La langue française

Grenouillette

Sommaire

  • Définitions du mot grenouillette
  • Étymologie de « grenouillette »
  • Phonétique de « grenouillette »
  • Citations contenant le mot « grenouillette »
  • Images d'illustration du mot « grenouillette »
  • Traductions du mot « grenouillette »
  • Synonymes de « grenouillette »

Définitions du mot « grenouillette »

Trésor de la Langue Française informatisé

GRENOUILLETTE, subst. fém.

A. − Petite grenouille. Élisa s'assit dans la chambre de roseaux. Marcel lui fit « chut » de la main. Une grenouillette, sur un parquet de lentilles d'eau, coassait la bouche fermée. Élisa distinguait sa gorge palpitante et les toiles transparentes de ses pattes (J.-L. Bory, Mon village à l'heure allemande, Paris, Flammarion, 1945, p. 29).
Au fig. avec valeur hypocoristique. La Gouvernante. − (...) tu as dix-neuf ans, ma grenouillette. Tu n'es plus assez jeune, tu n'es pas assez vieille pour ces amusements assommants [le jeu de dames] (Audiberti, Mal court,1947, I, p. 135).
B. − BOT. Renoncule d'eau à fleurs blanches. Synon. grenouillet.Je faisais mes délices de la grenouillette, dont la fleur semble un gros flocon de neige fondante (Jammes, Mém., t. 2, 1922, p. 11).V. eupatoire ex. 1.
C. − MÉD. Tumeur liquide apparaissant dans la région sous-linguale, sous-maxillaire ou pharyngienne. Grenouillette aiguë, séreuse. Maladies des glandes salivaires. La grenouillette (...) se présente sous forme d'une tuméfaction franchement liquidienne soulevant une muqueuse mince et blanchâtre au niveau du plancher de la bouche (Quillet, Méd.,1965, p. 184).Les grenouillettes peuvent être de deux origines différentes : celles qui (...) dérivent d'un vice évolutif des fentes branchiales de l'embryon et celles qui résultent d'une obstruction du canal excréteur d'une glande salivaire sous-linguale (Villemin1975) :
Grenouillette. Ne se rencontre guère que chez le chien. La grenouillette est due à la formation d'un kyste au sein d'une des glandes salivaires sous-maxillaire ou sub-linguale. Elle tire son nom du fait que les humains qui en sont atteints parlent en coassant, comme les grenouilles. Garcin, Guide vétér.,1944, p. 51.
Prononc. et Orth. : [gʀ ənujεt]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1538 « petite grenouille » (R. Estienne, Dict. Latino-gallicum, 608b d'apr. Vaganay ds Rom. Forsch. t. 32, p. 73); 1549 « renoncule aquatique » (J. Maignan d'apr. FEW t. 10, p. 59b). Dér. de grenouille*; suff. -ette*. Bbg. Quem. DDL t. 9.

Wiktionnaire

Nom commun

grenouillette \ɡʁə.nu.jɛt\ féminin

  1. (Botanique) (Extrêmement rare) Espèce de plante des plans d’eau, à feuille flottante, nommée hydrocharis des grenouilles ou morène.
    • L’Hydrocharis, que l'on appelle aussi Morène ou Grenouillette, parce que l'on a cru pendant longtemps que cette plante servait de nourriture aux grenouilles, appartient à la même famille que la valisnérie. C'est une plante très-commune en France. — (Jules Trousset, Grande Encyclopédie illustrée d’économie domestique et rurale, grande cuisine, cuisine bourgeoise, petite cuisine des ménages, Paris : chez Arthème Fayard, éditeur 1875, Paris : chez Fayard frères, s.d., vol. 1, p. 237)
  2. (Botanique) Espèce de renoncule qui pousse dans les marais.
    • […] le glaïeul, laissant fléchir ses glaives avec un abandon royal, étendait sur l’eupatoire et la grenouillette au pied mouillé, les fleurs de lis en lambeaux, violettes et jaunes, de son sceptre lacustre. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987, page 135)
  3. (Médecine) Tumeur qui se forme sous la langue par l’accumulation de la salive dans ses conduits excréteurs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GRENOUILLETTE. n. f.
T. de Botanique. Espèce de renoncule qui croît dans les marais. En termes de Médecine, il se dit d'une Tumeur qui se forme sous la langue par l'accumulation de la salive dans ses conduits excréteurs.

Littré (1872-1877)

GRENOUILLETTE (gre-nou-llè-t', ll mouillées, et non gre-nou-yè-t') s. f.
  • 1Nom appliqué vulgairement, comme celui de bassinet, aussi bien à la renoncule rampante qu'à la renoncule âcre et à la renoncule bulbeuse, mais surtout appliqué, à l'exclusion du nom de bassinet (les bassinets ont les fleurs jaunes), aux renoncules aquatiques à fleurs blanches, dont la plus commune est le ranunculus aquatilis, L.
  • 2 Terme de chirurgie. Petite tumeur molle que le conduit excréteur de la glande sous-maxillaire, obstrué près de son orifice par un obstacle et distendu par la salive, forme sous la langue.

