La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « galérien »

Galérien

Variantes Singulier Pluriel
Masculin galérien galériens

Définitions de « galérien »

Trésor de la Langue Française informatisé

GALÉRIEN, subst. masc.

A. − HIST. Homme qui ramait sur une galère. Si vous marquez un galérien, vous lui donnez une sorte de droit sauvage. Au fond de tous les vices, il y a sans doute quelque condamnation à laquelle on croit (Alain, Propos,1921, p. 199) :
1. La galère (...) ne figurait plus que dans les flottes de guerre, (...) peut-être ne la conservait-on que pour occuper les galériens! Ces galériens n'étaient plus des esclaves mais, (...) à part les « mariniers de rame », qui s'engageaient librement, des condamnés de droit commun. (...) nous les imaginons, perpétuellement enchaînés à leur banc, vivant à ciel ouvert dans la vermine et les immondices, soumis à toutes les intempéries et sous le fouet impitoyable des gardes-chiourme. P. Rousseau, Hist. transp.,1961, pp. 129-130.
P. ext., Bagnard, forçat. Bonnet, boulet, chaîne de galérien. L'auteur lui fait entreprendre [à Napoléon] ce qu'il appelle ses brigandages d'Italie à la tête de huit mille galériens échappés des bagnes de Toulon (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 305).Ici la nature est absente, proscrite, comme nulle part ailleurs sur la terre, c'en est la négation, la haine entêtée, et dans le levier de fer qui casse la roche, et dans le sabre du garde-chiourme qui chasse les galériens (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 338) :
2. J'étais à souper à côté d'un officier prussien, l'un de ces insurgés que l'Empereur fit juger comme rebelles en 1808; ses camarades furent la plupart fusillés; lui a été trois ans aux galères; il a travaillé au port de Cherbourg. Rien n'était frappant comme d'entendre ce brave officier (...) raconter (...) les détails de la vie des galériens, de leurs repas, de leurs lits, de leurs chaînes. J.-J. Ampère, Corresp.,1827, p. 433.
B. − Au figuré
1. Galérien de + subst.Personne s'adonnant avec ardeur et acharnement à (une activité, une pratique). Riche à millions, j'aurais toujours joué, mangé, couru (...). J'avais besoin de courtisanes, de faux amis, de vin, de bonne chère pour m'étourdir (...). Galérien du plaisir, je devais accomplir ma destinée de suicide (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 185). 488 pages [La Cathédrale de Huysmans] sans rencontrer une idée (...). Il faut être, comme moi, un galérien de la critique pour avaler ça (Bloy, Journal,1903, p. 145).
2. Locutions
Se donner un mal de galérien. Faire de gros efforts; travailler durement. Il entreprit un nouveau tableau; il resta deux mois à le faire en faisant des repas de souris, et se donnant un mal de galérien (Balzac, P. Grassou,1840, p. 443).
Vie, existence, métier, travail de galérien. Dur, pénible. Si l'on passe, comme nos ouvriers, une journée entière à un même travail, (...) c'est un moyen sûr d'ennuyer tous les coopérateurs (...). N'est-ce pas une vie de galérien que de râper tout le jour du tabac ou de la moutarde? (Fourier, Nouv. monde industr.,1830, p. 29).Quelle vie que la sienne, travail de galérien libre et honoré, mais galérien pourtant! Pas un jour de relâche, pas une heure de paix, tandis qu'au bagne et au moulin on se repose du moins le dimanche (Amiel, Journal,1866, p. 52).Conduire un peuple, ça n'est rien (...). Mais quel métier de galérien Que la viticulture! Que de tact, de soin, La vigne a besoin! (Ponchon, Muse cabaret,1920, p. 83).
Prononc. et Orth. : [galeʀjε ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1568 « rameur sur une galère » (L. Le Roy, trad. des Politiques d'Aristote, IV, 4 ds Hug.); 2. 1611 « condamné aux galères » (Cotgr.). Dér. de galère*; suff. -ien*. Fréq. abs. littér. : 172. Bbg. Quem. DDL t. 13.

