La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « filleul »

Filleul

Définitions de « filleul »

Trésor de la Langue Française informatisé

FILLEUL, EULE, subst.

Personne baptisée, considérée par rapport à son parrain, sa marraine. La vieille à profil de chouette qui a présidé à la naissance de mon filleul (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 403).Aujourd'hui, baptême d'Edmée, ma filleule. Je repasse mes prières en me rinçant les dents (Goncourt, Journal,1886, p. 605).Nous ne sommes ici qu'un bon parrain qui paie un joujou à sa filleule (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 87).
P. ext. Celui ou celle qui bénéficie de la protection d'une personne, d'une entité symbolique. Vous aimerez à jouer le rôle d'une de ces fées fabuleuses qui se plaisaient à dissiper les obstacles autour de leurs filleuls (Balzac, Goriot,1835, p. 84).Lune, consomme mon baptême, Lave mes yeux de ton linceul; Qu'aux hommes, je sois ton filleul (Laforgue, Imit. Lune,1886, p. 253).
En partic. Filleul de guerre. Soldat dont s'occupe en temps de guerre (en lui envoyant des lettres, des colis) une jeune fille ou une femme (appelée marraine de guerre). Les boîtes de conserves c'était pour mes filleuls de guerre (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 164).
P. anal. Ce qui a été inauguré officiellement par un parrain, une marraine. Je la vois d'ici, la marraine, Vraie altesse républicaine, (...) Cassant la fiole de champagne Sur le flanc du yacht, son filleul (Ponchon, Muse cabaret,1920, p. 49).
Rem. La docum. atteste l'homon. filleul, subst. masc. Champignon des prés blanc et délicat. Nous négligions les fades champignons des prés, les filleuls, la barbe-de-capucin, les girolles gaufrées (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 79).
Prononc. et Orth. : [fijœl]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1121 filiol « personne qui a été tenue sur les fonts baptismaux considérée par rapport au lien qui l'unit à son parrain ou à sa marraine » (St Brendan, 84 ds T.-L.). Du lat. class. filiolus « fils (en bas âge ou chéri) », sens attesté en fr. au xviesiècle. Fréq. abs. littér. : 249. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 289, b) 476; xxes. : a) 494, b) 259.

filleul*, < filiolus (de filius : « fils »)subst. masc.-

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

filleul \fi.jœl\ masculin

  1. (Mycologie) Surnom donné dans quelques régions (Périgord, Limousin) à la lépiote élevée ou coulemelle.
    • Le pauvre Petit rat Justin s’était réfugié tout tremblant sous un champignon gris, une belle filleule (sic) qui avait ouvert son élégant parapluie sur le pâturage. — (Léonce Bourliaguet, Les aventures du petit rat Justin, Société universitaire d’Éditions et de Librairie, 1935, page 49.)

Nom commun 1 - français

filleul \fi.jœl\ masculin (équivalent pour une personne du sexe féminin : filleule)

  1. Fils spirituel d’un parrain ou d’une marraine.
    • Cet enfant est mon filleul.
    • Plus jeune d’ailleurs,après des vacances à Monaco chez Yella et Numa, ébloui par la futilité de la relève de la garde d’opérette, j’avais raconté à mes rares amis rémois que j’étais le filleul de Rainier. — (Olivier Poivre d’Arvor, Frères et sœur, 2004)
  2. (Par extension) Celui qui bénéficie d’une protection spéciale.
    • Filleul des fées.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FILLEUL, EULE. n.
Fils, fille spirituelle d'un parrain et d'une marraine. Cet enfant est mon filleul. Par extension, il se dit de Celui qui bénéficie d'une protection spéciale. Filleul des fées. Filleul de guerre.

