La langue française

Individuant

Sommaire

  • Définitions du mot individuant
  • Phonétique de « individuant »
  • Citations contenant le mot « individuant »
  • Traductions du mot « individuant »
  • Synonymes de « individuant »

Définitions du mot « individuant »

Trésor de la Langue Française informatisé

Individuant, -ante, part. prés. et adj.,philos. [En parlant d'un caractère, d'un principe, d'une qualité] Qui détermine un être ou un objet en tant qu'individu. Les caractères extrinsèques, tels que la situation dans l'espace, l'époque de l'existence, l'appellation, etc., étaient appelés par les Scolastiques : caractères individuants (Goblot 1920 s.v. individuation). La matière ne devient principe d'individuation que parce qu'elle est elle-même rendue individuante par une forme (Gilson, Espr. philos. médiév.,1931, p. 201).

Wiktionnaire

Forme de verbe

individuant \ɛ̃.di.vi.dɥɑ̃\

  1. Participe présent du verbe individuer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « individuant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
individuant ɛ̃dividyɑ̃

Citations contenant le mot « individuant »

  • Le terme de profil est inadéquat. Chaque être humain étant unique génétiquement et en s’individuant psychiquement, le risque de « profilage » pourrait créer des nosographies qui, malencontreusement, risqueraient de se retourner contre les patients et même contre les praticiens, tant les classements figent les représentations. Ceci dit, nous avons besoin, pour communiquer, de points de repères. Les institutions publiques soignantes devront-elles attendre que des initiatives soient prises hors de la médecine officielle pour rechercher ces informations explorant le psychisme des patients, leur histoire, leur culture ? Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, Covid 19 : Il va nous falloir prendre du recul pour tenter de comprendre ce cataclysme planétaire - Di sak na pou di - Infos La Réunion
  • Les techniques et les instruments de cette communication en ligne ont capté l'attention des experts, qui se sont concentrés surtout sur le logiciel que la Ligue utilise pour analyser le flot des donnés sur les réseaux sociaux. Surnommé « La Bête » pour sa capacité à maîtriser d'énormes quantités d'informations, le logiciel permet au parti d'adapter sa communication en ligne aux réactions du public, en individuant les questions du moment, les positionnements politiques les plus avantageux, ainsi que les sujets qui engagent le plus les internautes et garantissent la circulation des messages. La Tribune, Pourquoi Matteo Salvini est-il si populaire en Italie
  • Les techniques et les instruments de cette communication en ligne ont capté l’attention des experts, qui se sont concentrés surtout sur le logiciel que la Ligue utilise pour analyser le flot des donnés sur les réseaux sociaux. Surnommé « La Bête » pour sa capacité à maîtriser d’énormes quantités d’informations, le logiciel permet au parti d’adapter sa communication en ligne aux réactions du public, en individuant les questions du moment, les positionnements politiques les plus avantageux, ainsi que les sujets qui engagent le plus les internautes et garantissent la circulation des messages. The Conversation, Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini
  • Les nouvelles de ce recueil d’anticipation ne reflètent pas encore tout à fait la réalité, mais la course est en cours. On espère que l’un des prochains recueil de nouvelles de la Volte interrogera l’avenir des mobilisations collectives, qu’il nous donnera des idées pour contrer, au moins dans ces mondes imaginaires, ce capitalisme individuant et aliénant. Mouvements, Au bal des actifs. Quand la science-fiction s’empare du travail
  • Qui entrera dans son œuvre par ce livre découvrira un continent. Jung s’est intéressé à la Gnose dès 1910, trente-cinq ans avant la découverte de la bibliothèque de manuscrits de Nag Hammadi, près de Louxor, ayant intuition que les mystères et symboles de l’étonnante littérature gnostique n’étaient pas étrangers à ce qu’il commençait à entrevoir et qui deviendrait plus tard son apport à la pensée : la psychologie analytique des profondeurs. D’une certaine façon, les gnostiques expérimentaient les images intérieures qui sont à ses yeux le commun archétypal de l’humanité. C’est de confrontation complémentaire des opposés et des contradictoires, « dualisme » dans le vocabulaire gnostique, mais le mot est malheureux, de révélation intérieure et d’expérience salvatrice dont il s’agit dans l’expérience intérieure des gnoses antiques. Autant d’éléments qui préoccupaient alors Jung et qui allaient, avec l’alchimie, devenir déterminants dans la naissance de la psychologie jungienne, et donc de son éloignement d’avec les conceptions de papa Freud. Pour Jung, la connaissance, qui n’est pas le savoir érudit, est une réponse à la désorientation de l’homme, comme elle le fut aux yeux des gnostiques. C’est l’homme s’individuant, partant en quête de soi ou de son âme, selon la conception que l’on se fait de la recherche intérieure, qui apparaît alors comme étant la clé d’une remise à l’ordre de l’humain, dans sa relation chaotique à l’ensemble de la vie. Causeur, Jung relu et corrigé par Françoise Bonardel - Causeur
