La langue française

Islamologique

Définitions du mot « islamologique »

Wiktionnaire

Adjectif

islamologique \is.lam.ɔ.lɔ.ʒik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui relève de l'étude des divers aspects de l' islam.
    • L'institut en question centraliserait la plupart des enseignements, des travaux et des compétences scientifiques en matière islamologique, et s'adresserait autant aux musulmans qu'aux non-musulmans […]. — (Franck Frégosi, La formation des cadres religieux musulmans en France. Approches socio-juridiques , 1998)
    • On observe en effet que dans les pays précités une partie (une partie seulement bien entendu) de l'intérêt pour les études islamologiques provenait de l'intérêt colonial de gérer l'islam […]. — (Pascal Delwit, Andrea Real, Marc Swyngedouw, Bruxelles ville ouverte : immigration et diversité culturelle au cœur de l'Europe, 2007)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « islamologique »

Adjectivation de islamologie par l'ajout du suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « islamologique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
islamologique islamɔlɔʒik

Citations contenant le mot « islamologique »

  • Amoureux du langage, ce théologien d’origine algérienne anime l’émission « Islam », sur la chaîne France 2. Loin de toute « logorrhée islamologique de pacotille ». JeuneAfrique.com, Ghaleb Bencheikh : « L’engagement dans une foi doit être tamisé par le filtre de la raison » – Jeune Afrique
  • « Bien évidemment, Tariq Ramadan a beau jeu de prétendre qu’il n’y ait pour rien. Mais je constate qu’il n’a jamais pris ses distances avec les insultes et les menaces proférées par ses acolytes. Ces derniers s’en prennent tout spécialement aux intellectuels d’origine musulmane. Le but est de créer un climat détestable et de tout faire pour empêcher les musulmans, qui ne partagent pas les idées de Ramadan, de s’exprimer », commente Haoues Seniguer, maître de conférence en science politique à Sciences Po Lyon. « C’est d’autant plus désagréable que les écrits de ce personnage méprisant manquent terriblement d’épaisseur scientifique. Un élément significatif : les lacunes révélatrices en matière de culture islamologique où les références à des penseurs tels que Rachid Benzine, Nasr Hâmid Abû Zayd, ou Mohamed Arkoun sont systématiquement absentes, voire écartées, car elles ne cadrent pas avec son système idéologique global ». Mondafrique, La face cachée de Tarik Ramadan - Mondafrique
  • Ainsi, les hommes de la IIIe République pouvaient considérer que la France était une « puissance musulmane ». La nouvelle phase d’expansion coloniale, qui commence au début des années 1880, se fait largement en terre d’islam, d’où un nouvel effort de connaissance qui tente de réunir en faisceau les apports des services administratifs des affaires indigènes avec la connaissance pratique et savante des langues et un savoir islamologique à buts pratiques. Ainsi se constitue, dans la République de la séparation de l’Églises et de l’État, une « politique islamique de la France » qui va durer jusqu’au début de la guerre d’Algérie. L'Orient-Le Jour, La France, puissance musulmane ? - L'Orient-Le Jour
  • Si les résultats de notre analyse fournissent une bien plus grande polysémie de dîn que ce qui est d’usage en l’emploi islamique et islamologique de ce terme-clef, souvent alors réduit à religion, culte, Rétribution, nous constatons que le Coran opère malgré tout une importante réduction lexicale. De manière remarquable, le champ sémantique prédominant pour l’emploi du terme-clef dîn est d’ordre dogmatique : foi, Voie, puis eschatologique : Rétribution. , La dîna selon le Coran et en Islam - Bamada.net
  • Ces chercheurs appartiennent à une autre école islamologique que celle défendue par les 2 chefs d’orchestre du « Coran des historiens » (même si des spécialistes de CORANICA sont contributeurs également, tels que Déroche et Robin). Mizane info, Le Coran des historiens : pour une critique des thèses hypercritiques 2/2
