La langue française

Élider

Définitions du mot « élider »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉLIDER, verbe trans.

Supprimer l'élément vocalique final d'un mot (et par conséquent cesser de le compter comme syllabe). Cf. élision.
A.− PHONÉT., PROSODIE FR. [Dans la prononc.] Supprimer l'e muet atone final d'un mot devant une voyelle (Mari(e) asseyez-vous) ou une consonne (c'est l'heur(e) de partir). Cf. apocope.Élider une voyelle, l'e muet :
1. Elle [la « coupe féminine »] consiste simplement à ne pas terminer le premier hémistiche d'un vers de dix syllabes par un e muet sans l'élider : ainsi Marot (...) dit fort bien : Dès que m'amie est un jour sans me voir. Sainte-Beuve, Tabl. hist. et crit. de la poésie fr. et du théâtre fr. au XVIes.,1828, p. 31.
B.− GRAMM. [Dans la prononc. et/ou l'écriture] Supprimer l'une des voyelles finales d'un mot (a, e, i) devant un mot à initiale vocalique (commençant par une voyelle ou un h non aspiré). On élide le « e » de « me » dans la phrase « il m'aperçoit » (Dub.).
Rem. Ce phénomène n'est pas toujours marqué dans l'écriture; cette marque est l'apostrophe, en remplacement de la voyelle élidée.
P. méton. Élider un mot, un pronom, un article.
P. métaph. [Chez Hugo] Les rieurs sont-ils sûrs de leur rire? Leur style Élide volontiers Dieu, syllabe inutile (Hugo, Religions et religion,1880, p. 205):
2. On a mis à la mode une façon commode et étrange de supprimer les révélations de l'histoire, d'infirmer les commentaires de la philosophie, et d'élider tous les faits gênants et toutes les questions sombres. Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 612.
Emploi pronom. à sens passif. Voyelles qui s'élident. « Presque » ne s'élide que dans « presqu'île » (Morier1961).
Part. passé à emploi adj. Mot élidé, voyelle élidée. Vévé l'assura en quatre syllabes, dont une élidée, qu'il lui activait les fonctions d'excrétion (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 324).
Spéc. Article (défini) élidé. Article défini dont la voyelle est élidée : l' (qui remplace le au masc. sing., la au fém. sing.).
Prononc. et Orth. : [elide], (j') élide [elid]. Ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1548 gramm. (Th. Sebillet, Art poétique, éd. F. Gaiffe, p. 48 ds IGLF). Empr. au lat. class.elidere « pousser dehors, expulser »; puis au fig. « supprimer des lettres dans la composition d'un mot ». Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Verbe

élider \e.li.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Grammaire) Supprimer une voyelle finale dans l’écriture ou dans la prononciation devant un mot commençant par une voyelle ou un H muet.
    • On met une apostrophe dans l’écriture à la place de la voyelle qu’on élide.
    • Le A de « la » s’élide dans « l’âme ».
    • Le E de « le » s’élide dans « l’ouvrage », « l’homme »
    • Le I de « si » s’élide dans « s’il ».
  2. (Linguistique) Supprimer une voyelle finale devant un autre mot à initiale vocalique.
    • Une autre caractéristique de l’accent gaga est l’élision très fréquente des schwas ou e caducs (cf. Glain2017: 92). Le schwa /ə/ est la voyelle centrale qui a la particularité de pouvoir être élidée. Les habitants de Saint-Étienne prononcent par exemple at’lier, r’gretter, m’nuisier pour atelier, regretter, menuisier. — (Sophie-Anne Wipfler, Le gaga: Langue d'autrefois? Une étude linguistique synchrone (Das gaga: Sprache von damals? Eine synchrone linguistische Analyse), thèse de doctorat de philosophie, Universität Mannheim, 4 novembre 2019, p. 79)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉLIDER. v. tr.
T. de Grammaire. Supprimer une voyelle finale dans l'écriture ou dans la prononciation devant un mot commençant par une voyelle ou une h muette. On met une apostrophe dans l'écriture à la place de la voyelle qu'on élide. A s'élide dans : l'âme; E s'élide dans : l'ouvrage, l'homme; I s'élide dans : s'il.

