La langue française

Oursin

Définitions du mot « oursin »

Trésor de la Langue Française informatisé

OURSIN, subst. masc.

A. − ZOOL. Animal marin échinoderme au test globuleux calcaire, recouvert de piquants mobiles, en partie comestible. Synon. châtaigne* de mer, hérisson* de mer.Les oursins, hérissés comme des châtaignes, se roulent sur leurs pointes mobiles, dont ils piquent la main imprudente qui veut les saisir (Bern. de St-P.,Harm. nat.,1814, p.193).V. châtaigne B 3 ex. de Hugo et lanterne I B 5 ex. de Hugo:
. ... des oeufs d'oursins, traités successivement par l'acide butyrique et par l'eau de mer concentrée, puis remis dans l'eau de mer normale (...) se segmentent, et, après quelques jours (...) donnent des larves... J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p.31.
P.anal. Entrelacs de fil de fer barbelé en forme de boule. Nous ne pouvons tout de même pas les poursuivre [les Allemands] à l'aveuglette dans le dédale des boyaux barrés d'oursins (Vialar,Morts viv.,1947, p.234).
B. − Fourrure d'ours. (Dict. xixeet xxes.).
Bonnet d'oursin, oursin. Bonnet à poil que portaient notamment les grenadiers, les sapeurs (v. ourson B). Un jeudi matin! dans le parc de Saint-Cloud!... Bref, mon plumet tremblait à mon bonnet d'oursin, Si bien qu'il intrigua les yeux de Votre Altesse (Rostand,Aiglon,1900, ii, 9, p.94).
Prononc. et Orth.: [uʀsε ̃]. Att.ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist.1. 1552 zool. (Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, p.243); 2. 1825 «fourrure d'ours», v. ourson étymol. Mot marseillais à l'origine (1554, ursin zool. ds Rondelet, Libri de Piscibus marinis, p.577), d'abord att. dans orsin de mar «id.» (1549 ds Roll. Faune t.12, p.83); dér. de ours; suff. -in*. Fréq. abs. littér.: 75. Bbg. Dauzat (A.). L'Étymol. d'oursin. R. Ling. rom. 1954, t.18, pp.192-200.

Wiktionnaire

Nom commun

oursin \uʁ.sɛ̃\ masculin

  1. (Zoologie) Nom d’un genre de zoophytes à coquille calcaire hérissée d’épines mobiles.
    • Comme le reste des membres du phylum des échinodermes, les oursins présentent un test calcaire et un corps à structure pentamérique (symétrie d’ordre 5).
    • Ils étaient trois ou quatre, incurables discutailleurs qui « pantaïllaient » sous le soleil, tout en décapitant des oursins et creusant des clovisses. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 35)
    • « Les gens de la ville, ça les étonne toujours que nous mangions les zérissons. Et pourtant, eux, ils mangent bien des oursins ! » — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 15)
  2. (Vieilli) Ourson, bonnet à poil des anciens grenadiers.
    • Mais un jeudi matin ! dans le parc de Saint-Cloud!…, — Le maréchal Duroc, la dame de service regardaient Votre Altesse user … Bref, mon plumet tremblait à mon bonnet d’oursin. Si bien qu’il intrigua les yeux de Votre Altesse. — (Edmond Rostand, L’Aiglon, E. Fasquelle, 1910)

Adjectif

oursin \uʁ.sɛ̃\

  1. Variante de ursin.
    • Un petit ours nouveau-né, qui n’a point encore été léché de sa mère, est plus formé en sa figure oursine, que ne le fut Ragotin en sa figure humaine. — (Paul Scarron)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OURSIN. n. m.
T. d'Histoire naturelle. Nom d'un genre de zoophytes à coquille calcaire hérissée d'épines mobiles. Il désignait aussi le Bonnet à poil des anciens grenadiers, également appelé Ourson.

Littré (1872-1877)

