La langue française

Jockey

Définitions du mot « jockey »

Trésor de la Langue Française informatisé

JOCKEY, subst. masc.

A. − Vieilli. Jeune domestique ou domestique de petite taille qui, notamment, conduisait une voiture, seul ou en postillon et accompagnait son maître à cheval. Jockey de bonne maison; voiture conduite par deux jockeys. Parmi les domestiques de cette maison opulente se trouvait un jockey âgé de dix ou onze ans tout au plus, d'une figure plus distinguée que jolie (Jouy, Hermite, t. 3, 1813, p. 168).Je me mets en route (...) dans une légère voiture qu'emportent quatre beaux chevaux menés au grand trot par deux élégants jockeys (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 248).Cette dame avait pour protecteur en cette occurrence un petit jockey de douze ans (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 180).
B. − Personne dont le métier est de monter les chevaux de course. Casaque, casquette de jockey; jockey svelte; évolution des jockeys; monde des entraîneurs et des jockeys; pesage des jockeys; devenir, se faire jockey. Les jockeys, la selle sous le bras, en toque et en veste de satin, après avoir été pesés, selon l'usage, achevaient de seller leurs chevaux et de visiter chaque partie du harnais (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 208).J'avais remarqué dans une course de chevaux qu'un admirable jockey s'était laissé battre parce qu'il portait une surcharge de cinq kilogrammes (About, Roi mont.,1857, p. 204).
Emploi adj. Régime jockey. Régime alimentaire frugal permettant aux jockeys de conserver leur légèreté; p. anal. et fam. ordinaire insuffisant, jeûne forcé. Il est question de ne plus toucher que les rations de l'intérieur. Ce serait le régime jockey (Esnault, Notes compl. « Poilu », [1919] 1956).Cinq ans de régime « jockey », comme disait le langage des Stalags, nous avaient fait passer le goût des mets savoureux (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 51).V. aligner ex. 4 et driver B.
C. − Arg. Joueur décavé qui sert de figurant dans les salles de jeux. (Ds Le Breton Argot 1975 et Simonin, J. Bazin, Voilà taxi! 1935, p. 217). [P., ayant gagné au baccara vingt louis, donna] deux thunes au jockey qui avait si bénévolement cédé la place en or (Id., ibid.p. 179).
Prononc. et Orth. : [ʒ ɔkε]. Au plur. des jockeys. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1776 cf. supra A Jacqy [(J.J. Rutlidge, La Quinzaine anglaise à Paris, ou l'Art de s'y ruiner, 193-194 ds Höfler Anglic.)]; 1785 Jocquey (Journal de Paris 15/7, 813a, ibid.); 2. 1776 les Jockeis « jeunes palefreniers, employés notamment comme cavaliers dans les courses » (Laus de Boissy, 24 août 1776 ds Bonn., p. 78); 1776 jaquets (Mercy-Argenteau, Lettre à Marie-Thérèse d'Autriche, 15 nov., ibid.). Empr. à l'angl.jockey, dimin. du nom propre Jock, forme du Nord de l'Angleterre et d'Écosse de Jack (v. jack étymol.). Utilisé comme dénomination de personnes du bas peuple ou de valets, d'où plus spéc. les personnes s'occupant des chevaux, l'angl. jockey est attesté dep. 1670 comme terme désignant en partic. les cavaliers montant les chevaux de course (cf. NED). Le rapprochement avec le fr. Jacques lors de l'empr. explique certaines formes comme jaquet. Fréq. abs. littér. : 199. Bbg. Becker (K.). Sportanglizismen im modernen Französisch. Meisenheim, 1970, p. 39, 43, 168, 333, 341. - Quem. DDL t. 12.

Wiktionnaire

Nom commun

jockey \ʒɔ.kɛ\ masculin et féminin identiques pour les sens 1 et 2, masculin pour les sens 3 et 4.

  1. (Équitation) Personne qui a pour métier de monter des chevaux dans les courses.
    • On a dit une grande vérité lorsqu’on a posé en principe que toute la science du jockey consistait à faire supporter tout son poids par la bouche de son cheval ; mais on n’a pas parlé de l’insensibilité des barres que l’on produisait par cette manœuvre […]. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Le général, qui n’aimait pas les jeunes gens, dit qu’il avait rencontré Le Ménil, la veille, au Bois, galopant à tombeau ouvert.
      Il déclara que les vieux cavaliers conservaient seuls la bonne tradition, que les gens du monde avaient maintenant le tort de monter comme des jockeys.
      — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 10)
    • La jockey doit faire très attention à son alimentation. Pour le plat, il faut peser entre 46 et 54 kilos pour 1,55 m. Pour les courses d’obstacles, elle peut peser jusqu’à 60 kilos pour 1,60 m maximum. — (Antoinette Delylle, L’Encyclo de la cavalière, edi8, 2014, p. 132)
  2. (Cirque) Personne qui fait de la voltige, dans le langage du cirque[2].
  3. (XIXe siècle) Jeune domestique qui conduit une voiture en postillon[3].
  4. (Vieilli) Jeu qui se joue avec un trictrac (dans ce cas, le mot français dérivé est jacquet)[3].