  • 5La question de la manière ne consiste ainsi pas à choisir entre ses étymons et les points de vue qu’ils impliquent, mais de comprendre que travailler sur une telle notion revient à « examiner un ensemble de problèmes présentant une particularité : penser solidairement l’artistique, l’éthique et le politique » (p. 17). Cette particularité tient à la spécificité même de la manière. « L’antiscientificité par excellence » qui la caractérise, notamment par « sa collusion avec l’ineffable et l’indicible » (p. 17-18) représente aussi un enjeu : véritable « inanalysable individuant » (p.18), la manière dont on a pu dire qu’elle « mélangeait tout » est aussi, en un autre sens, la notion qui « ne dissociait rien », devenant par là le nom d’une pensée du continu. L’intérêt au regard de la pensée en est double. Celui, d’une part, d’interroger rétrospectivement les présupposés théoriques sur lesquels reposent les conceptions contemporaines (de l’art, du sujet et du social) ayant relégué la manière. En ce sens « la manière représente une ouverture pour la critique actuelle de la séparation des secteurs anthropologiques » (ibid.). Et celui, d’autre part, non pas de rétablir une critérologie dépassée, mais de mener un travail de reconceptualisation, lui même double : repenser la manière et la spécificité de l’art l’un par l’autre. Art et manière se présentent donc comme une seule question double, ce que Gérard Dessons explique ainsi : , L’art et la manière (Acta Fabula)
  • Le monde n’a pas attendu Hitler pour balayer d’un revers de la main l’idée d’un genre adamique enraciné dans l’appareil psychique de la personne humaine car irréductiblement individuant, irréductiblement auto-esclavagiste, irréductiblement libre de profiter du divan de l’auto-analyse dès l’instant que la Tête de mort des unités ne s’est pas mise en travers de la porte de sa moissonneuse-rêveuse. La Banlieue Est de l’Europe est à feu et à sang. Il serait temps de se soucier du fait que la mise en place d’un superplan banlieue à x milliards de dollars nous interdirait jusqu’à l’éventualité d’un bâclage dudit superplan. Et par bâclage, j’entends cette forme d’impartialité postcollaborationniste que l’on instaure çà et là entre la liberté et le fascisme, entre Rushdie et l’homme qui, en sa présence, ne peut pas réprimer son réflexe d’obéissance à l’ordre ambiant de se lever de sa chaise, les yeux injectés de sang, prêt à écrabouiller la face qui ose cracher sur ce qui, somme toute, n’est qu’une image que l’homme s’est faite d’une réalité dépassant de très loin son entendement. Tous ceux qui ont marché, en 2012, contre le djihadisme et l’antisionisme (prudemment rebaptisés racisme et antisémitisme) pensèrent tout bas ce que la survivante Loridan-Ivens eut le courage de dire tout haut, à savoir que les attentats de janvier, s’ils s’étaient résumés à l’exécution sommaire des coupables nés de la porte de Vincennes, n’auraient jamais mobilisé 4 millions de Français considérant qu’il se serait agi là d’une énième exportation d’un conflit israélo-palestinien qui, non seulement, ne les concerne pas, mais commence, sérieusement, à leur taper sur le système. Contre cela, je ne peux que partiellement m’inscrire en faux. Car la prise d’otage de l’Hyper Cacher opposa bien des Français d’origine judéenne à de nouveaux nazis. J’ajoute que la fusillade de Charlie Hebdo fut elle aussi, et ce n’est pas les martyrs de la libre pensée qui me contrediront, une confrontation exemplaire entre un réseau de résistance antifasciste et la Nasserjungend. — Non, non. — Si, si. — Sissi est laïque! — Erdogan est laïque. — L’Égypte a fait la paix avec Israël en 1979. — Les Palestiniens ont fait la paix avec les Israéliens en 1993.» Mais ne vous méprenez pas. Ce qui ne vous allonge pas une droite peut très bien vous prolonger par votre gauche. Aussi, prenez garde à la première marche que représenterait, pour le plus rapide des prétendants à la succession mahométane, la reconquête de l’Ithaque juive. Israël est une porte ouverte sur l’Occident. Une porte par laquelle passeraient — sur le corps du monde arabe — et avant même qu’ils n’aient pu célébrer leurs noces incestueuses précipitées, les deux frères ennemis que sont pour nous le panarabisme et le panislamisme armé. De l’aigle impérial du drapeau palestinien au croissant sunno-chiite finançant sa guerre sainte, il n’y a que Boniface pour croire aux intentions pacifiques du Désaxe, à moins que l’antipape du pacifisme ne nous réserve une petite quenelle à la Bloemfontein 2010, allez savoir… Contrairement à l’immaculante préconception, et ce jusqu’à la dernière fraction de seconde avant la sublimation des temps, la division fait la force. Je vous propose donc de vous