La langue française

Dyspnéique

Définitions du mot « dyspnéique »

Trésor de la Langue Française informatisé

DYSPNÉIQUE, adj.

MÉDECINE
A.− [En parlant d'un phénomène] Relatif à la dyspnée. Crise, trouble dyspnéique. Le soubresaut est remplacé par une respiration dyspnéique pompante ou discordante, mais la toux reste caractéristique et la poitrine est entièrement sonore (Brion, Jurispr. vétér.,1943, p. 243).
B.− [En parlant d'une pers.] Atteint de dyspnée. Le petit malade, la veille encore anxieux et dyspnéique (Cadet de Gassicourt, Mal. enf.,1880-84, p. 53).
Emploi subst. Il n'arrivait pas au bout de sa colère, comme un dyspnéique n'arrive pas au bout de sa respiration (Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 959).
Prononc. : [dispneik]. Étymol. et Hist. 1833, janv. toux dyspnéique (Bourgeois, in Transactions médicales, XI, 154 ds Quem. Fichier). Dér. du rad. de dyspnée*; suff. -ique*. Fréq. abs. littér. : 1.

Wiktionnaire

Adjectif

dyspnéique \dis.pne.ik\ masculin et féminin identiques

  1. (Médecine) Qui éprouve des difficultés à respirer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dyspnéique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dyspnéique dizpneik

Évolution historique de l’usage du mot « dyspnéique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dyspnéique »

