La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « médecine de ville »

Médecine de ville

Définitions de « médecine de ville »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

médecine de ville \med.sin də vil\ féminin au singulier uniquement

  1. (Médecine) Ensemble des soins médicaux pratiqués en dehors des centres hospitaliers ou des établissements d'hébergement médico-social par les professionnels de santé libéraux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « médecine de ville »

Locution composée de médecine et de ville
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « médecine de ville »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
médecine de ville medœsin dœ vil

Évolution historique de l’usage du mot « médecine de ville »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « médecine de ville »

  • Le site hospitalier de Loudun a récemment obtenu le label « Hôpital de proximité » par l’Agence régional de la santé Nouvelle-Aquitaine. Reconnaissance importante, cette labellisation souligne tout d’abord la qualité des soins apportés par l’établissement mais surtout une coopération efficace avec la médecine de ville du bassin loudunais. Site du CHU de Poitiers, Site de Loudun : hôpital de proximité - Site du CHU de Poitiers
  • Au-delà de l’anecdote, « les collectivités ont joué le jeu ». L’arrêt des centres ne signifie pas l’arrêt de la vaccination : la médecine de ville (médecins, infirmières…) a déjà pris le relais. « Et bientôt, les enfants pourront se faire vacciner grâce aux services départementaux de la protection maternelle et infantile », précise Aurélie Guillout, directrice adjointe de l’ARS 47. Une vaccination que les services de l’État, pour les enfants comme pour les adultes, tendent à faire entrer dans un schéma classique. « Il faudra, de toute façon vivre avec le virus », pour Jean Dionis, qui intervenait en tant que président des maires du Lot-et-Garonne. SudOuest.fr, Covid-19 en Lot-et-Garonne : tous les centres de vaccination ferment, la médecine de ville prend le relais
  • Les raisons des défaillances du système hospitalier, comme celles des carences de la médecine de ville, n’ont guère été abordées pendant la campagne pour l’élection présidentielle regrette, dans une tribune au « Monde », le cardiologue Philippe Eymerit, qui préconise une réorganisation de la santé. Le Monde.fr, « Pourquoi en France n’arrive-t-on plus à avoir suffisamment de médecins et de praticiens hospitaliers ? »
  • Il estime que le salut de la médecine de ville passera par la création de "maisons médicales pluri-professionnelles". TV5MONDE, Un généraliste en pleine "désertification médicale"... à Paris
  • Des choses se mettent en place un peu partout. Que ce soit pour la médecine de ville, l’organisation avec l’hôpital, l’accueil en journée et de la permanence de soins. Il y avait une réunion mardi soir avec la CPTS (Communauté professionnelle territoriale de santé). Du nouveau va arriver dans la coordination ville-hôpital ou encore la coordination entre médecins généralistes. Il faudra repenser la répartition et la délégation des tâches. S’il n’y a pas assez de médecins, il faudra des assistants et des remplaçants.  actu.fr, CARTE. Manque de médecins dans le Pays de Vitré : "On a du mal à compenser les départs"  | Le Journal de Vitré
  • On ne s'y bouscule pas encore ! Ce lundi matin d'hiver pas un seul rendez-vous, quand tous les cabinets de médecine de ville de Bourg-en-Bresse font probablement le plein. D'autant plus que fin 2021, 3 médecins de famille sont encore partis sans avoir trouvé de remplaçants dans la ville chef-lieu. Dans le quartier tranquille des Vennes, rue La-Fontaine, -le fabuliste qui versifiait en d'autres temps sur " Le médecin Tant-pis (qui) allait voir un malade"- les malades vont voir un drôle de médecin dans la maison de quartier, en téléconsultation. Là, derrière un joli guichet de bois et terre cuite, Rédoine Achmen, employé par la Ville assure l'accueil. lavoixdelain.fr, Santé - "On est entré dans une autre ère de la médecine"
  • La candidate du RN propose de renforcer le personnel des services d'urgence, d'organiser un partenariat avec la médecine de ville pour soulager l'hôpital en augmentant le nombre de maisons et de centres de santé les doter des capacités leur permettant de traiter les « petites urgences » et de créer une filière distincte pour les personnes les plus âgées sous forme d’urgences gériatriques. 4) Santé Magazine, Présidentielle 2022 : les propositions des candidats pour la santé des Français | Santé Magazine
  • Le centre hospitalier a d’ailleurs connu pour la première fois depuis longtemps, en 2021, plus d’arrivées que de départs de praticiens. Et côté médecine de ville, le centre municipal de santé de Langueux vient d’embaucher un médecin en provenance du Morbihan. Reste à voir si cela marque réellement le début d’une inversion de la tendance. Le Telegramme, Pénurie médicale : la faute à Saint-Brieuc ? - Pénurie médicale dans l'agglo de Saint-Brieuc - Le Télégramme
