La langue française

Lévite

Définitions du mot « lévite »

Trésor de la Langue Française informatisé

LÉVITE1, subst. masc.

A. − RELIG. JUDAÏQUE. Membre de la tribu sacerdotale de Lévi voué au service du temple pour remplir des offices annexes au culte, sans avoir accès à l'autel. Le Lévi (...) n'était qu'une sorte de sacristain (...) Aussi la tribu de Lévi (...) contribuera-t-elle très peu (...) au progrès religieux : aucun grand prophète ne sera lévite (Renan, Hist. peuple Isr., t. 1, 1887, pp. 150-151).Les clans dont l'ensemble forme la tribu des lévites s'approprient chez le peuple hébreu les fonctions sacerdotales (Durkheim, Divis. trav.,1893, p. 158).
B. − P. ext., rare et littér. Prêtre, clerc ou séminariste. Il faut (...) que votre jeune lévite obtienne d'abord de son évêque la permission d'entrer dans un séminaire autre que celui de son diocèse (Hugo, Corresp.,1821, p. 338).Ah! l'église sait choisir ses lévites, quel joli secrétaire d'ambassade il fera! (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 23).Le jour où l'Église a condamné ses lévites au célibat, elle a créé dans l'humanité un ordre de passions étranges, maladives, impossibles à satisfaire (Sand, Mllede La Quintinie,1863, p. 315).
P. métaph. C'est un bel inconvénient pour M. de Vigny de ne pouvoir, à aucun instant, se séparer de cette poésie dont il fut un des premiers lévites, et dont il est apparu hier aux yeux de tous comme le pontife fidèle, inaltérable (Sainte-Beuve, Portr. littér., t. 3, 1844-64, p. 405).
Prononc. et Orth. : [levit]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 « membre de la tribu de Lévi, voué au service du Temple » (Rois, éd. E.-R. Curtius, p. 198 [II Chron. 24, 5]); 2. 1690 p. ext. « prêtre, clerc » (Fur.). Empr. au lat. de la Vulgatelevita, levites, et celui-ci au gr. des Septante λ ε υ ι ́ τ η ς, dér. au moyen du suff. -ι ́ τ η ς (-ite*) de Λ ε υ ι ́ « Lévi » (hébr. Lēvī ) pour traduire l'hébr. lēvī « lévite ». Au sens 2, empr. au lat. chrét. levita « (chez les chrétiens) clerc de rang inférieur, diacre » (Blaise Lat. chrét.). Fréq. abs. littér. : 132.

LÉVITE2, subst. fém.

A. − Robe longue, simple et ample, portée pendant la seconde moitié du xviiiesiècle. La révolution commença, et les modes eurent leurs saturnales; on rencontra dans le même salon (...) les femmes en lévite, en pierrot, en caraco, en robe à queue (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 278).Une troisième (...) indignée de (...) voir des robes si courtes, revêtit par contradiction une longue lévite; mais les mauvais plaisants diront qu'elle était de gaze (Mussetds Le Temps,1831, p. 23).En entrant dans la première salle [chez MmeCagliostro], chaque femme était obligée de quitter sa bouffante (...) et de vêtir une lévite blanche avec une ceinture de couleur (Nerval, Illuminés,1852, p. 384).
B. − Redingote d'homme ample et descendant jusqu'à mi-mollet. Les portières battent, les valets de pied balourds, en longues lévites, sautent de leurs sièges (A. Daudet, Rois en exil,1879, p. 282).Avant chaque repas, un clergyman âgé (...) se levait, rempli de bonhomie à la fois et de dignité dans sa lévite noire (Bourget, Ét. angl.,1888, p. 152).Il était si laid, vêtu d'une grande lévite grise, d'où sortait la frange du pantalon jaune (Jouhandeau, M. Godeau,1926, p. 127):
De vieux juifs, comme on n'en rencontre qu'à Bydgoszcz, Zlatana ou Milowek, se faufilent le soir entre les livres. On s'étonne de les voir à Paris, vêtus de touloupes qui balayent le sol, le favori roulé, le cheveu huileux, la main tremblante (...). Affairés et rêveurs, ils vont et viennent dans la boue du ghetto, coiffés de petites toques à courte visière, enveloppés, enhaillonnés de longues redingotes aile de corbeau, de lévites funèbres. Fargue, Piéton Paris,1939, p. 101.
Prononc. et Orth. : [levit]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1781 (La Trémoïlle, Les La Trémoïlle, t. 5, p. 168 : Pour le blanchissage et le calandrage des 6 lévites de basin); 1782 (Journ. de Mulot in Mém. Soc. Hist. Paris, XXIX, 88 ds Barb. Misc. 18, 18 : M. de la Montagne [...] nous lut deux chants de poésie, intitulés la Lévite [De la Montagne, La Lévite conquise, poème en deux chants, Amsterdam, Paris, 1782]); 1782 (Genlis, Adèle et Théodore, t. 1, p. 78 : elle n'a pour tout vêtement que sa chemise et une lévite de gaze ou de mousseline). Dér. de lévite1*, en raison de la ressemblance de ce vêtement avec la robe que portaient les lévites dans les pièces de théâtre et sur les tableaux (FEW t. 5, pp. 290-291; Bl.-W.). Cf. angl. Levite (1779 ds Barb. Misc., loc. cit.).