HISTORIQUE

XVIe s. Limaçons, sauterelles, grenouillettes [petites grenouilles], vers, Paré, XXV, 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GRENOUILLETTE, s. f. terme de Chirurgie, tumeur qui se forme sous la langue par l’amas de la salive dans ses reservoirs. Tous ceux qui ont parlé de cette maladie avant la découverte des organes qui servent à la secrétion de la salive, n’ont pû avoir des idées précises sur la nature de cette tumeur : on croit que Celse en parle dans le xij. chap. du VII. liv. qui a pour titre, de abscessu sub linguâ. Ambroise Paré dit que la grenouillette est formée de matiere pituiteuse, froide, humide, grosse & visqueuse, tombant du cerveau sur la langue. Fabrice d’Aquapendente met cette tumeur au nombre des enkistées, & ajoûte qu’elle est de la nature du melliceris ; Dionis est aussi de ce sentiment, & il estime que la grenouillette tient un peu de la nature des loupes. Munnick instruit par les découvertes de l’anatomie moderne, ne s’est pas mépris sur la nature de cette maladie ; il dit positivement qu’elle vient d’une salive trop acre & trop épaisse, laquelle ne pouvant sortir par les canaux salivaires inférieurs, s’amasse sous la langue & y produit une tumeur. Une idée si conforme à la raison & à la nature des choses, n’a pas été suivie par M. Heister ; il a emprunté d’Aquapendente tout ce qu’il dit sur la grenouillette ; & M. Col de Villars, medecin de Paris, dans son cours de Chirurgie, dicté aux écoles de Medecine, dit que la ranule est causée par le séjour & l’épaississement de la lymphe qui s’accumule sous la membrane dont les veines ranules sont couvertes. Enfin M. de la Faye, dans ses notes sur Dionis, reconnoît deux especes de grenouillette, les unes rondes placées sous la langue, qu’il dit produites par la dilatation du canal excrétoire de la glande sublinguale, les autres sont plus longues que rondes, placées à la partie latérale de la langue, & formées, dit-il, par la dilatation du canal excrétoire de la glande maxillaire inférieure ; il ajoûte que la salive est la cause matérielle de ces tumeurs, par son épaississement & l’atonie du canal. Voilà le précis des diverses opinions qu’on a eues sur la nature & le siége de la grenouillette.

Ce n’est point une maladie rare, il n’y a point de praticien qui n’ait eu occasion de voir un grand nombre de tumeurs de cette espece : quand elles ne sont pas invétérées, la liqueur qui en sort ressemble parfaitement par sa couleur & sa consistance, à du blanc d’œuf ; la matiere est plus épaisse si elle a séjourné plus long-tems ; elle devient quelquefois plâtreuse, & peut même acquérir une dureté pierreuse. Il sembleroit donc plus naturel de penser que l’épaississement de la salive n’est point la cause de la grenouillette, puisque l’épaississement de cette humeur est l’effet de son séjour. Cette maladie vient de la disposition viciée des solides ; elle dépend de l’oblitération du canal excréteur : en effet on guérit toûjours ces tumeurs sans avoir recours à aucun moyen capable de délayer la salive, & de changer le vice qu’on suppose dans cette humeur ; c’est une maladie purement locale ; l’atonie du canal ne retiendroit pas la salive ; & l’on n’a jamais obtenu la guérison de cette maladie que par le moyen d’un trou fistuleux resté pour l’excrétion de la salive dans un des points de l’ouverture qu’on a faite pour l’évacuation de la matiere renfermée dans la tumeur. J’en ai ouvert plusieurs ; & il est presque toûjours arrivé, lorsque l’incision n’avoit pas assez d’étendue, que les levres de la plaie se réunissoient, & la tumeur se reproduisoit quelque tems après : les anciens ont fait la même observation. C’est la raison pour laquelle Paré préfere le cautere actuel à la lancette, dans ces sortes de cas. Dionis dit aussi qu’il a vû des grenouillettes qui revenoient, parce qu’on s’étoit contenté d’une simple ouverture avec la lancette. Pour prévenir cet inconvénient, il prescrit de tremper dans un mêlange de miel rosat & d’esprit de vitriol, un petit linge attaché au bout d’un brin de balai, avec lequel on frottera rudement le dedans du kiste, pour le faire exfolier ou se consumer. Il n’y a point d’auteur qui ne semble regretter que la situation de la tumeur ne permette pas la dissection totale du kiste. Les succès que Fabrice d’Aquapendente a eus en incisant seulement la tumeur dans toute son étendue, ne lui ont point ôté cette prévention ; & M. Heister conseilleroit l’extirpation, si la nature des parties voisines qu’on pourroit blesser, n’y apportoit, dit-il, le plus grand obstacle ; mais si ce prétendu kiste, si cette poche n’est autre chose que la glande même ou son canal excréteur dilaté par la rétention de l’humeur salivaire, on conviendra qu’il seroit dangereux d’irriter le fond de la tumeur, pour en détruire les parois, au défaut de l’extirpation qu’on estime nécessaire, & qu’on est fâché de ne pas trouver possible. Toutes les fois qu’on a fait une assez grande incision qui a permis l’affaissement des levres de la plaie, il n’y a point de récidive : Munnick recommande expressément cette incision ; & Rossius met la petite ouverture qu’on fait dans ce cas, au nombre des fautes principales qu’on peut commettre dans la méthode de traiter cette maladie, & d’où dépend le renouvellement de la tumeur. Il ne faut pas dissimuler qu’il recommande aussi la destruction du kiste : mais pour parvenir à ce but, il ne propose que des remedes astringens & dessicatifs, dont l’effet est borné à donner du ressort aux parties qui ont souffert une trop grande extension, & à les réduire, autant qu’il est possible, à leur état naturel : c’est donc par pure prévention que cet auteur croyoit dissoudre & consumer insensiblement le kiste avec des remedes de cette espece.

