La langue française

Interprétatif

Sommaire

  • Définitions du mot interprétatif
  • Étymologie de « interprétatif »
  • Phonétique de « interprétatif »
  • Citations contenant le mot « interprétatif »
  • Traductions du mot « interprétatif »

Définitions du mot interprétatif

Trésor de la Langue Française informatisé

INTERPRÉTATIF, -IVE, adj.

A. − Qui explique, cherche à rendre compréhensible ce qui est dense, compliqué ou ambigu. Synon. explicatif.La critique interprétative du christianisme qui pressent l'identité; (...) la libre critique interprétative des temps modernes, qui prouve et fait l'identité (Michelet, Journal,1842, p. 387).En 1657, le grand-duc de Toscane, Ferdinand II, institua à Florence la fameuse « Académie de l'Expérience » (...). Ses membres y montaient des expériences, en observaient et enregistraient les résultats sans aucun commentaire interprétatif (Encyclop. éduc.,1960, p. 242):
... la critique la plus pertinente faite à l'astrologie est le hiatus constaté entre, d'une part, une référence astronomique précise et rigoureuse au départ et, d'autre part, à l'arrivée, une conclusion interprétative indécise, vague... Barbault, Psychanal. à astrol.,1961, p. 28.
DR. PUBL. Décret interprétatif; loi interprétative. Décret, loi qui dégage le sens exact d'un texte qui serait peu clair, qui en détermine la portée, c'est-à-dire le champ d'application temporel, spatial et juridique ainsi que l'éventuelle supériorité vis-à-vis d'autres normes (d'apr. Jur. 1974). Chapelier et Desmeuniers (...) préparent un décret interprétatif de celui qui anéantit les titres de noblesse (Marat, Pamphlets, Infernal projet des ennemis de la Révol., 1790, p. 198).La loi interprétative est inutile, et il faut s'en prendre aux vices de l'organisation judiciaire si la rigueur des déductions et la justesse des analogies ne finissent pas par prévaloir (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 411).
LING. ,,En grammaire générative, on donne le nom d'interprétatives aux deux composantes phonologique et sémantique, parce que la composante sémantique attribue un sens à la structure profonde générée par la composante syntaxique et que la composante phonologique attribue une forme phonétique à la structure de surface dérivée de la structure profonde`` (Ling. 1972).
B. − Spécialement
1. PSYCH. Délire interprétatif. Synon. de délire d'interprétation.[Le délire] peut être alimenté par des perceptions erronées (délire hallucinatoire), par des jugements déformés (délire interprétatif) (Codet, Psych.,1926, p. 20).
2. PSYCHOL. Tests interprétatifs. ,,Tests projectifs dans lesquels le sujet doit interpréter une expérience ou une construction ayant une signification affective, et dont l'hypothèse directrice est que le sujet s'identifie avec un des personnages suggérés par le matériel`` (Lar. encyclop. Suppl. 1968).
Prononc. et Orth. : [ε ̃tε ʀpʀetatif], [-pʀ ε-], fém. [-i:v]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Fin xives. « sujet à interprétation » (Roques t. 2, 5240 : hermeneticus interpretatis); cf. 1539 (Procès verbal des coutumes de Berry ds Nouv. Coutumier gén., éd. Ch. A. Bourdot de Richebourg, III, 982 : article second de la rubriche... interpretatif de l'article precedent); 2. 1762 « qui sert d'interprétation » déclaration interpretative (Ac.). Empr. au lat. scolast.interpretativus « qui traduit, qui explique; sujet à interprétation », Thomas d'Aquin ds Thomas-Lexikon; v. aussi Blaise Latin. Med. Aev. Fréq. abs. littér. : 21.

Wiktionnaire

Adjectif

interprétatif \ɛ̃.tɛʁ.pʁe.ta.tif\

  1. Qui interprète, qui explique.
    • Quelques-uns de leurs chefs […] développèrent les écrits du « maître » (de Qutb), en y ajoutant leur vernis interprétatif et en perfectionnant leur plate-forme politico-idéologique jusqu’à en faire un plan d’action. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 100)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTERPRÉTATIF, IVE. adj.
T. didactique. Qui interprète, qui explique. Déclaration interprétative.

Littré (1872-1877)

INTERPRÉTATIF (in-tèr-pré-ta-tif, ti-v') adj.
  • 1Qui sert à l'interprétation. Déclaration interprétative.
  • 2Sujet à interprétation. Ainsi leur puissance [des princes] n'en est pas moins conditionnelle, précaire, interprétative, elle n'est pas moins limitée par le code religieux, Raynal, Hist. phil. XVI, 10.

    Permission interprétative, celle qu'on aurait pu obtenir si des obstacles imprévus n'avaient empêché de la demander : moyennant quoi, l'on agit comme si on l'avait demandée et obtenue.

    Terme de droit canon. Bigamie interprétative, position d'un homme qui, marié deux fois, n'était pas réellement bigame, des nullités se rencontrant dans un des mariages.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « interprétatif »

(Siècle à préciser) Du latin interpretativus → voir interpréter, interprétation et -if.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. interpretatiu ; espagn. et ital. interpretativo ; du latin interpretativus, de interpretari, interpréter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « interprétatif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
interprétatif ɛ̃tɛrpretatif

Citations contenant le mot « interprétatif »

