La langue française

Érémitique

Définitions du mot « érémitique »

Wiktionnaire

Adjectif

érémitique \e.ʁe.mi.tik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est propre à un ermite.
    • C’est ainsi que se constitua l’un des premiers monastères d’Occident où la vie cénobitique (c’'est-à-dire en commun) et la vie érémitique (en solitaire) s’organisèrent simultanément et harmonieusement : on voit encore dans l’île les sept chapelles, disséminées çà et là, qui servaient de lieux de prière à chaque groupe d’ermites du voisinage. — (Jean-Marie Pelt, Le Tour du monde d’un écologiste, 1990, page 440)
    • Il n’y avait plus que ma solitude fastueuse et érémitique. — (Amélie Nothomb, Attentat, Albin Michel, Paris, 1997, p. 132)
    • La vocation érémitique est une vocation d’exception, ce qui ne veut évidemment pas dire que les ermites sont des gens exceptionnels ! — (François de Muizon, Dans le secret des ermites d’aujourd'hui, éditions Nouvelle Cité, Montrouge, 2001, page 19)
    • À l’époque Heian, le goût général allant aux atmosphères sobres et sereines, la rusticité des shiba-gaki était particulièrement appréciée. Cette inclinaison rejoignait les tendances érémitiques de la population chinoise d’alors, tendances d'où naquit par la suite la notion japonaise de wabi. — (Palissades en bambou: techniques traditionnelles de construction et d'assemblage de Isao Yoshikawa pages 6-7, Eyrolles 2006)
    • Le lieu se présentait comme un archipel de petites unités érémitiques, les « celles », dispersées dans une frange boisée au nord-est de Limoges. — (J. Dalarun, « Moyen Âge : la démocratie au couvent », L’Histoire, septembre 2012)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉRÉMITIQUE. adj. des deux genres
. Qui est propre à un ermite. Il n'est guère usité que dans cette locution, Vie érémitique, Vie que mènent les solitaires dans le désert, par opposition à Vie cénobitique.

Littré (1872-1877)

ÉRÉMITIQUE (é-ré-mi-ti-k') adj.
  • D'ermite. La vie érémitique, la vie isolée, par opposition à la vie cénobitique.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉRÉMITIQUE. Ajoutez : - HIST. XVIe s. [Célestin] ne voulant laisser pour la dignité papale sa façon de vivre heremitique, Paradin, Chron. de Savoye, p. 252.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « érémitique »

(Date à préciser) Du latin eremiticus, dérivé de eremita (« ermite ») avec le suffixe -icus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Voy. ERMITE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « érémitique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
érémitique eremitik

Évolution historique de l’usage du mot « érémitique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « érémitique »

  • Le 24 juin 1084, Bruno de Cologne, accompagné de 6 compagnons, atteint le plateau de la Chartreuse, dans l'Isère actuelle. C'est là qu'il va fonder un monastère et surtout l'ordre des Chartreux. Appelé aussi Ordre cartusien, il s'agit d'un ordre religieux contemplatif à vœux solennels, de type semi-érémitique, dont la devise est " Stat Crux dum volvitur orbis » c'est-à-dire « La Croix demeure tandis que le monde tourne ». , Bruno de Cologne - La solitude des cimes pour rencontrer Dieu
  • La vie érémitique est dépendante du contexte psycho-social dans lequel elle se déroule. C'est pourquoi il y a une singularité de l'existence de l'ermite à notre époque. D'abord, il faut rappeler que notre temps vit sous le signe de la « modernité ». Pour de nombreux historiens et philosophes, l'une de ses valeurs les plus importantes est l'« autonomie du sujet ». L'individu veut échapper aux puissances de la lignée et de la communauté (famille, paroisse, village) pour vivre comme il le souhaite. À bien des égards, le choix érémitique contemporain correspond à une quête de sens typiquement moderne, dans la mesure où il répond à certaines questions comme celle du « bruit » global, des rythmes sociaux vécus au pas cadencé, de la perte de soi aussi. Le Monde des Religions, Le monde en ermitage - Actualité - Le Monde des Religions
  • Sans doute la vie érémitique constitue-t-elle «l’art des arts et la science des sciences» (Nicéphore le Solitaire), tant elle peut être une grande et exaltante quête d’absolu et pourtant être mise à l’épreuve par des difficultés et dangers qui resteront cachés à l’esprit non averti. Le désir d’absolu, la quête personnelle de Dieu attirent vers une retraite solitaire et silencieuse loin du bruit et des mondanités. Réponse à un appel intérieur et choix volontaire d’une solitude contemplative, le désir de l’ermite est de demeurer avec le Seigneur, désir de prière continue, de vie pour Dieu seul. Il s’agit d’une forme très ancienne de vie consacrée à Dieu qui, depuis le milieu du XXe siècle, connaît un renouveau tel que l’Église catholique la reconnaît dans diverses expressions. Croire, Beauté et dangers de l’érémitisme
  • Après quelques mois, un jour, pendant la prière, je me suis sentie inondée d’amour, aimée personnellement. Jésus-Christ était Dieu fait homme, il était Amour, offert à tous ! C’était, je pense, une expérience de l’Esprit Saint. J’ai lu les Évangiles, et commencé à recevoir les sacrements. Dieu prenait tant de place dans ma vie que je pensais à la vie monastique. C’est alors que j’ai entendu l’appel à la vie érémitique. La Croix, Sœur Catherine, ermite : « La solitude est un chemin de vérité »
  • Étienne de Muret (1046-1124) était le fils du vicomte de Thiers, À l’âge de 13 ans, il fut confié, pour son éducation, au doyen du chapitre de Paris qui l’emmena avec lui à Rome où il se rendit en mission auprès du pape Alexandre II. Il devait y rester deux ou trois ans, mais en fait, il y restera une vingtaine d’années et durant son séjour dans la ville sainte, il aura l’occasion de côtoyer des moines de la région de Calabre qui vont fortement l’influencer sur sa future vie érémitique. Lors de son retour en France, dans les années 1075, ses parents sont décédés. Il renonce alors à son titre de noblesse, il vend tous ses biens matériels, il distribue l’argent aux pauvres et il s’isole, rejoint par quelques disciples, dans les bois d’Ambasazac. Ils vont vivre une vie érémitique consacrée à la prière et à la contemplation, à l’image des ermites calabrais dans un dénuement total se nourrissant d’oboles et de fruits, proposant gracieusement une éducation religieuse aux gens de la région. Malgré ce dénuement, ils avaient toujours des restes qu’ils distribuaient aux pauvres de la région, ce qui leur valut le surnom de "Petits Bonhommes". ladepeche.fr, Druelle Balsac. Prieuré du Sauvage, du XIe siècle à nos jours - ladepeche.fr

Traductions du mot « érémitique »

Langue Traduction
Anglais eremitic
Espagnol eremita
Italien eremitic
Allemand eremitisch
Chinois 有气质的
Arabe أريميتيك
Portugais eremita
Russe затворнический
Japonais 悪質な
Basque eremitic
Corse eremitica
Source : Google Translate API

Synonymes de « érémitique »

Source : synonymes de érémitique sur lebonsynonyme.fr

Érémitique

Retour au sommaire ➦

Partager