OURSIN (our-sin) s. m.
  • 1Genre de zoophytes à coquille hérissée de pointes, de la classe des échinodermes ; on les appelle aussi hérissons de mer. Il me donna de très jolis oursins pétrifiés dans une pierre calcaire compacte des environs de Loriol, Saussure, Voy. Alpes, t. VI, p. 118, dans POUGENS.
  • 2Nom donné quelquefois au phoque ou lion marin de l'hémisphère austral.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OURSIN, s. m. (Hist. nat. Botan.) echinopus ; genre de plante à fleur globuleuse, composée de plusieurs fleurons profondément découpés & soutenus par un embryon ; ces fleurons ont chacun un calice écailleux, & ils sont attachés à la couche. L’embryon devient dans la suite un fruit renfermé dans une enveloppe qui a servi de calice à la fleur. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Oursin, Hérisson de mer, Chataigne de mer, echinus marinus ; animal marin qui tire son nom du grand nombre de pointes dont tout son corps est entouré, ce qui lui donne quelque ressemblance avec le hérisson. Il y a beaucoup de différentes especes d’oursins. Les anciens naturalistes croyoient avec raison que les pointes des oursins leur tenoient lieu de jambes, & qu’ils s’en servoient pour marcher ; mais M. Gandolphe, mémoires de l’acad. royale des Sciences, ann. 1709, a cru voir que les oursins avoient de vraies jambes disposées autour de leur bouche. Il prétendoit que les pointes de ces animaux ne contribuoient en rien à leur mouvement progressif. M. de Reaumur a reconnu depuis le contraire ; il a vû très-distinctement que les oursins ne se servent que de leurs pointes pour aller en-avant ; il a observé aussi les parties que M. Gandolphe avoit pris pour des jambes, ce sont des especes de cornes semblables à celles des limaçons, dont l’usage est très-différent de celui que M. Gandolphe leur a attribué, puisqu’elles servent à fixer & à arrêter l’animal, qui s’attache avec ces parties sur quelque corps solide, au point que si on veut le séparer de ce corps par force, on casse ordinairement une partie de ces cornes. M. de Reaumur donne le nom de corne à ces parties, parce que l’oursin s’en sert pour tâter les corps qu’il rencontre dans sa marche, comme font les limaçons avec leurs cornes ; celles de l’oursin ne sont bien apparentes que lorsqu’il est dans l’eau, & l’animal ne fait paroître au-dehors que celles qui sont posées sur la partie du corps qui est en-avant quand il marche. Si au contraire il est arrêté, il n’y a d’apparentes que celles dont il s’est servi pour se fixer à quelque corps solide. L’enveloppe dure de l’oursin est couverte en entier de ces sortes de cornes. M. de Reaumur est parvenu à savoir le nombre de ces cornes, en comptant les petits trous qui pénetrent l’enveloppe, qui sont beaucoup plus apparens sur la surface intérieure que sur l’extérieure ; il fait monter le nombre de ces cornes jusqu’à environ treize cent, qui est le nombre aussi des trous d’où elles sortent, car il n’y en a qu’une seule dans chaque trou. Le même oursin avoit environ deux mille cent pointes. Ces pointes servent de jambes à l’animal, celles dont il fait le plus d’usage sont situées autour de sa bouche ; comme elles se meuvent toutes en différens sens, il peut avancer de tous les côtés avec la même facilité. C’est sur l’oursin commun des côtes du Poitou que M. de Reaumur a fait les observations précédentes. On voit à la Pl. XVIII. plusieurs figures de différentes especes d’oursins. Mémoires de l’acad. royale des Sciences, par M. de Reaumur, ann. 1712. Voyez Testacé.

Oursin de mer, (Conchyliol.) genre de coquille multivalve, de forme ronde, ovale, à pans, irréguliere, quelquefois plate, armée de pointes, de boutons, quelquefois même toute unie.

On appelle en françois cette coquille l’oursin, le bouton, ou le hérisson de mer, quelquefois châtaigne de mer, à cause de sa figure hérissée.

Aristote & Pline ont mis les oursins parmi les poissons crustacés, tels que sont les étoiles de mer & les crabes : d’autres les ont placés dans les coquillages durs. Les oursins de la mer Rouge & ceux de l’Amérique sont d’une consistance assez forte pour y tenir leur rang ; il y en a qui pensent que les oursins tiennent le milieu entre les crustacés & les testacés.

Un moderne, malgré la quantité de pointes qu’on remarque à l’oursin, le place dans les coquillages univalves ; c’est apparemment parce que ces pointes ne se voient d’ordinaire que lorsque le poisson est vivant, & qu’elles tombent si-tôt qu’il est hors de l’eau.

M. Dargenville dit avoir compté sur la superficie d’un oursin de la mer Rouge cinq divisions à deux rangs de mamelons, & de grandes pointes au nombre de soixante-dix, sans compter cinq autres rangs de petites, & toutes les bandes qui séparent les rangs des mamelons, lesquelles sont percées d’une infinité de petits trous par où sortent ses cornes : le grand nombre de pointes que plusieurs oursins conservent toûjours, & qui font partie de leurs coquilles, n’a pû les faire mieux placer que parmi les multivalves ; Charleton & Aldrovandus les mettent cependant dans la classe des turbinées, parce qu’ils n’ont point de volutes ou de pyramides.

Rondelet en admet cinq especes ; Breynius en rapporte sept, & Kléïnius cinquante-huit, comprises sous huit genres.