Wiktionnaire

Nom commun - français

galérien \ɡa.le.ʁjɛ̃\ masculin (pour une femme, on dit : galérienne)

  1. (Histoire, Prison) Celui qui était condamné aux galères, forçat.
    • Ne serait-il pas convenable qu’un grand nombre de galériens fussent employés à nettoyer les rues, à en enlever journellement des boues, les immondices, les gravats, les neiges, ainsi que cela se pratique à Berne […] ? — (Comte de Sanois, Questions proposées à toutes les assemblées, par un membre de la noblesse de celle de Meaux, 13 mars 1789)
    • – Voici. Je m’appelle Jean Valjean. Je suis un galérien. J’ai passé dix-neuf ans au bagne. Je suis libéré depuis quatre jours et en route pour Pontarlier qui est ma destination. — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 2, 3, 1862)
  2. (Familier) Personne qui galère.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GALÉRIEN. n. m.
Celui qui était condamné aux galères, forçat. Fig., Mener une vie de galérien, Mener une vie que rend très pénible l'excès d'occupations et de travaux. Travailler comme un galérien, Se livrer à un travail pénible et continu.

Littré (1872-1877)

GALÉRIEN (ga-lé-riin) s. m.
  • Celui qui ramait sur les galères, soit comme condamné soit comme captif. Étant un jour sur le port de Marseille, il reconnut un galérien turc pour être celui qui l'attachait toutes les nuits au pieu dont nous avons parlé, Fontenelle, Marsigli.

    Il se dit aujourd'hui pour forçat.

    Souffrir comme un galérien, mener une vie de galérien, mener une existence dure et pénible.

    Se donner un mal de galérien, se donner beaucoup de mal.

    Travailler comme un galérien, se livrer à un travail pénible. Condamnés à des travaux continuels comme des galériens, Rousseau, Ém. II.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GALÉRIEN, s. m. (Jurisprud. Marine.) criminel condamné à servir de forçat sur les galeres du roi pendant un nombre d’années limité, ou à perpétuité : au premier cas, la condamnation à la peine des galeres avec flétrissure, emporte infamie, sans confiscation de corps ni de biens : au second, elle emporte mort civile, confiscation de biens dans les provinces où la confiscation a lieu, & privation de tous effets civils.

Les fraudeurs & contrebandiers condamnés aux galeres faute de payement & par conversion d’amende, ne sont plus flétris & marqués (déclaration du Roi de 1744) ; ils sont admis à payer l’amende après le jugement de conversion, même après qu’ils ont commencé à subir la peine contr’eux prononcée, & doivent être aussi-tôt remis en liberté ; le jugement de conversion de peine demeurant en ce cas sans effet, & comme non avenu. Déclaration du Roi de 1756.

La peine des galeres a été sagement établie ; elle conserve au service de l’état, sans danger pour la société, des sujets que leurs crimes auroient expatriés ou conduits au supplice : elle est d’ailleurs plus conforme aux lois de l’humanité.

Les galériens ne furent d’abord appliqués qu’au service de la mer, suivant l’esprit de la loi : mais la méchanceté des hommes en général, l’ignorance de plusieurs juges, l’avidité des suppôts des fermes, peut-être le vice de quelques lois pénales, porterent bien-tôt le nombre de ces malheureux au-delà de ce qu’exigeoit le service des galeres, ils sont encore employés aux divers travaux des ports : c’est principalement dans ceux de Brest & de Marseille qu’on les rassemble de toutes les provinces du royaume, où les officiers & gardes de la chaine vont les prendre dans les mois d’Avril & de Mai de chaque année. Rendus dans les ports, ils sont partagés par chiourmes avec les esclaves, & renfermés enchaînés dans des bagnes ou salles de force ; & à défaut, loges à-bord des vaisseaux hors de service, sous la police des intendans ou ordonnateurs, & la discipline des comites, argousins, & autres bas officiers préposés pour la faire observer.

