La langue française

Lampion

Définitions du mot « lampion »

Trésor de la Langue Française informatisé

LAMPION, subst. masc.

A. − Petit récipient de terre, de fer blanc ou de verre épais dans lequel on mettait du suif ou de l'huile avec une mèche pour éclairer ou pour faire des illuminations. Cordon de lampions; allumer, éteindre les lampions; les lampions clignotent. Une espèce de lampion (...) dont la mèche nageait dans une graisse fétide, illuminait les parois lustrées de cet affreux séjour [le cachot] (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 95):
1. Par moments, on aurait pu croire à quelque fête géante, à un monument cyclopéen illuminé, avec ses escaliers, ses rampes, ses fenêtres, ses frontons, ses terrasses, son monde de pierre dont les lignes de lampions traceraient en traits phosphorescents l'étrange et énorme architecture. Zola, Page amour,1878, p. 973.
Vieilli. ,,Vase de verre qu'on suspend au milieu des lampes d'église, entre le panache et le culot`` (Ac. 1798-1878, Littré).
P. anal. Cylindre, boule de papier de couleur translucide et plissé contenant une bougie allumée, utilisé en décorations fixes ou transporté par la foule lors des fêtes populaires. Jardins illuminés par des lampions. J'ai le cœur triste comme un lampion forain (Laforgue, Poés.,1887, p. 131).Il restait près de la porte, sous les lampions de papier rouge qui décoraient l'orchestre (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 220).Un bataillon de jeunes hommes, en rangs serrés, brandissant des lampions, suivait la fanfare, au pas cadencé (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 170).
Des lampions! Air, polka des lampions
[Lors des émeutes de 1827, des manifestations au xixes.] Cri de la foule pour obliger les occupants des appartements à se joindre aux manifestants en illuminant. Puis tous se mirent à chanter : « Des lampions! des lampions! » Plusieurs fenêtres ne s'éclairaient pas; des cailloux furent lancés dans leurs carreaux (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 150).
P. ext. Crier, scander un mot sur l'air des lampions. Un autre tambourinait plus fort contre la porte, sur la cadence des lampions, en criant : « La patronne! la patronne! » (Dorgelès, Croix bois,1919, p. 248).V. air3ex. 4.
B. − [P. anal. de forme] Chapeau en lampion, et absol., lampion. Chapeau tricorne porté par des militaires, des cavaliers. Un La Rochelandier en casaque (...), avec un chapeau en lampion sur la tête (Sandeau, Sacs,1851, p. 14).Ensuite caracola un essaim de gentilshommes en frac bleu, coiffés du lampion à cocarde blanche (Adam, Enfant Aust.,1902, p. 167).
Fam. Chapeau de gala des écuyers de l'École d'Application de la Cavalerie de Saumur :
2. L'École [d'Équitation] entra, en bottes à l'écuyère, culotte de peau, habit brun à boutons d'or; coiffés du lampion gansé d'or, gantés de blanc, les cavaliers avaient à la main la cravache... Morand, Fin de s.,1957, p. 25.
C. − Arg. et pop. Synon. lampe (v. ce mot I A 3), estomac, gorge.Se mettre (qqc.) dans le lampion; s'en envoyer plein le lampion. Au bord de la lanc' quine, pictait un' colombuch[e], Qui s'en foutait plein le lampion (Marcus, Quinze fables,1947, p. 11).
Prononc. et Orth. : [lɑ ̃pjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1510 « lanterne de bateau » (Compte des dépenses faites pour la mise en état et le ravitaillement de quatre galères, par Pierre de Rollot, ms B 2551, Arch. Bouches-du-Rhône, fo166 ds J. Fennis, La Stolonomie, Amsterdam, 1978, p. 373); 2. 1750 « lanterne vénitienne » (Voltaire, Corresp., éd. Th. Besterman, t. 18, lettre 3610, p. 112); 3. 1826 « chapeau à trois cornes » ([Balzac], Petit dict. critique et anecdotique des enseignes de Paris, pp. 79-80 ds Quem. DDL t. 16). Empr. à l'ital.lampione « grosse lanterne » (xviies. ds Batt.), dér., à l'aide du suff. augm. -(i)one, de lampa « lampe », lui-même empr. au fr. lampe*. Fréq. abs. littér. : 162. Bbg. Chautard. Vie étrange arg. 1931, p. 448. - Hope 1971, p. 204. - Quem. DDL t. 2.

