La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « oncle »

Oncle

Variantes Singulier Pluriel
Masculin oncle oncles

Définitions de « oncle »

Trésor de la Langue Française informatisé

ONCLE, subst. masc.

A. − [Lien de parenté]
1. [Par rapport aux enfants] Frère du père ou de la mère. Synon. enfantin tonton.Oncle paternel, maternel. Le frère de mon père, mon oncle Joshua, qui est courtier de pierres précieuses à New-York, me prend dans ses affaires (Lacretelle,Silbermann,1922, p.151).Exerçant une sorte d'avunculat sur les enfants de ses soeurs, l'Oncle, avec un O majuscule, ce fut jusqu'en août 1932 l'auteur de la Terre qui meurt [René Bazin] (H. Bazin, Abécédaire, Paris, Grasset, 1984, p.179):
1. Mon père avait vu de près ce roi philosophe, sur le champ de bataille, où son frère, l'aîné de mes sept oncles, avait été emporté d'un boulet de canon... Vigny,Serv. et grand. milit.,1835, p.10.
P. ext. Conjoint de la soeur du père ou de la mère, c'est-à-dire de la tante. Oncle par alliance:
2. Pendant le dîner, l'oncle de Wazemmes −il s'appelait Victor Miraud et n'était son oncle que par alliance du côté maternel −avait écouté son neveu presque sans lui répondre, et d'un air distrait. Romains,Hommes bonne vol.,1932, p.275.
Arrière-grand-oncle. V. arrière III A 2.
Grand-oncle*.
2. Syntagmes et expr.
a) Bel oncle (vx). Mari de la tante. (Dict. xixes.).
b) Oncle à héritage. Oncle qui n'a pas de descendant direct et dont on recueillera l'héritage après sa mort. Le Général, riant: −Allons, allons! N'p'lote pas! Tu n'as qu'à répondre oui ou non sans faire de phrases! Ce n'est pas parce que je suis l'oncle à héritage!... Je ne suis pas encore mort, tu sauras! (Feydeau,Dame Maxim's,1914, i, 11, p.17).Il faisait figure de parent riche, d'oncle à héritage (Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.204).
c) Oncle à la mode* de Bretagne.
d) Oncle d'Amérique. [Personnage de théâtre ou de roman] Oncle qui, émigré en Amérique et y ayant fait fortune, revient inopinément pour dénouer une situation et apporter aux siens la fortune; p. ext., personnage très riche, parent ou non, qui arrive à point et inopinément pour arranger les difficultés familiales et résoudre les problèmes financiers. En 1818, j'avais le bonheur d'avoir un de ces oncles d'Amérique si fréquents dans les vaudevilles (Stendhal,Lamiel,1842, p.41).Ne t'emballe pas, maman, il n'y a plus d'oncle d'Amérique! (Maupass.,Pierre et Jean,1888, p.299).
B. −
1. Titre donné à un homme plus âgé que l'on s'interdit, par respect, d'appeler par son prénom, ou, en raison des liens d'affection, d'appeler monsieur; personne dont le lien de parenté est difficile à établir, inexistant ou de fantaisie. Premier ataman (à Chouiski qui l'observe): Seigneur boyard, ne pourriez-vous me dire si le tsar se montrera bientôt? Basile: Bientôt, je l'espère, mon oncle (Mérimée,Débuts aventur.,1853, p.320):
3. Le Général: −Ah! Elle est bien bonne! Moi, elle m'a demandé à m'appeler mon oncle! Les Dames: −Non, vraiment? La Môme, vivement, passant entre les dames et le général: −Oui! oui! C'est une manie chez elle! Elle est tellement expansive qu'elle éprouve le besoin de vous donner comme ça des petits noms de famille! Feydeau,Dame Maxim's,1914II, 7, p.45.
2. En partic.
a) Titre que les empereurs d'Allemagne donnaient aux électeurs ecclésiastiques de l'Empire. (Dict. xixeet xxes.).
b) Fam. Oncle Sam. Peuple des États-Unis, gouvernement des États-Unis, personnifiés:
4. ... la vulgarité je ne dirai pas de John Bull, ce qui serait injuste, au moins pour l'Angleterre de l'ère Victorienne, mais de l'oncle Sam n'a pas déteint sur elle. Jamais de couleurs trop voyantes, de cris exagérés... Proust,J. filles en fleurs,1918, p.457.
c) Arg., vieilli. ,,Usurier`` (France 1907). Florine connaissait l' oncle de Raoul. Ce mot symbolisait l'usure, comme, dans la langue populaire, ma tante signifie le prêt sur gages (Balzac,Fille Ève,1839, p.129).,,Geôlier, guichetier de prison`` (Esn. 1966).
Prononc. et Orth.: [ɔ ̃:kḽ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 387). Du lat. avunculus désignant seulement l'oncle maternel. Fréq. abs. littér.: 6459. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8192, b) 11026; xxes.: a) 10347, b) 8347. Bbg. Kuznecon (A. M.). On the typology of the semantic field of kindship terms. Linguistics. La Haye. 1974, no125, p.8. _Quem. DDL t.16.

