La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « hénothéisme »

Hénothéisme

Variantes Singulier Pluriel
Masculin hénothéisme hénothéismes

Définitions de « hénothéisme »

Wiktionnaire

Nom commun - français

hénothéisme \e.nɔ.te.ism\ masculin

  1. (Religion) Système religieux polythéiste caractérisé par le culte prédominant d’un dieu majeur. Contrairement à la monolâtrie, la possibilité d’un culte des autres dieux du panthéon, parfois considérés comme des manifestations (ou avatars) du dieu principal, n’est pas exclue.
    • L’hénothéisme est le point de départ de toutes les religions. — (Max Müller)
    • L’hénothéisme n’a pas la rigidité, l’intolérance du monothéisme. — (Fernand Comte, Le monde des livres sacrés, 2003)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

HÉNOTHÉISME (é-no-té-i-sm') s. m.
  • Culte d'un seul dieu chez un peuple, chaque peuple pouvant avoir le sien, par opposition à monothéisme qui exprime qu'il n'y a qu'un seul Dieu. L'hénothéisme est le point de départ de toutes les religions, Max Müller.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hénothéisme »

Εἵς, ἑνός, un, et θεὸς, dieu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du génitif ἑνός, henos du grec ancien εἷς, heis (« un ») et théisme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hénothéisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hénothéisme enɔteism

Citations contenant le mot « hénothéisme »