Wiktionnaire

Nom commun 1

lévite \le.vit\ masculin

  1. (Antiquité) (Religion) Membre de la tribu de Lévi, à qui était réservé le service du temple.
    • L’hymne d’actions de grâces s’élevait au ciel ; à la voix des chœurs se joignaient les sons éclatants des tambourins et des trompettes, et les filles de Sion mêlaient leurs saints cantiques aux accents du lévite et du guerrier. — (Walter Scott, Ivanhoé, ch. XXXIX, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Le Temple envoyait une commission de prêtres et de lévites pour enquêter sur Yohanân. — (Eric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000. Prologue)
  2. (Figuré) Séminariste ou prêtre catholique.
    • M. Chelan trouva dans ses manières un certain feu tout mondain, bien différent de celui qui eût dû animer un jeune lévite. — (Stendhal, Le rouge et le noir)
    • Le défenseur avait assez bien plaidé, dans cette langue de province qui a longtemps constitué l'éloquence du barreau (…) langue où un mari s'appelle un époux, (…) les élèves du séminaire, ces tendres lévites, les erreurs imputées aux journaux, l'imposture qui distille son venin dans les colonnes de ces organes, etc., etc. — (Hugo, Les Misérables , Fantine, VII, 9, 1862)
    • Considérons aussi ces jeunes lévites que le peuple nomme séminards. Bien que ceux-ci et celles-là soient, pour la plupart, de bonnes personnes, pouvons-nous pardonner à Sainte-Église d'enlaidir ainsi l'Humanité? — (Gaston Gros, L'amour dans le Roman de la Rose, 1925, p.81)
  3. (Figuré) Celui qui est attaché aveuglément au chef d'une formation, d’un parti, d’une secte, d’une école.
    • Même les jeunes chasseurs, les « lévites » qui descendaient en foule les degrés du temple à ce moment, parce que c’était celui de la relève, ne firent pas attention aux deux arrivants, dont l’un, M. de Charlus, tenait, en baissant les yeux, à montrer qu’il leur en accordait très peu. — (Proust, Sodome et Gomorrhe, 1923).
    • Je me souviens d’avoir vu ce philosophe entouré de ses lévites.

Nom commun 2

lévite \le.vit\ féminin

  1. (Habillement) Long vêtement d’homme qui rappelle le vêtement des lévites.
    • Le vieillard, de son côté, s’apercevant qu’il n’était plus seul, jeta un regard rapide sur son costume et sur sa lévite. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Sa tenue suffisait à prouver qu’il ne pensait point à rendre visite à ses voisins : des bottes de roulier dont les tirants pendaient, une lévite d’un vert bouteille défraîchi, un carnier en bandoulière, et sa fourchetine sous le bras. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap.2, 1910)
    • Leurs longues lévites chatoyantes, à cordelières d’or, posent des touches vives dans la foule usée, verdie, une foule de guerre, pardessus élimés, fourrures ternes. — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 44.)
  2. (Habillement) Ample robe de femme à la mode sous Marie-Antoinette.

Forme de verbe

lévite \le.vit\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de léviter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de léviter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de léviter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de léviter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de léviter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LÉVITE. n. m.
Membre de la tribu de Lévi, à qui était réservé le service du temple. Fig. et dans le style élevé, il s'est dit des Prêtres de la religion chrétienne. Il s'est dit parfois aussi au figuré et dans un sens défavorable de Celui qui est attaché aveuglément au chef d'un parti, d'une secte, d'une école. Je me souviens d'avoir vu ce philosophe entouré de ses lévites.

Littré (1872-1877)

LÉVITE (lé-vi-t') s. m.
  • Israélite de la tribu de Lévi, destiné au service du temple ; Lévi était fils de Jacob. Les lévites seront obligés de se trouver dès le matin pour chanter les louanges du Seigneur, et ils le feront aussi le soir, Sacy, Bible, Paralip. I, XXIII, 30. Du Dieu que nous servons tel est l'ordre éternel ; Lui-même il nous traça son temple et son autel, Aux seuls enfants d'Aaron commit ses sacrifices, Aux lévites marqua leur place et leurs offices, Racine, Ath. II, 4. Lévites, de vos sons prêtez-moi les accords, Racine, ib. III, 7. Le temple était le plus superbe bâtiment qu'il y eût dans tout le pays, et il y avait trente-deux mille lévites destinés à y servir, Fleury, Mœurs des Israél. titre XVII, 2e part. p. 219, dans POUGENS. Entre tous les lévites il n'y avait que les descendants d'Aaron qui fussent sacrificateurs, ID. ib. titre V, 2e part. p. 47. Les simples lévites étaient occupés au reste des fonctions de la religion, au chant des psaumes, à la garde du tabernacle ou du temple et à l'instruction du peuple, ID. ib.

