La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « empoisonné »

Empoisonné

Définitions de « empoisonné »

Trésor de la Langue Française informatisé

EMPOISONNER, verbe trans.

A.− Domaine concr.
1. [Le suj. désigne l'agent de l'action]
a) [Le compl. d'obj. désigne un être animé]
[Sans intention de tuer] Intoxiquer en faisant absorber du poison. Synon. intoxiquer.On parvient, dit-on, à immuniser les gens contre les poisons en les empoisonnant un peu tous les jours (Guéhenno, Journal homme 40 ans,1934, p. 83):
1. Il abusa du droit qu'on a d'empoisonner les gens, en incorporant dans ses bières des doses démesurées d'acide carbonique, qui les rendaient souverainement agréables et nuisibles. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 309.
Emploi pronom. réfl. Les feuilles du livre, imprégnées d'une mixture d'arsenic, tenaient l'une à l'autre (...) le tyran mouillait son doigt (...). Il porta à plusieurs reprises son doigt à sa bouche, et s'empoisonna (Dumas père, Reine Margot,1847, III, tabl. 8, 1, p. 107).Elle s'empoisonnera jamais cette infecte charogne!... Elle bouffera pas des champignons! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 85).
P. hyperb. Je suis venu à votre nouvelle gargote parce qu'on m'empoisonnait à l'ancienne avec des nourritures abominables (Maupass., Mt-Oriol,1887, p. 157).
[Avec intention de tuer] Tuer ou mettre en péril de mort en faisant absorber du poison. Empoisonner son chien. Le despote étranglant ses frères, les frères empoisonnant ou égorgeant le despote (Hugo, Rhin,1842, p. 440):
2. On nous fait rire en nous montrant (...) deux charmantes vieilles dames qui s'amusent à empoisonner leurs invités avec de l'arsenic, et plus il y a de victimes, plus on rit. Green, Journal,1942, p. 203.
Emploi pronom. réfl. S'administrer soi-même du poison (pour se donner la mort). Hier, la lettre de ce garçon que je connais, qui avait essayé de s'empoisonner (Mauriac, Bâillon dén.,1945, p. 466).L'ancien pasteur Jackson qui, arrêté, s'empoisonna (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 339).
b) [Le compl. d'obj. désigne une chose] Infecter de poison. Empoisonner une arme, une flèche; dard, gaz empoisonné; sagaie empoisonnée avec du curare. Des hommes masqués empoisonnaient les sources et jetaient dans l'air des poudres qui donnaient des maladies (France, Dieux ont soif,1912, p. 50).On parlait d'espions qui enfonçaient des aiguilles dans les fesses des femmes et d'autres qui distribuaient aux enfants des bonbons empoisonnés (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 31):
3. De plus, ceux-ci [les paysans] ne sulfataient qu'avec répugnance (...). Enfin quelques cas d'intoxication s'étant produits, provoqués par des fruits et des feuilles mangés ou broutés encore frais de la pulvérisation, ils estimaient le remède pire que le mal. Ils désespéraient d'un fruit que l'on ne pouvait sauver qu'en l'empoisonnant. Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. 96.
2. [Le suj. désigne la cause]
a) [En parlant d'un poison, d'une substance toxique]
[Le compl. d'obj. désigne un animé ou un organisme vivant] Causer une intoxication (qui peut être mortelle). Le mouron empoisonne les lapins; le tabac empoisonne l'organisme. Synon. intoxiquer, tuer.Fumer des cigarettes qui m'empoisonnent et achèvent de m'abrutir (Gide, Journal,1928, p. 889).L'apéritif, qui empoisonne le foie, le sang et le système nerveux (L. Daudet, Brév. journ.,1936, p. 238):
4. Ce type qui a tué Hoederer est mort. Il s'appelait Raskolnikoff; il a été empoisonné par des chocolats aux liqueurs. Sartre, Les Mains sales,1948, 7etabl., p. 253.
[Le compl. d'obj. désigne une chose] Le mazout empoisonne la mer. Synon. infecter, souiller.Casse-têtes garnis de clous, javelots empoisonnant les blessures (Flaub., Trois contes,Hérodias, 1877, p. 165).Ce centre de Londres est aujourd'hui devenu laid, empoisonné par les vapeurs d'essence et les marchands d'automobiles d'occasion (Morand, Londres,1933, p. 171).
b) P. ext.
Imprégner (un lieu) de mauvaises odeurs. Les relents empoisonnent l'atmosphère; le bouc empoisonne l'écurie. Synon. empester, empuantir; anton. embaumer.La meneuse fit entrer son monde dans le réfectoire, alors vide, empoisonné par une horrible odeur de graillon (Zola, Fécondité,1899, p. 527):