  • @JPCiron. J’ai tendance à réprouver la notion de monothéisme ou d’unithéisme, pour ma part, et j’escompte vraiment que les Africains tiennent du panenthéisme, du panthéisme ou de l’hénothéisme comme je disais, réservant la notion de monothéisme aux religions « du livre ». Néanmoins, avec l’animisme dont vous parlez, j’ai le sentiment d’un spirithéisme, justement comme chez les Anciens Américains du Nord, qui pourtant pratiquaient des formes de polythéismes. AgoraVox, Le PEUPLE de DIEU - AgoraVox le média citoyen
  • Il ne faut pas surestimer le culte d'Aton, car il fut très fragile. C'est que, dans l’Égypte antique, le soleil était un attribut d'Amon-Rê, dieu principal entre les dieux. Cette primeur est d'hénothéisme, quand un dieu est principalement reconnu et révéré entre les dieux. Ainsi, choisir l'un de ses attributs – le soleil – était une forme de déplacement, qui pouvait être vécu comme dégénératif, par les Égyptiens d'époque. Et puis, Amon-Rê, c'est avant tout Amon, « le dieu caché », qui ne devient Rê qu'au titre de sa gloire resplendissante. AgoraVox, Un Oracle néo-celtique (contre-universaliste, anti-monothéiste et polythéiste) - AgoraVox le média citoyen
  • Par ailleurs, vous avez une vision complètement statique du judaïsme et du christianisme et rien n’est plus faux. Il est vrai que la Bible ne s’est pas écrit en un jour et nous montre une évolution de la pensée du judaïsme. La tentation du dualisme a été relativement forte au début, mais nous voyons une évolution de cette pensée au cours des siècles et n’existe plus au premier siècle de notre ère. Le monothéisme était en fait un hénothéisme au début, le Dieu d’Israël n’était puissant que sur sa terre et d’autres Dieux pouvaient contrôler les pays voisins. Progressivement, cette idée a disparu ; les Dieux étrangers sont devenus des démons, donc des créatures. De même, l’amour de Dieu, s’il apparaît très clairement dès les mythes les plus anciens, n’apparaît pas vraiment ainsi dans la pensée des Hébreux. Il s’agissait beaucoup plus au début d’un Dieu de justice que d’un Dieu d’amour. Mais si Dieu s’était complètement révélé en une fois, ce serait le signe à peu près certain d’une création humaine. Dieu se dévoile à l’humanité toute entière, mais nous ne comprenons ce qui est dévoilé à la lumière de notre propre culture et c’est toujours vrai aujourd’hui. L’analyse des mythes de l’Ancien Testament nous montre que ces mythes font partie de la culture des rédacteurs de la Bible et cette culture est imprégnée des influences extérieures, mais en cherchant ce que le mythe dit de Dieu, nous voyons des différences avec les mythes des autres cultures. Le mythe n’est que le doigt qui nous montre Dieu ; il nous faut chercher Dieu et non le doigt. AgoraVox, « Les GATHAS, le livre sublime de ZARATHOUSTRA », par Khosro Khazai PARDIS – Albin Michel / Spiritualités vivantes - 2011 - AgoraVox le média citoyen
  • Pour compléter le propos de @Guy Bernard, Akhénaton (ou Aménophis IV) n'était pas monothéiste. On parle plutôt d'hénothéisme (grec ancien ??? ???? [heis theos], « Un dieu ») ou kathénothéisme (un dieu à la fois), concept développé par Max Müller dans ses travaux sur le védisme pour désigner une forme de croyance en une pluralité de dieux dans laquelle chacun d'entre eux joue successivement un rôle prédominant par rapport aux autres et reçoit un culte préférentiel. Pour Müller, l'hénothéisme est une « forme première » du polythéisme. Dans ses travaux ultérieurs, il pense en discerner aussi l'expression dans les formes primitives des religions gréco-romaine et germaniques, entre autres. Müller distinguait très nettement l'hénothéisme, où la vénération de plusieurs divinités reste admise, du monothéisme qui, à son sens, se caractérise par un refus de la pluralité. Ce serait donc déformer sa pensée que d'assimiler la monolâtrie à l'hénothéisme. @Foiredenuméa a raison lorsqu'il souligne l'intolérance des monothéismes, ces monolâtries ne tolérant aucun Panthéon d'où le prosélytisme violent et le rôle plus que discutable voire néfaste de bien des missionnaires (Cf le Nouveau Monde). Il fallut la controverse de Valladolid pour tempérer ces fanatiques intolérants, controverse qui, paradoxalement, entraînera le commerce massif des populations africaines noires puisque les populations amérindiennes ne furent plus réduites à l'esclavage mais converties. Bref, le monde serait sans doute meilleur sans les monolâtres... Le Point, L'auteur de "Sapiens" prophétise "l'homme dieu" - Le Point
  • Les égyptologues sont bien sûr plus prudents. Fondant leur savoir sur l’analyse des textes sacrés de l’époque, l’interprétation des fresques des tombeaux et des temples, et l’étude scientifique des momies retrouvées, ils racontent une histoire à la fois similaire et bien plus nuancée. Pour eux, le dieu Aton tenait déjà une place importante dans la mythologie égyptienne. Akhenaton, alias Amenhotep IV (Aménophis IV en grec), se serait contenté d’accentuer cette prééminence, fondant un hénothéisme et non un monothéisme, c’est-à-dire une religion où l’un des dieux est considéré comme le roi, ou le père de tous les autres, tels Zeus ou Jupiter dans la mythologie grecque et romaine. Nous ne sommes pas encore au Dieu unique et tout-puissant des juifs, des chrétiens ou des musulmans. Mais tout de même. Libération.fr, Akhenaton, monarque hérétique et révolutionnaire - Libération
