La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « merlus »

Merlus

Définitions de « merlus »

Trésor de la Langue Française informatisé

MERLU(S),(MERLU, MERLUS) subst. masc.

Poisson de mer comestible, au corps allongé pouvant dépasser un mètre de long, de couleur grise avec le ventre blanc, vivant dans les grandes profondeurs, vendu sous le nom de colin (à Paris). La pêche du maquereau constitue actuellement en tonnage l'une des premières de nos pêches avec celles du merlan et du merlu (Boyer, Pêches mar., 1967, p.68).
ZOOL. Poisson téléostéen de la famille des Gadidés (rem. s.v. Gade), caractérisé par deux nageoires dorsales et une anale. [Les dents] du merlus (gadus merluccius) sont (...) terminées par une pointe aplatie (Cuvier, Anat. comp., t.3, 1805, p.183).V. aussi Zool. t.3, 1972, p.1043 (Encyclop. de la Pléiade).
Prononc. et Orth.: [mε ʀly]. Ac. 1935: merlus. Lar. Lang. fr.: merlu. Étymol. et Hist. 1333 mellus (Texte cité par G. Roques ds Sém. lex. et sém. gramm. en m. fr., Actes du colloque de Bruxelles 1978, p.13); ca 1393 merlus, mellus (Ménagier de Paris, II, 199, 107 ds T.-L.). Peut-être issu du croisement de merlan* avec l'a. fr. lus, luz «brochet» (ca 1160, Moniage Guillaume, éd. W. Cloetta, I, 415 − Crespin, Thresor des trois langues, espagnole, françoise et italienne, 1637 d'apr. FEW t.5, p.436), lui-même du b. lat. lucius (ives.). FEW, loc. cit., suggère que le fr. est empr. à l'a. prov. merlus qui est att. dès le milieu du xiiies. (v. Rayn.); cependant, dans ce cas, l'origine de l'a. prov. reste obscure, merlan n'étant att. en prov. qu'à l'époque moderne. Bbg. Joret (Ch.). Étymol. fr. Merlus. Romania. 1880, t.9, pp.122-125. _ Quem. DDL t.4.

Wiktionnaire

Nom commun - français

merlus \mɛʁ.ly\ masculin

  1. (Ichtyologie) Poisson de mer du genre gade.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

MERLUS (mèr-lû) s. m.
  • Poisson de mer qu'on appelle merluche, quand il a été séché. 8 sols sur le cent de pièces de merlus et morue sèche… 40 sols sur cent de pièces de morue verte en pile, Déclaration du Roi, 16 fév. 1635.

HISTORIQUE

XIVe s. Merlus est fait, ce semble, de morue, Ménagier, II, 5.

XVe s. Pour ne perdre l'eau salée Du merlut quant il bouilloit, De la souppe il en faisoit, Dont il passoit la journée, Basselin, Vau de Vire, 44.

XVIe s. Le stocphis et merlu bien detrampez et dessalez, Paré, XX, 35.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MERLUS, s. m. (Hist. nat. Ichthiol.) poisson qui se trouve dans la haute mer, il croit jusqu’à une coudée & plus ; il a les yeux grands, le dos d’un gris cendré, le ventre blanc, la queue plate, la tête allongée & applatie. L’ouverture de la bouche est grande, & la mâchoire inférieure un peu longue & plus large que la supérieure ; les deux mâchoires & le palais sont garnis de dents aiguës & courbées en arriere, il y a aussi au fond de la bouche & de l’œsophage des os durs & raboteux, l’anus est situé plus en avant que dans la plûpart des autres poissons. Le merlus a deux nageoires près des ouïes, deux un peu au-dessous & plus près de la bouche, une longue qui s’étend depuis l’anus jusqu’à la queue, une sur le dos qui correspond à la précédente, & une plus petite placée près de la tête : il a sur les côtés du dos une ligne qui s’étend depuis les yeux jusqu’à la queue. Les merlus qui vivent dans l’eau pure en pleine mer ont la chair tendre & de bon goût, ceux au contraire qui restent dans les endroits fangeux, deviennent gluans & de mauvais goût. Le foie de ce poisson peut être comparé pour la délicatesse à celui du surmulet. Rondelet, Hist. des poiss. part. I. liv. IX. chap. viij. Voyez Poisson.

Merlus, laite d’un, (Science microscop.) M. Leeuwenhoek, après avoir observé la latte ou le semen d’un merlus vivant au microscope, en conclud qu’il contient plus d’animalcules qu’il n’y a d’hommes vivans sur la surface de la terre dans un même tems ; car il calcule que cent grains de sable faisant le diametre d’un pouce, il suit qu’un pouce cubique contiendroit un million de grains de sable ; & comme il a trouvé que la laite du merlus est d’environ quinze pouces cubiques, elle doit contenir quinze millions de quantités aussi grandes qu’un grain de sable ; mais si chacune de ces quantités contient dix mille de ces petits animaux, il doit y en avoir dans toute la laite cent cinquante mille millions.

Maintenant pour trouver avec quelque vraissemblance le nombre des hommes qui vivent sur toute la terre dans un même tems, il remarque que la circonférence d’un grand cercle est de 5400 milles de Hollande ; d’où il conclud que toute la surface de la terre contient 9,276,218 de ces milles quarrés ; & supposant qu’un tiers de cette surface ou 3,092,072 milles est une terre seche, & qu’il n’y a d’habité que les deux tiers de ce dernier nombre, ou 2,061,382 milles ; supposant encore que la Hollande & la Westfrise ont 22 milles de longueur & 7 de largeur, ce qui fait 154 milles quarrés, la partie habitable du monde sera 13,385 fois la grandeur de la Hollande & Westfrise.

