La langue française

Faisander

Définitions du mot « faisander »

Trésor de la Langue Française informatisé

FAISANDER, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1. Faisander un gibier. Le conserver quelques jours avant de l'apprêter pour lui faire subir un commencement d'altération qui lui donne un fumet spécial. Faisander un lièvre. Si le faisan n'a pas été faisandé jusqu'à ce que son ventre change de couleur, il n'a pas plus de fumet que la poule de basse-cour (Audot, Cuisin. campagne et ville,1896, p. 259).
P. ext. [En parlant d'une viande autre que le gibier] La garder crue quelque temps afin de l'attendrir. Faisander un bifteck (Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop.).
2. Au fig. Faisander qqn
a) Corrompre moralement. En 1914, bien des grincheux virent dans le tango une manœuvre du Satan allemand pour faisander notre race (Cocteau, Poés. crit. I,1959, p. 57).
b) Duper, tromper. Alors je pense que c'est à cause de moi que la Vache l'a faisandé [le Corse] dans leur combine (Carco, Jésus-la-Caille,1914, p. 218).
B.− Emploi pronom.
1. [En parlant d'un gibier] Commencer à s'altérer et acquérir de ce fait un fumet particulier. Des perdrix qui se faisandaient (Ac.1932).[Avec ell. du pronom] Vous avez trop laissé faisander ce lapin (Ac.1798-1878).
Rem. On relève chez Vallès un emploi où le mot est construit intransitivement. Je l'adore, cette odeur montante, moutardeuse, verte, − si l'on peut dire verte, − comme les cuirs qui faisandent dans l'humidité ou qui font sécher leur sueur au soleil (J. Vingtras, Enf., 1879, p. 53).
2. Au fig., arg. [Le suj. désigne une pers.] Vieillir. Le Bonaparte me fait l'effet de se faisander. Il n'en a pas pour longtemps. L'Empire l'a avancé (Hugo, Corresp.,1853, p. 137).
Prononc. et Orth. : [fəzɑ ̃de]. Voyelle de 1resyll. ant d'aperture moy. (timbre [e], [ε] ou intermédiaire) ds Fér. 1768, Fér. Crit. t. 2 1787, Land. 1834, Gattel 1841, Nod. 1844, Littré, DG, Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1393 (Ménagier de Paris, II, 89 ds T.-L.). Dér. de faisan*; dés. -er, avec développement d'un -d- p. anal. avec les dér. de mots en -and (Nyrop t. 3 § 88). Fréq. abs. littér. : 2. Bbg. Guiraud (P.). Le Ch. morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, pp. 96-109. − Sain. Sources t. 3 1972 [1925], p. 80.

Wiktionnaire

Verbe

faisander \fə.zɑ̃.de\ pronominal ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Acquérir du fumet en se mortifiant comme la chair du faisan, en parlant d’une pièce de gibier.
    • Des perdrix qui se faisandaient.
  2. Berner.
    • Je me sens tout gaillard, parce que j’ai une idée que c’est un bon truc pour moi de m’être immiscé dans la combine de Siegella et p’têt’ qu’en me graissant la cervelle et en m’astiquant les châsses, je pourrai trouver un moyen de faisander ce pouilleux de Rital. — (Peter Cheyney, Cet homme est dangereux, traduction de Marcel Duhamel, Série noire, réimpression de 1952, page 39)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAISANDER (SE). v. pron.
Acquérir du fumet en se mortifiant comme la chair du faisan, en parlant d'une Pièce de gibier. Des perdrix qui se faisandaient. Du gibier faisandé. Il se dit aussi de Certaines viandes de boucherie qui commencent à se corrompre. Il se dit figurément de Certaine littérature, de certains actes, de certaines mœurs malsaines. Littérature faisandée.

Littré (1872-1877)

FAISANDER (fè-zan-dé) v. a.
  • 1Donner au gibier, en le gardant quelque temps, un certain fumet que le faisan prend en se mortifiant.

    Se dit aussi de toute viande qu'il est à propos de garder avant de l'apprêter.

  • 2Se faisander, v. réfl. Devenir faisandé.

    Avec ellipse du pronom se. Vous avez trop laissé faisander ce lapin.

HISTORIQUE

XIVe s. Chapons faisandés de deux ou trois jours, Ménagier, II, 5. Pour les faisander, il les convient saigner, et incontinent les mettre et faire morir en un seel d'eaue froide, et tantost remettre en un aultre seel d'eau très froide, et cil sera faisandé ce matin mesmes comme de deux jours tué, ib.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FAISANDER (se), v. passif. Cuisine, c’est s’attendrir, se mortifier, & prendre avec le tems le fumet du faisan. Le faisan veut être gardé avant que d’être mangé ; & c’est la raison pour laquelle on a transporté aux autres viandes le mot de faisandé, lorsqu’il étoit à-propos de les garder avant que de les faire apprêter, ou qu’on les avoit trop gardées.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « faisander »

(Siècle à préciser) De faisan avec le suffixe -er et un -d- par analogie avec les mots en -and.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Faisan, comme si on écrivait faisand, parce que le faisan a besoin d'être gardé avant d'être mangé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « faisander »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
faisander fœzɑ̃de

Évolution historique de l’usage du mot « faisander »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « faisander »

  • Pour ce qui est de la sauvagine et autres gibiers à plumes, les chasseurs ont souvent tendance à croire qu’il n’est pas nécessaire de les éviscérer étant donné leur petite taille. Cela est totalement faux. S’ils ne sont pas dépecés sur-le-champ, il faut au moins retirer leurs entrailles. La technique qui consiste à attacher un oiseau non nettoyé par la tête pour le faire faisander (jusqu’à ce que le cou cède) est la meilleure façon de perdre sa viande, selon M. Himbeault. Souvenez-vous qu’il fermente très rapidement à cause de son duvet. Alors, même pour le transport, il est important de ne pas les empiler les uns sur les autres. Le Journal de Montréal, La chaleur, votre pire ennemi | Le Journal de Montréal
  • S'il ne m'avait pas rencontré, Jean-Luc Billard serait peut-être encore dans le bois en train de faisander ou les cochons l'auraient bouffé - Jean-Marie Milhau France Bleu, Ils revendiquent la copropriété de la météorite de Mont-Dieu et veulent la rapatrier dans les Ardennes
  • Le gibier "sauvage" que vous consommez a peu de chance d’avoir vécu en dehors d’un enclos. Il devient inutile de faire «faisander» la viande car cette opération consistait à l’attendrir et à éliminer les toxines secrétées par la fatigue de la course et la peur. On suspendait l’animal non vidé dans un endroit frais pendant parfois quinze jours. Il en résultait un goût très fort – proche de la putréfaction - qui ne correspond plus à l’attente de la majorité des amateurs. Idem pour les marinades, jugées autrefois indispensables pour atténuer l’odeur et éviter la corruption des chairs durant les faisandages. Si on perpétue la tradition de nos jours, c’est surtout par habitude et par pur plaisir gustatif… jds.fr, Démystifions le gibier et la chasse !

Traductions du mot « faisander »

Langue Traduction
Anglais make
Espagnol hacer
Italien rendere
Allemand machen
Chinois 使
Arabe يصنع
Portugais faço
Russe делать
Japonais 作る
Basque make
Corse
Source : Google Translate API

Synonymes de « faisander »

Source : synonymes de faisander sur lebonsynonyme.fr

Faisander

Retour au sommaire ➦

Partager