Wiktionnaire

Nom commun 1

lampion \lɑ̃.pjɔ̃\ masculin

  1. Petit récipient de terre, de fer-blanc ou de verre, dans lequel on met du suif, de l’huile ou de l’essence avec une mèche, pour faire des illuminations.
    • Ils arrivèrent à la nuit tombante, comme on commençait à allumer des lampions dans le parc, afin d’éclairer les voitures. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Ils avaient un chic spécial et une habileté extraordinaire pour s’excuser auprès des Rouges d’avoir été vus à l’offerte le dimanche, et auprès des Blancs pour s’être laissé entraîner à fêter le 14 juillet parmi les drapeaux, les lampions, les litres et les Marseillaise. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. Lanterne en papier décorative
  3. (Argot) Sergent de ville, sentinelle ( Comme un lampion, le sergent de ville se tient dans la rue pour guider et protéger le passant ).
    • Faudra-t-il, demanda malicieusement la dame, vous mettre un invalide et un lampion pour dire: « On ne passe pas ? »— (Alfred des Essarts, Roman d'un vieux garçon , 1879.)
    • […] la police, en ces sortes de cas, se contente de placer un lampion le soir, et un vétéran la nuit, pour préserver les décombres de toute atteinte. — (François-Vincent Raspail, Réforme pénitentiaire. Lettre sur les prisons de Paris, 1839.)
  4. (Argot) Œil
    • J'ouvre mes lampions... Je suis long à réaliser ce qui se passe... Je vois tout d'abord Anne Marie, tenant le couvercle du cercueil d’une main et le tournevis de l’autre.— (Frédéric Dard, A tue ... et à toi, 2010.)
    • La bande se fige sur une image et les gnaces groupés dans le champ restent bouches ouvertes, les lampions écarquillés...— (Frédéric Dard, Fais gaffe à tes os, 2011.)
  5. (Argot) Ventre, estomac ( en référence à la lampe à huile que l'on doit alimenter régulièrement ).
    • À la saison des légumes on s’en foutait plein le lampion […] — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Mort à crédit, Denoël, Paris, 1936)
    • Nous autres, on s’en fout plein le lampion sans décaisser un leude, sans refiler un larenque, un flèche ou une croquignole.— (Piere Dac, L'os libre: Pour tout ce qui est contre. Contre tout ce qui est pour., 1947.)

Nom commun 2

lampion \lɑ̃.pjɔ̃\ masculin

  1. (Habillement) Coiffure tricorne, notamment portée lors des chasses à courre.
  2. (Habillement) Coiffure bicorne de feutre noir porté par les écuyers du Cadre noir
    • Les officiers du célèbre cadre noir de Saumur, lorsqu'ils sont en grande tenue, coiffent un chapeau à deux cornes qu'on a coutume d'appeler un lampion.— (Vie et Langage, Numéros 166 à 177, 1966.)
    • Revêtus de leur tenue traditionnelle, coiffés du célèbre lampion à cocarde tricolore et bandeau d'or, conduits par monsieur l’écuyer en chef, les écuyers vont entrer pour la reprise du manège. — (Gino Blandin, Meurtre au Cadre Noir, 2002.)
    • Les hommes en tunique noire et en gants blancs, coiffés du « chapeau de manège » appelé lampion ou bicorne et leurs chevaux de race selle français, nattés avec des rubans rouge amarante, la couleur de la fleur d'automne qui symbolise l’éternité, offriront dans leur ballet équestre des tableaux comme le saut d’obstacle et les quadrilles, accompagnés par l’Orchestre de la Garde républicaine et le Chœur de l'armée française.— (www.ladepeche.fr, Le Cadre noir de Saumur célèbre les arts équestre et lyrique à Bercy, 2009.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LAMPION. n. m.
Petit récipient de terre, de fer-blanc ou de verre, dans lequel on met du suif, de l'huile ou de l'essence avec une mèche, pour faire des illuminations.

LAMPION désigne aussi une Coiffure tricorne portée dans les chasses à courre.