Si l’on suppose à présent que le nombre des habitans de ces deux provinces est d’un million, & que les autres parties du monde soient aussi peuplées que celle-là, (ce qui est hors de vraissemblance), il y aura 13,385 millions d’ames sur toute la terre ; mais la laite de ce merlus contient 150,000 millions de ces petits animaux, elle en contient donc dix fois plus qu’il n’y a d’hommes sur la terre.

On peut calculer d’une autre maniere le nombre de ces petits animaux ; car l’auteur du Spectacle de la nature dit que trois curieux ont compté avec toute l’attention dont ils ont été capables, combien il entroit d’œufs d’une merlus femelle dans le poids d’une dragme, & ils se sont trouvés d’accord dans les nombres qu’ils avoient mis par écrit ; ils peserent ensuite toute la masse, & prenant huit fois la somme d’une drachme pour chaque once qui contient huit drachmes, toutes les sommes réunies produisirent le total de 9 millions 334 mille œufs.

Supposons maintenant (comme le fait M. Leeuwenhock par le semen masculinum des grenouilles) qu’il y a dix mille animaux petits dans la laite pour chaque œuf de la femelle, il s’ensuit que puisque la laite de la femelle s’est trouvée contenir neuf millions 334 mille œufs, la laite du mâle contiendra 93 mille 440 millions de petits animaux ; ce qui, quoique bien au-dessous du premier calcul, est toujours sept fois autant que toute l’espece humaine.

Pour trouver la grandeur comparative de ces petits animaux, M. Leeuwenhoek plaça auprès d’eux un cheveu de sa tête, lequel à travers de son microscope paroissoit avoir un pouce de largeur, & il trouva que ce diametre pouvoit aisément contenir soixante de ces animaux ; par conséquent leurs corps étant sphériques, il s’ensuit qu’un corps dont le diametre ne seroit que de l’épaisseur de ce cheveu, en contiendroit 216 mille.

Il observa finalement que lorsque l’eau où il avoit délayé la semence d’un merlus étoit exhalée, les petits corps de ces petits animaux se mettoient en piece, ce qui n’arrivoit point à ceux de la semence d’un bélier. Il attribue cette différence à la plus grande consistance & fermeté du corps du bélier, la chair d’un animal étant plus compacte que celle d’un poisson.

Dans la laite d’une autre sorte de merlus, nommé jack en anglois, on distingue au-moins dix mille petits animaux dans une quantité qui n’est pas plus grande qu’un grain de sable, qui sont exactement semblables en apparence à ceux du merlus ordinaire, mais plus forts & plus vifs. Voyez Baker, Microscop. observations. (D. J.)

Merlus, (Pêche.) La pêche du merlus ne se pratique que dans la baie d’Audierne, à trois ou quatre lieues seulement au large ; le poisson se tient ordinairement sur des fonds de sables un peu vaseux, il fuit les fonds durs & couverts de rochers ; quand il est bien préparé, sa qualité ne differe guere de celle de l’Amérique, les chairs aux connoisseurs en paroissent un peu plus coriaces ; la pêche commence à la fin d’Avril & finit à la saint Jean.

Les pêcheurs qui font cette pêche ont chacun plusieurs lignes ; l’ain ou l’hameçon est garni d’un morceau de chair d’orphie ou d’éguille que l’on pêche exprès pour cet usage ; les rets sons dérivans ; deux hommes de l’équipage nagent continuellement, parce qu’autrement les pêcheurs ne prendroient rien. La meilleure pêche se fait la nuit sur les fonds de trente brasses de profondeur.

Pour saler & faire sécher le merlus, ou lui coupe la tête & on le fend par le ventre du haut en bas, on le met dans le sel pendant deux fois vingt-quatre heures, d’où on le retire pour le laver dans l’eau de mer, on l’expose à terre au soleil pendant plusieurs jours jusqu’à ce qu’il soit bien sec, après quoi on le met en grenier dans les magasins jusqu’à ce qu’on le porte à Bordeaux, pour y être vendu en paquets de deux cens livres pesant.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « merlus »

Provenç. merlus ; ital. merluzzo ; d'après Ménage, du lat. maris luscius, brochet de mer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Voir merlu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « merlus »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
merlus mɛrly

Citations contenant le mot « merlus »

  • Chaque année, la quasi-totalité des prises de la pêche malouine (calamars, poulpes, morues, merlus, etc.) est exportée vers Vigo (Espagne). LExpress.fr, Les îles Malouines, grandes perdantes du Brexit - L'Express
  • Grosse prestation de l’attaquant lorientais. Malgré une première mi-temps moyenne à l’image de son équipe, il a beaucoup influé sur la seconde période. C’est lui qui pousse Rajkovic à la faute sur le pénalty permettant au FC Lorient de passer devant dans ce match. L’attaquant a été très remuant dans la seconde période et est récompensé de ses efforts en fin de match en reprenant une centre de Armant Lauriente. Pour son premier match avec le maillot de Lorient, il a été l’un des grands artisans de la victoire des merlusActufoot, Les Merlus s'imposent face à des Rémois réduits à neuf !
  • La quasi-totalité des merlus pêchés en Colombie-Britannique est destinée à l'exportation. Radio-Canada.ca, Le merlu, ce poisson très pêché que presque personne ne mange | Radio-Canada.ca

Traductions du mot « merlus »

Langue Traduction
Anglais hake
Espagnol merluza
Italien nasello
Allemand seehecht
Chinois 无须鳕
Arabe نازلي
Portugais pescada
Russe хек
Japonais ヘイク
Basque legatza
Corse merlu
Source : Google Translate API

Merlus

Retour au sommaire ➦

Partager