Littré (1872-1877)

FILLEUL (fi-lleul, lleu-l', ll mouillées, et non fi-yeul. Au XVIIe siècle, du moins Chifflet, Gramm. p. 209, l'assure, l'l finale ne se prononçait pas, quelle que fût la lettre qui suivît : mon filleu) s. m.
  • Celui, celle qui a été tenue sur les fonts du baptême, par rapport à son parrain et à sa marraine. Cet enfant n'est nommé votre filleul qu'à cause qu'il devient votre fils spirituel en Jésus-Christ, Fénelon, t. XVIII, p. 172.

REMARQUE

On a longtemps prononcé fillol. " Bien des gens disent, ne pensant point faire de faute : C'est mon fillol, c'est ma fillole. Il faut dire filleul, filleule ", MARG., BUFFET, Observ. p. 129 (en 1668). On trouve fillole dans Molière : Il n'a pas aperçu Jeannette ma fillole, Laquelle a tout ouï, parole pour parole, l'Ét. IV, 7. Vaugelas remarque qu'à la cour on dit filleul, et à la ville fillol, et qu'il faut suivre l'usage de la cour. Aujourd'hui filleul est seul usité.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quant il se senti agrevé, si manda au roi Phelippe son filleul que il venist à lui, Chr. de Rains, p. 43. Si voirement com vostre fil Est mes filleus en droit baptesme…, Ren. 1743. De sa fillole li souvint, Rutebeuf, II, 205.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « filleul »

Wallon, fiou, filleul, fioule, filleule ; picard, fillole ; bourguign. fillô ; Berry, filleux, fillol, filliole ; génev. filliol, filliole ; provenç. filhol ; catal. fillol ; du lat. filiolus, jeune fils, fils chéri (voy. FILS).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) Du latin filiolus (« petit fils »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « filleul »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
filleul fijœl
filleule fijœl

Évolution historique de l’usage du mot « filleul »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « filleul »

  • “Mon filleul de cœur le bel Isaac vient de faire sa confirmation. C’est fou ce qu’il ressemble à Mouss. Je lui souhaite tout le bonheur du monde dans la voie qu’il s’est choisi”, amomama.fr, Huit ans déjà : Véronique Genest rend hommage à Mouss Diouf
  • Les premiers agissements remontent à 1985, les derniers à 2017. Un homme est accusé de viols et agressions sexuelles sur plus de trente ans, par neuf femmes, toutes mineures au moment des faits. Plusieurs nièces, sa belle-fille, une filleule, les filles d’un couple d’amis… : toutes faisaient partie de l’entourage proche de l’accusé, installé en périphérie de Castres. Après des années de silence, l’affaire a été révélée au grand jour. Si en 1996 une première plainte est classée sans suite, il faut attendre une deuxième vague de dénonciations plus récente pour que les enquêteurs se penchent sur le dossier et procèdent, en 2017, à la mise en examen de l’accusé. Depuis jeudi, l’affaire est jugée par la cour d’assises des mineurs du Tarn, à huis clos. ladepeche.fr, Assises du Tarn : des viols et attouchements commis sur 9 victimes - ladepeche.fr
  • Une marraine, une filleule Tout au long de l’année, Midi Libre s’engage autour de femmes inspirantes, de rencontres positives. midilibre.fr, Andréea et Cécile, Européennes avant tout - midilibre.fr
  • C’est elle, la petite fille qu’on voyait sur les photos en noir et blanc, aux côtés de Valéry Giscard d’Estaing. La fameuse filleule hazebrouckoise du président habite toujours en Flandre. Nous l’avons retrouvée à Saint-Sylvestre-Cappel. La Voix du Nord, On a retrouvé la filleule de Valéry Giscard d’Estaing… à Saint-Sylvestre-Cappel

Traductions du mot « filleul »

Langue Traduction
Anglais godson
Espagnol ahijado
Italien figlioccio
Allemand patensohn
Chinois 龙芯
Arabe جودسون
Portugais afilhado
Russe крестный сын
Japonais godson
Basque godson
Corse figliulino
Source : Google Translate API

Synonymes de « filleul »

Source : synonymes de filleul sur lebonsynonyme.fr

Filleul

Retour au sommaire ➦

Partager