La langue française

Gynécocratie

Définitions du mot « gynécocratie »

Trésor de la Langue Française informatisé

GYNÉCOCRATIE, subst. fém.

Vieilli. ,,État où les femmes ont le droit de gouverner`` (Ac. 1932). L'Angleterre est une gynécocratie (Littré).
REM.
Gynécocratique, adj.,,Qui a rapport à la gynécocratie`` (Ac. 1932; ds dict. xixes.).
Prononc. et Orth. : [ʒinekɔkʀasi]. Att. ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1565 « gouvernement des femmes » (P. de Ronsard, Epistre à la Royne d'Angleterre, en tête de ses Elegies, Mascarades et Bergeries f. A 3 ds Rom. Forsch. t. 32, p. 75); p. ext. 1761 (J.-J. Rousseau, Hél. II, 21 ds Littré). Empr. au gr. γ υ ν α ι κ ο κ ρ α τ ι ́ α « domination des femmes ».

Wiktionnaire

Nom commun

gynécocratie \ʒi.ne.kɔ.kʁa.si\ féminin

  1. (Politique) Régime politique dans lequel le pouvoir est exercé par des femmes.
    • Les Grecs n’ont pas de mot pour désigner le pouvoir des mères, mais ont inventé celui de « pouvoir des femmes » ou gynécocratie. — (L’Histoire, Société d’éditions scientifiques, 2000)
    • On s’en aperçoit chaque jour, depuis que sont mieux connues les mœurs de certaines populations asiatiques et africaines, où la domination de la femme sur l’homme, la gynécocratie, comme disaient les Grecs, s’est longtemps perpétuée. — (Institut de France, Journal des Savants, Éditions Klincksieck, 1863)
  2. (Politique) État où les femmes ont le droit de gouverner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GYNÉCOCRATIE. n. f.
État où les femmes ont le droit de gouverner.

Littré (1872-1877)

GYNÉCOCRATIE (ji-né-ko-kra-sie) s. f.
  • 1État où les femmes peuvent gouverner. L'Angleterre est une gynécocratie.
  • 2Empire composé de femmes. Les prétendues amazones offrent une gynécocratie.
  • 3 Par extension, réunion composée de femmes, où les femmes règnent. La présence des hommes jette une espèce de contrainte dans cette petite gynécocratie, Rousseau, Hél. II, 21.

HISTORIQUE

XVIe s. Quittez ceste vaine esperance de gynecocratie [en France], Sat. Mén. Harangue de Roze.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GYNÉCOCRATIE, s. f. (Hist. anc.) état où les femmes peuvent gouverner, ou gouvernent.

Dans ce sens, l’Espagne & l’Angleterre sont des gynécocraties. Les François s’estiment fort heureux de ce que leur gouvernement ne peut être gynécocratique. Voyez Loi salique. Chambers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gynécocratie »

Du grec ancien γυναικοκρατία, gynaikokratia (« domination des femmes »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Γυνὴ, γυναιϰὸς, femme, et ϰρατεῖν, commander.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gynécocratie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gynécocratie ʒinekɔkrati

Citations contenant le mot « gynécocratie »