Littré (1872-1877)

ÉLIDER (é-li-dé) v. a.
  • Terme de grammaire. Ne pas compter dans un vers une voyelle à la fin d'un mot, devant une autre au commencement du mot suivant, soit que cette voyelle disparaisse entièrement dans la prononciation comme chez nous, Pégase est rétif, soit qu'on l'entende encore, comme en italien glorioso acquisto.

    Élider se dit aussi quand, dans l'écriture, on supprime une voyelle finale avant un mot qui commence par une autre voyelle.

    S'élider, v. réfl. Être élidé. Dans s'il, l'i de si s'élide devant il.

HISTORIQUE

XIVe s. Lequel exposant marcha oultre soubz le cop, et ne fut point attaint du fer, mais tant seulement du manche par la teste en eslidant [en glissant], Du Cange, elidere.

XVIe s. On est pardonnable de mescroire une merveille, autant au moins qu'on peult en destourner et elider la verification par voye non merveilleuse, Montaigne, IV, 186.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « élider »

Lat. elidere, écraser, de e, et lædere, léser (voy. LÉSER). Le sens de glisser, annuler, que élider a dans l'historique paraît provenir du terme de droit, dans le moyen âge : elidere intentionem, annuler l'intention.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin elidere de sens similaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « élider »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
élider elide

Évolution historique de l’usage du mot « élider »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « élider »

  • Elle est aussi banale que normale. Aussi anodine que facile. La faute d'orthographe colle à notre peau à chaque fois que l'on tient un stylo. Message, courrier, sms, chat... Impossible de lui échapper. A fortiori sur Internet, où les erreurs sont légion. Est-il toujours correct d'élider le «e» de la conjonction «lorsque»? Faut-il écrire «lorsqu'Édouard» ou «lorsque Éric»? Dire «à l'intention de» ou «à l'attention de»? Le Figaro vous propose de revenir sur ces erreurs du quotidien. Le Figaro.fr, Trois fautes d'orthographe que l'on fait sans le savoir
  • Comme pour beaucoup d'autres sujets, il y a une belle cacophonie dans la manière d'élider les composés de « que ». Il faut une mémoire d'éléphant pour savoir comment écrire « correctement » ce qui se prononce de manière quasiment identique. Qu'on en juge :— élision presque systématique : que, jusque, tandis que ;— élision devant certains mots [ il(s), elle(s), on, un(e), en, voire d'autres ] : lorsque, puisque, quoique, parce que ;— élision très limitée : presque, quelque.Dans la Littérature, on trouve un peu de tout et rien ne justifie de telles disparités.Il serait temps d'y mettre un peu d'ordre et d'accepter les deux formes sans discrimination… Le Figaro.fr, «Presqu(e)» : ne faites plus la faute !
  • Qu'en est-il alors de l'accord de notre préposition? «Jusque», exprimant l'idée d'une limite spatio-temporelle ou l'insistance sur la durée de l'action ou de l'état, répond à deux règles très précises. Lorsque «jusque» précède un mot commençant par une voyelle, il doit toujours s'élider. On écrit par conséquent: «jusqu'à dimanche matin», «jusqu'alors», «jusqu'à présent», «jusqu'ici», etc. Le Figaro.fr, «Jusque» ou «jusqu'à» : ne faites plus la faute !
  • Le standard C++11 définit les trois cas suivants pour lesquels le compilateur peut élider le constructeur de copie. , C++ se court-circuite le constructeur de copie - LinuxFr.org

Traductions du mot « élider »

Langue Traduction
Anglais elide
Espagnol elidir
Italien elidere
Allemand elide
Chinois 滑倒
Arabe رخم
Portugais elide
Russe elide
Japonais 逃げる
Basque elide
Corse elite
Source : Google Translate API

Élider

Retour au sommaire ➦

Partager