Nous croyons avec M. Dargenville qu’on peut rapporter tous les oursins sous six genres : savoir, 1°. l’oursin de forme ronde ; on en voit de la Méditerranée & de l’Océan, de rouges, de verds, de violets. 2°, L’oursin de forme ovale ; il y en a de la grande & de la petite espece. 3°. L’oursin de figure à pans, de couleur verte ; il y en a aussi de rougeâtres & de gris-cendré. 4°. L’oursin de forme irréguliere ; ce genre est très-étendu : on connoît des oursins grands & petits, faits en forme de tonneau ; d’autres en disque ; d’autres applatis, formant une étoile ; d’autres faits comme des fesses ; d’autres en cœur à quatre ou à cinq rayons, & à doubles raies. 5°. L’oursin plat & étoilé. 6°. L’oursin de couleur violette, de forme ronde, à piquans faits en pignons de pommes de pin ; ce dernier vient de l’île de France en Amérique.

L’oursin a dans la cavité de sa coquille un intestin qui s’attache en tournant à cinq anneaux : cet intestin va se terminer à une bouche ronde, large, & opposée au trou par où sortent les excrémens. Elle est garnie de cinq dents aiguës & visibles au bout de cinq osselets, au centre desquels est une petite langue charnue, espece de caroncule, où est cette bouche qui finit en intestin, tournant autour de la coquille, suspendue par des fibres délicates. Ces petits osselets sont liés par une membrane située au milieu de l’intestin, & forment la figure d’une lanterne.

La forme ordinaire de l’oursin est ronde, ce qui le fait nommer bouton ; quelquefois elle est ovale, d’où il a pris le nom d’echinus ovarius ; quand il est revêtu de ses pointes, on l’appelle digitatus. Sa superficie est toute couverte d’une immense quantité de petites cornes d’une demi-ligne de grosseur sur neuf lignes d’étendue, vers la partie la plus renflée de l’oursin ; les autres qui sortent vers le conduit des excrémens, de même que celles qui approchent de la bouche, n’ont que trois ou quatre lignes : c’est par ces cornes qu’il peut fixer sa maison.

Tout son intérieur est partagé en cinq lobes d’un rouge foncé, & rempli d’une espece de chair & d’une multitude d’œufs rouges, qui (dans les oursins de la Méditerranée) étant cuits, ont le goût des écrevisses, & sont meilleurs à manger que l’huître verte.

On compte près de douze cens cornes dont se sert l’oursin pour sonder le terrein qui l’environne, pour se fixer contre quelque corps, ou pour se tenir en repos. Ses cornes plus longues que ses pointes ne se voient point dans l’eau ; elles s’affaissent, & se cachent entre les bases & mamelons de ses pointes, qui se trouvent au nombre de plus de deux mille, & qui lui servent à marcher la bouche contre terre pour prendre sa nourriture. Il agite tellement ses pointes ou ses piquans, qui lui tiennent lieu d’une multitude de piés, qu’il marche très-légérement.

Sa couleur est des plus variées, tantôt violette, tantôt d’un jaune clair, quelquefois verte, brune, d’un blanc sali. Lorsque l’oursin est à sec, ses cornes sont invisibles & rentrent dans sa coquille ; si-tôt qu’elles sentent l’eau de la mer, elles s’épanouissent & s’alongent par divers mouvemens : c’est donc par ses cornes qu’il marche, qu’il s’attache où il veut, qu’une partie pompe l’eau tandis que l’autre la rejette.

M. Dargenville a observé, en disséquant cet animal, la dureté de ses osselets, qui sont creux en-dedans, pour laisser passer des filamens qui font agir les dents en-dehors. Ils sont de plus entourés de membranes de tous côtés ; ce qui les lie ensemble. Chaque partie de l’oursin a sa membrane, sa charniere, & des dents extrèmement pointues. Il y a lieu de croire que ses grandes pointes lui servent à se défendre contre les pêcheurs : Pline dit, aculeorum proceritate præstant ; elles lui servent encore de piés pour marcher, se retourner, & rentrer dans sa boule. Quand le coquillage est entierement couvert d’eau de la mer, elles sortent toutes ensemble ; mais lorsqu’il n’est inondé qu’à une certaine hauteur, il n’y a que la partie couverte d’eau dont les cornes s’épanouissent, & tout ce qui est au-dessus ne fait rien paroître. Voyez la conchyliologie de M. Dargenville, & les mém. de l’acad. des Sciences. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « oursin »

(1552)[1] De l’occitan oursin issu du latin ursinus (« d’ours »), à cause que les piquants ont été comparés aux poils serrés de l’ours[2] ou dérivé de ours avec le suffixe -in[1].
Dalbera (Les zoonymes, 1997) rapproche le mot de l’occitan eriçon (« hérisson »). Comparer avec son synonyme français hérisson de mer, le portugais ouriço-do-mar, l’italien riccio di mare, l’espagnol erizo de mar, l’anglais urchin tous dérivés du latin ericius qui nous donne hérisson.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ours, à cause que les piquants ont été comparés aux poils serrés de l'ours.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « oursin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
oursin ursɛ̃

