La langue française

Imitatif

Sommaire

  • Définitions du mot imitatif
  • Étymologie de « imitatif »
  • Phonétique de « imitatif »
  • Citations contenant le mot « imitatif »
  • Traductions du mot « imitatif »
  • Synonymes de « imitatif »

Définitions du mot « imitatif »

Trésor de la Langue Française informatisé

IMITATIF, -IVE, adj.

A. − [Correspond à imiter I A 1]
1. [En parlant d'un comportement, d'un geste] Qui imite. Il n'y a guère de cérémonies où quelque geste imitatif ne nous soit signalé (Durkheim, Formes élém. vie relig.,1912, p. 504).Magie imitative et contagieuse. − L'une de ces notions très répandues est la conviction qu'on peut parvenir à ses fins en imitant l'événement souhaité (Lowie, Anthropol. cult.,1936, p. 325).
2. [En parlant d'un objet concret] Rare. Les brachmanes de l'Inde exprimaient la même idée cosmogonique par une statue imitative du monde (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 82).
3. Qui suscite l'imitation. Léonide rit plus fort. La colère est imitative, comme toutes les excitations nerveuses. Attaqué avec l'arme du rire, Maurice rit aussi (Gozlan, Notaire,1836, p. 165).
4. [En parlant d'un animé] Vx. Qui a la faculté, l'habitude d'imiter. Le singe est un animal imitatif (Littré). Synon. imitateur.
B. − [Correspond à imiter I B 3; en parlant d'un comportement] Qui imite consciemment ou non quelqu'un d'exemplaire par son savoir, sa force, son âge. Les Kamtschadales ont l'esprit imitatif, ils adoptent presque tous les usages de leurs vainqueurs (Voy. La Pérouse,t. 3, 1797, p. 147).Il y entre une grande part de manie imitative [dans la passion linguistique] (Larbaud, Vice impuni,1941, p. 10).
[P. allus. aux jeux d'imitation] :
1. Par exemple, dans le jeu de l'épervier pratiqué dans le sud-ouest de la France, les enfants doivent passer d'une extrémité de la cour à l'autre sans se faire prendre par celui qui « fait » l'épervier et qui évolue au centre de la cour. Mais, malgré ses origines imitatives évidentes, ce jeu n'est plus qu'un jeu traditionnel réglé. Nos enfants ne pensent point qu'ils « font » des passereaux poursuivis par un rapace... Jeux et sports,1967, p. 85.
C. − BEAUX-ARTS. [Correspond à imiter I C 1] Qui cherche à imiter la nature. La peinture n'est pas plus une représentation de la vie que ne l'est la musique, même quand, par une hérésie foncière, elle se prétend « imitative » (Mauclair, De Watteau à Whistler,1905, p. 77).[L'impressionnisme] récupère, lui aussi, cette vertu positive, agissante, cette volonté de création qu'ignore le réalisme stérilement imitatif, donc négatif, où se complaisent les publics abâtardis (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 142).
MUS. M. Pector venait de lancer les premières notes du Duel, qui est un morceau imitatif du temps du Directoire. Au début on entendait une sorte de querelle entre deux individus. Le basson, avec sa voix grave, semblait une sorte de personnage grave qui a été insulté dans un endroit public par un être d'un caractère léger et pointu, représenté par la petite flûte (Champfl.Bourgeois Molinch.,1855, p. 53).Il n'est même pas rare que la musique décrive par le bruit imitatif (Alain, Beaux-arts,1920, p. 132).[La musique] cherchera à reproduire les bruits naturels et deviendra ainsi une musique imitative ou descriptive (La Laurencie, Éc. fr. violon,1924, p. 189).
Harmonie imitative. Le critique [A.B. Marx] prête (...) à Beethoven, non plus seulement un programme spirituel, mais un parti pris de recherche descriptive, voire d'harmonie imitative (le grincement des archets!) [dans son quatuor op. 132] (Marliave, Quat. Beethoven,1925, p. 363).L'idée d'un concert et d'une harmonie imitative, qu'il [le chanteur] puise dans le chant des oiseaux! (La Hêtraie, Chasse, vén., fauconn.,1945, p. 147).
Emploi subst. neutre :
2. ... tout a contribué à altérer le titre des termes d'abord représentatifs, à les faire passer insensiblement, et par un effet même de l'habitude, du propre au figuré, du sensible à l'abstrait, de l'imitatif à l'arbitraire... Maine de Biran, Influence habit.,1803, p. 144.
LING. (Expression, mot, vocable) imitatif/ive. Qui reproduit les impressions auditives de la réalité. La dent se casse, le crac! de l'enfant associe l'idée de cette cassure au bruit imitatif; ce bruit figure seul dans la parole (Bally, Lang. et vie,1952, p. 83).Quand le langage est imitatif, on l'appelle onomatopée, sans beaucoup songer à détacher celui qui reste interjection (cocorico! pif, paf, pouf!) de celui qui change de nature (un cocorico assourdi, le glouglou du flacon) (J. Pohl, Six esquisses ds Fr. mod. t. 35, 1967, pp. 13-14).
Prononc. et Orth. : [imitatif], fém. [-i:v]. Att. ds Ac. dep. 1978. Étymol. et Hist. 1466 « qui imite » (P. Michaud, Doctrinal, éd. Th. Walton, XXXIV, 220); 1761 (J.-J. Rousseau, Nouv. Héloïse, 1repart., lettre XLVIII, éd. B. Gagnebin et M. Raymond, p. 132 : ... l'harmonie... n'est qu'un accessoire éloigné de la musique imitative; il n'y a dans l'harmonie proprement dite aucun principe d'imitation); 1771 harmonie imitative (Trév. : l'harmonie imitative est une convenance, une proportion que le son des mots doit avoir avec les pensées pour contenter l'âme. Racine [texte non identifié]). Empr. au b. lat.imitativus « qui reproduit, imite; qu'on fait par imitation ». Fréq. abs. littér. : 55.

