La langue française

Isoète

Sommaire

  • Définitions du mot isoète
  • Étymologie de « isoète »
  • Phonétique de « isoète »
  • Citations contenant le mot « isoète »
  • Traductions du mot « isoète »

Définitions du mot isoète

Wiktionnaire

Nom commun

isoète \i.zo.ɛt\ masculin.

  1. (Botanique) Genre de plante cryptogame vasculaire souvent aquatique composée d'un court rhizome ressemblant à un bulbe, souvent bilobé ou trilobé, d'où prennent naissance les racines ramifiées par dichotomie et les frondes linéaires et élargies à leur base, sans fleurs.
    • Les isoètes font partie d’un groupe assez rare aujourd’hui.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « isoète »

Du grec ancien ἴσος, isos (« égal ») et ἔτος, étos (« an »), allusion à l'aspect sempervirent de ces plantes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « isoète »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
isoète isɔɛt

Citations contenant le mot « isoète »

  • Respectez les chemins et les lignes d’eau de flottaison protégeant les espèces, comme l’isoète lacustre, plante aquatique qui connaît sa dernière station dans le Grand Est, et les berges malmenées par le piétinement et les remous. , Magazine Tourisme et Patrimoine | Longemer (Vosges) : un lac de légendes
  • "L'isoète des lacs est une relique glaciaire présente uniquement dans les lacs d’altitude, proche des fougères", résume la botaniste. Cette plante vivace, aquatique, submergée, assez grêle, à bulbe bilobé, a été inventoriée au Lac du Bouchet en 1956. C'est le seul lac du département où elle est présente. www.leveil.fr, C'est quoi l’isoète des lacs qui ne pousse que dans les eaux du Bouchet ? - Cayres (43510)
  • Dans les lacs vosgiens, il existe deux variétés d’une plante rare appelée l’isoète. Au lac de Longemer, l’isoète à spores hérissés y est présent. C’est d’ailleurs son seul foyer dans le Grand-Est. Le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine surveille depuis une quinzaine d’années les présences de la plante qui vit essentiellement sous l’eau, en référence le nombre et fait son maximum pour la protéger et permettre sa reproduction. Dernier test en date : la mise à l’eau d’une cage d’1m2 à environ 1m90 de profondeur pour que les herbivores ne viennent plus la brouter. « La zone totale fait 100m2 mais on en protège une petite partie pour voir s’il y a une reproduction, ce qui n’est plus le cas depuis quelques années. On verra après si on met d’autres cages », explique Thibaut Hingray, chargé d’études scientifiques au conservatoire. , Edition Saint Dié | L’isoète mise en cage pour survivre
  • Lorsque Paul Maycock a arpenté le parc naturel du Mont-Saint-Hilaire à la fin des années 50, il y a recensé pas moins de 485 espèces de plantes allant de la bruyère à l'isoète. , La nature prend et redonne | UdeMNouvelles
  • À cette époque, 485 espèces différentes, allant de la bruyère à l'isoète, couvraient ses flancs. Radio-Canada.ca, 70 espèces végétales ont disparu du mont Saint-Hilaire depuis 1950 | Radio-Canada.ca
  • À l’échelle des territoires, le rapport publié mercredi 23 janvier précise d’ailleurs : « S’il est à craindre que les changements climatiques mettent en péril un certain nombre d’espèces (en particulier populations réduites ou d’une faible aire de répartition, en zone d’altitude notamment), leurs effets sur la végétation sont encore mal connus à des échelles plus locales. » On sait déjà que sont en danger critique d’extinction en Auvergne : le glaïeul imbriqué, l’isoète à spores épineuses, une renoncule… www.lamontagne.fr, 15 % de la flore menacée en France et 40% à l'échelle du Massif central - Clermont-Ferrand (63000)
  • On y croise souvent des vaches et des chevaux sauvages l’été et, pour les connaisseurs, des espèces de plantes protégées : l’isoète des lacs, le gaillet trifide, la laîche des tourbières et la gagée fistuleuse. La drave des bois se trouve à l’orée des forêts, aux alentours. Les bordures, ici, sont très peu profondes et encombrées d’herbiers. Au bout de l’étang, le long du GR10 : une cabane en pierre. Le sol poudré de cendres est signe de passages nocturnes mais le refuge, décati, semble avoir déjà fait son temps. Les lacs ne sont que des lieux de passage. Libération.fr, Estany à longueur d’étangs - Libération
  • Au moins 45 espèces poussant dans les landes appartiennent à divers titres à la flore protégée. Cinq sont présentes sur les listes d’espèces protégées au plan national : l’asphodèle d’Arrondeau, la centaurée à feuilles de scille, la bruyère de saint Daboec (présente dans quelques communes de Loire-Atlantique), l’isoète épineux, le grémil couché. Toutes ont souffert de la régression des landes et il n’existe plus qu’une seule station du panicaut vivipare pour toute la France dans une lande pâturée à Belz (Morbihan). Mais les plantes caractéristiques de la lande sont, bien sûr, les ajoncs et les bruyères. Unidivers.fr, ECOMUSEE DE RENNES : LES LANDES DE BRETAGNE EN EXPOSITION

Traductions du mot « isoète »

Langue Traduction
Anglais quillwort
Espagnol quillwort
Italien quillwort
Allemand quillwort
Chinois qui草
Arabe quillwort
Portugais quillwort
Russe quillwort
Japonais キルトワート
Basque quillwort
Corse quillwort
Source : Google Translate API
Partager