La langue française

Mainmorte

Sommaire

  • Définitions du mot mainmorte
  • Étymologie de « mainmorte »
  • Phonétique de « mainmorte »
  • Citations contenant le mot « mainmorte »
  • Traductions du mot « mainmorte »
  • Synonymes de « mainmorte »

Définitions du mot « mainmorte »

Trésor de la Langue Française informatisé

MAINMORTE, subst. fém.

A. − DR. FÉOD. ,,État des biens de dépendants (surtout serfs) dont ils ne peuvent disposer, surtout s'ils décèdent sans enfant`` (Fédou Moy. Âge 1980). Biens, gens de mainmorte. Le roi abolit dans ses domaines les restes de la servitude personnelle, la mainmorte, etc. (Staël,Consid. Révol. fr.,t. 1, 1817, p. 52).
Droit de mainmorte et, p. ell., mainmorte. Droit qu'avait le seigneur de prendre les biens d'un dépendant décédé sans enfant; puis, droit que percevait le seigneur sur ces biens. V. aussi excise rem. ex. de Hugo.Les droits de mainmorte et de formariage restèrent au seigneur comme sa garantie contre le droit de propriété laissé au serf (Thierry,Tiers État,1853, p. 22).
P. métaph. [La mainmorte étant considérée comme un signe de servitude] Vous regardez monter cette lourde mainmorte, L'avarice du coeur sous l'ancienne avarice (Péguy,Ève,1913, p. 743).Une «mainmorte des complexes et des fixations» plus pesante que l'hérédité (Mounier,Traité caract.,1946, p. 97).
B. − DR. ANC. ET MOD. ,,Situation juridique des biens non aliénables, notamment des hôpitaux, communautés religieuses, institutions d'assistance publique, fondations scientifiques`` (Baudhuin 1968). Mainmorte ecclésiastique. En tous pays où prospèrent corporations religieuses et fondations, la mainmorte et l'immunité ont affecté le régime des terres (Philos., Relig., 1957, p. 44-6).
Biens de mainmorte. La liberté d'association, me dit-il encore [Millerand], doit être la même pour tous, n'étant limitée que par la nécessité de prévenir la reconstitution d'un domaine de mainmorte qui soit la propriété des laïques ou des clercs (Barrès,Cahiers,t. 12, 1920, p. 330).
Gens de mainmorte. ,,Membres des corporations, établissements religieux et autres personnes morales qui ne meurent pas et dont les biens sont, de ce chef, retirés du commerce`` (Lep. 1948).
Prononc. et Orth.: [mε ̃mɔ ʀt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Chateaubr., Ét. ou Disc. hist., t. 3, 1831, p. 277, 278, 395, Barrès, Scènes et doctr., t. 2, 1902, p. 186 et Saint-John-Perse, Exil, 1942, p. 227: main-morte. Étymol. et Hist. 1. 1252 féod. mainmorte «droit qu'avaient les seigneurs sur la propriété de leurs serfs» (Doc. relatifs au comté de Champagne et de Brie, éd. A. Longnon, t. 3, p. 11, D); 1457 homme de main morte «personne privée de la faculté de disposer de ses biens» (Arch. Nord B, 1687, fo29 vo); 2. 1506 gens de main-morte «corps et communautés considérés comme perpétuels et dont les biens sont soustraits aux règles ordinaires de la mutation des propriétés par décès du propriétaire» (Coutumes de Sens, XXII ds Nouv. Cout. gén., éd. Ch.-A. Bourdot de Richebourg, t. 3, p. 486b). Composé de main* et du fém. de l'adj. mort*; l'a. fr. mortes meins est attesté au sens 1 au xiiies. (1213 Fet des Romains, éd. L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 340, 33); cf. le lat. médiév. mortua manus (1070 ds Nierm., s.v. manus) et manus mortua (1881, ibid.). Fréq. abs. littér.: 13.