Wiktionnaire

Adjectif

imitatif masculin

  1. (Didactique) Qui imite.
    • Nous conclurons là que la musique chorégraphique (formellement ou virtuellement chorégraphique) est imitative, mais en un sens large qui laisse la place à beaucoup d’indétermination. — (Pierre Lasserre, Philosophie de Goût musical, Les Cahiers verts n° 11, Grasset, 1922, p.80)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMITATIF, IVE. adj.
T. didactique. Qui imite. Il se dit en parlant des Choses et spécialement dans cette expression. Harmonie imitative. Voyez HARMONIE.

Littré (1872-1877)

IMITATIF (i-mi-ta-tif, ti-v') adj.
  • 1Qui imite. Tohu-bohu signifie précisément chaos, désordre ; c'est un de ces mots imitatifs qu'on trouve dans toutes les langues comme sens-dessus-dessous, tintamarre, trictrac, tonnerre, bombe, Voltaire, Dict. phil. Genèse.

    Harmonie imitative, arrangement de mots par lesquels on imite le son d'un objet naturel, comme quand Racine semble imiter le sifflement des serpents, en faisant dire à Oreste qui croit voir les furies : Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?

  • 2Il signifie aussi quelquefois qui a la faculté, l'habitude d'imiter. Le singe est un animal imitatif.
  • 3 Terme de minéralogie. Se dit d'une variété dans laquelle une nouvelle loi de décroissement détermine une forme semblable à celle d'une autre variété plus simple.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

IMITATIF, adj. (Gramm.) qui sert à l’imitation ; c’est le nom général que l’on donne aux verbes adjectifs qui renferment dans leur signification un attribut d’imitation.