Les forçats, galériens, ou esclaves, sont nourris dans les bagnes & salles de force, à la même ration que sur les galeres dans le port.

Ils sont employés de deux semaines l’une, & à tour de rôle, aux travaux de fatigue des arsenaux, suivant les ouvrages auxquels ils peuvent être destinés. On en accorde pour les manufactures utiles à la Marine, dans les différens ports ; & aux fabriquans & artisans, pour travailler chez eux, aux soûmissions usitées pour leur sûreté.

On permet aux forçats d’établir des barraques en-dehors des bagnes ; d’y travailler de leur métier ; & d’y vendre les ouvrages qu’ils ont faits, les jours qu’ils n’ont pas été destinés à la fatigue de l’arsenal.

Les forçats ouvriers dans les barraques, & ceux travaillant en ville, ne peuvent être exempts de la fatigue de l’arsenal à leur tour, qu’en payant un autre forçat pour remplir leur service ; & ce payement est fixé au moins à cinq sols.

En cas d’armement, les chiourmes font le service des galeres pendant la campagne ; au défaut d’armement, il doit être établi chaque année des galeres d’exercice, pour former & entretenir les forçats, tant au séjour sur la galere, qu’à la fatigue de la rame & aux autres manœuvres.

Les chiourmes sont dispensées, pendant leur tems d’exercice, de la fatigue de l’arsenal, & peuvent s’occuper, hors des heures d’exercice, à divers ouvrages à leur profit : moyennant quoi, il ne leur est donné que la ration ordinaire dans le port. Voyez l’ordonnance du Roi du 27 Septembre 1748, portant réunion du corps des galeres à celui de la Marine.

Quoique les galériens & les esclaves confondus dans le partage des chiourmes, ne composent qu’un même corps de forçats, associés aux mêmes travaux & au même service, il faut pourtant distinguer leur état. Les premiers sont des criminels condamnés par nos lois ; les autres sont des hommes pris en guerre sur les infideles : suivant le droit de la guerre, ceux-ci ne devroient être regardés que comme prisonniers ; mais nous les réduisons dans une sorte d’esclavage par droit de représailles. Article de M. Durival le jeune.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « galérien »

Galère.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1568) Du nom galère avec le suffixe -ien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « galérien »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
galérien galerjɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « galérien »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « galérien »

  • Les galères font le galérien. De Victor Hugo / Les Misérables
  • Si ces deux-là entendent pouvoir rouler entre trois à quatre heures et 40 km par jour, pas question de s’imposer un rythme de galérien. Et d’abord parce qu’ils auront quatre petites jambes qui pédaleront à leurs côtés. Et même si Camille, 10 ans, et Bleuenn, 7 ans, peuvent accrocher leur vélo à celui de leurs parents pour être tracté en cas de coup dur, l’objectif est de leur donner le goût du voyage et non de les en dégoûter. Le Telegramme, Jusqu’à Athènes, à vélo et en famille - Landerneau - Le Télégramme
  • Toulouzinc, soyez rassuré, visiblement richard ter est prêt à travailler comme un galérien, sans prendre ses 5 semaines de congé, à accueillir, à entretenir dans des logements décents (peut être chez lui ?) toute la misère du monde, comme c’est beau.... ladepeche.fr, Précarité : à Toulouse, l’inquiétude des associations - ladepeche.fr

Traductions du mot « galérien »

Langue Traduction
Anglais galley
Espagnol galera
Italien cambusa
Allemand galeere
Chinois 厨房
Arabe المطبخ
Portugais galera
Russe камбуз
Japonais ゲラ
Basque galera
Corse galera
Source : Google Translate API

Synonymes de « galérien »

Source : synonymes de galérien sur lebonsynonyme.fr

Galérien

Retour au sommaire ➦

Partager