  • Pour se donner une légitimité islamologique, Huntzinger a signé un livre paru aux éditions du Cerf intitulé « Initiation à l’islam ». Or, ce titre est celui d’un ouvrage archi-connu publié en 1963 et réédité une dizaine depuis par le professeur Muhammad Hamidullah, un ami de Massignon et de Berque. Le traducteur allemand de Hamidullah, la branche américaine de sa famille et des organisations musulmanes de France sont mécontents et comptent donner des suites, y compris judiciaires à ce mécontentement. C’est d’autant plus étonnant que les éditions du Cerf sont connues pour le sérieux des livres sur l’Islam publiés sous l’égide des Dominicains. L’un d’eux, le regretté père Jacques Jomier, avait pensé à publier un livre de « vulgarisation » de l’Islam. Il a renoncé à l’intituler « Initiation à l’islam » parce qu’il connaissait le livre de Hamidullah et l’importance de l’auteur musulman. Jomier a intitulé son livre « Connaissance de l’Islam ». Mondafrique, Quand les amis d'Israël dénaturent l'oeuvre de Jacques Berque - Mondafrique
  • Je ne souhaite d’ailleurs logiquement pas être considéré comme un « islamologue ». D’abord bien sûr parce que je n’en ai pas le savoir. Mais plus encore parce que je refuse que l’univers de l’islamologie soit érigé en axe de mon engagement citoyen et moins encore en limite de ma démarche d’analyse. A mes yeux, l’approche « islamologique » des turbulences du monde aboutit en effet à méconnaître le fait que le comportement des acteurs que l’on identifie (ou que l’on criminalise) comme autant d’« islamistes » n’est pas déterminé prioritairement par les préceptes du dogme dont ils se réclament mais beaucoup plus banalement par la configuration sociale et politique dans laquelle ils évoluent. Je considère que c’est là le cœur du dispositif analytique de tout le phénomène islamiste. Pour le non-musulman que je suis, comme d’ailleurs pour Olivier Roy ou d’autres, « l’Islam » n’est rien en effet que « ce que les musulmans disent qu’il est. » Or je crois ces musulmans parfaitement capables de faire évoluer, sans limite ou presque, les expressions sociales, les mu’amalat, de leur foi. Il ne m’apparaît donc que très peu profitable de revendiquer une connaissance positive, forcément figée et réductrice, de « l’Islam ». Et si l’étude des règles qui régissent l’environnement des musulmans et conditionnent pour partie leurs modes d’actions en politique doit impérativement concerner la composante non-musulmane de cet environnement, celle-ci est parfaitement étrangère à la connaissance ou à l’interprétation de l’Islam ! Club de Mediapart, De quoi Tariq Ramadan est il le nom (1/3) Les ressorts de l'anti islamisme primaire | Le Club de Mediapart
  • En règle générale, que ce soient les « salafistes » ou « néo-salafistes », comme je préfère les appeler, ou les islamistes, ils supportent difficilement, pour ne pas dire refusent, qu’un état critique de leur littérature et déclarations soit établi. Au fond, à leurs yeux, c’est comme si vous remettiez en cause l’édifice entier de l’islam dont ils prétendent être les seuls gardiens. Ce qui tant du point de vue théologique, islamologique que scientifique est bien sûr hautement contestable.  Atlantico.fr, Mais pourquoi les Etats-Unis préservent-ils l’un des pires secrets des Saoudiens ? | Atlantico.fr

Traductions du mot « islamologique »

Langue Traduction
Anglais islamic
Espagnol islámico
Italien islamico
Allemand islamisch
Chinois 伊斯兰的
Arabe إسلامي
Portugais islâmico
Russe исламский
Japonais イスラムの
Basque islamiar
Corse islamico
Source : Google Translate API

Synonymes de « islamologique »

Source : synonymes de islamologique sur lebonsynonyme.fr

Islamologique

Retour au sommaire ➦

Partager