La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « monopole de la violence »

Monopole de la violence

Définitions de « monopole de la violence »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

monopole de la violence \mɔ.nɔ.pɔl də la vjɔ.lɑ̃s\ masculin

  1. (Droit, Politique, Sociologie) Caractéristique de l’État comme étant le seul à bénéficier du droit de mettre en œuvre la violence physique sur son territoire.
    • La démocratie apparaît alors comme un espace sociopolitique pacifié dans lequel toute forme de violence physique est exclue, non seulement car le monopole de la violence par l’État fait l’objet d’une contention réglementée, mais aussi parce que la souveraineté populaire n’a plus besoin de la force pour s’exprimer puisqu’elle dispose désormais du bulletin de vote, symbole d’un jeu politique par essence pacifique. — (Sophie Baby, Le mythe de la transition pacifique : violence et politique en Espagne (1975-1982), 2012, ISBN 9788496820913, page 11)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « monopole de la violence »

(XXe siècle) Composé de monopole et de violence, calque de l’allemand Gewaltmonopol, concept forgé par le sociologue allemand Max Weber.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « monopole de la violence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
monopole de la violence mɔnɔpɔl dœ la vjɔlɑ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « monopole de la violence »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « monopole de la violence »

  • Si vous dites : “l’État a le monopole de la violence légitime.” On a pas dit grand chose quand  on a dit ça, on a dit une absurdité même exactement… Il ne s’agit pas de reprocher au personnel politique, voire aux journalistes, de ne pas connaître cet arrière plan de la définition de Weber mais ce qui est irritant, c’est cette manière d’appeler une autorité scientifique, c’est un grand nom, pour dire une absurdité. Catherine Colliot-Thélène, philosophe spécialiste de Max Weber   France Culture, La "violence légitime de l'État" de Max Weber
  • Ce n’est pas la moindre ironie de notre époque que le retournement du panoptisme contre le pouvoir étatique se fasse grâce à un bijou de technologie, fleuron du capitalisme mondialisé contemporain. Sans smartphones, sans réseaux sociaux, sans Apple et les Gafam, pas de révolte possible contre le capitalisme, dont la police (BAC ou Brav) serait le nom… On saura gré au film de ne pas se contenter de dénoncer les violences et d’offrir des outils pour tâcher d’en entrevoir la complexité. La vraie question n’est peut-être plus, comme le remarque l’écrivain Alain Damasio : « Qui est en position de revendiquer le monopole de la violence légitime ? », mais « Qui est légitime pour déterminer ce qu’est une violence ? » La dénonciation de la violence s’est elle aussi généralisée et renversée, puisque ce que les manifestants considèrent comme des violences policières est ressenti par les policiers comme de la légitime défense, ou la réponse à une première violence. Un haut-gradé de la gendarmerie, formateur à la retraite, rappelle que le maintien de l’ordre, quand il est effectué par des professionnels, suppose justement de garder ses distances, de supporter l’injure et les provocations sans jamais y répondre, et de n’intervenir qu’en respectant les principes de nécessité et de proportionnalité. Philosophie magazine, Le “monopole de la violence légitime“, un concept “qui se tient sage” ? | Philosophie magazine
  • Contresens récurrent sur Weber : lorsqu'il déclare que l'Etat a le monopole de la violence légitime, c'est descriptif et non prescriptif. Il constate que l'étatisation des sociétés va avec le monopole croissant, par l'Etat, de la violence considérée comme légitime. https://t.co/XbQO7oEzrR Les Inrocks, Pourquoi Gérald Darmanin fait un énorme contresens quand il cite Max Weber - Les Inrocks
  • Les aspirations des individus de la démocratie « extrême » nourrissent une insatisfaction constante à l’égard des institutions et en particulier des institutions politiques. Les pratiques de la démocratie, le vote et la représentation, sont déstabilisées. Les plus jeunes s’abstiennent massivement. Le principe de la représentation est contesté, voire rejeté. Les parlementaires font l’objet d’une hostilité dont témoigne la multiplication des agressions. L’idée que l’Etat détient le monopole de la violence légitime et que la police – quels que soient éventuellement ses manquements – défend l’ordre public de la démocratie leur est étrangère. C’est le signe manifeste d’un défaut de transmission entre les générations. Fondapol, « Lorsque les préjugés à l’encontre des minorités, comme les juifs, se manifestent, la citoyenneté est remise en cause » - Fondapol
  • Ainsi, policiers disposeraient du monopole de la violence légitime, et donc, tout emploi de la force de leur part serait acceptable. L’expression "violences policières" n’aurait aucun sens. Le raisonnement est-il rigoureux pour autant ? Pas du tout : il s’agit là d’une déclaration qui repose sur une lecture totalement biaisée de Max Weber, un des pères de la sociologie, que tous les étudiants en sciences sociales sont censés étudier. Pour commencer, Éric Zemmour le cite très mal : selon Weber, ce ne sont pas les policiers qui disposent du monopole de la violence physique légitime, mais l’État. Les policiers n’en sont que des délégataires, au même titre que les militaires. Franceinfo, Éric Zemmour devant les policiers : guerre civile et répression
  • Mine de rien, étape par étape, la violence refait surface dans nos pays civilisés. Les symptômes de cette résurgence sont quantifiables : le nombre des agressions verbales ou physiques contre des personnes représentant d’une manière ou une autre l’autorité sont en pleine explosion. De l’autre côté, l’État, dépositaire du monopole de la violence légitime, suit le mouvement en paroles et parfois en actes. Légitime réponse ou huile sur le feu ? Pas facile de faire le tri. , Édito. Hausse de la violence dans la société: une fatalité ou un symptôme?

Images d'illustration du mot « monopole de la violence »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Monopole de la violence

Retour au sommaire ➦

Partager