La langue française

Loriot

Définitions du mot « loriot »

Trésor de la Langue Française informatisé

LORIOT1, subst. masc.

A. − ORNITH. Oiseau de l'ordre des Passereaux et de la famille des Corvidés, un peu plus petit que le merle et dont le plumage est jaune chez le mâle, vert chez la femelle. Le printemps en Bretagne (...) fleurit trois semaines plus tôt. Les cinq oiseaux qui l'annoncent, l'hirondelle, le loriot, le coucou, la caille et le rossignol, arrivent avec des brises qui hébergent dans les golfes de la péninsule armoricaine (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 59).Mais parmi le pépiement des moineaux, nichés dans les fentes des vieux murs (...), le chant du loriot gorgé de cerises sonnait parfois, comme un grand cri vibrant de volupté, un chant profond et tendre, qui faisait palpiter le cœur immense de la nuit (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 185):
Du mot aureolus le français a fait oriol, puis par agglutination de l'article (l'), loriol, devenu loriot [it. ds le texte]; c'est l'oiseau d'or, et les Allemands appellent également le loriot goldamsel, le merle doré (...). Mais pourquoi les Danois l'appellent-ils le Suédois (Swenske) et les Flamands, le Wallon? Peut-être parce qu'ils donnent au loriot le nom de leurs meilleurs amis. Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 183.
B. − Pop. Orgelet du bord de la paupière. Synon. compère-loriot (v. ce mot B).Et mon imbécile de cocher qui a un loriot sur l'œil, par parenthèse! (Feuillet, J. de Trécœur,1872, p. 93).
Prononc. et Orth. : [lɔ ʀjo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xives. ornith. (E. Deschamps, Miroir de mariage, 149 ds Œuvres complètes, éd. G. Raynaud, t. 9, p. 8 : paons, pymars, et lorios : < ryos >); 2. 1834 « orgelet » (Hécart, Dictionnaire rouchi-français). 1 altération par substitution de suff., de *loriol (attesté de nos jours, sous différentes formes, dans les patois, cf. FEW t. 1, p. 178a), issu par agglutination de l'art. défini à l'anc. subst. oriol « oiseau » (ca 1140 orïoel, Pèlerinage de Charlemagne, 290 ds T.-L.), de l'adj. lat. aureolus « d'or, de couleur d'or » (dimin. de aureus « id. », dér. de aurum « or »), en raison de la couleur jaune vif du plumage de cet oiseau; 2 v. compère-loriot, étymol. et hist. (déjà sous la forme leuriel vers 1465, loc. cit.). Fréq. abs. littér. : 52. Bbg. Baist (G.). Vermischtes. Z. rom. Philol. 1923, t. 43, pp. 90-91. - Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 97.

LORIOT2, subst. masc.

TECHNOL. ,,Baquet de boulanger, pour laver l'écouvillon, après le nettoyage du four`` (DG; dict. xixeet xxes.).
Prononc. : [lɔ ʀjo]. Étymol. et Hist. 1767 lauriot « baquet de boulanger » (Malouin, Description et Détails des arts du meunier, du vermicelier et du boulenger..., p. 121); 1773 loriot (d'apr. FEW t. 5, p. 217a); 1829 (Boiste). Prob. empr. au prov. mod. lauriot « id. », dimin. de lavadouiro « pierre à laver », fém. de lavadou, du lat. lavatorium (v. lavoir). Cf. FEW t. 5, p. 217a et EWFS2. Bbg. Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 97.

Wiktionnaire

Nom commun

loriot \lɔ.ʁjo\ masculin

  1. Oiseau de l’ordre des passereaux, à peu près de la grosseur d’un merle, au plumage d’un beau jaune pour le mâle, verdâtre pour la femelle (Oriolus oriolus).
    • Mille oiseaux, des loriots, des pinsons, des pigeons aux ailes d’or, sans parler des perroquets babillards, voletaient dans les vertes ramilles. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
    • C'est maintenant que les oiseaux s'éveillent le plus tôt, et disent sans se lasser leur joie de vivre. Mon père savait me les nommer. L'un d'eux, de temps à autre, lance une sorte de trille joyeux. Je crois que c'est le loriot. — (José Cabanis, Les cartes du temps, Gallimard, 1962, Le Livre de Poche, page 78.)
    • Le loriot entra dans la capitale de l'aube.
      L'épée de son chant ferma le lit triste.
      Tout à jamais prit fin.
      — (René Char, Œuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, 1983) René Char, « Le Loriot (03/09/1939)
    • Mond des Parpaillouns nous a signalé un nouveau passage de loriots.
      – Ça, c’est intéressant ! dis-je. C’est beau, un loriot, on dirait des merles dorés !
      — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 197)
  2. (Populaire) Orgelet appelé aussi compère-loriot, petit furoncle au bord de la paupière.
  3. Autre orthographe de lauriot.

Adjectif

loriot \Prononciation ?\

  1. Relatif à Lor, commune française située dans le département de l’Aisne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LORIOT. n. m.
Oiseau de l'ordre des Passereaux, qui est à peu près de la grosseur d'un merle. Le plumage du mâle est d'un beau jaune, celui de la femelle est verdâtre.