5. Que de fois ai-je dû frotter, cirer, polir les carreaux rouges avant que se dissipât cette odeur de moisissure et d'eau morte qui sort ici des murs mêmes, empoisonne jusqu'à l'air du jardin! ... Bernanos, Monsieur Ouine,1943, p. 1362.
Exhaler de mauvaises odeurs. La boucherie empoisonne de relents; l'ivrogne empoisonne l'alcool. Synon. empester, puer.Ce n'était pas un diable empoisonnant le soufre et d'aspect effroyable, un diable rococo (Gauthier, Albertus,1833, p. 181).
Emploi abs., fam. Puer. J'ai besoin de prendre l'air, ça empoisonne ici (Sue, Myst. Paris,t. 4, 1842-43, p. 31).Il s'impatienta après la mèche qui charbonnait encore et murmura : − Cette lampe empoisonne (France, Hist. comique,1903, p. 113):
6. Alors Léon publia qu'il ne pouvait plus travailler à côté de Levier, tant l'homme empoisonnait de la bouche; ... Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 756.
B.− Au fig.
1. Altérer
a) [Avec une idée de falsification qui a pour conséquence de rendre impossible] Tu dramatises tout, criait Mahiéddine. Tu as tort. Tu t'empoisonnes l'existence (Cocteau, Gd écart,1923, p. 63).
b) [Avec une idée de dégradation qui a pour résultat de rendre méconnaissable] La propagande empoisonne l'information. Synon. altérer, gâter.Le moindre manque d'attention ou de courage sera puni par une défaite empoisonnant pour longtemps les rêveries de l'imagination (Stendhal, Amour,1822, p. 58).Les rivalités sociales qui empoisonnent, sans grand profit pour personne, l'existence en commun (Jeux et sp.,1968, p. 1178):
7. J'attends que tu m'appelles, moi, Dora, que tu m'appelles par-dessus ce monde empoisonné d'injustice... Camus, Les Justes,1950, III, p. 353.
Emploi pronom. à sens passif. Synon. s'altérer.Le bonheur de le revoir s'empoisonne à présent de tristesses, d'inquiétudes surtout (Loti, Ramuntcho,1897, p. 221).
c) [Avec une idée d'avilissement] Corrompre. En Orient, nos querelles de partis deviennent des querelles de religion et l'argent empoisonne tout (Cocteau, Maalesh,1949, p. 139):
8. En ce temps-là, grâce au ciel, les romans et films policiers n'empoisonnaient pas les loisirs des adolescents... Duhamel, Le Jardin des bêtes sauvages,1934, p. 114.
d) [Avec une idée de nocivité résultant de l'altération] Regard, parole, propos empoisonné(e). Les voilà dans la rue les uns et les autres, et se perçant les uns les autres de vérités empoisonnées (Alain, Propos,1934, p. 1230).
2. Pop. Causer une impression désagréable.
a) [Avec une idée d'agacement] Ennuyer, embêter, tracasser. Empoisonner ses frères. Synon. emmerder (pop.).Je crois bien qu'elle le faisait exprès d'être là... rien que pour m'empoisonner... (Céline, Voyage,1932, p. 553).
b) [Avec une idée d'ennui causé par la monotonie] Emploi pronom. réfl. subjectif. S'ennuyer, s'embêter. Qu'est-ce qu'on s'empoisonne ici! Synon. s'emmerder (pop.); anton. s'amuser, rigoler (pop.) :
9. « Allez, allez! ferme-moi tes bouquins, ce n'est pas tous les jours qu'on est ensemble! on va sortir, je t'invite. Tu connais bien un endroit rigolo? (...) Ils allèrent donc aux Noctambules, où ils s'empoisonnèrent à cent sous l'heure. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 204.
Rem. La docum. atteste l'adj. empoisonnable, rare. Qu'on peut empoisonner. Alors les animaux affaiblis et languissants deviennent plus facilement empoisonnables par des poisons qui altèrent les liquides et moins facilement empoisonnables par ceux qui agissent sur le système nerveux (C. Bernard, Principes méd. exp., 1878, p. 233).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃pwazɔne], (j')empoisonne [ɑ ̃pwazɔn]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1130 « faire mourir par le poison » (Lois de Guillaume le Conquérant, éd. J. E. Matzke, 36); 1175 (J. Le Nevelon, La Venjance Alixandre, éd. des Elliott Monographs, 30); 2. av. 1593 « rendre nuisible par le poison » (Amyot, Comment réfrener..., 22 ds Littré); 3. 1608 fig. « remplir de quelque chose comparable à du poison » (Régnier, éd. G. Raibaud, Satire V, 233, p. 57); 4. 1642 « corrompre moralement » (Corneille, Pompée, I, 3); 5. 1694 « empuantir » (Ac.). Dér. de poison*; préf. em- (en-*); dés. -er. Fréq. abs. littér. : 1 712. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 396, b) 2 183; xxes. : a) 2 784, b) 2 389. Bbg. Gall. 1955, p. 56, 155, 467 (s.v. empoisonné).Gir. 1834, p. 36. − Rog. 1965, p. 110.

