La langue française

Illimitation

Définitions du mot « illimitation »

Trésor de la Langue Française informatisé

Illimitation, subst. fém.Fait d'être illimité. Pour lui [Lamartine] (...), Dieu est « le cercle sans limite en qui tout est inscrit ». On peut même dire que cette illimitation convient particulièrement à la conception que le poète se fait de la divinité (Poulet, Métam. cercle,1961, p. 196).

Wiktionnaire

Nom commun

illimitation \i.li.mi.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. État d’une chose illimitée, qui n’a point de limites.
    • La délibération s’établit sur les articles relatifs à l’hérédité de la pairie et à l’illimitation du nombre des pairs. — (Députés, Cent-Jours, procès-verbaux, page 443, séance du 7 juillet 1815)

Nom commun

illimitation \Prononciation ?\

  1. Illimitation.
    • The illimitation of age; and the miseries that attend it. — (Bishop Joseph Hall)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ILLIMITATION (il-li-mi-ta-si-on) s. f.
  • Terme didactique. État d'une chose illimitée, qui n'a point de limites.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ILLIMITATION. Ajoutez en exemple : La délibération s'établit sur les articles relatifs à l'hérédité de la pairie et à l'illimitation du nombre des pairs, Députés, Cent - Jours, procès-verbaux, p. 443, séance du 7 juil. 1815.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « illimitation »

 Dérivé de limitation avec le préfixe il-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

 Dérivé de limitation avec le préfixe in-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « illimitation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
illimitation ilɛ̃itasjɔ̃

Citations contenant le mot « illimitation »