Wiktionnaire

Nom commun - ancien français

oncle \Prononciation ?\ masculin

  1. Oncle.

Nom commun - français

oncle \ɔ̃kl\ masculin (pour une femme, on dit : tante)

  1. (Famille) Frère ou beau-frère de l'un des parents.
    • Rabalan était le dernier représentant d’une famille de sorciers qui, durant plus d’un siècle, régnèrent dans Trélotte. Son arrière-grand-père, son grand-père, son père, tous ses oncles et tous ses cousins avaient été sorciers, et l’on racontait d’eux des choses terribles et merveilleuses. — (Octave Mirbeau, Rabalan)
    • Jamais aucun oncle n’astreignit aussi implacablement ses petits-neveux à écouter le tic-tac de sa grosse montre. — (H. G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, 1910, éd. 1921, p. 36)
    • Le neveu du cheikh Gaafar, qui, tout jeune homme avait lorgné avec une admiration jalouse l’épouse de son oncle, s’enhardit jusqu’à demander sa main. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
  2. (Famille) Conjoint d'un membre de la fratrie des parents (d'une tante ou d'un oncle).
    • J'aimais bien aller chez mon oncle et ma tante.
  3. En Russie, nom donné par les enfants aux hommes adultes.
    • – Je suis retournée dans ma chambre, j’ai sorti du tiroir de ma table un épais cahier recouvert d’une toile cirée noire, je l’ai rapporté et je l’ai tendu au Monsieur…
      – À « l’oncle », devrais-tu dire, puisque c’est ainsi qu’en Russie les enfants appellent les hommes adultes…
      — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 84)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ONCLE. n. m.
Le frère du père ou de la mère. Oncle paternel, maternel. L'oncle et le neveu. L'oncle et la nièce. Grand-oncle, Le frère du grand-père ou de la grand-mère. Son grand-oncle du côté paternel, du côté maternel. Oncle à la mode de Bretagne, Le cousin germain du père ou de la mère.

Littré (1872-1877)

ONCLE (on-kl') s. m.
  • 1Frère du père ou de la mère. Oncle paternel. Oncle maternel.

    Faire l'oncle, réprimander, gronder. L'abbé se sent suffoquer par un torrent de paroles ; il se met en colère, et en sort par faire l'oncle, et dire qu'on se taise, Sévigné, 196.

    Bel oncle, le mari de la tante. Votre valet Frontin, Pourrait être votre oncle ou bel oncle demain, Du Frény, Dédit, I, 3.

    Oncle à la mode de Bretagne, voy. MODE 2.

