La langue française

Gonorrhée

Définitions du mot « gonorrhée »

Trésor de la Langue Française informatisé

GONORRHÉE, subst. fém.

PATHOL. Infection muco-purulente des organes génitaux due au gonocoque. Synon. blennorrhée (vx), blennorragie (mod.), chaude-lance (pop.), chaude-pisse (pop.).Si on a des millions ramassés dans le purin de Louis XVIII ou l'incestueuse gonorrhée du duc Decazes et qu'on ait été foiré, comme le prétendu comte Robert de Montesquiou, (...) on peut encore (...) éblouir assez une multitude préalablement régalée (Bloy, Journal,1903, p. 163) :
On distingue cet écoulement de la gonorrhée virulente, en ce que dans cette dernière l'humeur est jaune ou verdâtre et d'une mauvaise odeur, avec chaleur dans la partie, douleur en urinant et sur-tout dans l'érection, symptomes qui ne se font pas ressentir dans la gonorrhée simple. Geoffroy, Méd. prat.,1800, p. 383.
Rem. La plupart des dict. gén. attestent le sens anc. de ce terme « écoulement séminal, spermatorrhée ».
REM.
Gonorrhoïque, adj.,pathol. Relatif à la gonorrhée. Synon. blennorragique.Quelquefois, à la vérité, des fleurs-blanches, âcres et de mauvaise qualité, sont verdâtres, et ressemblent beaucoup à un écoulement gonorrhoïque (Geoffroy, Méd. prat.,1800, p. 528).Littré et la plupart des dict. postérieurs n'enregistrent que la forme gonorrhéique.
Prononc. et Orth. : [gɔnɔ ʀe]. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. [1495 gomorree (Prat. de Bern. de Gordon, sign. BB VIa ds Gdf. Compl.)]; 1550 (Guéroult, L'histoire des Plantes, 286a, 4 cité par R. Arveiller ds R. Ling. rom. t. 40, p. 236). Empr. au lat. méd.gonorrhoea, lui-même empr. au gr. γ ο ν ο ́ ρ ρ ο ι α (composé de γ ο ́ ν ο ς « semence génitale » et ρ ̔ ε ́ ω « couler »).

Wiktionnaire

Nom commun

gonorrhée \ɡɔ.nɔ.ʁe\ féminin

  1. Autre nom de la blennorragie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GONORRHÉE. n. f.
T. de Médecine. Voyez BLENNORRAGIE.

Littré (1872-1877)

GONORRHÉE (go-nor-rée) s. f.
  • Terme de médecine. Autrefois, flux de semence, dit aujourd'hui pertes séminales.

    Aujourd'hui, écoulement muqueux par le canal de l'urèthre.

HISTORIQUE

XVIe s. La gonorrhée est un flux de semence involontaire, Paré, XVI, 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GONORRHÉE, s. f. en termes de Medecine, signifie un flux ou écoulement involontaire de la semence, ou de quelque autre humeur, sans délectation & sans érection de la verge. Voyez Semence. Ce mot est formé du grec γόνος, semence, & ῥέω, je coule.

Il y a deux sortes de gonorrhée, l’une simple & l’autre virulente.

La gonorrhée simple, sans virus ou malignité, est causée quelquefois par des exercices violens, par l’usage immodéré d’alimens chauds & sur-tout de liqueurs fermentées, comme le vin, la bierre, le cidre, &c. on en guérit en prenant du repos, des alimens nourrissans, des bouillons, &c.

Cette espece se subdivise en gonorrhée véritable, dans laquelle l’humeur qui s’écoule est réellement de la semence ; & en gonorrhée fausse ou bâtarde, où l’humeur qui se vuide n’est point de la semence, mais une matiere qui sort des glandes placées autour des prostates. Voyez Prostates.

Cette derniere espece a quelque ressemblance avec les fleurs blanches des femmes, & on en peut être incommodé long-tems sans perdre beaucoup de ses forces : quelques-uns l’appellent gonorrhée caterreuse. Son siege est dans les glandes prostates, qui sont trop relâchées ou ulcérées.

La gonorrhée virulente vient de quelque commerce impur ; c’est le premier symptome de la maladie venérienne, & ce qu’on appelle la chaude-pisse. Voy. Maladie vénérienne & Chaude-pisse

Les parties que ce mal affecte d’abord, sont les prostates dans les hommes & les lacunes dans les femmes. Ces parties étant ulcérées par quelque matiere contagieuse qu’elles ont reçûe dans le coït, elles commencent par jetter une liqueur blanchâtre & aqueuse, & causent une douleur aiguë : ensuite cette liqueur devient jaune, plus acre, enfin verdâtre & souvent fétide ou de mauvaise odeur.