  • Il y a quelques jours, 2 cas ont été rapportés sur le bulletin de l’ARS comme « en cours d'investigation », ce qui a animé les esprits. Pourtant, l'un des cas était hospitalisé en réanimation, et il est aisé de comprendre qu'une personne âgée dyspnéique avec un masque à oxygène sur le visage n’est pas dans les meilleures conditions pour aider à identifier les contacts potentiels qui seraient revenus (ou pas) de métropole, dans les jours précédents. Le second cas était un soignant dont la source potentielle de contamination n'était pas unique, et qui était donc "en cours d'investigation". Les sources ont finalement été identifiées peu de temps après. Il faut néanmoins trouver la juste mesure quand sont données des informations concernant les patients testés positifs pour le covid, car plusieurs d’entre eux, sur lesquels trop de détails ont été donnés dans la presse, ont pu facilement être identifiés, et ont parfois eu à subir des réactions désagréables de leurs collègues, quand il s’agissait de soignants, voire de menaces de morts, chez d’autres. Des interrogations ont aussi jailli concernant le terme de « personnes guéries ». On considère un patient atteint du covid comme guéri, quand la symptomatologie fébrile, ORL et respiratoire a disparu et que la PCR, la recherche de génome du virus, sur écouvillon naso-pharyngée est devenue très faible et non contagieuse ou s’est négativée à J14. On recommande quand même à ces personnes de rester en isolement jusqu’au 21ème jour après le début des symptômes.   What's Up Doc, Guyane : calme plat avant la tempête Covid-19 ? | What's Up Doc
  • À J7 du confinement, la vague déferle : nous recevons beaucoup d‘appels à la demande du Samu, de demandes de visite pour des gênes respiratoires, des douleurs thoraciques à type d‘oppression, des dyspnéiques à l’effort puis au repos puis en détresse, j’hospitalise mes premiers patients, les besoins en oxygène explosent. Les angoissés aussi ont surgi, et après 15 jours de confinement, les anxieux décompensent, les journaux télévisés en boucle y participent. Au début nous ne recevions en consultations que les patients non suspects de Covid, pour ceux à risque, la visite était la règle. Mais il a fallu changer notre façon de faire, car au final, tous les patients devenaient à risque. Les symptômes du Covid sont extrêmement variés. On ne peut plus juste compter sur le duo fièvre et toux sèche et l‘on voit beaucoup de symptômes pouvant ressembler à une gastro entérite, de simples douleurs thoraciques, oppressions, des simples rhumes, des anosmies-agueusies isolées. Enfin on apprend que 50% des gens seront asymptomatiques et potentiellement contagieux. Difficile d‘affronter un ennemi quand on a du mal à l‘identifier, à le reconnaître.   What's Up Doc, Ma vie de médecin à SOS médecin pendant le Covid19 et maman de 3 enfants en bas âge | What's Up Doc
  • Je découvre Mme 113 effectivement très dyspnéique [4], tachycarde [5], hypertendue et hyperthermique. Je fais immédiatement appeler l’interne, je recouche la patiente, lui fais un ECG [6], augmente l’oxygène, lui fais une prise de sang et divers autres soins. Je suis par conséquent obligée de déranger mes collègues à plusieurs reprises pour que l’on m’apporte le matériel nécessaire à la réalisation de ces soins et m’évite les allers-retours avec habillage et déshabillage complet à chaque fois. Je leur demande par ailleurs d’appeler l’établissement de transfusion sanguine pour mettre en attente la transfusion programmée chez cette patiente à 16 h 00. Les médecins font une demande de scanner en urgence. Club de Mediapart, La journée de Rosa, une infirmière comme les autres… | Le Club de Mediapart
  • Les néerlandaises se sont formidablement tiré la bourre ! Mais qu’espérait Worst bille en tête, à fond dans le dernier kilomètre, avec Alvarado dans le roue ? Se faire sauter dans les derniers mètres ? Ce qui se passa, et les deux jeunes néerlandaises finirent assises côte à côte en terre sur le bitume, totalement cuites, sans que se dégagea néanmoins la moindre compassion de la vainqueur pour sa rivale… Alvarado, envahie par l’émotion, dyspnéique et proche de la dyspraxie, fut relevée de là et conduite au podium où nous constatâmes en effet que les trois reines néerlandaises se détestaient cordialement… La concurrence ne put que faire pâle figure ici, S.Cant, la belge championne du monde sortante, en baise cette année, faissant 12é. Souvent arc-boutée sur l’engin, peut-être a -t-elle tendance à tirer trop gros… En tous cas, elle n’est plus dans le coup avec ces néerlandaises hors-concours. TodayCycling, Ceylin Alvarado et la domination néerlandaise sur les Mondiaux
  • Le 24 juillet 2018, vers 19 h 10, référé par son médecin de famille, Clément René, 67 ans, est arrivé aux urgences, fiévreux, tachycarde et dyspnéique. Il a aussitôt été mis sous soluté antibiotiques avant d’être transféré à l’unité de médecine générale. L'Express, Rapport du coroner sur le décès de Clément René : six recommandations - L'Express
  • Nous sommes aujourd’hui lundi, j’entame ma troisième semaine de stage. Je suis de poste de matin. Lorsque j’arrive, on se partage les toilettes des patients. Je vais en réaliser quatre, toute seule, comme les aides-soignantes. On me précise que lorsque j’aurai terminé, j'accompagnerai une aide soignante à la chambre n°20 pour réaliser une toilette palliative  que nous ferons à deux. Il est environ 9 heures lorsque nous allons chez Monsieur S. Nous entrons dans sa chambre. Il va mal car son état s'est beaucoup dégradé pendant le week-end. J'ai du mal à le reconnaître. Il n’a plus de force, ses paroles sont difficilement compréhensibles, il est perturbé et très dyspnéique. Il nous demande de bien vouloir le laisser car il n’a pas envie d’être touché, les métastases situées sur ses os lui font très mal. Il souhaite cependant une petite toilette : un rafraîchissement au niveau du visage et du torse. Nous n’insistons pas, nous faisons le minimum et lui changeons la protection située sous son bassin. Nous le laissons ensuite tranquille. Infirmiers.com, Accompagner la fin de vie : une expérience douloureuse pour le soignant
