La langue française

Joliveté, jolité

Sommaire

  • Définitions du mot joliveté, jolité
  • Étymologie de « joliveté »
  • Phonétique de « joliveté »
  • Citations contenant le mot « joliveté »
  • Traductions du mot « joliveté »

Définitions du mot joliveté, jolité

Trésor de la Langue Française informatisé

JOLIVETÉ, JOLITÉ, subst. fém.

A. − Vieilli.
1. Rare. Caractère joli de quelqu'un ou quelque chose. Une fois mariée, la femme se fane. Elle n'a plus ni jolité ni coquetterie (Renard, Journal,1896, p. 334).
2. P. méton., gén. au plur. Manifestation, geste joli. Synon. grâce.C'est un aimable enfant, il fait, il dit cent petites jolivetés (Ac.1798-1878).On ne comptait plus ces jolités [de l'évêque bien en cour], ces boutades, les mots vifs (D'Esparbès, Dern. lys,1898, p. 192).La jeune fille qui dansait maintenant avec grâce ondulant, souriant, s'étirant, tournant, faisant mille jolivetés (Arnoux, Abisag,1919, p. 147).
B. − P. méton., gén. au plur. Bibelot. Amateur de jolités. Il a rapporté d'Italie mille petites jolivetés (Ac.1798-1878).Nous allâmes au musée Dusommerard [sic] et je regrettai, dans ce jour du Saint-Esprit, de voir les saintetés antiques mêlées aux jolivetés modernes (Michelet, Journal,1850, p. 102).Le xviiiesiècle curieux venait asseoir ses moments d'oisiveté pour le marchandage des jolités françaises et étrangères (Proust, Temps retr.,1922, p. 710):
Tout en prenant le café nous deviserons de ce qui bon vous semblera; les mille jolités qui meublent mon logis sauront bien nous offrir quelque sujet d'entretien de votre goût. Milosz, Amour. initiation,1910, p. 19.
P. anal., fam, rare. Jolie femme. [Brulfert] la prit par la ceinture et l'enleva (...) Brulfert admirait cette jolité suspendue entre ses mains (D'Esparbès, Soldate,1905, p. 273).
Prononc. et Orth. : [ʒ ɔlivte], [-lite]. Ac. 1694-1878 : -veté; vieilli -ité (supra). Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1170 « légèreté, dévergondage » (M. de France, Lais, éd. J. Rychner, p. 173, 576); b) ca 1180 « indulgence aimable » (Thomas, Tristan, éd. B. H. Wind, 283); c) 1671 « trait d'esprit » (Ch. Corneille, Comtesse d'orgueil, II, 10 ds Littré); 2. ca 1465 jolivetés « objets de parure, choses précieuses » (G. Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 4, p. 76). Dér. de jolif, forme anc. de joli*; suff. -eté (-ité*). Bbg. Duch. Beauté 1960, pp. 48-49.

Wiktionnaire

Nom commun

joliveté féminin

  1. Joliesse.
    • Mille jolivetés qui dans l'esprit me viennent.
  2. Gentillesse.
    • Il sait faire mille petites jolivetés.
  3. Joyeuseté.
    • Celui qui est sanguin, il est trop enclin à jolivetés et esbatemens ou à desattrempance.

Nom commun

joliveté \Prononciation ?\ féminin

  1. Gaité.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Volupté, plaisir de l'amour.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. Joliesse, coquetterie.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

JOLIVETÉ (jo-li-ve-té) s. f.
  • 1Trait d'esprit. Mille jolivetés qui dans l'esprit me viennent, Th. Corneille, Comtesse d'Orgueil, II, 10.
  • 2Petit bijou, petit ouvrage qui n'a pas ou qui a peu d'utilité. Il sait faire mille petites jolivetés.
  • 3Gentillesses d'un enfant. Cet enfant fait, dit cent petites jolivetés.

    On ne l'emploie guère qu'au pluriel.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ma douce dame, quant vi Vo gent cors et vo beauté, Adont nul mal ne senti Ne nule autre enfremeté ; Mais de grant jolieté Trovai mon cuer si garni Que pour vous en ai chanté, Poésies franç. avant 1300, t. III, p. 1078, dans LACURNE. Se li aprentiz s'enpart d'entour son mestre sanz congié, par sa folour ou par sa joliveté, par trois fois, le mestre ne le doit pas prendre à la tierce, Liv. des mét. 49.

XIVe s. Celui qui est sanguin, il est trop enclin à jolivetés et esbatemens ou à desattrempance, Oresme, Eth. 54.

XVe s. Le vin de luxure abonde en jolivetés, en regards et contenances, Bouciq. IV, 7. Dames n'ont point argent, quand elles veulent, ains ont grande paine à en assembler ; et si leur en convient toujours avoir pour emploier en robbes et plusieurs autres jolivettez, Aresta amorum, p. 168, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « joliveté »

Ancien franç. jolif (voy. JOLI) ; provenç. jolivetad.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Mot dérivé de jolif, jolive (forme en ancien français de joli) et -eté.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De jolif avec le suffixe -eté.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « joliveté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
joliveté ʒɔlivœte

Citations contenant le mot « joliveté »

  • Pour donner au lecteur un avant-goût de cet ouvrage et lui ouvrir l'appétit lexical, voici quelques exemples, puisés (presque) au hasard. Lourderie désignait ainsi une faute grossière contre le bon sens, la bienséance. On est tombé sur joliveté, qui voulait dire jolie petite babiole. Marcel Proust l'emploie dans Le Temps retrouvé : «Le XVIIIe siècle curieux venait asseoir ses moments d'oisiveté pour le marchandage des jolivetés françaises et étrangères.» Le Figaro.fr, Claquedents et jolivetés : redécouvrez les mots oubliés du Larousse
  • Une fois mariée, la femme se fane. Elle n'a plus ni jolité, ni coquetterie. Elle ne se soigne plus. Elle s'habille pour vivre dans l’arrière-boutique. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898

Traductions du mot « joliveté »

Langue Traduction
Anglais prettiness
Espagnol lindeza
Italien grazia
Allemand hübschheit
Chinois
Arabe جمال
Portugais beleza
Russe миловидность
Japonais かわいさ
Basque prettiness
Corse preghjudiziu
Source : Google Translate API
Partager