  • 8Le Troisième monde est un sommet de finesse herméneutique — comment en rendre compte sans porter préjudice à la complexité du parcours interprétatif où nous engage Fr. Rastier, à travers le poème d’André Breton, « L’Union libre » ? En posant des préalables philologiques, en sélectionnant des traits de facture maillés par une juxtaposition disparate, Fr. Rastier expérimente un dispositif de lecture qui révoque, au décours du poème, tout arrangement convenu. Rappelant à quel point « tous les futurismes se sont complus dans l’originel », il démontre comment les ruptures esthétiques (et politiques) revendiquées par Breton se nourrissent paradoxalement de formes et de traditions anciennes – du blason érotique à la canso courtoise. Si structurellement, le poème semble divisé en son milieu exact, à l’instar de cette division du corps à l’horizontale issue de l’esthétique chrétienne et si importante dans la topique amoureuse, les codes de la description et l’ordre canonique de l’ekphrasis se trouvent cependant subvertis. Le ratissage systématique du matériau lexical fait valoir un nombre impressionnant de ruptures d’isotopies, attestant là encore de la mise à distance de tout effet de réel. Le déploiement dans la scénographie poétique de deux canons anatomiques (femme-enfant et femme mature) liés par une dialectique unifiante s’amplifie dans les parangons du spirituel et du charnel, la Vénus terrestre recevant les traits de la Vénus céleste, dans un « troc d’attributs » inattendu qui signale une fois de plus le rôle crucial de l’hypallage dans la relance du parcours interprétatif. Les enjeux critiques de la figure sont ainsi minutieusement évalués, et à la faveur d’un rituel herméneutique détonnant, la confrontation de l’œuvre au corpus littéraire révèle que « ce n’est pas le trope qui permet de requérir l’intertexte mais l’intertexte qui permet de constituer le trope ». L’antinomisme — mimétique, érotique, rhétorique — de Breton majore la cohérence paradoxale de son projet esthétique — « la beauté convulsive devra rester érotique-voilée », ce qui reflète bien le paradoxe du surréalisme : détruire un monde et en créer un autre. La topique poétique, unissant ici microcosme (corps féminin) et macrocosme, assure ainsi une synthèse inouïe qui remet le poète surréaliste dans l’orbite d’une cosmogonie érotique concrétisant l’enjeu artistique de la fusion. , L’herméneutique comme rupture d’accoutumance (Acta Fabula)
  • Le conspirationnisme n’est pas neuf. Il s’apparente généralement à un “réflexe interprétatif”, plutôt qu’à une construction longuement réfléchie d’une critique. Reforme.net, Conspirationnisme: une mécanique bien huilée - Reforme.net
  • La nouvelle édition critique, due à Maurizio Biondi et à Riccardo Minasi, est le fruit des travaux de recherches les plus récents. Cecilia Bartoli explique combien le fil interprétatif de cet opéra s'est perdu. Il a été écrit pour des voix bien spécifiques : Giuditta Pasta puis Maria Malibran, pour ce qui est du rôle titre, savoir un timbre assimilable à ce qu'on qualifie aujourd'hui de mezzo-soprano, et Giulia Grisi, dans le cas d'Adalgisa, voix de soprano claire. Opter de nouveau pour de telles couleurs vocales rompt avec la tradition de l'achalandage des deux voix de femme, soprano et mezzo, telle qu'illustrée par la paire Callas/Stignani, et plus proche de nous, Sutherland/Horne. Cette inversion des deux tessitures assignées, une Norma mezzo-soprano et une Adalgisa soprano, contrairement à ce qui était communément pratiqué ou admis depuis des lustres, renforce la vraisemblance dramatique. Car la voix de soprano convient mieux à la jeune et fragile novice et les sombres teintes de mezzo-soprano permettent plus justement de portraiturer le rôle de la prêtresse, femme résolue mais vulnérable, partagée entre amour et devoir, force vitale et faiblesse. De même, la partie de ténor prend une toute autre physionomie, et le proconsul romain est ici le digne frère de ses collègues rossiniens, plus que le large ténor annonçant Verdi. , CD : Les Essentiels ON-Mag - Norma en version originale - ON mag
  • Attention, ici pas de Beethoven façon grosse machine ! Le chef espagnol à la tête du Freiburger Barockorchester joue la carte de l’authenticité, de la souplesse et de la vigueur. Le problème, c’est qu’il est le énième de sa corporation à le faire ! Le Beethoven « bien de chez nous », à l’ancienne, n’est plus le gage d’un renouvellement interprétatif. La réussite de cet enregistrement dépendait surtout de la vision du chef. II suffit de voir Currentzis dans la récente Cinquième pour s’en convaincre, même le navire amiral de notre répertoire peut couler à pic avec un capitaine déboussolé. Crescendo Magazine, La casa de Papel de Pablo… la Neuvième de Beethoven vue par Heras-Casado. | Crescendo Magazine
  • Tout discours relève, par essence, du registre interprétatif. Le langage constitue le filtre par lequel l’individu se représente le réel. La réalité ainsi engendrée irrigue les représentations individuelles et collectives. Il y a donc, à côté de sa part manifeste, un implicite du langage. Club de Mediapart, La parole politique laboure la campagne | Le Club de Mediapart
  • Mais le mal n’est pas là. Il est se trouve un peu plus loin, lorsque le gouvernement prétend attacher à sa modification (osons le mot !) un caractère (faussement) interprétatif et considérer ainsi que les délais de réflexion, rétractation ou renonciation n’ont jamais été affectés par l’ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020. , L’ordonnance « délais » du 15 avril 2020 et le secteur immobilier - Immobilier | Dalloz Actualité

Traductions du mot « interprétatif »

Langue Traduction
Anglais interpretative
Espagnol interpretativo
Italien interpretativo
Allemand interpretativ
Chinois 解释性的
Arabe تفسيري
Portugais interpretativo
Russe интерпретирующий
Japonais 解釈の
Basque interpretazio-
Corse interpretativa
Source : Google Translate API
Partager