Ces verbes dans la langue greque, sont dérivés du nom même de l’objet imité, auquel on donne la terminaison verbale ίζειν pour caractériser l’imitation : ἀττικίζειν, de ἀττικός ; σικελίζειν, de σικελός ; βαρϐαρίζειν, de βάρϐαρος, &c. La terminaison ίζειν pourroit bien venir elle-même de l’adjectif ἴσος, pareil, semblable, qui semble se retrouver encore à la terminaison des noms terminés en ἴσος, que les Latins rendent par ismus, & nous par ismes, comme archaïsme, néologisme, hellénisme, &c. Il me semble par cette raison même, que l’on pourroit les appeller aussi des noms imitatifs.

Nous avons conservé en françois la même terminaison imitative, en l’adaptant seulement au génie de notre langue, tyranniser, latiniser, franciser. Anciennement on écrivoit tyrannizer, latinizer, francizer, comme on peut le voir au traité de la Gramm. fr. de R. Etienne, imprimée en 1569 (pag. 42.) : & cette orthographe étoit plus conforme que la nôtre, & à notre prononciation & à l’étymologie. Par quelle fantaisie l’avons-nous altérée ?

Les Latins ont fait pareillement une altération à la terminaison radicale, dont ils ont changé le z en ss : atticissare, sicilissare, patrissare. Vossius (Gramm. lat. de derivitatis) remarque que les Latins ont préféré la terminaison latine en or à la terminaison greque en istare, & qu’en conséquence ils ont mieux aimé dire græcari que græcissare.

Si j’osois proposer une conjecture contre l’assertion d’un si savant homme, je dirois que cette différence de terminaison doit avoir un fondement plus raisonnable qu’un simple caprice ; & la réalité de l’existence des deux mots latins græcissare & græcari est une preuve de mon opinion d’autant plus certaine, que l’on sait aujourd’hui qu’aucune langue n’admet une exacte synonymie. Il me paroît assez vraissemblable que la terminaison issare n’exprime qu’une imitation de langage, & que la terminaison ari exprime une imitation de conduite, de mœurs : alticissare (parler comme les Athéniens), patrissare (parler en pere) ; græcari (boire comme les Grecs), vulpinari (agir en renard, ruser). Les verbes imitatifs de la premiere espece ont une terminaison active, parce que l’imitation de langage n’est que momentanée, & dépendante de quelques actes libres qui se succedent de loin à loin, ou même d’un seul acte. Au contraire les verbes imitatifs de la seconde espece ont une terminaison passive ; parce que l’imitation de conduite & de mœurs est plus habituelle, plus continue, & qu’elle fait même prendre les passions qui caractérisent les mœurs, de maniere que le sujet qui imite est pour ainsi dire transformé en l’objet imité : græcari (être fait grec), vulpinari (être fait renard : de sorte qu’il est à présumer que ces verbes, réputés déponens à cause de la maniere active dont nous les traduisons, & peut-être même à cause du sens actif que les Latins y avoient attaché, sont au fond de vrais verbes passifs, si on les considere dans leur origine & selon le véritable sens littéral. Dans la réalité, les uns & les autres, à raison de leur signification usuelle, sont des verbes actifs, absolus ; actifs, parce qu’ils expriment l’action d’imiter ; absolus, parce que le sens en est complet & défini en soi, & n’exige aucun complément extérieur.

Remarquons que la terminaison latine en issare ne suffit pas pour en conclure que le verbe est imitatif : l’assonnance seule n’est pas un guide assez sûr dans les recherches analogiques ; il faut encore faire attention au sens des mots & à leur véritable origine. C’est en quoi il me semble qu’a manqué Scaliger (De caus. ling. lat. cap. cxxiij.), lorsqu’il compte parmi les verbes imitatifs le verbe cyathissare : ce n’est pas qu’il ne sente qu’il n’y a point ici de véritable imitation : neque enim, dit-il, aut imitamur aut sequimur Cyathum ; mais il aime pourtant mieux imaginer une métonymie, que d’abandonner l’idée d’imitation qu’il croyoit voir dans la terminaison. Le verbe grec qui correspond à cyathissare, c’est κυαθύζειν, & non pas κυαθίζειν, comme les vrais imitatifs ; ce qui prouve que l’assonnance de cyathissare avec les verbes imitatifs est purement accidentelle, & n’a nul trait à l’imitation.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « imitatif »