  • Il est des sujets que la classe politique ignore à la fois par peur, mais aussi par manque d'outil conceptuel pour appréhender leur nature. Elle en voit les conséquences, mais feint d'en méconnaître les causes. Il en est ainsi de l'organisation de la médecine de ville. Le Point, Kervasdoué – Réformer la médecine de ville est une urgence - Le Point
  • Hôpitaux saturés, pénuries de personnel, retards de soins… La crise sanitaire a mis en lumière les failles du système de santé. Les années de politiques d’économies successives sur la médecine de ville et l’hôpital, couplées aux évolutions démographiques et à l’enjeu du grand âge, appellent à une restructuration complète d’un système à bout de souffle. Face à ce constat, il faut remettre les soins de ville au centre du système de santé, affirment les Libéraux de santé (LDS), groupement composé de onze syndicats représentatifs de différentes professions (médecins, dentistes, kinés, infirmières, etc.). LEFIGARO, Santé: comment les professionnels de ville veulent réformer l’accès aux soins
  • Les médecins généralistes salariés par les communes pourraient-ils jouer un rôle prépondérant dans l'avenir de la médecine de villelindependant.fr, Déserts médicaux dans les Pyrénées-Orientales - Dr Jean-Louis Bolte : "On est passé d'un médecin pour 1000 habitants à un praticien pour 3000 patients" - lindependant.fr
  • Les centres de vaccinations ont été fermés ou vont l’être très prochainement pour les derniers. La vaccination s’opérera en médecine de ville. La 4e dose a été ouverte aux personnes de plus de 80 ans. actu.fr, Covid. La protection civile en partenariat avec la préfecture et l'ARS a mis en place un vaccibus | Voix du Jura
  • En un an, le centre de vaccination de Verneuil (Eure) a administré 52 000 doses contre la Covid. Avec les 20 000 faites par la médecine de ville, cela fait donc 72 000 injections. actu.fr, Verneuil-sur-Avre. Plus de 70 000 doses anti-Covid injectées en une année ! | Le Réveil Normand
  • La semaine dernière toujours, à l’échelle nationale, ‘le taux de consultations [en médecine de ville] pour syndrome grippal estimé à partir des données du Réseau Sentinelles était de 146/100 000 habitants […], en forte hausse par rapport à la semaine précédente », souligne Santé Publique France. « Cette augmentation était observée dans toutes les classes d’âge », ajoute l’organisme.  actu.fr, Grand Est : quel est ce virus, autre que le Covid, qui explose en ce moment ? | Actu Strasbourg
  • Selon le parlementaire qui vient de voir sa fille diplômée de médecine, « ces études forment davantage des praticiens hospitaliers que des futurs médecins. Dans les études, à aucun moment, on ne vous donne le goût ou même la connaissance de ce qu’est la médecine de ville. Vous pouvez faire dix années de médecine sans jamais être allé chez un médecin de ville. Ma fille n’est jamais allée dans un cabinet. En revanche, c’est hôpital, hôpital, hôpital ! » actu.fr, Enquête. Désertification : dans les grandes villes aussi, les médecins manquent cruellement | Enquêtes d'actu
  • Il y a une prédominance de femmes, avec des patients pas forcément très âgés (35-55 ans) ; des facteurs aggravants sont identifiés, comme les pathologies respiratoires (asthme,...) ou le diabète, sont identifiés. Le Covid long a un caractère polymorphe et multi-organes, qui explique qu'il y ait aujourd'hui plus de 200 symptômes identifiés, même si certains se retrouvent plus fréquemment : des troubles respiratoires (essoufflement, accélération intermittente du rythme cardiaque) ; des troubles neurocognitifs, qui touchent la concentration, l'attention, la mémorisation ; et enfin une très grosse fatigue, pathologique, permanente, qui vous empêche de vivre. La question du temps nécessaire pour l'amélioration de l'état de santé est donc très variable : il y a des possibilités d'amélioration en quelques mois, d'autres cas pour qui, depuis deux ans, il y a toujours des pathologies. Une orientation en soin de suite et de réadaptation va dépendre de la complexité du cas : si on a un ou deux symptômes, qui ne sont pas trop invalidants, la prise en charge peut se faire avec la médecine de ville, à la différence de symptômes plus importants, avec un impact social qui peut être très lourd. lindependant.fr, Prise en charge du Covid long : "10 000 à 15 000 patients concernés en Occitanie, en fourchette basse", selon le Dr Jérôme Larché, médecin référent - lindependant.fr
  • Mais ici, dans ce quartier populaire de Romainville, en région parisienne, comme un peu partout en France, la médecine de ville connaît une crise des vocations. Des cabinets médicaux ferment sans trouver de successeurs et ceux qui restent sont débordés, leurs salles d’attente bondées, les praticiens enquillant à la chaîne parfois jusqu’à quarante patients par jour. Libération, Médecine de ville : soigner dans le désert – Libération
  • Ils sont six professionnels de santé du Jura, issus de la médecine de ville, hospitalière ou de secours, à vouloir alerter tous ensemble du danger du variant Omicron. actu.fr, Dans le Jura, la médecine de ville, hospitalière et de secours alerte contre le variant Omicron | Voix du Jura