    Oncle d'Amérique, personne qui, parent ou non, vient de loin et à l'improviste apporter à quelqu'un une grande fortune ; locution tirée des pièces de théâtre et des romans où le dénoûment se fait par un oncle riche arrivant effectivement d'Amérique. Oui, il y a encore des oncles d'Amérique ; ils sont rares, mais il y en a… c'est peut-être le dernier, Scribe Et Duveyrier, Oscar, I, 1.

    Fig. La vigne à mon oncle, la plus proche du village, se dit d'une mauvaise excuse, d'une mauvaise défaite, à cause qu'en temps de vendange ceux qu'on trouve tenant des raisins disent qu'ils les ont pris dans la vigne à leur oncle.

  • 2Grand-oncle, le frère du grand-père ou de la grand'mère. Mlle Corneille a l'âme aussi sublime que son grand-oncle ; elle mérite tout ce que je fais pour son nom, Voltaire, Lett. Damilaville, 24 mai 1761.
  • 3Titre que les empereurs d'Allemagne donnaient aux électeurs ecclésiastiques de l'empire.

HISTORIQUE

XIe s. Et Machiner et son uncle Maheu, Ch. de Rol.

XIIe s. Ce fut ses oncles [son oncle], Ronc. p. 17. Son oncle [il] appele par mout bel contenant, ib. p. 39.

XIIIe s. Sire, dient li autre baron, vos oncles [votre oncle] vous donne boin conselg, Chr. de Rains, p. 49. Se ge prant ta fille et tu la moie, li enfant marle [mâle] qui nestront de noz, seront oncle li un à l'autre, Liv. de just. 226.

XVIe s. Celuy est bien mon oncle, qui le ventre me comble, Cotgrave Clitus, qui estoit ton oncle de lait [parlant à Alexandre], et frere de ta mere nourrisse, Pasquier, Rech. p. 906, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ONCLE, s. m. (Jurispr.) est une qualité relative à celle de neveu & niece, & qui annonce le degré de parenté qui est entr’eux : ils sont au troisieme degré selon le droit civil, & au second selon le droit canon ; ainsi l’oncle ne peut épouser sa niece sans une dispense obtenue en cour de Rome. Sur la maniere dont les oncles succedent avec les neveux, Voyez ci-devant Neveu. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « oncle »

Du latin avunculus (« oncle maternel »). Diminutif du latin avus (« aïeul, grand-père »).
(1080) uncle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. oncle, avoncle ; du lat. avunculus, qui vient de avus, aïeul : petit aïeul, nom d'amitié donné par les neveux enfants. Les comiques latins scandaient déjà avunculus en trois syllabes aunculus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « oncle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
oncle ɔ̃kl

Citations contenant le mot « oncle »