    Fig. et dans le style élevé. Se dit des prêtres de la religion chrétienne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LÉVITE, s. m. (Théol.) prêtre ou sacrificateur hébreu, ainsi nommé parce qu’il étoit de la tribu de Lévi.

Ce mot vient du grec λευίτης, dont la racine est le nom de Lévi, chef de la tribu de ce nom, dont étoient les prêtres de l’ancienne loi. Ce nom fut donné à ce patriarche par sa mere Lia, du verbe hébreu lavah, qui signifie être lié, être uni, parce que Lia espéra que la naissance de ce fils lui attacheroit son mari Jacob.

Les Lévites étoient chez les Juifs un ordre inférieur aux prêtres, & répondoient à-peu-près à nos diacres. Voyez Prêtres & Diacres.

Ils n’avoient point de terres en propre, mais ils vivoient des offrandes que l’on faisoit à Dieu. Ils étoient répandus dans toutes les tribus, qui chacune avoient donné quelques-unes de leurs villes aux Lévites, avec quelques campagnes aux environs pour faire paître leurs troupeaux.

Par le dénombrement que Salomon fit des Lévites, depuis l’âge de 20 ans, il en trouva trente-huit mille capables de servir. Il en destina vingt-quatre mille au ministere journalier sous les prêtres, six mille pour être juges inférieurs dans les villes, & décider les choses qui touchoient la religion, & qui n’étoient pas de grande conséquence ; quatre mille pour être portiers & avoir soin des richesses du temple, & le reste pour faire l’office de chantres. Voyez Temple, Tabernacle, &c. Diction. de Trévoux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lévite »

Voy. LÉVI.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin levita.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lévite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lévite levit

Citations contenant le mot « lévite »

  • Le Parisien dans le métro est un ascète. Il est capable de vivre en apnée et même, porté par la masse humaine, de léviter. De Alain Schifres / Les Parisiens
  • Une goutte sur une plaque très chaude peut léviter au lieu de s’évaporer. Cet « effet Leidenfrost » se manifeste aussi sur un liquide chauffé. Une nouvelle étude montre que dans ce cas, la goutte en lévitation induit des mouvements de convection dans le liquide, qui entretiennent le phénomène. Pourlascience.fr, Quand les gouttes d’eau lévitent sur un fluide brûlant | Pour la Science
  • Euloge, archevêque de Tolède, mentionne « le très saint lévite » Sisenand dans son Memoriale sanctorum, et dans une lettre à l’évêque de Pampelune. Sisenand était né au Portugal, dans la cité de Béja. Il vint à Cordoue pour étudier. Il logeait à la Basilique dédiée à saint Aciscle, martyr de Cordoue au IVe siècle. Alors emprisonné, […] Présent, Saint Sisenand, diacre martyr (851) - Présent
  • Mais en ce moment, tel un client euphorisé de la SQDC, François Legault lévite... Le Journal de Québec, Legault lévite | Le Journal de Québec
  • «L'homme a toujours empilé des pierres depuis la nuit des temps», mais lui œuvre à les «faire léviter»: à 33 ans, SP Ranza, de son nom d'artiste, est un maître du «stone balance», une variante du land art. La Croix, Faire «léviter les pierres», ou l'art du stone balance vu par SP Ranza
  • Le dernier anneau lévite au-dessus de l'une des barrières qui gardent l'entrée Nord-est de la ville. Pas besoin de vous casser la tête pour le récupérer, un simple saut avec un peu d'élan suffira. Millenium, Fortnite : Collecter les anneaux bleus au-dessus de Lazy Lake, défi saison 3 chapitre 2 - Millenium
  • Jim Jarmusch nous promène, un rien désabusé, dans ce cimetière nostalgique qu’est la ville de Memphis, dans le Tennessee, et nous la montre par le prisme de ses antihéros. Toujours dans la lenteur, dans le non-dit, mais avec un côté sarcastique parfois, un humour pince-sans-rire et un goût pour les situations absurdes qui ne se dément pas. On y croise le chanteur de blues Screamin' Jay Hawkins derrière un comptoir et le fantôme d'Elvis qui lévite dans une chambre d'hôtel. rts.ch, La bande-son des films de Jim Jarmusch - rts.ch - Cinéma

Traductions du mot « lévite »

Langue Traduction
Anglais levite
Espagnol levita
Italien levita
Allemand levit
Chinois 莱维特
Arabe اللاوي
Portugais levita
Russe левит
Japonais レビテ
Basque lebitarra
Corse levìtu
Source : Google Translate API

Lévite

Retour au sommaire ➦

Partager