Wiktionnaire

Adjectif - français

empoisonné

  1. Qui est contaminé par un poison.
    • Le suc d'une certaine plante appelée par les Caraïbes touloula, et par les Français herbes aux flèches, est, dit-on, le seul remède contre les plaies faites par les flèches empoisonnées avec le suc de mancenilier. — (R. P. Jean-Baptiste Labat, Voyages aux iles françaises de l'Amérique, nouvelle édition d'après celle de 1722, Paris : chez Lefebvre & chez A.-J. Ducollet, 1831, p. 75)
    • Tu n'as plus qu'à tirer à l'arc ou à la fléchette empoisonnée. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPOISONNER. v. tr.
Faire mourir ou Essayer de faire mourir par le poison. Le bruit court qu'on l'a empoisonné. Empoisonner une personne, un chien. Il s'empoisonna avec de l'arsenic. Il signifie, par analogie, Infecter de poison. Empoisonner des viandes, des fruits. Empoisonner une fontaine, un puits, une source. Empoisonner une plaie. Empoisonner des armes, un poignard, des flèches. Empoisonner un étang, une rivière, Y jeter des substances propres à faire mourir le poisson. Il signifie également Faire mourir par une qualité vénéneuse en parlant de Certaines substances. La noix vomique empoisonne les chiens. Absolument, Il y a des champignons qui empoisonnent. Il se dit, par extension, d'Émanations qui sont extrêmement infectes. Lorsqu'on eut commencé à remuer la terre, il en sortit une vapeur puante qui empoisonna tous les travailleurs. Cet homme a une haleine qui empoisonne. Ce poisson est pourri, il empoisonne. Il se dit figurément pour Troubler, altérer, remplir d'amertume. Ce souvenir empoisonnait mon existence. Des plaisirs que la crainte empoisonne. Il se dit, particulièrement, de Ce qui corrompt l'esprit et les mœurs. Cette doctrine a empoisonné beaucoup d'esprits. Ces maximes sont faites pour empoisonner la jeunesse. Louanges empoisonnées. Il lui empoisonna l'esprit par ses flatteries. Il signifie encore Rapporter une chose en y donnant un tour malin, défavorable, dangereux, contre l'intention de celui qui l'a dite. C'est un mauvais esprit qui empoisonne les choses les plus innocentes, qui empoisonne tout ce qu'on dit. Les médisants empoisonnent tout.

Littré (1872-1877)

EMPOISONNÉ (an-poi-zo-né, née) part. passé.
  • 1Infecté avec un poison. Personne n'ignore que l'usage des armes empoisonnées remonte aux siècles les plus reculés ; il précéda, dans la plupart des contrées, l'invention du fer, Raynal, Hist. phil. XII, 5.