Citations contenant le mot « oursin »

  • Les animaux se lavent en se léchant. Sauf les hérissons et les oursins. De Philippe Geluck / Le Meilleur du chat
  • On ne se jette pas dans des bras croisés. Même assoiffé d’affection, on n’embrasse pas les oursins. De Fatou Diome / Le Ventre de l’Atlantique
  • Si l’on jugeait les choses sur les apparences, personne n’aurait jamais voulu manger un oursin. De Marcel Pagnol
  • La mer : une grande dame qui prend trop ses aises. Elle n'a pas besoin de tant de place pour produire la moule et l'oursin. De Lucie Paul-Marguerite / Paillettes
  • "Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés." Dans sa chanson "La Madrague", Brigitte Bardot a oublié de mentionner vives, oursins et méduses. Et pour cause, ce ne sont pas les créatures sur lesquelles les vacanciers préfèrent tomber lorsqu'ils s'aventurent au bord de l'eau. Pourtant, elles sont bien présentes et une piqûre est vite arrivée. Dans l'émission "Sans Rendez-Vous", lundi, le docteur Damien Mascret est revenu sur ces petits bobos estivaux et a dispensé quelques conseils pour soigner la douleur. Europe 1, Vives, oursins, méduses : comment réagir après une piqûre sur la plage ?
  • Sous les pontons du port de Menton Garavan, 12 oursins artificiels taille XXL et de faux herbiers ont été accrochés sous les pontons. Objectif : permettre aux poissons juvéniles de grandir à l'abri des prédateurs. France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, Des oursins géants servent de nurseries à poissons dans le port de Menton
  • Comme un oursin, la Terre serait entouré de pics... faits de matière noire. Un astrophysicien l'a découvert en effectuant des calculs. Il se trouve que cet "oursin" est allongé sur un côté... Science-et-vie.com, La Terre serait hérissée de matière noire - Science & Vie
  • Sur nos côtes, les piqûres probables sont l’oursin, la vive, la méduse. Les épines d’oursin sont très friables. Il convient de s’assurer qu’elles ont intégralement retirées avant de bien désinfecter la plaie. Dans le cas contraire, consultez un médecin. La piqûre de vive est plus sérieuse parce qu’elle injecte un venin. Premier réflexe, secouristes ou garde-côtes. Sinon, exposez la plaie à une forte source de chaleur pour tenter de détruire le venin (10 minutes au moins). Notons que ces deux types de blessures peuvent être évités en portant des chaussures adaptées au milieu aquatique. , Magazine Santé | Savez vous réagir face aux dangers du bord de mer ?
  • Avec le réchauffement climatique, les oursins se sont multipliés dans certaines régions du monde et menacent l’écosystème marin. Des scientifiques et des industriels tentent de proposer des solutions. Geo.fr, Des oursins dans nos assiettes pour sauver la planète ? - Geo.fr
  • ENVIRONNEMENT - Que ce soit en Tasmanie, en Norvège ou en Californie, les oursins détruisent les forêts de varech. Ces dernières sont formées d’algues dans lesquels vivent et se reproduisent de nombreuses espèces. Mais la surpêche et le changement climatique ont fait disparaître la plupart des prédateurs naturels des oursins qui se servent des algues comme nourriture. Le HuffPost, Manger des oursins aide à sauver la biodiversité des océans | Le HuffPost
  • Sur les côtes californiennes, norvégiennes ou encore japonaises, les changements de température, la disparition de certains prédateurs et divers événements climatiques extrêmes – vague de chaleur marine intense, tsunami… – ont fait des oursins les maîtres des lieux, au détriment des grandes forêts de laminaires, ces grandes algues brunes, qui prospéraient jusqu’alors. Dans le nord de la Californie, celles-ci ont diminué de 90% depuis 2014, selon une étude publiée en 2019 par la revue Nature. Une déforestation massive qui a ouvert la voie, selon les chercheurs, à des «écosystèmes dominés par les oursins», avec des concentrations parfois plus de trente fois supérieures aux niveaux de 2015. Libération.fr, Avec le dérèglement climatique, «les oursins prolifèrent et prennent le dessus sur les forêts d’algues» - Libération

Images d'illustration du mot « oursin »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « oursin »

Langue Traduction
Anglais sea urchin
Espagnol erizo de mar
Italien riccio di mare
Allemand seeigel
Chinois 海胆
Arabe قنفذ البحر
Portugais ouriço do mar
Russe морской еж
Japonais ウニ
Basque itsas trikua
Corse acqua di mare
Source : Google Translate API

Synonymes de « oursin »

Source : synonymes de oursin sur lebonsynonyme.fr

Oursin

Retour au sommaire ➦

Partager