Elle est accompagnée d’une tension & inflammation de la verge, & d’une ardeur ou acreté d’urine qui cause au malade une douleur sort vive dans le passage urinaire qu’elle déchire & excorie par son acrimonie : de-là naissent les tumeurs & ulceres sur le prépuce & sur le gland, lesquelles affectent aussi quelquefois l’urethre.

La cause de la gonorrhée virulente, selon M. Littre, est quelque humeur acide échauffée & raréfiée, qui dans le tems du coït se leve des parties intérieures du pudendum d’une femme infectée, & vient se loger dans l’urethre de l’homme ; elle a différens siéges dans le corps : quelquefois elle ne s’attache qu’aux glandes mucilagineuses de Cowper ; quelquefois aux prostates, quelquefois aux vésicules séminales ; quelquefois elle affecte deux de ces parties, & quelquefois toutes les trois ensemble.

C’est par rapport à cette diversité de siéges, que M. Littre distingue la gonorrhée virulente en simple, qui n’affecte qu’une de ces trois places, & en compliquée ou composée, qui en affecte plusieurs ; il observe que celle qui siége dans les glandes mucilagineuses, peut continuer d’être simple pendant tout le cours de la maladie, parce que les canaux de ces glandes sont ouverts dans l’urethre à un pouce & demi de distance en deçà des prostates, & ont leur écoulement en-bas, de sorte qu’elles déchargent aisément leur liqueur ; les deux autres especes se produisent mutuellement l’une l’autre, parce que les conduits des vésicules séminaires se terminent dans l’urethre au milieu des glandes des prostates ; de sorte que leurs liqueurs se communiquent aisément.

La gonorrhée qui n’affecte que les glandes mucilagineuses, est la moins commune & la plus aisée à guérir ; la cure se fait par des cataplasmes émolliens, par des fomentations sur la partie, & par des demi-bains. Mèm. de l’acad. ann. 1711.

Les autres especes demandent des remedes plus forts, dont les principaux sont le mercure, l’émulsion de chenevi verd, os de seche, térébenthine, sucre de Saturne, &c.

Les Anglois font beaucoup de cas du précipité verd de mercure, de mercure doux : le baume de Saturne térébenthiné, préparé à petit feu, le sucre de Saturne, l’huile de térébenthine, & le camphre, sont aussi très-bien. Quand l’inflammation est grande vers les reins & les génitoires, il faut avoir recours aux saignées, aux émulsions, aux calmans & adoucissans, tant internes qu’externes. Une infusion de cantharides dans du vin, est le remede spécifique d’un fameux medecin hollandois ; ce remede me paroît suspect & peut avoir des suites bien funestes : on recommande aussi la résine de gayac, & on regarde comme un remede spécifique le baume de Copaïba ; à quoi il faut ajoûter l’antimoine diaphorétique, le bezoar minéral, l’eau dans laquelle on a fait bouillir du mercure, les injections d’eau de chaux, le mercure doux, le sucre de Saturne, &c.

Pitcarn traite la gonorrhée virulente de cette maniere. Au commencement de la maladie, il purge avec une tisanne laxative de senné, de sel de tartre & de fleurs de mélilot ; il prescrit du petit-lait pour la boisson du malade. Après l’avoir purgé ainsi pendant trois ou quatre jours, si l’urine est moins échauffée, le flux moins considérable, & la couleur & la consistence de la matiere devenue meilleure, il lui fait prendre pendant six ou sept jours des bols de térébenthine & de rhapontic ; si ces bols lui tiennent le ventre libre, c’est un bon signe. Il faut éviter absolument de donner des remedes astringens ; la gonorrhée ne dégénerant presque jamais en vérole, à-moins qu’on ne se presse trop de l’arrêter. Pitcarn, in manu scripto.

Du Blegny veut que l’on commence la cure d’une gonorrhée par un cathartique bénin de casse, de senné, de crystal minéral, de tamarin, de guimauve, & de rhubarbe, que l’on prend alternativement de deux jours l’un ; ensuite des diurétiques, & sur-tout ceux de térébenthine ; & enfin des astringens bénins, comme les eaux minérales, le crocus Martis astringent, les teintures de rose & de corail en cochenille, &c.