Les tumeurs salivaires sont les glandes même, & leurs tuyaux excrétoires dilatés par la matiere de l’excrétion retenue. Ainsi le nom de tumeur enkistée ne convient qu’improprement à la grenouillette, au moins est-il certain que si l’on appelle ces sortes de dilatations, tumeurs enkistées, elles ne sont pas du genre de celles dont on doive détruire & extirper le kiste ; c’est bien assez de les ouvrir dans toute leur longueur, l’on peut même retrancher les levres de l’incision, dans le cas où ces bords seroient tuméfiés, durs, ou incapables de se rétablir à-peu-près dans l’état naturel, à cause de la grande extension que ces parties auroient soufferte par le volume considérable de la tumeur. J’ai observé que la guérison radicale dépendoit toûjours d’un trou fistuleux qui restoit pour l’excrétion de la salive ; & lorsqu’il se trouve inférieurement derriere les dents incisives, il y a dans certains mouvemens de la langue, une éjaculation de salive très incommode. On peut prévenir cet inconvénient, puisque pour la guérison parfaite, il suffit de procurer à l’humeur salivaire retenue une issue qui ne puisse pas se consolider ; il semble que la perforation de la tumeur avec le cautere actuel, comme Paré l’avoit proposée, seroit un moyen aussi efficace que l’incision, mais moins douloureux, & préférable en ce que l’on seroit assuré de former l’ouverture de la tumeur pour l’excrétion permanente de la salive, dans la partie la plus éloignée du devant de la bouche ; & de mettre les malades à l’abri de l’incommodité de baver continuellement, ou d’éjaculer de la salive sur les personnes à qui ils parlent. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « grenouillette »

 Dérivé de grenouille avec le suffixe -ette sur le modèle du latin ranula (« petite grenouille », « tumeur »), diminutif de rana (« grenouille »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Diminutif de grenouille ; la plante ayant été dénommée d'après le latin ranunculus, qui signifie petite grenouille, et la tumeur ayant été ainsi nommée parce qu'elle altère la voix d'une manière comparée au cri de la grenouille.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « grenouillette »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grenouillette grǝnujɛt

Citations contenant le mot « grenouillette »

  • Combien il y en a de si mal aimées ici pour perdre son temps à commenter ces articles pourris qui dérangent impunément ceux dont ils écrivent la vie privé en violant tous les droits pour faire du blé sur le dos des grenouillettes ? Lady Di çà lui a coûter son existance ! Closermag.fr, Meghan Markle "n'avait pas l'intention de rester" : cette nouvelle accusation concernant son mariage avec Harry - Closer
  • Cette espèce d’Europe fut introduite en Amérique du Nord, d’abord à l’arboretum d’Ottawa, en 1932, avant qu’elle s’en échappe sept ans plus tard pour s’introduire dans le canal Rideau. Puis elle a agrandi son territoire le long des rives des rives du Saint-Laurent, jusqu’aux limites de Beauport. Comme toutes les plantes non enracinées, l’hydrocharide grenouillette recherche des milieux à l’abri des vents et des courants. Monlimoilou, Regards sur la nature limouloise (1) : les fleurs des marais du Domaine Maizerets | Monlimoilou
  • Closer toujours plus close de la provocation par le mensonge, mais çà ne dégoûte pas la grenouillette, au contraire, croa croa croa croa croa croa croa croa croa croa croa croa croa croa croa croa croa encore plus fort.... Closermag.fr, William et Harry : cette nouvelle séparation qui ne plairait pas à leur mère Lady Diana - Closer
  • La grenouillette, «une des plantes aquatiques parmi les plus invasives du monde» éliminée à Ganshoren sudinfo.be, La grenouillette, «une des plantes aquatiques parmi les plus invasives du monde» éliminée à Ganshoren - sudinfo.be

Images d'illustration du mot « grenouillette »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « grenouillette »

Langue Traduction
Anglais frog
Espagnol rana
Italien rana
Allemand frosch
Chinois 青蛙
Arabe ضفدع
Portugais
Russe лягушка
Japonais カエル
Basque igel
Corse rana
Source : Google Translate API

Synonymes de « grenouillette »

Source : synonymes de grenouillette sur lebonsynonyme.fr
Partager