La langue française

Probabilisme

Sommaire

  • Définitions du mot probabilisme
  • Étymologie de « probabilisme »
  • Phonétique de « probabilisme »
  • Citations contenant le mot « probabilisme »
  • Traductions du mot « probabilisme »
  • Synonymes de « probabilisme »

Définitions du mot probabilisme

Trésor de la Langue Française informatisé

PROBABILISME, subst. masc.

A. − PHILOS. Doctrine selon laquelle l'esprit humain ne peut pas arriver à la certitude absolue mais seulement à des propositions probables. Il faut avouer que le probabilisme des philosophes est un peu plus dangereux que celui des théologiens (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.545).On parle surtout du probabilisme de la Nouvelle Académie qui représentait une sorte de scepticisme métaphysique (Legrand1972).
B. − THÉOL. ,,Doctrine des opinions probables, c'est-à-dire appuyées sur des raisons pouvant faire croire à leur vérité`` (Marcel 1938). Le probabilisme des Jésuites Le grand reproche que l'on adresse aux théologiens est d'avoir fait la part trop large à la notion de probabilisme; rien ne paraît plus absurde (pour ne pas dire plus scandaleux) aux philosophes contemporains que de compter les opinions qui ont été émises pour ou contre une maxime, en vue de savoir si nous devons y conformer notre conduite (Sorel, Réflex. violence, 1908, p.315).Le probabilisme, tel qu'il fut attaqué par Port-Royal, était alors surtout, semble-t-il, une manière d'excuser un comportement risqué, dès qu'il existait une probabilité même très faible (Hist. gén. sc., t.3, vol. 2, 1964, p.98).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔbabilism̭]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist.1. 1720 [éd.] théol. (Bayle, Dict. hist. et crit., t.1, p.563); 2. 1821 philos. (J. de Maistre, loc. cit.). Dér. sav. du lat. probabilis, v. probable; suff. -isme*. Fréq. abs. littér.: 11.

Wiktionnaire

Nom commun

probabilisme masculin (pluriel à préciser)

  1. (Théologie) Doctrine de la probabilité ou des opinions probables.
    • On peut même dire que tous les beaux raisonnements par lesquels les auteurs croient pouvoir déterminer l'homme à agir moralement, seraient plutôt capables de l'entraîner sur la pente du probabilisme  ; dès que nous raisonnons sur un acte à accomplir, nous sommes amenés à nous demander s'il n'y aurait pas quelque moyen propre à nous permettre d'échapper aux obligations strictes du devoir. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.298)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PROBABILISME (pro-ba-bi-li-sm') s. m.
  • Terme de casuistique. Doctrine suivant laquelle, dans le concours de deux opinions, dont l'une est plus probable et favorable à la morale et à la loi, l'autre moins probable et favorable à la cupidité et à la passion, il est permis de suivre celle-ci dans la pratique, pourvu qu'elle soit approuvée par un auteur considérable. Je ne citerai qu'une seule loi de Zoroastre… qui est justement le contraire du fameux probabilisme des jésuites : quand tu seras en doute si une action est bonne ou mauvaise, abstiens-toi de la faire, Voltaire, Dial. XXIV, 10. Il se peut que vingt apparences contre lui [l'accusé] soient balancées par une seule en sa faveur ; c'est là le cas et le seul cas de la doctrine du probabilisme, Voltaire, Pol. et lég. Sur les probabilités en justice.

    Par extension. On semble s'être fait au barreau un système de probabilisme, tout à fait commode pour la mauvaise foi des plaideurs, Marmontel, Œuv. t. V, p. 322.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « probabilisme »

Lat. probabilis, qu'on peut approuver.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « probabilisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
probabilisme prɔbabilism

Citations contenant le mot « probabilisme »