Littré (1872-1877)

LAMPION (lan-pion) s. m.
  • 1Petit vaisseau de terre, de fer-blanc ou de verre, dans lequel on met du suif ou de l'huile avec une mèche, et qui sert dans les illuminations. Dans le quartier Saint-Honoré Est un sabbat de lampions éclairé, Dancourt, Déroute du pharaon, sc. 25. Le tout à la clarté de vingt mille lampions qui changeront la nuit en jour, Voltaire, Lett. d'Argental, 7 août 1750.
  • 2Vase de verre qu'on suspend au milieu des lampes d'église, entre le panache et le culot.
  • 3 Terme de marine. Petite lampe dont on se sert lorsqu'on va dans les soutes aux poudres.

    Terme de fortification. Lampion au parapet, vaisseau de fer où l'on met du goudron et de la poix pour éclairer la nuit.

  • 4 Populairement, un lampion, un chapeau à trois cornes, ainsi dit d'après la forme.

HISTORIQUE

XVIe s. Pour deux escandailz d'huyle, tant pour le brusler aux lampions que pour manger, Stolonomie, dans JAL.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LAMPION, s. m. (Artificier.) c’est une petite lampe de fer blanc ou d’autre matiere propre à contenir des huiles ou des suifs, dont on se sert pour former des illuminations, en les multipliant & les rangeant avec symmétrie.

Lampion a parapet, (Fortification.) est un vaisseau de fer où l’on met du gaudron & de la poix pour brûler & pour éclairer la nuit, dans une place assiégée, sur le parapet & ailleurs.

Lampion, (Marin.) c’est un diminutif de lampe dont on se sert dans les lanternes lorqu’on va dans les soutes aux poudres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lampion »

(Nom commun 1) De l’italien lampione (« grosse lanterne ») dérivé de lampa (« lampe »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’italien lampione (« grosse lanterne ») dérivé de lampa (« lampe »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lampion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lampion lɑ̃pjɔ̃

Citations contenant le mot « lampion »

  • Si tous les cornus d’Europe portaient lampions, ô miséricorde, quelle illumination. De Albert Cohen / Belle du Seigneur
  • C’est la façon de montrer aux enfants ce que c’est, la Fête nationale. En plus, ils en ont entendu parler à l’école. Ils voulaient voir les défilés. Ils voulaient voir les feux d’artifice, les lampions, et que tout le monde marche ensemble.  Nouvelle-Calédonie la 1ère, Lampions et feux d'artifice : une veille de 14-Juillet très animée - Nouvel
  • À 19 h 30, enfants et adultes étaient très nombreux devant la mairie pour chercher un lampion avant de descendre les rues du village, précédés par la peña de Villeveyrac. Arrivés au jardin public, tous étaient invités par la mairie à déguster le vin à la française. midilibre.fr, Montbazin : une très belle Fête nationale dans la convivialité - midilibre.fr
  • À l'intérieur de ce « kit patriotique » déposé dans toutes les boîtes aux lettres de la ville, on trouve un drapeau en plastique et un badge tricolore, un lampion, un sac de confettis, trois ballons de baudruche, deux cartes postales de la prise de la Bastille et, en double exemplaire, une lettre de Joëlle-Ceccaldi-Raynaud aux liserés bleu-blanc-rouge. leparisien.fr, Puteaux distribue des kits bleu-blanc-rouge pas très verts, colère noire de l’opposition - Le Parisien
  • À Marseille, dans la nuit noire, des dizaines de lampions se sont élevés. L’un d’eux s'est échappé des mains de Sylvie, retraitée. "C'est tous les salariés qui sont en lutte pour la suppression de ce projet de loi destructeur de notre société. Un lampion égale une lueur d'espoir".   Franceinfo, "Un lampion égale une lueur d'espoir" : des opposants à la réforme des retraites manifestaient sur le port de Marseille

Images d'illustration du mot « lampion »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lampion »

Langue Traduction
Anglais lantern
Espagnol linterna
Italien lanterna
Allemand laterne
Chinois 灯笼
Arabe فانوس
Portugais lanterna
Russe фонарь
Japonais 灯籠
Basque linterna
Corse lanterna
Source : Google Translate API

Synonymes de « lampion »

Source : synonymes de lampion sur lebonsynonyme.fr

Lampion

Retour au sommaire ➦

Partager