Lat. imitativus, de imitari, imiter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin imitativus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « imitatif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
imitatif imitatif

Citations contenant le mot « imitatif »

  • Plusieurs acceptions de l’onomatopée (J. Dubois et Al. 2002 ; D. Pighin 2015 ; M. Swiatkowska 2000, etc.) font d’elle, une unité susceptible d’imiter un bruit ou un son, par le langage articulé. Pour cette raison, elle est considérée comme un « mot imitatif », à l’instar de l’interjection imitant une émotion, G. Kleiber (2006) et l’idéophone qui est l’imitation d’une idée, C. Hagège (2009). D’ailleurs, l’on assimile très souvent l’onomatopée à ces deux autres unités imitatives. Depuis des siècles, les études portant sur ce vocable ont réduit celui-ci à un second plan, au point de l’examiner comme la « partie honteuse » ou « partie résiduelle », ou encore, comme un « paria grammatical » ; L. Rosier (1995, p. 114). Les raisons de cette marginalisation peuvent se résumer en ces points : , Au cœur de l’onomatopée (dir. Kr. Enoc et M. Johnson)
  • Rip-off : Un plagiat ou un film imitatif souvent moins bien que l’original (par exemple Fifty Shades of Black, encore plus mauvais que Fifty Shades of Grey). CinéSéries, Screamer, Reboot, Cliffhanger : Mode d'emploi Pour les Nuls - CinéSéries
  • Au sein de cet art réaliste, mais qui n’est plus imitatif au sens traditionnel, l’objet reste identique à lui-même, insensible à l’univers pictural dans lequel il est inséré. Ainsi, les cubistes arrivent à un objet-type, exprimant une forme de permanence. La méthode des papiers collés mène aussi les artistes à une dépersonnalisation encore plus poussée de leur travail, puisque, d’une certaine manière, le métier s’efface ou, du moins, s’apparente de plus en plus à une sorte d’artisanat. Mais, loin de les en éloigner, ces expérimentations donnent une impulsion nouvelle à leur peinture. Progressivement, la surface se réorganise en plans de couleur superposés et imbriqués, évoquant tout ou partie d’un objet désormais plus identifiable. Le jeu (souvent humoristique) avec le réel se développe aussi grâce à l’introduction de matériaux hétérogènes (sable, sciure, tissu, limaille de fer, ou encore coupures de journaux), et par l’imitation de papier peint, qui imite lui-même le bois. Connaissance des Arts, Braque et Picasso : l'invention du cubisme | Connaissance des Arts
  • « Chaque mouche doit avoir un potentiel attractif ou imitatif pour que les poissons s’y intéressent, selon l’espèce. Je préfère privilégier les matières naturelles », m’explique Olivier Frigon. Le Journal de Montréal, La pêche artisanale | Le Journal de Montréal
  • On pouvait dans un premier temps développer l'idée que l'œuvre d'art n'éduque pas notre perception puisqu'au contraire elle repose sur une représentation déformée de la réalité. Il y a dans l'art une distorsion (positive ou négative d'ailleurs) qui ne nous permet pas d'apprendre à percevoir les choses telles qu'elles sont, puisque l'art est le fruit de l'imagination, oeuvre de fiction... C'est notamment la critique faite par Platon à l'art imitatif dans La République. Celui-ci est une représentation partielle et fausse de la réalité par l'artiste qui est fondamentalement ignorant.  , Série L: Les œuvres d'art éduquent-elles notre perception? | Philosophie Magazine

Traductions du mot « imitatif »

Langue Traduction
Anglais imitative
Espagnol imitativo
Italien imitativo
Allemand nachahmend
Chinois 模仿的
Arabe مقلد
Portugais imitativo
Russe подражательный
Japonais 模倣
Basque imitaziozko
Corse imitativu
Source : Google Translate API

Synonymes de « imitatif »

Source : synonymes de imitatif sur lebonsynonyme.fr
Partager