  • En résumé, la médecine de ville désigne l'ensemble des professionnels de santé libéraux et des soins réalisés en dehors de l'hôpital ou des établissements d'hébergement médico-social. www.rtl.fr, Vaccination : quels métiers composent la médecine de ville ?
  • C’est vrai que la médecine de ville était un peu transparente dans les plans précédents. On n’a pas beaucoup d’indicateurs qui permettent de voir l’accès aux soins palliatifs hors du milieu hospitalier. Il y a donc, d’abord, une volonté de valoriser le travail coordonné qui se fait dans les équipes de soins primaires actuellement, notamment dans les centres ou maisons de santé, mais aussi dans les CPTS. Toutes ces équipes-là réfléchissent sur les situations dites “complexes”, notamment sur les situations palliatives. Il y a des protocoles réalisés dans ces structures pour mieux les prendre en charge, pour que les professionnels réfléchissent en amont afin d’anticiper une aggravation de l’état de la personne, et puis surtout anticiper les besoins au domicile pour, par exemple, essayer de garder le plus longtemps un patient chez lui.   egora.fr, Arrivée du midazolam en ville : "Les médecins généralistes auront besoin d'accompagnement" | egora.fr
  • Lors de ses annonces pour endiguer la cinquième vague, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé sa volonté de davantage associer la médecine de ville dans la campagne de vaccination. Jacques Battistoni, président de MG France, le syndicat de médecins généralistes, répond à nos questions. , Covid-19. Vaccination : pour la médecine de ville, "cela va être difficile de répondre à la demande"
  • Dès à présent, les patients qui se présenteront aux urgences verront l'infirmière d'accueil, qui s'assurera de l'absence de critères de gravité. Si la consultation n'est pas justifiée, ils seront adressés vers la médecine de ville ou le point garde, le week-end. actu.fr, C'est au Samu, joignable au 15, d'orienter les patients vers les urgences ou la médecine de ville | Le Journal de l'Orne
  • « Trois GHT en France ont été sélectionnés pour participer à cette initiative de l’ANAP (Agence nationale d’appui à la performance) dont l’objectif est de favoriser la coopération entre la médecine de ville et le GHT », explique ce dernier. Ainsi médecins, infirmiers, pharmaciens, assistantes sociales, secrétaires, bref tous types de professionnels de santé travaillant sur le lien ville-hôpital issus de tout le bassin du GHT, ont œuvré ensemble une journée durant afin de définir des actions qui permettraient de renforcer ce dernier. « Tout cela au bénéfice du patient bien sûr », souligne Christophe Wilcke, président de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) Pharmaciens du Grand Est. , Grand Verdun. Médecine de ville et d’hôpital collaborent au service des patients du territoire
  • "Le système de soins français est en effondrement et ne ralentit pas. L'hôpital et la médecine de ville vont très mal. Et la médecine de ville a été la grande oubliée de toutes les décisions politiques qui ont été prises jusqu'à maintenant", a déclaré au micro d'Europe 1 Jérôme Marty, médecin généraliste à Fronton et président du syndicat indépendant de médecins de l'Union française pour une médecine libre (UFML). Europe 1, Covid-19 : pourquoi les médecins libéraux réclament un Plan Marshall
  • [Hôpital : enquête sur un naufrage] La médecine de ville ne parvient pas à assurer une vraie permanence des soins et produit des inégalités sociales et territoriales. Comment y remédier ? Alternatives Economiques, En finir avec les déserts médicaux | Alternatives Economiques
  • L'ARS considère que 24 médecins exercent sur ce territoire. Mais selon les élus de Saran, seuls huit praticiens consultent réellement, les autres exerçant à Oréliance et ne pratiquant pas la médecine de ville. Et sur ces huit médecins, trois partiront en retraite en 2022. La maire de Saran Maryvonne Hautin a écrit au directeur général de l'ARS.  France Bleu, Désertification médicale : tout le Loiret est désormais considéré comme sous-doté en médecins généralistes
  • A l’instar de la situation nationale, depuis 20 ans on « sacrifie » la médecine de ville au profit de l’hôpital déséquilibrant ainsi l’offre de soin et désorganisant la prise en charge. LOURDES-ACTU, Lourdes : La santé des Lourdais serait-elle en danger ? – LOURDES-ACTU
  • Chantal-Marie Malus, maire et présidente du conseil de surveillance du centre hospitalier de Château-Chinon, lance « un cri d’alarme » à Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé concernant la mise en vigueur de la loi Rist qu’elle juge dramatique pour le centre hospitalier et la médecine de ville de Château-Chinon. www.lejdc.fr, Le centre hospitalier de Château-Chinon en danger - Château-Chinon (Ville) (58120)

Images d'illustration du mot « médecine de ville »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Médecine de ville

Retour au sommaire ➦

Partager