Wiktionnaire

Nom commun

mainmorte féminin

  1. (Histoire) (Droit) État des vassaux qui, en vertu d’anciens droits féodaux, en particulier le servage, étaient privés de la faculté de transmettre leurs biens par héritage.
    • Il semble, au contraire, comme bien d’autres droits seigneuriaux, la mainmorte bourguignonne ait connu une recrudescence certaine au XVIIIe siècle, qui témoigne à la fois de la vigueur de la réaction seigneuriale et de la volonté combative mais vaine des masses rurales d’échapper au choix cruel entre la liberté ou la terre. — (Résumé de « La liberté ou la terre. La mainmorte en Bourgogne au siècle des Lumières » de J. Bart)
  2. Ensemble des biens des communautés, des hôpitaux, etc., considérés comme inaliénables ; ils étaient exonérés des droits de mutation et assujettis à une taxe spéciale.
    • Soit 523 jours de terre, appartenant à la mainmorte, ou 1 jour 8 ommées 2, par parcelles ou en mesures métriques 36 ares 50 par parcelles (le jour valant 20 ares 44 et l’ommée 2 ares 0,4.) — (Paul Genay, Monographie de la commune de Chanteheux (Meurthe-et-Moselle), dans Monographies de communes, concours ouvert en 1897 par la Société des agriculteurs de France, Paris & Lille : J. Lefort - A. Taffin-Lefort, successeur, 1898, p.257)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAINMORTE. n. f.
T. de Jurisprudence. État des vassaux qui, en vertu d'anciens droits féodaux, étaient attachés à la glèbe et privés de la faculté de disposer de leurs biens. La mainmorte, soit personnelle, soit réelle ou mixte, est abolie dans presque toute l'Europe. Gens de mainmorte se disait des Corps et des communautés qui, en dépit des diverses manières dont les individus s'y succèdent, sont considérés comme perpétuels et formant toujours la même corporation. Biens de mainmorte se dit aujourd'hui encore des Biens des communautés, des hôpitaux, etc., considérés comme inaliénables, exonérés des droits de mutation et assujettis à une taxe spéciale.

Littré (1872-1877)

MAINMORTE (min-mor-t') s. f.
  • 1 Terme de jurisprudence. État des serfs qui, en vertu d'anciens droits féodaux, étaient privés de la faculté de tester et de disposer de leurs biens quand ils n'avaient pas d'enfants ; c'était le seigneur qui était leur héritier. J'ai lu ce qui regarde l'esclavage de la mainmorte, avec d'autant plus d'attention et d'intérêt, que j'ai travaillé quelque temps en faveur de ceux qu'on appelle francs et qui sont esclaves, et même esclaves de moines, Voltaire, Lett. Perret, 28 déc. 1771. Douze mille esclaves des chanoines de Saint-Claude, qui ont eu l'insolence de ne vouloir être que des sujets du roi, et non serfs et bêtes de somme appartenant à des moines, viennent de perdre leurs procès au parlement de Besançon, attendu que plusieurs conseillers de grand'chambre ont des terres où la mainmorte est en vigueur, malgré les édits de nos rois, Voltaire, Mél. litt. à M***. Nous avons un projet d'édit sous Louis XIV minuté par le bisaïeul de Malesherbes pour détruire la mainmorte, en indemnisant les seigneurs féodaux, Voltaire, Lett. Morellet, 29 déc. 1775. Les lémures et le sabbat fuyaient à l'apparition du jour ; la mainmorte doit disparaître devant la raison, la religion, la justice et la politique, Voltaire, Polit. et lég. Cout. de Franche-Comté.

    Droit de mainmorte territoriale, droit en vertu duquel le seigneur du fief héritait des biens de ceux qui mouraient sur son territoire après un an et un jour de séjour.

    Droit de mainmorte personnelle, droit que possédaient quelques seigneurs sur l'héritage d'un homme né leur vassal, quand même cet homme avait établi son domaine dans un lieu franc.

  • 2Condition de biens qui, appartenant à des corps ecclésiastiques, soit séculiers, soit réguliers, sont inaliénables et ne produisent aucun droit de mutation. Augmentez-les, ces droits, et arrêtez la mainmorte, s'il est possible, Montesquieu, Esp. XXV, 5.

    Gens de mainmorte, les corps et communautés. Ces gens de mainmorte n'auront plus eux-mêmes des esclaves de mainmorte, Voltaire, Voy. de la raison.