  • La seconde situation se passe également en EHPAD. Depuis quatre jours un résident était considéré en fin de vie ; il était dyspnéique, confus et s'agitait régulièrement. Lors de la réalisation de ses soins d’hygiène et de confort, il se contractait et s'agitait car le soin pouvait paraître agressif, notamment lors des mobilisations. Le recours à l’aromathérapie et au toucher massage a permis de lui apporter une décontraction musculaire et de favoriser le lâcher prise. Il est décédé le lendemain dans l’établissement. Infirmiers.com, Des ESI s'interrogent sur le toucher relationnel en fin de vie
  • [Extrait] – Je m'insurge de savoir que même un résident dyspnéique, éprouvant des difficultés à respirer correctement depuis plusieurs jours, et dont l'état se dégrade, n'a pas été vu. Le docteur n'a sûrement pas eu le temps de quitter son cabinet libéral. Les médecins sont débordés aussi. Cela signifie que je m'apprête à retrouver les résidents qui devaient être vus par un médecin dans le même état que la veille, si ce n'est pire. Infirmiers.com, A lire - Deux soignantes dénoncent les situations vécues en EHPAD
  • Son état s’est aggravé, comme par hasard, brutalement après le scanner, perdant près d’1 kg par jour et devenant de plus en plus dyspnéique. À plusieurs reprises, il m’a dit "je n’arrive pas à imaginer que c’est moi sur ce scanner". Dans son ordinateur, il a créé un fichier "c’est la fin" tout en s'accrochant à la date du 10 mars pour la biopsie qui pourrait lui apporter un peu de temps… leplus.nouvelobs.com, Ex-médecin, mon mari est mort d'un cancer : le corps médical l'a abandonné - le Plus
  • De même que les marins départagent les bourrasques entre adonnantes et refusantes, on peut classer les poètes selon que leur attitude est complaisante ou critique à l’endroit de ces envols. Il y a ceux qui s’y adonnent, s’en remplissent comme une voile et ceux qui luttent contre le souffle, bloquent leur respiration : les poètes à pleins poumons, engoulevents du langage, et les poètes dyspnéiques, rétifs à l’empire de l’empnoun. Dans les paraphrases en prose de Dans l’année de cet âge, Stéphane Bouquet diagnostique le scrupule moderne au souffle : « Je pouvais toujours affecter la moue dédaigneuse à la mode envers la poésie prophétique et grandiloquente, mais c’eût été sans y croire car toute écriture est une façon enflée de dire, une langue exagérée, un parler grand, même si on dit que non, prétend que non, affirme que le contraire au contraire. Même et surtout le style neutre, plat, vide, blanc, est (je le crois) une enflure. Même et encore plus la fidélité proclamée (et impossible) à une langue commune, courante, et pourquoi pas populaire, est, comme je le crois, la pire enflure » (Champ Vallon, 2001). La structure même du recueil, subtil Vita nova des tricks, épouse le mouvement de diastole et de systole (expansion et contraction) du rythme respiratoire : les poèmes sont suivis de leurs « proses afférentes » (l’autopsie de l’« aprire per prosa » que Dante applique à ses strophes) ; chaque texte poétique se trouve ainsi doublement amplifié et dégonflé par la glose de ses circonstances. Comme un pneu à plat reste un pneu, toute poésie est « enflure ». Le poème 108, « poème pour finir en beauté », joue d’un total abandon au poncif absolu du vent. Les deux anciennes fureurs – l’érotique et la poétique – y corroborent leurs souffles : Karim « aux poumons défaits » roule à toute allure sur la route ; Stéphane, la tête en dehors, s’enfle du vent qui l’époumone : « J’ai la gueule ouverte contre le désir… Le vent de la voiture / éparpille mes pensées dans l’air où plus rien / que les frottements de l’air déformant mon visage / Combien de vent faut-il sur un corps de mon âge / maintenant saison de flétrissure / pour redevenir un tissu tendu dans le temps ». Gonflé de vent comme une voile, le poème se retend. Sous l’adonnante du désir, son vieux visage rompt le jeûne, avale un souffle de jouvence. Une longue apnée s’interrompt. DIACRITIK, Petits poëmes en pause: #9. Ronsard en plein air
  • Cette amélioration de la prise en charge et de la technique (60 images/s) s’applique aux patients agités comme aux personnes inconscientes, aux personnes polytraumatisées comme aux dyspnéiques. Or « un bon accueil et une bonne prise en charge, c’est 80 % de la réussite de l’examen », précise Candylène Mouthon. , Santé | L’hôpital de Neufchâteau se dote d’un scanner ultramoderne de 750 000 €
  • Cette étude française publiée dans Allergy par de grands noms de l’asthme sévère et de la fonction respiratoire s’intéresse à l’hyperinflation pulmonaire chez des asthmatiques mal contrôlés ou dyspnéiques. , Avez-vous regardé l’hyperinflation pulmonaire de vos asthmatiques ?  Https://www.allergique.org - Actualités des allergies

Traductions du mot « dyspnéique »

Langue Traduction
Anglais dyspneic
Espagnol disneico
Italien dyspneic
Allemand atemnot
Chinois 呼吸困难
Arabe ضيق التنفس
Portugais dispneico
Russe одышка
Japonais 呼吸困難
Basque dyspneic
Corse dyspneic
Source : Google Translate API

Synonymes de « dyspnéique »

Source : synonymes de dyspnéique sur lebonsynonyme.fr

Dyspnéique

Retour au sommaire ➦

Partager