La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « enfiellé »

Enfiellé

Définitions de « enfiellé »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENFIELLER, verbe trans.

Au fig. ou p. métaph. Remplir de fiel, d'aigreur, de haine.
A.− Vx. [L'obj. désigne une partie du corps] Il se rebiffe d'abord à l'idée de se laisser battre, et la rage lui enfielle l'estomac, mais le premier coup abat sa résolution (Gautier, Fracasse,1863, p. 178).
Emploi pronom. réfl. [Le suj. désigne une partie de l'être] Il y a de telles situations où les esprits les meilleurs s'enfiellent, et où (...) on passe sa colère sur les êtres qu'on chérit le plus (Richepin, M. André,1879, p. 127).À lutter ainsi pendant des semaines, le cœur s'enfielle (Estaunié, Choses voient,1913, p. 168).
B.− Rare. [L'obj. désigne une production] Délateur éternel, sale folliculaire, Enfiellant de venin sa plume atrabilaire (Pommier, Républ.,1836, p. 191).Méphitique et brûlante, l'atmosphère enfiellée par tant d'haleines haineuses (Vogüé, Morts,1899, p. 211).
C.− Emplois part. passé et adj. Plein de fiel, d'amertume, de haine, de malveillance. Cœur, esprit enfiellé; figure, regard, sourire enfiellé; une langue, une plume enfiellée; discours enfiellés. Synon. haineux, malveillant, venimeux.Sensation du réveil plus enfiellée que jamais (Barb. d'Aurev., Memor. 2,1838, p. 380).Un éclair de générosité passa dans l'âme enfiellée de Petit-Claud qui essaya de tout concilier (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 599).À cet outrage enfiellé, le primerain, ordinairement si débonnaire eut un hérissement de fauve (Cladel, Ompdrailles,1879, p. 36).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃fjεle] ou p. harmonis. vocalique [ɑ ̃fjele]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. Ca 1223 enfielee part. passé adj. « remplie d'amertume, de haine » (G. de Coincy, Mir. Vierge, éd. V. F. Kœnig, I Prol. I, 149 : Eve est amere et enfielee); ca 1280 enfieler (B. de Condé, Dits et Contes, 296, 816 ds T.-L.). Dér. de fiel*; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 8. Bbg. Mat. Louis-Philippe. 1951, p. 287.

enfieller , verbe trans.« Couvrir de fiel ». L'atmosphère enfiellée par tant d'haleines haineuses (Vogüé, Morts,1899, p. 211)

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENFIELLER. v. tr.
Remplir ou couvrir de fiel. Il ne s'emploie guère qu'au figuré. Quelle bile enfielle votre plume? Il s'emploie surtout, dans ce sens métaphorique, au participe passé. Une langue, une plume enfiellée.

Phonétique du mot « enfiellé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enfiellé ɑ̃fiɛle

Évolution historique de l’usage du mot « enfiellé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « enfiellé »

Langue Traduction
Anglais spooky
Espagnol escalofriante
Italien spaventoso
Allemand gruslig
Chinois 幽灵般的
Arabe مرعب
Portugais assustador
Russe ужасный
Japonais 不気味な
Basque spooky
Corse spaventosu
Source : Google Translate API

Synonymes de « enfiellé »

Source : synonymes de enfiellé sur lebonsynonyme.fr

Enfiellé

Retour au sommaire ➦

Partager