La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « férie »

Férie

Définitions de « férie »

Trésor de la Langue Française informatisé

FÉRIE, subst. fém.

A.− ANTIQ. [Chez les Romains] Jour où le travail était interdit pour raisons religieuses (dict. xixe-xxes.).
Spéc. Féries latines. Ensemble de cérémonies propres aux villes de la Confédération latine, qui se déroulaient sur le mont Albain. Ces assemblées des trente villes s'appelaient les féries latines (Michelet, Hist. romaine,t. 1, 1831, p. 114).Elle [Rome] s'est aperçue que ses féries latines avaient été souillées par quelque vice de forme et elle a renouvelé le sacrifice (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 274).
Rem. On rencontre chez Stendhal le sens de « vacances ». Nous passions toujours les « féries » à Claix, c'est-à-dire les mois de septembre et d'août (H. Brulard, t. 1, 1836, p. 106).
B.− LITURG. CATH. [P. oppos. aux fêtes] Jour (non festif) de la semaine. Il assure la prépondérance du sanctoral au détriment des féries (Huysmans, Oblat,t. 2, 1903, p. 184).
Rem. Les féries se comptent à partir du lundi, deuxième férie; le samedi et le dimanche gardent leur dénomination propre. La docum. atteste néanmoins des emplois non conformes. La coutume de consacrer à la mère de Dieu la septième férie (...) est maintenant d'observance générale (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 223).
,,Faire l'office de la férie, p. ell. faire la férie`` (Ac.). Célébrer l'office du jour.
Prononc. et Orth. : [feʀi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1119 ferie « jour de la semaine » (Ph. de Thaon, Comput. éd. E. Mall, 487); 2. ca 1212 « jour de fête chômé » (G. de Villehardouin, Conquête de Constantinople, éd. E. Faral, § 355 : foiries de Pasques). Empr. au lat. arch., class. et chrét. feriae fém. plur. « jours consacrés au repos, fêtes; vacances » lat. chrét. feria fém. sing. « jour de la semaine » (iiies., Tertullien), dénomination chrétienne destinée à éviter l'emploi des noms païens des jours de la semaine (Augustin, Enarratio in psalmos 93, § 3 ds Blaise) et conservée en port. : segunda-feira, « lundi », etc. Selon Archéol. chrét., s.v. fêtes chrétiennes, l'usage d'appeler féries chacun des jours de la semaine remonterait au temps des apôtres, où chaque jour était considéré comme une fête, un jour de prière et de réunion (Actes des Apôtres, II, 46-47). Parmi les ex. anc. du sens 2, il est difficile de déterminer sauf à la rime s'il faut lire feries (qui peut être en outre la forme pic. de feriée, cf. T.-L., s.v. foiriee s. fém.) ou feriés (cf. T.-L., s.v. foirié). Fréq. abs. littér. : 21.

Wiktionnaire

Nom commun - français

férie \fe.ʁi\ féminin

  1. (Religion) Jour de la semaine dans les rites et les cultes chrétiens.
    • Or, dans les anciens temps, lorsque les hérésies pullulaient et attaquaient la Trinité, d'après l'institution d'Alcuin, maître de Charles (Charlemagne), à la demande de Boniface, archevêque de Mayence, il fut établi par ce prélat qu'à la première férie (le dimanche) on dirait la messe de la Trinité; à la deuxième férie, celle de la sagesse ; à la troisième férie, de l'Esprit saint; à la quatrième, de la charité; à la cinquième férie, des anges; à la sixième, de la croix; à la septième, de la bienheureuse Vierge. — (Rational ou Manuel des Divins Offices de Guillaume Durand, traduit du latin au français par Charles Barthélemy, tome 2, Paris : chez Louis Vivès, 1854, p. 16)
    • Il y avait, selon cet auteur, dans la ville de Constantinople une image de la sainte Vierge, devant laquelle un voile était habituellement tiré; mais, au soir de la sixième férie, après vêpres, ce voile s'élevait miraculeusement, comme s'il s'envolait vers le ciel, et découvrait totalement l'image. Après les vêpres du samedi ou septième férie, le voile descendait pour couvrir encore l'image, et y restait jusqu'à la sixième férie de la semaine suivante. Ce miracle ayant été bien constaté, on statua que désormais la septième férie serait consacrée à honorer spécialement la sainte Vierge. — (M. Noël, Instructions sur la Liturgie ou explication des Prières et des cérémonies de la messe, tome 4, Paris & Lyon : chez Périsse frères, 1861, p. 89)
  2. (Antiquité) (Au pluriel) Jours pendant lesquels, chez les Romains, il y avait cessation de travail prescrite par la religion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FÉRIE. n. f.
Terme dont l'Église se sert pour désigner Les différents jours de la semaine. Le lundi est appelé La seconde férie, le mardi La troisième férie, et ainsi de suite jusqu'au vendredi, qui s'appelle La sixième férie. Faire l'office de la férie, et, par ellipse, Faire de la férie. On ne dit point La première férie, ni La septième férie : on se sert des mots ordinaires de dimanche et de samedi. Il se disait au pluriel, en termes d'Antiquité romaine, des Jours pendant lesquels il y avait cessation de travail prescrite par la religion.

Littré (1872-1877)

FÉRIE (fé-rie) s. f.
  • 1 Terme d'antiquité romaine. Jour pendant lequel il y avait cessation de travail. La férie différait de la fête, en ce que dans la fête il y avait des sacrifices, tandis que dans la férie il y avait seulement cessation de travail.
  • 2Aujourd'hui, jour de fête durant lequel on ne travaille pas. Toute en férie il mettait la semaine, La Fontaine, Cal. C'est l'oisiveté de la férie qui les conduit au cabaret, Voltaire, Curé de campagne.

    S'est dit autrefois pour jour de foire, parce que les foires se tenaient les jours de fête.

  • 3 Terme de liturgie. Nom que l'Église donne aux différents jours de la semaine, à l'exception du samedi et du dimanche. Faire l'office de la férie, et, par ellipse, faire la férie. Le lundi est la deuxième férie, le mardi la troisième, et ainsi de suite, jusqu'au vendredi qui est la sixième férie. On ne dit ni première férie pour dimanche, ni septième férie pour samedi.

    Féries majeures, les trois derniers jours de la semaine sainte, les deux jours d'après Pâques et la Pentecôte, et la deuxième férie des Rogations qui a son office particulier.

HISTORIQUE

XIIIe s. La loi deffent que jugemens ne soit fez en jor de foirie, se ce n'est par la volenté as darties, Digeste, 24.

XVIe s. … Qu'il peut bien estre permis au roi de rompre ses sermens envers son peuple, puisque les plus grands des refformés et la pluspart du peuple avoient faussé le serment d'abjuration fait aux feries du massacre, D'Aubigné, Hist. II, 236.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « férie »

Lat. feria, jour de fête (voy. FOIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin feriae (« jour de fête »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « férie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
férie feri

Citations contenant le mot « férie »

  • Vendredi 23 juillet : Journée maritime. Ce jour férie est célébré le troisième lundi de juillet, et aura lieu la veille de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques. , Les jours fériés au Japon en 2021 | lepetitjournal.com

Traductions du mot « férie »

Langue Traduction
Anglais holiday
Espagnol fiesta
Italien vacanza
Allemand urlaub
Chinois 假日
Arabe يوم الاجازة
Portugais feriado
Russe праздничный день
Japonais 休日
Basque oporrak
Corse vacanze
Source : Google Translate API

Férie

Retour au sommaire ➦

Partager