Le ptyalisme ou la salivation ne guérit jamais la gonorrhée. Chambers. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gonorrhée »

Γονόῤῥοια, de γήνος, semence, et ῥεῖν, couler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin gonorrhoea.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gonorrhée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gonorrhée gɔ̃ɔre

Citations contenant le mot « gonorrhée »

  • Les scientifiques ont déterminé qu'une souche qui a frappé plusieurs villes américaines en 2015 a acquis de l'ADN par recombinaison génétique avec son proche parent, Neisseria gonorrhoeae, qui cause la gonorrhée. BBC News Afrique, Ces quatre nouvelles MST qui inquiètent les experts - BBC News Afrique
  • La gonorrhée oropharyngée, qui se transmet en s’embrassant avec la langue, est un nouveau mode de transmission de cette infection qu’une étude australienne, publié le 9 mai 2019, a mis en évidence dans le journal Sexually Transmitted Infections. Doctissimo, IST : la gonorrhée transmise par un simple baiser ?
  • Le terme de gonorrhée est un terme anglo-saxon. Medisite, Gonorrhée (blennorragie) : symptômes et traitements de la gonococcie
  • Selon un article paru mercredi sur le site d’information, le ministère de la Santé a fait savoir qu’il y avait eu 860 cas de chlamydioses enregistrés ainsi que 314 diagnostics de gonorrhée depuis le mois de janvier 2020 – ce qui est un chiffre record. The Times of Israël, Hausse du nombre de maladies sexuellement transmissibles en Israël | The Times of Israël
  • Market.us récemment révélé Thérapeutique contre la gonorrhée étude de recherche marketing qui offre un aperçu de l’analyse en profondeur sur l’étendue des affaires bien connu et populaire en même temps à côté des perspectives attendues à venir du marché et des tendances à la hausse sur le marché. Thérapeutique contre la gonorrhée rapport D’analyse de Marché Plus fournit les perspectives organisées de l’entreprise en considérant des options comme Thérapeutique contre la gonorrhée croissance du marché, le volume de consommation, les tendances du marché et Thérapeutique contre la gonorrhée structure des prix de l’industrie tout au long du montant prévu 2020-2029. boursomaniac, La demande croissante du marché thérapeutique de la gonorrhée aura un impact sur la part des revenus au cours de la période 2020-2029 - boursomaniac
  • SpeeDx propose des tests de diagnostic pour la gonorrhée et la bactérie Mycoplasma genitalium (Mgen), infections sexuellement transmissibles (IST). Ces IST sont maintenant répertoriées par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) comme présentant de graves menaces en raison de l’augmentation préoccupante de la résistance et du nombre limité d’options thérapeutiques disponibles.2 Les directives mondiales sur la gestion des maladies mettent maintenant l’accent sur l’utilisation de diagnostics identifiant la résistance pour aider à informer le traitement.3-7 , » Partenariat entre Roche et SpeeDx pour élargir l’accès aux tests de résistance aux antibiotiques MyPharma Editions | L'Info Industrie & Politique de Santé
  • La gonorrhée est due à la bactérie Neisseria Gonorrhoeae qui infecte les tissus au niveau de l’urètre, du col de l’utérus, du rectum, de la gorge et de l’œil. Santé sur le net, Gonorrhée - Santé sur le net
  • L'antibiorésistance de la bactérie responsable de la gonorrhée rend le traitement difficile. Elle "est particulièrement intelligente. En effet, à chaque fois que nous utilisons une nouvelle classe d’antibiotiques pour traiter l’infection, la bactérie évolue pour y résister", explique le Dr Teodora Wi, médecin, Département Santé reproductive à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Selon les estimations de l'OMS, chaque année, 78 millions de personnes sont infectées par la gonorrhée dans le monde. www.pourquoidocteur.fr, Sexualité : gonorrhée et chlamydia, des IST en recrudescence chez les jeunes
  • Le nombre de tests de dépistage du VIH réalisés dans le centre est passé de 1 014 à 151 par mois. Le nombres de tests pour la gonorrhée et les chlamydia est lui passé de 1058 à 158 par mois, même si le taux de personnes testées positives pour ces IST a légèrement augmenté, passant de 12% à 16%. Dans les deux cas, les auteurs ont observé une diminution de 85% du nombre de tests réalisés. Une seule personne aurait ainsi appris sa séropositivité au VIH en janvier 2020. vih.org, AIDS 2020, conférence virtuelle pour deux épidémies | vih.org

Traductions du mot « gonorrhée »

Langue Traduction
Anglais gonorrhea
Espagnol gonorrea
Italien gonorrea
Allemand tripper
Chinois 淋病
Arabe السيلان
Portugais gonorréia
Russe гонорея
Japonais 淋病
Basque gonorrhea
Corse gonorrea
Source : Google Translate API

Synonymes de « gonorrhée »

Source : synonymes de gonorrhée sur lebonsynonyme.fr

Gonorrhée

Retour au sommaire ➦

Partager