    Fig. Le trait empoisonné que ses yeux m'ont lancé, Rotrou, Vencesl. IV, 2. Combien elle avait d'aversion pour les discours empoisonnés de la médisance ! Bossuet, Reine d'Anglet. J'ai dû craindre du roi les dons empoisonnés, Racine, Mithr. IV, 2. Arrachez-vous d'un lieu funeste et profané Où la vertu respire un air empoisonné, Racine, Phèd. V, 1. Et du bonheur public la source empoisonnée, Racine, Esth. III, 4. Les chrétiens, qui ne doivent jamais chercher le plaisir pour le seul plaisir, doivent avoir en horreur ces divertissements empoisonnés [une musique voluptueuse], Fénelon, Éduc. des filles, XI. La langue empoisonnée, loin de lui souffler le venin, s'infectait toute seule elle-même, Massillon, Or. fun. Dauph.

  • 2À qui on a administré du poison. J'approchais de quinze ans alors qu'empoisonnée, Pour avoir contredit mon indigne hyménée, Corneille, Héracl. III, 1. Non, non, Britannicus est mort empoisonné, Racine, Brit. V, 6.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « empoisonné »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
empoisonné ɑ̃pwasɔne

Évolution historique de l’usage du mot « empoisonné »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « empoisonné »

  • Le christianisme a empoisonné Eros ; il n’en est pas mort mais il en est devenu vicieux. De F. Fischer
  • Celui qu'entoure la flamme de la jalousie, celui-là en fin de compte, pareil au scorpion, tourne contre lui-même son dard empoisonné. De Friedrich Nietzsche
  • La discipline en soi n'est pas un concept empoisonné, seule l'est la discipline imposée au lieu d'être choisie. De Jack Vance / Le livre des rêves
  • Un deuxième tigre de Sumatra, très probablement empoisonné, a été retrouvé mort en moins d’une semaine, ont annoncé lundi les autorités indonésiennes, une illustration de la menace qui pèse sur cette espèce protégée ne comptant plus que quelques centaines d’individus. , Environnement | Un tigre de Sumatra retrouvé mort très probablement empoisonné
  • Des habitants, dont un chef de village, ont affirmé que le fauve avait été empoisonné par des agriculteurs qui lui reprochaient d’avoir tué leur bétail. , Indonésie : Un tigre de Sumatra découvert mort, probablement empoisonné
  • L’homme est accusé d’avoir empoisonné les SDF avec un produit  "deux fois plus puissant que le spray au poivre utilisé par la police" SudOuest.fr, Californie : un homme accusé d’avoir empoisonné des SDF pour filmer leurs réactions
  • « Nous n’avons pas de problème de voisinage, c’est plus un acte contre les animaux, en général. Sur Moutiers-Bas, il y a fréquemment des chats qui se font taper ou tirer au plomb. Je sais qu’un autre riverain a eu le même problème que moi il y a quelque mois. C’est quand même fou de devoir inspecter son jardin pour vérifier qu’il n’y a pas d’appât empoisonné et de ne pas pouvoir laisser nos chiens sans surveillance ! », s’exclame Christie Fricot. , Faits-divers - Justice | Jungle Moon, petit chien empoisonné et miraculé
  • Un couple accusé d'avoir empoisonné des dizaines de chiens et de chats pour vendre leur viande a été arrêté au Vietnam, a-t-on appris lundi 15 juin auprès de médias locaux. Le Figaro.fr, Vietnam: un couple arrêté pour avoir empoisonné des dizaines de chiens et de chats

Traductions du mot « empoisonné »

Langue Traduction
Anglais poisoned
Espagnol envenenado
Italien poisoned
Allemand vergiftet
Chinois 中毒
Arabe تسمم
Portugais envenenado
Russe отравленные
Japonais 毒された
Basque pozoindu
Corse avvelenatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « empoisonné »

Source : synonymes de empoisonné sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « empoisonné »

Empoisonné

Retour au sommaire ➦

Partager