Littré (1872-1877)

LORIOT (lo-ri-o ; le t ne se prononce et ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des lo-ri-o-z en l'air ; loriots rime avec travaux, repos, etc.) s. m.
  • Oiseau de l'ordre des passereaux, qui est à peu près de la grosseur d'un merle, dont le plumage est, chez le mâle, d'un beau jaune, et, chez la femelle, verdâtre. Le loriot siffle, l'hirondelle gazouille, Chateaubriand, Génie, I, V, 5.

    Compère loriot, voy. COMPÈRE.

HISTORIQUE

XIIIe s. Euriels cante dous et bas ; Teus [tel] l'escoute et ne l'entent pas, Partonopeus, V. 49. Li rossignoz et les kalendres, Oriox, merles et mauviz, Roman de la poire, ms.

XVe s. Pour pissier entre deux maisons, ou contre le soleil, on en gaigne le mal des yeulx qu'on appelle le leurieul, Évang. des quenouilles, p. 46.

XVIe s. Entre les autres, je fus fort esmerveillé d'une forteresse que l'oriou avoit faite pour la sauve-garde de ses petis, Palissy, 114.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LORIOT, s. m. (Hist nat. Ornitholog.) galbula Aldr. chloreus Arist. oriolus, Gesn. oiseau qui est à-peu-près de la grosseur du merle. Il a neuf pouces & demi de longueur depuis l’extrémité du bec jusqu’au bout de la queue, & environ seize pouces d’envergure. La tête, la gorge, le cou, la partie antérieure du dos, la poitrine, le ventre, les côtés, les jambes, les petites plumes du dessous de la queue & des aîles, sont d’un beau jaune ; la partie postérieure du dos, le croupion, & les petites plumes du dessous de la queue, ont une couleur jaune mêlée d’olivâtre. Il y a une tache noire de chaque côté de la tête entre le bec & l’œil ; les plumes des épaules ont du noir & du jaune olivâtre ; les petites plumes du dessus de l’aîle sont noires, quelques-unes ont du jaune pâle à la pointe ; les grandes plumes des aîles sont noires en entier ou bordées de blanc pur ou de blanc jaunâtre ; les deux plumes du milieu de la queue sont en partie de couleur d’olive, en partie noires & terminées par un point jaune ; les autres sont noires & jaunes ; le bec est rouge, les piés sont livides, & les ongles noirâtres. Cet oiseau suspend son nid avec beaucoup d’art à des branches d’arbres : les couleurs de la femelle ne sont pas si belles que celles du mâle. Voyez l’Ornithologie de M. Brisson, où sont aussi les descriptions des loriots de la Cochinchine, des Indes, & de Bengale, & du loriot à la tête rayée. Voyez Oiseau.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « loriot »

Picard, uriot ; wallon, orimiel ; Berry, louriou ; génev. louriou et aussi oriol, ouriou ; provenç. auriol ; cat. et esp. oriol ; du lat. aureolus, de couleur d'or, de aurum, or ; ainsi dit de sa couleur. Dans loriot, l'article s'est agglutiné avec le mot (l'oriot) ; des patois ont conservé la forme pure. Le t est une altération pour l. Orimiel du wallon équivaut à auri-merulus, le merulus d'or, merulus est le nom latin du loriot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Agglutination de l'article défini à l'ancien français oriol, emprunté à l'ancien occitan auriol, qui remonte au latin aureolus « de couleur dorée », dérivé de aurum « or ». → voir oriole
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « loriot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
loriot lɔrjo

Citations contenant le mot « loriot »

  • Il est revenu lui aussi d’Afrique, entendu pour la première fois ce samedi à Soubirous, le loriot est là. Quelques jours après la huppe et le coucou, reconnaissable à son chant nullement pareil à aucun autre. Il est discret, les riverains du Lot l’entendent et peuvent l’apercevoir de temps à autre. ladepeche.fr, Villeneuve-sur-Lot. Le loriot d’Europe est de retour - ladepeche.fr
  • Contact: [email protected]loriot.io Bilan, 50 start-up de Bilan : Loriot - Bilan
  • Le loriot d'Europe, de son nom latin «oriolus oriolus», appartient à la famille des oriolidés. Avec son plumage jaune chatoyant et son sifflement mélodieux rappelant les documentaires animaliers sur l'Afrique, cet oiseau ne devrait pas laisser indifférent. Peu de personnes le savent, mais ils abritent sûrement dans leur ferme ou dans leur jardin ce digne représentant des forêts tropicales. Mais voilà, cet oiseau tropical de la taille d'un merle qui habite la cime des arbres est très farouche. Il ne se laisse observer que très rarement et file le plus souvent en un éclair d'un grand arbre à un autre. ladepeche.fr, Le loriot d'Europe, un oiseau au maillot jaune - ladepeche.fr

Traductions du mot « loriot »

Langue Traduction
Anglais oriole
Espagnol oriol
Italien rigogolo
Allemand pirol
Chinois 黄ole
Arabe الصفارية
Portugais oriole
Russe иволга
Japonais オリオール
Basque urretxoria
Corse oriole
Source : Google Translate API

Loriot

Retour au sommaire ➦

Partager