éclabousser au-dessus du Déluge. Je vous propose de faire monter dans l’arche l’animalerie totem au grand complet. Je vous propose, à vous Arabes, musulmans ou non, vous musulmans, arabes ou pas, de ne plus minorer l’influence du puissant organe de contre-propagande qui s’offre aux recycleurs des vies à un instant de notre histoire où quelques uns d’entre nous commencent de se demander si le cœur de la liberté, qu’ils feignent d’avoir conservée intacte, ne continuera de battre qu’au sein d’une société secrète éclairée loin du monde… le plus loin possible… pour combien de temps… encore ici… avec moi… où çà… quand suis-je… Soros a fui la barbarie stalinienne après avoir miraculeusement glissé entre les bottes d’Eichmann, lequel architecte de la Solution finale avait fait déporter 400 000 de ses compatriotes, et quelque chose me dit qu’il n’a pas oublié la semi-dictature de l’amiral Horthy et son antisémitisme hitléro-compatible. Quelque chose me dit que la promulgation du numerus clausus des Juifs sous le royaume sans roi remuera toujours l’adversaire viscéral de l’Apartheid, hier en Afrique du Sud, aujourd’hui en Poutinie centrale. Miser sur l’Euromaïdan représente pour lui un risque de naufrage sagement verrouillé, une chance de remise à flot éclairée par son estimation de la valeur de dépression qu’attribue aux libertaires le semi-diktat des rois sans royaumes, gibier de potentiel prédestiné à gésir debout, lapins de garenne dans les phares de l’EnTube. Si la plupart d’entre nous sont nés après lui, son vécu en a pénétré quelques uns qui ne demanderont pas à repasser par la première moitié du XXe siècle pour admettre qu’une gestion terroriste du Produit international brut ne sauvera pas les travailleurs de tous les pays. À tout le moins, la balançoire totalitaire aura mis un terme à notre valse hésitation concernant les causes du malaise dans la citoyenneté. L’injustice procède de l’injuste et la justice du juste. Et la misère ne fournit aucune garantie d’accroissement de l’indice de discernement. La réduction de l’homme à la terre qu’il peuple est une négation de ce sur quoi s’arc-boute notre méta-État : la libre entreprise des fouilles de l’inconscient collectif. L’intérêt-général-roi tue l’intérêt-général-citoyen. En cela, et parce que la mainmise du citoyen-roi sur les finances mondiales achèverait de dérégler le jeu démocratique, on peut dire que le populisme est l’ultime forme de ploutocratie. L’arrivée en force de la gauche radicale au sein d’une assemblée supportant la présence, dans ses rangs, de 18 députés néonazis ne devrait nous rendre ni béats ni malhonnêtes. Nous nous en réjouirions sans doute si elle ne nous rappelait pas, si violemment, l’affrontement arithmétique des deux totalités nazies et soviétiques. Désormais aux affaires, Varoufakis va pourvoir mettre fin à des années d’austérité à l’allemande. À lui de nous prouver que misère ne rime pas forcément avec antisionisme et qu’athéologie de la libération ne procédera pas, comme chez le nucléarisateur du chef spirituel des Aryens, d’une replanification de la conférence de Wannsee. Nous attendons avec impatience qu’il nous montre le chemin. — Pourquoi voulez-vous qu’un lecteur assidu de Chomsky se sente concerné par l’antisémitisme? — Comment voudriez-vous que les Nations unies organisent, par les forces de l’être ou la force des choses, une séance plénière exceptionnelle sur la montée de l’antisionisme dans le monde?» Entre les continents à la dérive, Charlie et la chocolaterie ukrainienne, loin d’incarner le diable de notre temps, symbolisent la victoire remportée par un démocrate sur la Kolyma et la Shoah par balles mais aussi la grenade Svoboda qui, merci à lui, explosa à la gueule de l’électorat néonazi lors des élections du 25 mai dernier. Le superplan de sauvetage de l’Ukraine ne peut se permettre un geste incontrôlé de l’esprit qui engendrerait l’avalanche de trop, celle des nanoplans Marshall successifs nous condamnant à observer, vaincus par nos petites lâchetés, l’inexorable radicalisation des nations. L’Ukraine s’est libérée de la double barbarie du communisme et du nazisme et ce n’est pas la libération du camp d’Auschwitz par une Armée rouge ayant initialement parié sur la paix germano-soviétique qui nous fera fermer les yeux sur ses crimes parahitlériens. Désormais, il nous appartient, à nous Européens, de préserver ce que l’Ukraine ne serait jamais parvenue à sauver sans notre soutien conscientiel. Sa victoire contre le froid sera notre victoire. La Règle du Jeu, Bernard-Henri Lévy, Lire, toujours, Heidegger - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts

Traductions du mot « individuant »

Langue Traduction
Anglais individual
Espagnol individual
Italien individuale
Allemand individuell
Chinois 个人
Arabe فرد
Portugais individual
Russe физическое лицо
Japonais 個人
Basque banakako
Corse individuale
Source : Google Translate API

Synonymes de « individuant »

Source : synonymes de individuant sur lebonsynonyme.fr
Partager