  • Au XVIe siècle, on voit ce qu’il se passe en Angleterre et on commence à parler d’un concept qui est celui de de gynécocratie, ça veut dire un gouvernement des femmes. On a aussi bien chez les protestants que chez les catholiques, une condamnation vraiment sans réserve de ce concept de gynécocratie. On ressort comme d’habitude des arguments franchement misogynes en disant : "Les femmes sont faibles, elles ne peuvent pas s’intéresser aux affaires des hommes, elles ne peuvent pas conduire les affaires d’un État. Il faut d’avantage de courage de force, etc."    France Culture, Isabelle-Claire-Eugénie, la femme qui aurait pu être Reine de France
  • 9h30 Caroline Labrune (Université de Rouen Normandie), « Célébrer la gynécocratie en pleine Fronde : comment Pierre Du Ryer a-t-il pu écrire Nitocris, Reine de Babylone? » , Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre.Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ? (Paris 3 & Paris Sorbonne)
  • Dès l’Antiquité, des figures comme Antigone, Clytemnestre, Cassandre, les Amazones ne sont pas sans brouiller la répartition traditionnelle de catégories (comme le savoir et le pouvoir), de champs (la guerre, la parole publique) ou de fonctions (la prêtrise) associées au masculin social et les relations considérées comme normatives entre sphères masculines et féminines (phallocentrisme, misogynie, violences sexuelles / émancipation féminine, matriarcat, gynécocratie). Des figures comme celles de Tirésias ou d'Hermaphrodite questionnent une certaine fluidité du genre. Qu'en est-il de la représentation et de la réactualisation des figures considérées comme viriles (Agamemnon, Achille, Ulysse...) au regard de différentes normes de genre ? L'étrangère infanticide qu'est Médée a pour sa part donné lieu à de nombreuses réécritures contemporaines qui transforment la barbare criminelle en victime ou l’innocentent totalement dans une époque marquée par les migrations, la problématique des marges, la déconstruction des rôles genrés (Derrida, L’écriture et la différence) et les problématiques intersectionnelles. Il s’agira donc d'observer la permanence et les transformations des représentations des identités dans le théâtre antique et dans ses réceptions pour y sonder les enjeux historiques, politiques et sociaux qui sous-tendent le processus de réécriture de textes fondateurs de la culture occidentale qui continuent de fonctionner comme reflets d'une époque et des vicissitudes de l'être humain. , La réception du théâtre antique (Congrès CLASTEA V, Clermont-Ferrand)
  • De fait, ces expressions sont à prendre au sens propre - comme nous le faisons tous et toutes inconsciemment, en vertu de la langue française et en dépit du catéchisme républicain. En 1789, date de proclamation de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et de la prétendue abolition des privilèges, il y avait déjà quelques siècles que la France caracolait en tête des nations luttant contre la "gynécocratie". Non contents d'avoir mis au point la "loi salique", disposition empêchant les filles de roi d'accéder au trône, les partisans de la suprématie masculine étaient montés au front à chaque entrée en scène d'une régente, en visant bien au-delà de la sphère politique : "Si le droit naturel est violé en la gynécocratie, encore plus est le droit civil et le droit des gens, qui veulent que la femme suive le mari", écrivait ainsi Jean Bodin dans sa République (1576), au nez de Catherine de Médicis. L'âge des Lumières avait tranquillement reconduit le mythe national (il n'y a guère que Voltaire qui s'en soit moqué). Mais surtout, il avait fourni pléthore de textes justifiant la sujétion féminine : "Les hommes, par la prérogative de leur sexe et par la force de leur tempérament, sont naturellement capables de toutes sortes d'emplois et d'engagements ; au lieu que les femmes, à cause de la fragilité de leur sexe et de leur délicatesse naturelle, sont exclues de plusieurs fonctions, et incapables de certains engagements", disait par exemple l'article Femme de L'Encyclopédie, ouvrage massivement diffusé depuis le milieu du XVIIIe siècle. Et ce temps avait aussi promu l'expression l'homme, là où les époques précédentes disaient les hommes (pour parler du sexe masculin), et (pour parler de tout le monde) les gens, voire les gens de tout âge et de tout sexe. Le HuffPost, Remettre en cause les "droits de l'homme" pour faire de l'égalité des sexes une réalité | Le HuffPost
  • Règles du cousinage (cousins de lait endam et cousins de noms, cousins de clans). Chez les Peuls Wodaabe, les enfants sont mariés très jeunes car il existe un mythe fondateur du garçon et de la petite fille. Mais la jeune fille a le droit de vivre sa vie de célibataire jusqu’à ses dix-huit ans. Chez les Bororos, lors du worso « fêtes du Printemps », les hommes dansent le guerewol où elles peuvent choisir un fiancé. Les Wodaabe sont des monogames « successifs » avec nombreux divorces ou séparations. Le concubinage est interdit et rapidement scellé par un teegal « épousailles ». On note une survivance d’une ancienne gynécocratie, l’héritage est utérin (matrilinéaire). , L'histoire des peuls, un peuple présent dans une vingtaine de pays ! (Ouvrage) | Senescoop.net

Traductions du mot « gynécocratie »

Langue Traduction
Anglais gynecocracy
Espagnol ginecocracia
Italien gynecocracy
Allemand gynäkokratie
Chinois 妇产科
Arabe أمراض النساء
Portugais ginecocracia
Russe gynecocracy
Japonais 婦人民主主義
Basque gynecocracy
Corse ginecocrazia
Source : Google Translate API

Gynécocratie

Retour au sommaire ➦

Partager