    Biens en mainmorte, ou biens tombés en mainmorte, biens qui sont en la possession de gens de mainmorte.

HISTORIQUE

XIIIe s. Por ce qu'il tienent en main morte, il poent [peuvent] estre contraint d'oster les heritages de lor main, Beaumanoir, XLV, 20.

XIVe s. Comme les homes du lieu de la Faye sont, ensemble leurs terres et possessions, de main morte, manourable et taillable à mercy, Du Cange, manopera.

XVIe s. Le feu, le sel et le pain partent l'homme morte-main, Loysel, 94. Nos coustumes appellent les serfs gens de mortemain ou main morte par une metaphore hardie, Pasquier, Recherch. VIII, p. 732, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mainmorte »

 Composé de main et de mort, main a ici le sens juridique de « possession ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Main, et mort ; appellation qui, dit Voltaire, Siècle de Louis XV, 42, " vient de ce qu'autrefois, lorsqu'un de ces serfs décédait sans laisser d'effets mobiliers que son seigneur pût s'approprier, on apportait au seigneur la main droite du mort ; digne origine de cette dénomination. " Cette étymologie, qui provient peut-être de quelque légende, est fausse. Manus a déjà en droit romain et a conservé en vieux droit français le sens de puissance, domaine. Ici main veut dire le droit de transmettre et d'aliéner : gens de mainmorte, ceux qui, soit comme serfs, soit comme appartenant à des corps et communautés, ne peuvent transmettre et aliéner ; biens de mainmorte, biens qui ne peuvent être transmis ni aliénés, soit ceux des serfs qui appartiennent au seigneur, soit ceux des corps et communautés, qui sont immobilisés et inaliénables. Quant au sens de mort en ce mot, il est le même que dans le verbe amortir, et signifie éteint, sans force.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mainmorte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mainmorte mɛ̃mɔrt

Citations contenant le mot « mainmorte »

  • Quand il s’agit de se prononcer sur les qualités du Web, mais aussi ses dérives, les politiques ne sont guère souvent les plus aguerris. Portes ouvertes enfoncées, dénonciations infondées, internautes dévalorisés, ils n’y vont pas de mainmorte et tout le monde en prend pour son grade. Preuve en est encore une fois les propos de l’actuel Premier ministre, Jean Castex, qui s’en pris aux réseaux sociaux en les qualifiant de manière vraiment peu flatteuse. PhonAndroid, Jean Castex compare les réseaux sociaux au "régime de Vichy"
  • Une certaine diversité a été voulue parmi les objets sélectionnés. Certains trouveront sans doute qu’il y a trop d’églises, mais les biens de mainmorte demeurent légion dans le pays. L’équipe de Stéphane Bern a cependant aussi retenu une habitation calédonienne, un viaduc aquitain, un séchoir à tabac du Grand Est (et ce en dépit du climat anti-cigarettes ambiant), une grange pyramidale du Centre-Pays de Loire ou et phare et fort breton. Le gros de la troupe n’en reste pas moins clérical. C’est le cas pour les deux sites les plus proches de nous. Pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes, il s’agit de Saint-Etienne de Melas au Teil, en Ardèche. Une construction semblant dans un sale état, en dépit des ses puissants étais. En Bourgogne-Franche Comté, c’est un temple protestant, celui de Saint-Martin, situé à Montbéliard dans le Doubs. Une cité réformée germanique qui ne faisait pas partie de la France sous l’Ancien Régime. Elle a été annexée manu militari en 1793... Bilan, Un troisième Loto du Patrimoine français en septembre pour 18 monuments - Bilan

Traductions du mot « mainmorte »

Langue Traduction
Anglais dead hand
Espagnol mano muerta
Italien mano morta
Allemand tote hand
Chinois 死手
Arabe يد ميتة
Portugais mão morta
Russe мертвая рука
Japonais 死んだ手
Basque eskua hilda
Corse manu morta
Source : Google Translate API

Synonymes de « mainmorte »

Source : synonymes de mainmorte sur lebonsynonyme.fr
Partager