  • Mais la situation pourrait changer avec, d’une part, l’apparition de l’ordinateur quantique qui, basé sur le probabilisme des états quantiques des qubits, aurait un fonctionnement non déterministe. Et, d’autre part, avec la puce neuromorphique énergétiquement des plus sobres. The Conversation, Une machine peut-elle penser ?
  • On assiste à une floraison de nouveaux mots en « isme », frappants mais peu conceptualisés. La philosophe Cynthia Fleury évoque le « probabilisme » - selon elle, « on va liquider la pensée en s'en remettant à une machine », pas moins. L'essayiste américain Evgeny Morozov, en guerre justifiée contre certains transhumanistes de la Silicon Valley, parle de « solutionnisme », qui serait leur propension à voir en Internet la solution à tous les maux - solution qui éviterait de se poser les vraies questions et effacerait même toute conscience politique. Il est certain que l'utopie libertarienne qu'a été Internet à ses débuts - vouloir remplacer la politique, jugée décevante, par les liens sociaux créés via le Net - est allée au-delà de ses propres espérances. En effet, il est possible que la technique ait remplacé la politique : par certains aspects, l'utopie s'est à présent retournée contre ses promoteurs libertariens, pris dans les rets - comme nous tous - d'une Toile dont « se sont emparés » à leur profit les pouvoirs politiques, démocratiques ou non, notamment via divers dispositifs et lois de surveillance. Les Echos, Pour une critique raisonnée de la technique et de l'Internet | Les Echos
  • La rencontre est si miraculeuse que le marché s’en est emparé. Comment fabriquer de la rencontre ? Les applications, grâce à la géolocalisation, proposent cela : la rencontre à portée de clic et d’algorithme. Devant la puissance du «big data», le hasard peut tirer sa révérence. Il y a toujours dans le coin quelqu’un à rencontrer si bien que le plaisir de la rencontre finit par se passer assez bien de la personne à rencontrer. Qu’est-ce qui ravit les consommateurs de telles rencontres ? Souvent, l’idée même de rencontre. Après la rencontre, il n’y aura pas de récit de la rencontre mais une autre rencontre, à moins que ce ne soit une autre rencontre encore. Alors que «la» rencontre, dans sa rareté, recentre, donne le sentiment d’être enfin en vie, de comprendre ce qu’on fabrique sur cette terre, le «semblant de rencontre», celle démultipliée, produit le sentiment inverse, un peu plus d’errance. On s’y perd dans ces rencontres qui n’en sont plus, où l’autre n’est que l’instrument d’un imprévu fabriqué par le probabilisme. Alors, bien sûr, là où c’est délicieux, c’est quand à l’intérieur de la batterie de rencontres surgit «la» rencontre. Comme un «malgré tout». C’est là que la rencontre, cette notion en apparence si littéraire, fait un pacte avec la théorie de l’évolution. Ceux qui sont encore là, ceux qui résistent, savent bien que l’art de rencontrer façonne leur instinct de survie à moins que ce ne soit l’inverse. Rencontrer, c’est d’abord rester en vie, avant d’en jouir. Libération.fr, La rencontre, un pur moment darwinien, par Cynthia Fleury - Libération
  • Oui, mais plutôt que de parler d’agnosticisme, un terme qui renvoie à la philosophie des Lumières et à une posture de doute vis-à-vis du religieux, je préfère les termes possibilisme ou probabilisme. Pour ces personnes, probabilistes, Dieu existe peut-être. Et cette zone grise se développe. C’est même la population la plus importante. Ils sont environ 35-40 % de la population. , "Les athées aussi peuvent développer des valeurs sacrées" - Spiritualité - La Vie
  • Enfin, il faut souligner ce que montre si bien ce petit ouvrage : depuis leur fondation, les jésuites ont toujours été engagés dans les grands débats ecclésiaux et théologiques de leur époque, et leurs positions leur ont valu d’être plus ou moins appréciés par le pape alors régnant, que ce soit dans les querelles avec les dominicains puis les jansénistes sur la grâce et la liberté de l’homme, dans les débats sur le probabilisme (ce qui donna aux jésuites la réputation, pas toujours usurpée, d’être des confesseurs trop ‘cool’, voire laxistes), dans ceux sur les rites, c’est-à-dire ce qu’on appelait pas encore l’inculturation dans l’évangélisation des peuples, en particulier en Chine et en Inde. Et, ce, jusqu’au vingtième siècle et la fameuse 32ème Congrégation générale de l’ordre en 1975 qui veut engager davantage ce dernier « dans le service de la foi et la promotion de la justice », ce qui entraînera de nombreux jésuites du monde entier dans des prises de position, voire des combats, au cœur même du milieu où ils vivent ! , HISTOIRE : Entre les papes et les jésuites, des hauts et des bas | Lire pour croire…
  • I. L’interprétation orthodoxe a été formulée lors du congrès Solvay de 1927. La conception de Bohr l’a emportée. Elle énonce que tant que la loterie n’a pas eu lieu, on ne connaît rien du système et que lorsque la loterie (l’expérience) est lancée, alors tout ce que vous pouvez connaître, c’est le lot que vous avez gagné, autrement dit, A ou B dans l’exemple que j’ai donné. Vous ne pouvez pas accéder au déroulement de la loterie. C’est ce qu’on appelle l’indéterminisme. Vous pouvez calculer la probabilité pour chaque lot, c’est ce qu’on appelle le probabilisme quantique. Vous ne pouvez pas accéder aux déterminations de phi, autrement dit les tickets de jeu, phi (A) et phi (B). Lorsque vous avez fait l’observation, le système est dans l’état quantique correspondant au lot qui a été gagné, avec son ticket qui lui est assigné mais que vous ne pouvez voir. Au final, la fonction d’onde n’a aucune signification physique. Pour la plupart des quanticiens, elle ne représente qu’un outil mathématique. Mais pour les tenants de l’interprétation réaliste, dans le sillage de Bohm et de Broglie, cette fonction exerce une influence sur la « particule ». Nul n’a pu trancher cette alternative jusqu’à maintenant. AgoraVox, Une incroyable découverte pourrait révolutionner la physique quantique : la fission de la fonction d'onde - AgoraVox le média citoyen
  • Un théorie à vocation universaliste ne peut de toute façon pas se contenter de la logique. Le probabilisme doit y être inclus. AgoraVox, Peux-on concevoir une théorie du tout ? Gödel et l'incomplétude - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « probabilisme »

Langue Traduction
Anglais probabilism
Espagnol probabilismo
Italien probabilismo
Allemand wahrscheinlichkeit
Chinois 概率论
Arabe الاحتمالية
Portugais probabilismo
Russe пробабилизм
Japonais 確率論
Basque probabilism
Corse probabilismu
Source : Google Translate API

Synonymes de « probabilisme »

Source : synonymes de probabilisme sur lebonsynonyme.fr
Partager