La langue française

Non-belligérance

Définitions du mot « non-belligérance »

Wiktionnaire

Nom commun

non-belligérance \nɔ̃.bɛ.li.ʒe.ʁɑ̃s\ féminin singulier

  1. Situation de celui qui, lors d’une guerre, d’un conflit armé, se déclare non-belligérant.
    • Certains auteurs se demandent s’il est possible de concevoir un statut intermédiaire entre la neutralité et la belligérance. Un tel statut est normalement qualifié de non-belligérance, mais on peut également quelquefois employer le terme de « neutralité qualifiée ». — (Académie de droit international de La Haye, Recueil des cours 1993-V, Martinus Nijhoff publishers, 1994, page 134)
    • La non-belligérance peut exister dans des contextes d’hostilité avérée, mais où on préfère ne pas en découdre dans l’immédiat, soit parce que le rapport des forces n’est pas favorable, soit parce que d’autres problèmes accaparent l’attention et les moyens. — (Jean-Pierre Bensimon, Liban : une guerre pour rien ?, revue Controverses n° 3, octobre 2006, page 203)
    • Le 3 septembre, quand le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre à l’Allemagne, l’Italie proclame sa « non-belligérance », mais non, selon le terme habituellement usité, sa neutralité. Mussolini veut marquer par là sa solidarité avec l’Allemagne, sa volonté de poursuivre sa préparation militaire et de participer ultérieurement aux négociations devant établir les fondements de l’Europe nouvelle. — (André Kaspi, La Deuxième guerre mondiale : chronologie commentée, Perrin, 1980)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « non-belligérance »

De non-belligérant par substitution de suffixe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « non-belligérance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
non-belligérance nɔ̃bɛliʒerɑ̃s

Citations contenant le mot « non-belligérance »

  • « Ni Orient ni Occident », avait-on dit en 1943 lors de l’indépendance. Hélas, cette double négation fut mal interprétée par Georges Naccache qui n’y a pas vu l’expression, sinon d’une neutralité de droit, du moins d’une non-belligérance de fait, d’une abstention affichée de prendre position dans les conflits interarabes avant la création de l’État d’Israël. En 1945, la charte de création de la Ligue arabe parle du Liban comme « membre d’appui et non de confrontation ». Le Liban, pour les Arabes, est un facteur de consolidation interarabe et non de déstabilisation ou de positionnement en faveur de tel ou tel régime au détriment de l’intérêt commun. En clair, il est naturellement dans une attitude de « distanciation ». En 1948, le Liban participa à la campagne militaire arabe contre la proclamation de l’État d’Israël et conclut avec l’entité sioniste l’accord d’armistice de 1949 qui régit ses relations avec son voisin méridional. L'Orient-Le Jour, « Laissez vivre mon peuple » - L'Orient-Le Jour
  • La presse s'interroge donc sur les garanties reçues par Silvio Berlusconi pour que sa « non-belligérance » permette l'accès au pouvoir de ses pires ennemis. La réponse sera dans la liste des ministres – colombes ou faucons ? – qui se verront attribuer les portefeuilles-clés de la justice, de l'audiovisuel et des télécommunications. Le Point, Italie : quel est le prix de la « bienveillante non-belligérance » de Silvio Berlusconi ? - Le Point

Images d'illustration du mot « non-belligérance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « non-belligérance »

Langue Traduction
Anglais non-belligerence
Espagnol no beligerancia
Italien non belligeranza
Allemand nicht-kampfbereitschaft
Chinois 非好战
Arabe عدم العدوانية
Portugais não beligerância
Russe неучастие в войне
Japonais 非交戦
Basque ez-belligerence
Corse non-belligenza
Source : Google Translate API

Antonymes de « non-belligérance »

Non-belligérance

Retour au sommaire ➦

Partager