  • A propos d’hénothéisme, ce n’est pas moi qui le dit mais wikipedia. Si vous pensez que c’est faux n’hésitez pas à corriger. En fait la réduction du mazdéisme au seul Ahura Mazda n’a jamais été effective, ce sont les historiens qui le disent. Cet échec montre bien la distance qu’il y a entre la cour et le peuple.A propos d’historien, je vous avais parlé de Frantz Grenet. Lisez-le et vos certitudes risquent d’en prendre un coup. Je cite « Quand aux autres thèmes de l’eschatologie collective, ils tombent dans ce vide béant dont on vient de parler et qui sépare l’Avesta récent et les livres pehlevis, c’est-à-dire, en gros Alexandre le Grand et l’époque islamique ancienne. Onze siècle, c’est beaucoup. Devant une eschatologie iranienne certes riche en mythes, mais qui à aucune période ancienne ne se laisse saisir dans son entier, devant cette chronologie documentaire si trouée de partout [...] on comprend que certains auteurs récents se soient sentis découragés d’explorer les contributions de la pensée iranienne à d’autres religions du proche Orient antique. » (« l’apocalyptique iranienne » dans « le Coran des historiens »)Voilà, donc les liens entre le judaïsme et le zoroastrisme sont improuvables, tout simplement par manque d’informations sur le zoroastrisme...Il ajoute plus loin : « C’est en croisant non pas, comme on l’a fait trop souvent, des systèmes conceptuels largement reconstruits par nous [n’est-ce pas ce que vous faites ?], mais des textes pris dans leur littéralité, que l’on pourra marquer quelques progrès dans l’élucidation des influences » Au moins c’est clair, nous ne savons rien sur le sujet. AgoraVox, Le MONOTHEISME et la BIBLE : les liens incestueux du Politique et du Religieux accompagnent les ''inventions'' successives du monothéisme - AgoraVox le média citoyen
  • Pour des raisons apologétiques, certains historiens ont préféré anticiper la date d’arrivée des Juifs Afrique à l’époque de Salomon ou aux Phéniciens, fondateurs de Carthage. Il me semble dérisoire de réfuter cette hypothèse étant donné la différence entre le culte hénothéisme israélite monarchique et la religion juive tardive. On devrait plutôt chercher l’origine des Juifs d’Afrique du Nord hors d’Israël au troisième siècle avant n.e. à Alexandrie en Égypte, nouvelle cité culturelle qui attira beaucoup de Judéens hellénisés. Cette diaspora n’a été ni déportée ni expulsée d’Israël. Elle n’est due qu’à une surpopulation et à un attrait vers de nouveaux centres culturels et économiques. , L’origine des Juifs d’Afrique du Nord, entre mythe et réalité
  • Tristan :‎ Premièrement, il faut avoir parcouru Deleuze par exemple pour savoir que nous sommes tous issus ‎des religions indo-européennes, l’islam se distinguant des deux autres monothéismes par la ‎rédemption du Christ. (Par ailleurs, nous n’en sommes qu’à l’hénothéisme et non au monothéisme ‎‎(un dieu domine à travers le calendrier grégorien).‎ Deuxièmenent : en effet, si l’antisémitisme de l’Europe de l’est s’est étalé a l’ouest et aux colonies ‎bien entendu, je ne pense pas que le sionisme soit responsable de la configuration notre monde ‎actuel, mais que le lobby des multinationales ont un rôle fort. Il faut se rappeler que dans l’esprit ‎d’Herzel, Israël aurait du être un état mixte dans une démocratie à l’européenne (et non pas un ‎état européen, nuance). Que la Shoa puisse encore hanter les esprits des juifs, la crainte de revivre ‎le spectre de l’obscurantisme est normal, il faut laisser le temps au temps…‎ Par contre, je crois à une recrudescence du totalitarisme international jusqu’ en Israël, et vous ‎constaterez qu’au jour d’aujourd’hui, le concept herzélien a perdu tout son sens du fait qu’il n’avait ‎probablement pas pensé à l’aspect économique géopolitique international et à son évolution (son ‎impulsion venait de l’affaire Dreyfus et des conditions de vie dégradantes des juifs de l’est dans les ‎pogroms, n’ayant pas vécu la Shoa, le nazisme etc).‎ Israel , comme n’importe quel pays, est dans le processus de la mondialisation des marchés, des ‎échanges etc... je pense que le monde est en mouvement, qu’il se cherche une nouvelle voie, que ‎la plupart des évolutions se feront dans les pays non encore industrialisés qui vont pouvoir ‎développer en quelques années ce que nous avons mis des décennies a développer, pendant que ‎nous allons vivre l’époque des rois fainéants. Cette époque est probablement le revers de la ‎médaille de l’Europe qui ne cesse de déployer des efforts en stigmatisant les populations pour ‎justifier la politique d’austérité qu’elle impose depuis la crise. Freud avait bien décrit le contexte ‎allemand lors de la crise de 29, on y retourne tout simplement, voyez les leaders d’Europe qui ont ‎basculé dans l’extrême droite… Et je vous concède qu’il faudra bien un coupable, mais à part al ‎quaida auquel les musulmans sont assimilés, je ne vois pas lequel. Et la complexité réside dans les ‎accords avec les pays arabo-musulmans qui compilent aussi avec les intégristes (cf : Akroun). Je ‎rappelle par ailleurs qu’il existe aussi un lobby arabo-musulman lol ‎ Le Monde diplomatique, Yann Moix et « Le Figaro » condamnés, par Alain Gresh (Les blogs du Diplo, 29 octobre 2010)

Traductions du mot « hénothéisme »

Langue Traduction
Anglais henotheism
Espagnol henoteísmo
Italien henotheism
Allemand henotheismus
Chinois 享乐主义
Arabe الهينوثية
Portugais henoteísmo
Russe генотеизм
Japonais ヘノテイズム
Basque henotheism
Corse olitismu
Source : Google Translate API

Hénothéisme

Retour au sommaire ➦

Partager