  • Internet, les smartphones et les réseaux sociaux permettent à chacun de faire en permanence l’expérience inouïe de la gratuité, de l’immédiateté, de l’ubiquité, de l’illimitation et de la flexibilité. Coût zéro, temps de production zéro, délai d’accès zéro. Cette expérience des réseaux soutient ainsi la fiction d’un monde universellement accessible, sans frontières ni délais, sans aspérités ni obstacles matériels ; un monde lisse, totalement ouvert, libéré des vieilles contingences de l’argent, du temps et des distances ; un monde affranchi des règles, des structures et des héritages, esthétiques ou non ; un monde du présent absolu, coupé du passé et indifférent au futur. Un outre-monde technique dans lequel les rigidités et les pesanteurs matérielles et mécaniques se seraient miraculeusement dissoutes dans les flexibilités des flux horizontaux et réticulaires. Paris Art, André Rouillé, édito, Viralité et individuation numériques
  • L’association entre désir et absence de limite donne lieu à trois interprétations possibles. En premier lieu, le désir peut être dit illimité au sens où il ne s’arrête jamais d’advenir : même quand il est provisoirement satisfait, il finit par renaître. De  plus, le désir est illimité dans la mesure où il fait en sorte que ce que nous pouvions considérer à première vue comme une limite mise à notre action ou à notre condition d’homme ne le soit de sorte que nous la refusions pour la dépasser. Enfin, le désir implique aussi l’illimitation, car il est souvent synonyme d’excès et de démesure et pousse l’homme à agir au-delà de ce qu’il serait  raisonnable de faire. Autrement dit, il abolit le sens de la limite. , Le désir est-il par nature illimité ? • Copies de rêves, Bac, Bac philo, philo, Baccalauréat, philosophie, Sujet, Corrigé, Épreuve • Philosophie magazine
  • Il se trouve que les principales catégories politiques de la modernité se sont fondées sur l’idée d’une amélioration de la nature, d’une victoire décisive sur ses avarices et d’une illimitation de l’accès aux ressources terrestres. Ainsi la société politique d’individus libres, égaux et prospères voulue par les Modernes s’est-elle pensée, notamment avec l’essor de l’industrie assimilé au progrès, comme affranchie vis-à-vis des pesanteurs du monde. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Une histoire environnementale des idées politiques modernes
  • Macron, dans le discours, c’est le nouveau monde, la start-up nation, le new management version libérale-autoritaire. Et si, en effet, on assiste à un changement de méthode, avec un usage du passage en force, dans les actes pourtant, Macron, c’est le même monde qu’avant, un monde structuré par les intérêts de la bourgeoisie et l’exploitation de plus en plus dure du travail. La Macronie n’est pas une nouvelle planète, mais le capitalisme rendu à la pureté de son concept. C’est moins un "autre" monde que la même réalité sociale qui s’exacerbe et tend vers l’illimitation du profit, de la violence, de la domination. Un bloc bourgeois en voie d’autonomisation et dont les apparentes légitimités institutionnelles font comme des grosses ficelles et une impression de "déjà-vu". Ficelle, par exemple, que la tentative d’aller à Mulhouse braconner sur les terres du Rassemblement National en parlant de "séparatisme islamiste" en pleine mobilisation sur les retraites et à quelques semaines des municipales. A la double contrainte, Macron croit échapper en se traçant une voie vers le islamophobie et l’extrême droite. A Mulhouse, les habitants ont pourtant répondu en nommant les causes réelles de leurs problèmes : chômage, précarité, accès aux soins, aides à l’enfance. La bourgeoisie croit encore à sa vieille lune du racisme pour diviser. Pourtant les illusionnistes montrent maintenant qu’ils sont pris à leur propre jeu. Ficelle encore, pour une marionnette qu’on avait déjà vue dans les mandatures précédentes, que la rumeur d’un recours au 49.3 sur la contre-réforme des retraites. Une manière de mépriser l’opposition parlementaire, qui multiplie les amendements pour ralentir la procédure, mais surtout de jeter aux visages des grévistes de cet hiver une dernière injure. Et sur l’écologie, Macron, qui n’avait rien à vendre au départ, nous promet "a brave new world" dans la ligne parfaite de Hollande, qui à l’époque avait mouliné sans tarir à la COP21 tout en procédant à des assignations à résidence de militant.e.s écolos. Au Mont-Blanc, Macron s’émeut de la fonte du glacier et, "en même temps", la bourgeoisie européenne vote un projet de construction de plusieurs infrastructures gazières géantes. A Fessenheim, il joue l’écologie contre le social, avec la fermeture de la centrale et ses conséquences sur l’emploi. Avec le dérèglement climatique, la pollution au quotidien, comme à Marseille ou à Paris l’écologie se présente comme un nouvel argumentaire électoral, que tous les partis bourgeois cherchent à s’approprier. C’est qu’après avoir emprunté les traits du pyromane, la bourgeoisie prétend se faire pompier : si aujourd’hui l’air est irrespirable et si les risques sanitaires se multiplient, c’est parce que toute l’histoire du capitalisme est faite de l’exploitation illimitée des ressources, de l’exploitation du travail humain et de la gestion en vue du seul profit de l’ensemble des besoins. Dans le domaine d’ailleurs, la réaction principale de la classe dominante, c’est l’émotion : Macron qui rouspète à propos des incendies en Amazonie, les médias qui larmoient sur les feux d’Australie, et même Hulot, qui pleure d’y avoir cru. Une hypocrisie qui ne sert qu’à dissimuler les responsabilités énormes de la société bourgeoise dans la mise en danger de la planète et l’épuisement des ressources. Avec un peu de peinture verte, il s’agit toujours de conserver le système économique tout entier, ce très vieux monde du capitalisme qui leur rapporte beaucoup : il est plus facile de sacrifier des emplois à Fessenheim que des profits chez Total. Ce dossier propose, en tout cas, des pistes de critiques et des éléments de discussion pour que les révolutionnaires interviennent sur ces questions pour défendre l’urgence d’un programme révolutionnaire qui prenne en compte la dimension écologique de la crise que vit l’humanité. Révolution Permanente, Planète Macron
  • L’illimitation du voyage dans la matière (l’infini biotechnologique) comme dans l’espace (l’infini cosmologique), qui ouvre le genre humain à tous les possibles, semble en effet concomitant d’une inquiétude accrue sur la nature et la pérennité de l’humanité. Motif devenu aujourd’hui d’autant plus prégnant qu’il émane d’une angoisse objectivée sur l’avenir de l’espèce. A travers elle, c’est donc bien la question fondamentale de la transmission de la vie qui est posée dans ces films. Le Monde.fr, Star Wars : Hollywood joue la numérisation et les angoisses humaines

Traductions du mot « illimitation »

Langue Traduction
Anglais unlimited
Espagnol ilimitado
Italien illimitato
Allemand unbegrenzt
Chinois 无限
Arabe غير محدود
Portugais ilimitado
Russe неограниченный
Japonais 無制限
Basque mugagabea
Corse senza limitazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « illimitation »

Source : synonymes de illimitation sur lebonsynonyme.fr

Illimitation

Retour au sommaire ➦

Partager