  • Quand la mère meurt, le père devient un oncle. De Proverbe tamil
  • Si ma tante en avait ce serait mon oncle, et si mon oncle en était ce serait ma tante. De Pierre Dac
  • Dans leurs fastes impériaux l'oncle et le neveu sont égaux ; l'oncle prenait des capitales, le neveu prend nos capitaux. De Alexandre Dumas / Juin 1853, d'après Horace de Viel Castel
  • Si tu as le Seigneur pour oncle, il te sera facile de devenir un saint. De Proverbe serbe
  • Il ne faut pas tuer son oncle, dans aucune circonstance, même pour en hériter. De Alphonse Allais / A se tordre
  • Existe-t-il dans la nature quelque chose de réellement parfait, à l’exception de la stupidité de mon oncle ? De Woody Allen / L’amour coupé en deux
  • Famille : Les harengs. Les grands marrants. La fleur. Le fer ou engin. L’oncle. La tente. Les coussins. De Pef / Dictionnaire des mots tordus
  • Il n'y a rien de tel pour vous donner du génie que d'avoir un oncle cinglé ou une grand-mère sinoque. De Raymond Queneau / Loin de Rueil
  • Mon pauvre oncle disait souvent : "Il faut toujours tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler." Que devrait-on faire avant d'écrire ? De Gérard de Nerval / Les illuminés
  • Les gens se mettent en noir quand ils perdent un oncle et ne se mettent pas en blanc quand ils viennent de se faire un ami pour la vie. De Sacha Guitry
  • Dix oncles ou dix tantes n'égalent pas le père et la mère. Comme dix pères et mères n'ont pas l'importance du mari et de la femme. De Anonyme / Syvsvat
  • Les oncles, les tantes et les cousins, c’est bien. Les parents, c’est à ne pas négliger. Mais une grand-mère les vaut tous ! De Fanny Fern / Folly As It Flies
  • Avec 56 titres de Grand Chelem à eux trois, Rafael Nadal, Roger Federer et Novak Djokovic forment sans aucun doute l'un des meilleurs « BIG 3 » de l’histoire du tennis. L’oncle du tennisman espagnol s’est amusé à les combiner pour en faire le joueur parfait ! Le 10 Sport, Tennis | Tennis : Djokovic, Federer... L’oncle de Nadal fabrique son joueur parfait !
  • Est-ce pour museler l'envie et le soupçon qui sont des défauts trop répandus? Est-ce parce que les Gilets jaunes sont passés par là? Est-ce pour faire ami-ami avec le grand peuple de France? Fait est que, au cours des passations de pouvoir de cette semaine, on a entendu plusieurs allusions à l'origine sociale et professionnelle des nouveaux entrants dans l'équipe gouvernementale. Ont-ils eu une grand-mère médecin, un oncle chef d'entreprise, un père prof et latiniste ou une mère flûtiste? Ça, on ne le saura pas, il vaut mieux le passer sous silence. Le discours insistera au contraire sur celui "qui est issu de l'immigration" ou celle "qui gardait les brebis sur les plateaux venteux". lejdd.fr, "Mon père, ma mère et mon arrière-grand-oncle", la chronique de Teresa Cremisi
  • Propriétaire de trois hôtels, le jour où Julien (1) manque de liquidités pour payer ses échéances, il fait appel à son oncle, à la tête d'une société d'investissement. Celui-ci accepte de racheter l'affaire et propose un poste de dirigeant à son neveu, avec un salaire de 6000 euros mensuels. Mais voilà, Julien est licencié pour insuffisance professionnelle quatre mois plus tard. Aux prud'hommes, il réclame 1 651 817 euros, dont 1 423 871 euros pour "perte de chance". En face, son adversaire décrit un Julien mauvais gestionnaire, qui a manipulé son oncle de 80 ans, un menteur qui posait en photo sur son voilier alors que son médecin l'avait arrêté pour burn-out. Récit.  LEntreprise.com, "Son oncle met du cash dans son affaire, lui fait un contrat de travail puis le vire" - L'Express L'Entreprise
  • Mais non, il y a autre chose. Ce qui est nouveau et surprenant, c'est que Mary Trump, qui est titulaire d'un doctorat en psychologie clinique, nous offre aussi un portrait détaillé du profond handicap de Trump: elle explique que les cinq critères cliniques du narcissisme se manifestent chez son oncle, tout en insistant sur le fait que ce diagnostic n'est que la partie émergée de l'iceberg psychologique –il souffre peut-être également de trouble de la personnalité antisociale, de sociopathie et/ou de trouble de la personnalité dépendante, ainsi que d'un trouble des apprentissages non diagnostiqué qui interfère avec sa capacité à traiter les informations. Slate.fr, Le clan Trump est au moins aussi responsable que lui du naufrage de l'Amérique | Slate.fr

Images d'illustration du mot « oncle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « oncle »

Langue Traduction
Anglais uncle
Espagnol tío
Italien zio
Allemand onkel
Chinois 叔叔
Arabe اخو الام
Portugais tio
Russe дядя
Japonais おじさん
Basque osaba
Corse ziu
Source : Google Translate API

Synonymes de « oncle »

Source : synonymes de oncle sur lebonsynonyme.fr

Oncle

Retour au sommaire ➦

Partager