Nom commun

jockey \ˈdʒɒ.ki\

  1. (Équitation) Jockey.

Verbe

jockey \ˈdʒɒ.ki\

  1. Monter un cheval (lors d’une course).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JOCKEY. n. m.
Mot emprunté de l'anglais. Celui qui a pour métier de monter des chevaux dans les courses.

Littré (1872-1877)

JOCKEY (jo-kè) s. m.
  • 1Jeune domestique, chargé principalement de conduire la voiture en postillon.
  • 2Particulièrement, ceux qui montent les chevaux dans les courses.
  • 3Jeu qui se joue avec un trictrac.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

JOCKEY. Ajoutez : - REM.

1. À la fin du XVIIIe siècle, on disait jacquet, qui est la forme française. Le comte d'Artois… s'élançant dans la foule du peuple pour encourager ses postillons ou jacquets, Merci-Argenteau, Corresp. secrète, dans Journ. des Débats, 31 août 1875, 3e page, 6e col.

2. L'orthographe a beaucoup varié. Quelqu'un s'avance ; ces dames vont sortir sans doute ; ce jocquez vient annoncer que la voiture est là, cité de J. B. PUJAULX, Paris à la fin du XVIIIe siècle (an IX, 1804), ch. des Modes du jour, dans E. DE LA BÉDOLLIÈRE, Hist. de la Mode, ch. XIV. Cuisiniers, jocqueis et rôtisseurs, Lett. du P. Duchêne, 9e lettre, p. 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « jockey »

Mot emprunté à l’anglais, diminutif de Jack (transcription de l'écossais : Jock) qui, à l’origine, désignait un homme ordinaire. Puis le sens s’est étendu à courrier à cheval puis marchand de chevaux[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mot anglais qui, du reste, est une altération du français Jaquet, nom propre, diminutif de Jacques, beaucoup usité jadis pour signifier un homme de peu, un niais, un parasite.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « jockey »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jockey ʒɔkɛ

Citations contenant le mot « jockey »

  • Le métier d'écrivain fait apparaître celui de jockey comme une situation stable. De John Steinbeck
  • La France est un pur-sang monté par un jockey obèse qui se prend pour le cheval. De Hervé Sérieyx / Reprenons la Bastille
  • Quand un jockey a droit à un peu de chantilly, c’est qu’il s’agit de l’hippodrome. De Laurent Ruquier / Le Tout bon
  • C’est un drôle de métier, disc-jockey. Entre le prêtre et la prostituée. Il faut tout donner à des gens qui ne vous rendront rien. De Frédéric Beigbeder / Vacances dans le coma
  • Avec la plupart des gens, le disc-jockey se montre sympathique comme l’encre du même nom : d’une façon provisoire. De Frédéric Beigbeder / Vacances dans le coma
  • OCÉAN ATLANTIQUE (13) est un poulain de qualité qui est présenté par l’habile André Fabre. Pierre Charles Boudot, son jockey, marche sur l’eau depuis plusieurs semaines maintenant. Sa dernière deuxième place étant encourageante, dans ce groupe I, une grande performance est attendue. Sports.fr, Prix du Jockey Club, Victor Ludorum sur l'hippodrome de Chantilly
  • ALEXIS BADEL. C'est un endroit très réputé sur la planète pour les courses. Ce n'est pas facile d'y accéder et c'est une véritable chance pour moi d'être retenu par le Hongkong Jockey Club. L'obtention de la licence se fait de manière très sélective et une fois celle-ci en poche, il faut être capable de s'adapter au rythme des courses très différent de chez nous. Il faut aussi avoir en tête que rien n'est figé. Il y a un turn-over permanent chez les jockeys étrangers. leparisien.fr, Hippisme : nouveau chapitre asiatique pour Alexis Badel - Le Parisien

Images d'illustration du mot « jockey »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « jockey »

Langue Traduction
Anglais jockey
Espagnol jockey
Italien fantino
Allemand jockey
Chinois 骑师
Arabe فارس السباق
Portugais jóquei
Russe жокей
Japonais 騎手
Basque jockey
Corse jockey
Source : Google Translate API

Synonymes de « jockey »

Source : synonymes de jockey sur lebonsynonyme.fr

Jockey

Retour au sommaire ➦

Partager