérents. Et pour cause : utilisée par 10,5 millions de personnes dans l’Hexagone, elle permet de scanner le code-barre d’un produit alimentaire ou cosmétique, noté de zéro à cent en fonction de ses qualités nutritionnelles et de la présence d’additifs, liens vers des études scientifiques à l’appui. Conséquence ? « Nous avons relevé que le système de notation de votre application octroyait automatiquement une note rédhibitoire aux produits qui contiennent des sels nitrités », écrivent les avocats de la FICT, porte-parole de Herta, Madrange, Fleury Michon, Bordeau Chesnel et consorts. Une entreprise de « désinformation » aux yeux de leur syndicat, qui serait démentie par d’autres recherches. « Une tentative d’intimidation », s’insurge Julie Chapon, co-fondatrice de Yuka, sommée dans le même temps de « supprimer la pétition » intitulée « Stop aux nitrites ajoutés dans notre alimentation », que l'entreprise a lancée avec l’ONG Foodwatch et la Ligue contre le cancer.L’objet de ce bras de fer : le nitrate de potassium, ou salpêtre (E252) et le nitrite de sodium, ou sel nitrité (E250), massivement utilisés depuis le début du XXe siècle aux États-Unis. « Le sel nitrité n’a été autorisé en France qu’en 1964,...Lire la suite sur Marianne"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer , Nitrites : ce que cache le "coup de pression" des industriels de la charcuterie à Yuka

Traductions du mot « salpêtre »

Langue Traduction
Anglais saltpetre
Espagnol salitre
Italien salnitro
Allemand salpeter
Chinois
Arabe الملح الصخري
Portugais salitre
Russe селитра
Japonais 硝石
Basque salitrea
Corse salitru
Source : Google Translate API

Salpêtre

Retour au sommaire ➦

Partager