La langue française

Principauté

Définitions du mot « principauté »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRINCIPAUTÉ, subst. fém.

A.− Vx. Dignité, pouvoir de prince (v. ce mot I et II). Si l'on considère d'ensemble l'histoire de la papauté, elle l'emporte incomparablement sur celle de toutes les principautés humaines (J. de Maistre ds Maritain, Primauté spirit.,1927, p. 57):
... des jeunes gens de famille, spirituels et dissipés (...) désignaient la pauvre humanité du nom de sottise; et, comme s'ils n'avaient pas moins su qu'on la gouverne souvent en s'en moquant, ils s'arrogeaient sur elle une sorte de puissance et de principauté ingénieuse : leur chef s'appelait prince de la sottise ou des sots. Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr.,1828, p. 177.
B.− Terre, seigneurie, petit état auquel est attaché le titre de prince; petit état gouverné par un prince. Conformément à l'antique loi du pays de Thuringe, la principauté tout entière devait rester indivisible entre les mains de l'aîné des princes de la famille souveraine (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 149).L'Allemagne était composée de deux cent cinquante ou deux cent soixante principautés (Barrès, Cahiers,t. 11, 1918, p. 334).V. comte ex. 3.
C.− RELIG. CATH., au plur. [Le plus souvent avec majuscule] Premier ordre de la troisième hiérarchie céleste (selon la classification de St Thomas); p. ext., puissance spirituelle soumise à Dieu. N'est-ce pas à lui qu'elle a dit par la bouche de Paul, que les principautés et les puissances qui sont dans les cieux connoissent par l'Église la sagesse de Dieu? (Saint-Martin, Homme désir,1790, p. 74).
Prononc. et Orth. : [pʀ ε ̃sipote]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 2emoit. xiiies. « fête principale » (Évangile de Nicodème, C, 660, p. 161 ds T.-L.), attest. isolée; 2. 1362 « terre qui donne la qualité de prince » la principaltee d'Acquitaigne (De Aquitania, Rymer, III, 68b ds Gdf. Compl.); 3. 1370-72 « souveraineté » (Oresme, Livre des Ethiques, VIII, 1, éd. A. D. Menut, p. 412); 4. 1472 « dignité de prince des sots » (Lit. remiss., Reg. 195, Ch. 775 ds Du Cange, s.v. princeps); 1544 « dignité de prince » (Seyssel, tr. Appien, Guerres civ., II, 17 ds Hug.). Dér. de prince*, d'apr. l'a. fr. principalité « domination, puissance », ca 1175, Benoît de Ste-Maure, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 26028, empr. au lat. principalitas « primauté »; l'évol. du suff. -alité vers -auté est prob. due à l'infl. de royauté* (FEW t. 9, p. 392a). Fréq. abs. littér. : 162.

Wiktionnaire

Nom commun

principauté \pʁɛ̃.si.pɔ.te\ féminin

  1. Dignité de prince.
    • La principauté donne un rang élevé.
    • On ne lui conteste pas sa principauté.
  2. Terre, seigneurie qui donne le rang de prince.
    • Cette terre, qui n’était qu’un marquisat, devint une principauté.
    • Ériger une terre en principauté.
  3. (Géographie) Petit état indépendant dont le souverain porte le titre de prince.
    • La principauté de Monaco.
  4. (Géographie) (Histoire) Principauté-archevêché, principauté ecclésiastique dirigée par un prince-archevêque.
    • La principauté de Salzbourg.
  5. (Géographie) (Histoire) Principauté-évêché, principauté ecclésiastique dirigée par un prince-évêque.
    • La principauté de Liège.
  6. (Géographie) (Histoire) Principauté abbatiale, principauté ecclésiastique dirigée par un prince-abbé.
    • La principauté de Stavelot-Malmedy.

principautés féminin pluriel

  1. (Au pluriel) (Religion) Nom que l’on donne à l’un des neuf chœurs des anges.
    • Afin d’en finir avec cette orfèvrerie symbolique, disons encore que […] la sarde évoque les Séraphins, la topaze les Chérubins, le jaspe les Trônes, la chrysolithe les Dominations, le saphir les Vertus, l’onyx les Puissances, le béryl les Principautés, le rubis les Archanges et l’émeraude les Anges. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRINCIPAUTÉ (prin-si-pô-té) s. f.
  • 1Dignité de prince. Je l'ai trouvé un peu impertinent, n'en déplaise à sa principauté, Molière, Princ. d'Él. III, 3.

    Fig. M. Bright, qui partage avec M. Gladstone la principauté de l'éloquence, John Lemoinne, Journ. des déb. 6 déc. 1868.

  • 2Terre qui donne le titre de prince. La principauté de la ville d'Orange était un ancien fief du royaume d'Arles, devenu indépendant, Voltaire, Mœurs, 164.

    Petit État indépendant et immédiat dont le chef a la qualité de prince.

  • 3 Au plur. Le troisième chœur des anges. Les Principautés (avec un grand P).

HISTORIQUE

XIVe s. Ceulz qui ont les grans richeces et obtienent les principautés et les grans puissances, Oresme, Eth. 228.

XVe s. Avoit le roi d'Angleterre saisi toute la prinçauté de Galles, Froissart, II, II, 30.

XVIe s. Pource que Dieu exerce par les anges son empire par tout le monde, selon ceste raison ils sont nommez maintenant principautez, maintenant puissances, maintenant seigneuries, Calvin, Inst. 105. S'il [un prince] est en cholere, sa principaulté le garde elle de rougir, de paslir… ? Montaigne, I, 330. Les indications prinses de la partie sont tirées de la temperature d'icelle, de sa principauté et noblesse, de sa forme…, Paré, Introd. 22.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRINCIPAUTÉ, s. f. (Gram.) souveraineté ; comme dans ces phrases, il aspiroit à la principauté. Les principautés d’Orient sont absolues. C’est aussi la terre ou seigneurie qui donne le titre de prince.

Principautés, s. f. (Théol.) troisieme classe de l’hiérarchie des anges.

Principauté citérieure, (Géog. mod) province d’Italie, au royaume de Naples, bornée au midi & au couchant par la mer, au nord par la principauté ultérieure, & au levant par la Basilicate. Elle a 75 milles de longueur, & 50 de largeur. Elle faisoit autrefois partie de la principauté de Capoue, & aujourdui elle fait partie de la terre de Labour. Salerne en est la capitale. (D. J.)

Principauté ultérieure, (Géog. mod.) province d’Italie, au royaume de Naples, bornée au nord par le comté de Molisse & la Capitanate, au midi par la principauté citérieure, au levant par la Capitanate & la Basilicate, & au couchant par la terre de Labour. Elle a 30 milles du nord au sud, & 50 du levant au couchant. Bénevent est la capitale.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « principauté »

Provenç. principalitat ; du lat. principalitatem, de principalis, principal.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « principauté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
principauté prɛ̃sipote

Citations contenant le mot « principauté »

  • Au cœur du Béarn, un village de 135 âmes a décidé de prendre en main son avenir. Il s’est autoproclamé principauté et surfe sur son courant royal. SudOuest.fr, Béarn : escapade royale à Laàs, ce village autoproclamé principauté

Images d'illustration du mot « principauté »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « principauté »

Langue Traduction
Anglais principality
Espagnol principado
Italien principato
Allemand fürstentum
Chinois 公国
Arabe الإمارة
Portugais principado
Russe княжество
Japonais 公国
Basque printzerriko
Corse principatu
Source : Google Translate API

Principauté

Retour au sommaire ➦

Partager